Steve Turcotte: Temps d'arrêt

Archive, janvier 2009

Jeudi 29 janvier 2009 | Mise en ligne à 10h00 | Commenter Commentaires (25)

Un bon tonus

Quel match de hockey ont servi les Cataractes et les Voltigeurs hier soir au centre Marcel-Dionne. Voici quelques observations, en rafale, sur le spectacle endiablé offert par les deux équipes.

-C’est évident que la victoire va faire du bien au moral des Cats. Réussir une remontée tardive à l’extérieur, face à l’équipe qui te devance au classement, relève d’un exploit. Vrai que Cousineau a été archi-faible sur le but de Labrecque mais pour le reste, il n’a rien à se reprocher.
grant.jpg

Alex Grant

- Il est temps pour Éric Veilleux de permettre à Alex Grant de diriger le jeu de puissance. Il a possiblement le plomb le plus lourd du circuit et un flair offensif plus développé que Lacroix. L’attaque massive des Cataractes a perdu des plumes ces dernières semaines mais le coach a exactement le genre de gars dont il a besoin sur son banc pour la relancer…

-Les deux buts des Voltigeurs sur le jeu de puissance avaient la même mise en scène. C’est clair que ce n’est pas de la chance si un joueur posté tout près de l’enclave a pu récupérer un bond rapide offert par la rampe derrière le filet. Les Voltigeurs pratiquent cette séquence à l’entraînement. Les Cataractes, qui ont permis deux buts identiques, auraient dû mieux faire leurs devoirs… Espérons qu’ils vont retenir la leçon.

- Enfin un gros but de Matthew Pistilli. Le Pistolet en a 33 au compteur cette saison mais c’est pour marquer quand l’enjeu est crucial que Martin Mondou l’a sorti de Gatineau. Son but en début de troisième a donné confiance à tout son club. Voilà le leadership que le gros attaquant doit exercer.

-Je me joins officiellement au fan club de Dmitry Kulikov. Le défenseur russe était clairement le meilleur joueur sur la glace.

- Un dernier mot sur Michaël Bournival. Les recrues de 16 ans ont ordinairement du mal à suivre la cadence en deuxième moitiée de saison mais le premier choix de l’équipe offre quant à lui son meilleur hockey de l’année. Un beau mélange de rapidité, de finesse et de cran. Ses statistiques ne sont pas racoleuses mais vous pouvez gager un petit huard que dès l’an prochain, le Shawiniganais va remplir les filets adverses.

- La question qui tue, en terminant: Les Cats sortiront-ils avec la même hargne ce soir face aux Screaming Eagles et ou vont-ils préférer rechausser leurs pantoufles?

********

De nouvelles règles…

Question d’éviter les dérapages, la direction de Cyberpresse a décidé de
bloquer la publication automatique des messages sur tous les blogues. Les
blogueurs doivent désormais approuver tous les messages avant de les mettre
en ligne.
Évidemment, l’exercice enlèvera un peu de spontanéité mais j’essaierai
d’être présent le plus souvent possible afin que les échanges ne soient pas
trop décousus.

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






Lundi 26 janvier 2009 | Mise en ligne à 20h10 | Commenter Commentaires (40)

Un appui qui fait réfléchir

Pour la première fois depuis qu’il a succédé à Denis Francoeur, Éric Veilleux est sur le grill. Parce que ses hommes sont loin d’offrir du jeu inspiré depuis deux mois après un début de saison canon, plusieurs partisans commencent à le pointer du doigt.

Veilleux n’a toutefois pas à s’en faire, c’est l’homme de Martin Mondou. Ce n’est pas lui qui l’a embauché mais le jeune directeur-gérant croit néanmoins tout autant en ses capacités d’amener l’équipe à bon port.

Et il n’est pas le seul. Dans une entrevue réalisée la semaine dernière dans le cadre d’un article sur Francoeur, Benoît Groulx a été très élogieux envers Veilleux. Or Groulx est loin d’être reconnu pour distribuer les compliments gratuitement. En plus, il a refusé de serrer la main à Veilleux le printemps passé lorsque ses Olympiques ont éliminé les Cataractes, probablement parce qu’il lui imputait une part de responsabilité dans l’agression de Tommy Tremblay sur le gardien Ryan Mior.
ben.jpg

Quelques mois plus tard, Groulx dit tout de même de Veilleux qu’il est en mesure de conduire ses hommes jusqu’à Rimouski ce printemps. «Les Cataractes ont le bon homme derrière le banc pour aller jusqu’au bout», a lancé celui qui a gradué dans la Ligue américaine cette saison. «Il m’avait impressionné l’année où il a tout gagné à Hawkesbury dans le junior A. J’ai suivi avec intérêt cette ligue lors de cette saison-là et il avait effectué tout un travail. Pas de doute, Veilleux sait comment gagner.»

Si un gars qui a trois bagues de la Coupe du Président dépeint le pilote des Cataractes de cette façon, ce dernier a sûrement droit au bénéfice du doute, non?

Lire les commentaires (40)  |  Commenter cet article






Mardi 20 janvier 2009 | Mise en ligne à 0h24 | Commenter Commentaires (32)

Pourquoi pas la East Coast League?

À moins d’un revirement inattendu – genre une défaite aux élections d’Yves Lévesque – la ville de Trois-Rivières devrait aller bientôt de l’avant avec son projet d’un nouvel aréna de 5000 places. C’est un secret de moins en moins bien gardé.

Deux sites sont étudiés selon mes espions, soit le secteur Cap-de-la-Madeleine, à proximité du centre Alphonse-Desjardins, ou encore le terrain de l’Exposition où niche actuellement le vétuste Colisée.

Restera à savoir quel genre de hockey ce futur aréna va abriter. Lévesque n’investira certainement pas des dizaines de millions$ dans un nouveau building pour le Caron et Guay, qui peine à attirer 1000 personnes.

caron1.jpg

Le Caron et Guay en est peut-être à ses derniers milles à Trois-Rivières…
L’alternative suivante va alors s’offrir à Trois-Rivières, soit le retour du junior ou la venue d’une équipe professionnelle mineure. La première option est la plus attrayante à mes yeux mais comme les Cataractes ont un droit de veto et que le commissaire Courteau ne semble pas très intéressé à ramener sa ligue dans sa ville natale, ça reste hautement improbable comme scénario.

Dans ce contexte, une équipe de la East Coast League deviendrait un excellent plan B. L’équipe trifluvienne pourrait piger dans le bassin québécois pour offrir un produit à la fois relevé et différent à un public reconnu comme capricieux. Et avec une deuxième équipe au Québec – Qui a dit Sherbrooke? -, il y aurait moyen de se fabriquer une belle petite rivalité…

Qu’en pensez-vous?

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité