Le Blogue-Trotter

Archive de la catégorie ‘Yukon’

Lundi 12 juillet 2010 | Mise en ligne à 9h30 | Commenter Commentaires (37)

Le top ten des grandes randonnées

De retour à Montréal…

Ce n’est pas facile, quand on a encore la tête au Yukon, et surtout à quelque part sur la piste Chilkoot.Ah, la piste Chilkoot!

Il s’agit définitivement d’une des grandes randonnées du monde, en raison de son caractère historique et de ses paysages très diversifiés. Je la compare ainsi au sentier de l’Inca, au Pérou.

Ce qui m’a donné l’idée de proposer à mon patron de faire un top ten des grandes randonnées dans le monde. Mais voilà, j’ai besoin de votre aide pour la compléter. J’ai déjà des idées, mais j’aimerais bien voir ce que vous pouvez me proposer. Il s’agit de grandes randonnées, qui prennent au moins deux jours à compléter, et qui peuvent être beaucoup plus longues.

Donc, j”y inscris le sentier de l’Inca et la piste Chilkoot. Et quoi encore?

Évidemment, je veux mettre un trek au Népal. Mais lequel? Le trek des Annapurna, ou le camp de base de l’Everest? Que me conseillez-vous? Pourquoi?

Je n’ai fait ni l’un, ni l’autre. Au Népal, j’ai fait le trek Helambu, très sympathique, mais qui n’a pas la même ampleur. Il avait toutefois l’avantage de se faire tout près de Katmandou.

Donc, j’attends vos suggestions. Je n’écrirai pas ce palmarès tout de suite, alors, si vous avez des idées plus tard, n’hésitez pas à me les envoyer!

Lire les commentaires (37)  |  Commenter cet article






Vendredi 9 juillet 2010 | Mise en ligne à 9h55 | Commenter Commentaires (5)

Des caribous et des hommes

Pour ce dernier billet sur le Yukon, je vous laisse avec quelques faits intéressants sur le territoire.

Le Yukon compte 34 157 habitants, dont environ 7000 autochtones. La population était beaucoup plus importante pendant la ruée vers l’or de 1898. À elle seule, Dawson comptait plus de 30 000 habitants à cette époque!

Aujourd’hui, le Yukon compte aussi 4500 loups, 6000 grizzlis, 10 000 ours noirs,19 000 mouflons de Dall, 70 000 orignaux et 190 000 caribous. Les trappeurs et les chasseurs ne s’ennuient pas.

Pendant mon petit voyage, j’ai vu un renard roux, deux renards argentés un peu mités, un gros ours noir, une maman orignale avec ses deux petits, deux castors déboussolés, un pygargue à tête blanche et d’innombrables corbeaux. Le corbeau est d’ailleurs le symbole aviaire du Yukon.

Les maringouins? Pas  si pire. Surtout si on a déjà connu les Laurentides au mois de juin.

Un beau gros ours noir qui se promenait près de la route entre Whitehorse et Dawson.

Un beau gros ours noir qui se promenait près de la route entre Whitehorse et Dawson.

De charmants jeunes orignaux s'ébattent sous la pluie alors que je visite une immense drague industrielle près du ruisseau Bonanza.

De charmants jeunes orignaux s'ébattent sous la pluie alors que je visite une immense drague industrielle près du ruisseau Bonanza.

Un castor au travail au beau milieu de la journée. Et la sieste, alors?

Un castor au travail au beau milieu de la journée. Et la sieste, alors?

Le territoire reçoit de 275 000 à 280 000 touristes par année, dont environ 8000 Allemands. Ces derniers sont très présents, surtout grâce à l’instauration de deux vols directs Francfort-Whitehorse chaque semaine. Les informations destinées aux touristes sont d’ailleurs très souvent écrits en trois langues : l’anglais, le français et l’allemand. C’est un peu frustrant de voir qu’il est plus facile de voler de Francfort à Whitehorse que de Montréal à Whitehorse…

Le tourisme est la deuxième industrie en importance au Yukon. La première, c’est encore l’industrie minière. On extrait notamment du plomb, du zinc, de l’argent et du cuivre. Et de l’or, bien sûr!

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Jeudi 8 juillet 2010 | Mise en ligne à 9h16 | Commenter Commentaires (2)

La francophonie en Yukonie

Lors de mes visites précédentes dans des villes nordiques comme Yellowknife et Iqaluit, j’avais noté la très grande présence de francophones.

Je constate la même chose ici, au Yukon.

Fred nous fait visiter le Red Feather Saloon.

Fred nous fait visiter le Red Feather Saloon.

Le jeune homme au chapeau melon qui nous guide à travers les rues de Dawson City pour Parcs Canada se fait appeler Fred. C’est en fait un Québécois qui se prénomme probablement Frédéric.

Le grand jeune homme qui nous sert au chic restaurant La Table on 5th (je ne veux pas faire de publicité gratuite, mais c’est vraiment, vraiment bon, surtout après une semaine de burgers au bison pas trop subtils) vient de la Beauce.

Klondike Kate's Cabins and Restaurant, un commerce dont le nom rappelle celui de la reine des nuits folles de la ruée vers l'or, est exploité par Josée Savard.

Klondike Kate's Cabins and Restaurant, un commerce dont le nom rappelle celui de la reine des nuits folles de la ruée vers l'or, est exploité par Josée Savard.

La propriétaire de mon hôtel, Klondike Kate’s Cabins and Restaurant, Josée Savard, vient également du Québec (encore là, je ne veux pas faire de publicité, mais ses petits chalets de bois ronds sont impeccables).

Le solide jeune homme qui nous fait visiter une petite mine d’or familiale, Paul Robitaille, vient du village franco-ontarien de Lafontaine. En cours de conversation, il me mentionne que son frère fait de la musique au Québec. Damien, qu’il s’appelle…

Selon les plus récentes données de Statistique Canada, près de 12 % de la population du Yukon parle le français, soit plus de 3550 personnes. Ils se sont donnés plusieurs organisations, dont l’Association franco-yukonaise, et un journal bimensuel, L’Aurore boréale.

Cela fait plus de 170 ans qu’il y a des francophones au Yukon. En fait, l’histoire de la ruée vers l’or regorge de noms francophones. Dont celui d’Émilie Fortin Tremblay, originaire du Lac Saint-Jean. Elle franchit le col Chilkoot dès 1894 avec son mari, Pierre-Nolasque Tremblay, ce qui en fait une des premières femmes non autochtones à effectuer ce difficile périple.

Après des années de prospection avec son mari, elle ouvre une boutique d’accessoires de mode à Dawson City, qu’elle exploitera pendant 30 ans.

L'ancienne boutique d'Émilie Tremblay.

L'ancienne boutique d'Émilie Tremblay.

Parcs Canada a rénové la façade du petit bâtiment gris-vert, mais celui-ci accueille maintenant une branche du ministère de l’environnement du Yukon. Dans la vitrine, une note invite les trappeurs à rapporter des carcasses de carcajou pour les fins d’une étude sur la diète et la santé de ces féroces mammifères.

La première école française du Yukon porte le nom d’École Émilie-Tremblay.

Un autre nom important est celui du fondateur de Dawson, Joseph Ladue (Ledoux), un francophone issu d’une famille franco-américaine de la région de Plattsburgh, dans l’État de New York.

Parmi les autres noms francophones de l’époque de la ruée vers l’or, on note celui du comte français Charles Eugène Carbonneau, qui réussit à épouser la prospère femme d’affaires Belinda Mulrooney.

Les mauvaises langues de Dawson chuchotent toutefois que le fameux «comte» est en fait un barbier de Montréal…

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité