Steve Turcotte: Temps d'arrêt

Archive, juin 2012

Jeudi 14 juin 2012 | Mise en ligne à 22h35 | Commenter Commentaires (16)

Veilleux a choisi la bonne option…

Je me souviens de sa première journée comme si c’était hier. Il succédait à un monument, Monsieur Cataractes en personne, qui avait été viré la veille après une décennie de loyaux services. Intimidé de chausser les souliers de Denis Francoeur dans sa propre ville? Peut-être un peu, mais il ne l’a jamais laissé paraître en conférence de presse. Ni dans les jours qui ont suivi où il faisait tout ce qu’il pouvait pour assimiler le plus rapidement possible toute l’information disponible pour se mettre dans le bain.

Éric Veilleux n’a jamais eu peur du travail, sur la glace comme dans un bureau et il couché parmi les insectes à l’aréna Jacques-Plante pendant une couple de semaines pour maximiser ses journées et s’assurer que son apprentissage allait se faire le plus rapidement possible.

Sept années se sont écoulées depuis ce temps-là. Veilleux a traversé deux douloureuses reconstructions qui se sont terminées tout au haut de la pyamide. En 2009, il a perdu par un but au septième match de la grande finale de la LHJMQ dans un duel face aux Voltigeurs qui a marqué l’histoire de la LHJMQ. J’ai toujours trouvé insensées les personnes qui lui reprochaient cette défaite. UN but qui a fait la différence au terme de neuf mois de hockey, face à un club certes bâti différemment mais  aussi puissant que le sien. Rendu là, c’est du pile ou face… exactement comme en finale du tournoi de la Coupe Memorial.

Avant le but en or d’Anton Zlobin, les Knights ont eu quelques chances de marquer mais ce soir-là, Dame Chance était de l’autre bord. En 2009, elle avait plutôt opté pour les Voltigeurs. Dans les deux cas, le travail du pilote qui est de soutirer le meilleur de ses hommes a été accompli. Ce fut d’ailleurs la marque de commerce des printemps d’Éric Veilleux à Shawinigan… à part cette élimination en deuxième ronde face aux Saguenéens il y a deux mois.

Difficile pour moi de dire ce qui s’est passé. Pourquoi Veilleux a échoué à ce moment-là? Peut-être parce qu’il avait besoin de plus de temps pour mettre à sa main une équipe où il y avait un paquet d’éléments qu’il n’avait pas élevés… Chose certaine, le mois qui a servi de pont entre cette humiliante défaite et le party de fin d’année de la Ligue canadienne lui a permis de réécrire le scénario de flop mémorial qui semblait être destiné à son club.  Les Cataractes ont été préparés au couteau par un entraîneur qui naviguait pourtant en pleine tempête et tout ça s’est terminé par cette conquête attendue depuis quatre décennies.

Benoît Groulx m’a déjà dit qu’un entraîneur peut être bon une journée par année s’il lève la Coupe mais que dès le lendemain, il redevient un incompétent! Ce n’était pas ses mots exacts mais ça ressemblait pas mal à ça! Je doute pourtant que Veilleux ait fait l’unanimité même une petite minute après le but de Zlobin. Certains attribuent le mérite à Bob Hartley, d’autres diminuent l’impact du triomphe parce que les Cataractes étaient invités au bal de fin d’année en tant que club hôte…Il ne le dira jamais mais je suis sûr qu’il a trouvé difficile d’entendre ses détracteurs continuer de le visser après la victoire historique alors que tous les partisans auraient dû être en train de fêter…

Veilleux pouvait revenir avec les Cataractes, Mondou lui a offert un contrat de trois ans. Il a plutôt choisi de déménager sa petite famille à Baie-Comeau où le Drakkar s’est fait insistant depuis deux semaines. Il a fait le bon choix: il arrive dans une organisation où il est vraiment désiré, et il hérite d’un excellent club. Steve Ahern a tellement travaillé pour le persuader, il n’aura pas le choix maintenant de le laisser mener sa barque comme il l’entend.

Le Drakkar hérite d’un homme droit, fait d’un bloc. Il n’a jamais été le favori des journalistes car ça ne fait pas partie de sa philosophie de se donner en spectacle, mais je veux souligner sa disponibilité, dans les bonnes comme dans les mauvaises journées. Il était également généreux à micro fermé.

L’état-major et les partisans du Drakkar doivent profiter de son séjour là-bas car je ne suis pas convaincu qu’il va y rester bien longtemps, malgré le pacte de trois ans qu’il a signé en conférence de presse cet après-midi. Je pense en effet comme bien des gens du milieu qui sont convaincus que Veilleux aura sa chance chez les pros, tôt ou tard. D’ailleurs, c’est pas Guy Boucher qui avait paraphé une prolongation de contrat de plusieurs années avec les Voltigeurs, quelques semaines à peine avant d’accepter de diriger les Bulldogs d’Hamilton?

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 15h46 | Commenter Commentaires (38)

Veilleux ne sera pas de retour avec les Cataractes

La nouvelle est tombée depuis quelques minutes, Éric Veilleux a avisé les Cataractes qu’il ne serait pas de retour avec l’équipe qui lui a donné sa première chance il y a sept ans. Je suis présentement au camp de développement du Canadien de Montréal pour épier Michaël Bournival et Morgan Ellis, alors ça me donne peu de temps pour développer mais mon opinion, c’est que c’est une grosse perte pour l’organisation.

Lire les commentaires (38)  |  Commenter cet article






Dimanche 10 juin 2012 | Mise en ligne à 9h19 | Commenter Commentaires (47)

La rançon de la gloire…

Vous devriez avoir assez de vos doigts d’une seule main pour compter les joueurs qui ont levé la Coupe Memorial il y a deux semaines qui seront sur la glace pour le match d’ouverture en septembre.

Conscient qu’il amorce un processus de reconstruction, Martin Mondou ne s’est pas laissé attendrir par les sentiments et il a monnayé les services d’Anton Zlobin, la seule vedette qui lui restait. Le héros de la finale historique face aux Knights de London a rapporté des choix de 2e et 3e rondes, en plus du choix européen des Foreurs et un défenseur de soutien. Une bonne transaction? Ça dépendra du développement de Raphaël Maheux, le joueur-clé pour les Cataractes, et de la qualité du patineur européen qui viendra prendre la place de Zlobin.

Mondou est reparti des assises avec une brigade défensive regarnie. Outre Maheux, Zachary Taylor et Michaël Langlois se sont ajoutés aux Narbonne, Donnelly, Labbé et Volpe. Ajoutez les Dumontier, Gélinas et Gauthier dans l’équation et vous aurez une bien belle bagarre au camp d’entraînement.

Ça se complique en attaque, surtout avec la perte de Zlobin. Si Poudrier et Narbonne semblent assurés de leur poste de 20 ans, Mondou devra faire un choix entre Peter Sakaris et Vincent Arseneau pour le dernier casier disponible. Dans un monde idéal, les deux auraient été échangés ce week-end, question d’accélérer la reconstruction, mais le dg des Cataractes n’a pas trouvé de partenaire de danse. Ça devrait se régler au camp d’entraînement mais ni Sakaris, ni Arseneau ne semble destiné à rapporter beaucoup, du moins si on se fie à l’intérêt des autres clubs ce week-end.

Voilà pour le portrait de la situation sur la glace. À l’extérieur, les Cataractes n’ont pas terminé de faire parler d’eux. On surveillera évidemment avec attention le dossier du pilote. Jusqu’à preuve du contraire, le poste appartient à Éric Veilleux, qui s’accorde toutefois encore du temps avant de décider s’il veut revenir à Shawinigan. Il faut s’attendre à une décision dans son cas d’ici au repêchage de la LNH. Il devrait  y avoir également du mouvement de personnel chez les administrateurs de l’équipe d’ici à la prochaine mise au jeu.  On s’en reparle !

Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    L Ma Me J V S D
    « mai   août »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité