Le Blogue-Trotter

Archive de la catégorie ‘Hébergement’

Mercredi 29 janvier 2014 | Mise en ligne à 14h48 | Commenter Commentaires (4)

Quand l’auberge de jeunesse devient cool

STÉPHANIE BÉRUBÉ

Vous vous souvenez du drap d’auberge? Cette mince enveloppe de coton dans laquelle on glissait même son oreiller de peur que notre peau touche directement à celui qui était fourni par l’auberge? Monsieur, madame, cela trahit votre âge…

Car un vent de coolitude souffle sur les « hostels » de ce monde. Une fois que l’on a goûté au look rafraîchissant de ces auberges nouveau genre, on y retourne, peu importe son âge.

Et ces jolies auberges de jeunesse attirent une nouvelle clientèle : les familles.

Avouez que c’est invitant?

The Independente à Lisbone

The Independente, Lisbone

Auberge située dans un édifice art déco dont on a gardé les détails. Le mobilier est parfois moderne. Parfois vintage. Très joli resto.

Autour de 25$ pour un lit.

www.theindependente.pt

Le Downtown Bed à Mexico

Le Downtown Bed de Mexico

Ambiance festive : terrasse sur le toit, table de baby-foot, chaises longues dans le bar. L’auberge fait partie du groupe Habita, reconnu pour ses hôtels très chic.

Autour de 17$ pour un lit.

www.downtownbeds.com

L’auberge Adler à Singapour

Adler Hostel

Moins chic, l’auberge Adler offre un gros avantage : l’intimité dans le dortoir, grâce aux petits rideaux qui se ferment pour s’isoler des autres chambreurs.

Autour de 50$ pour un lit

www.adlerhostel.com

U Hostels Madrid

U Hostel, Madrid

On aime son look un peu hôpital rehaussé de quelques touches de couleurs vives. Et on aime aussi la flexibilité : il y a des dortoirs entièrement féminins, des chambres privées, dont des chambres familiales qui comprennent un lit double et quatre lits superposés. Car toutes les familles du monde ne comptent pas deux adultes et deux enfants!

Autour de 20$ pour un lit.

www.uhostels.com

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Vendredi 7 juin 2013 | Mise en ligne à 15h53 | Commenter Commentaires (7)

Dépassé le service aux chambres?

NYHilton

Le Hilton Midtown de New York

Marie-Eve Morasse – Montréal

Avec près de 2000 chambres, le New York Hilton Midtown est le plus gros hôtel de New York. Cette semaine, ses dirigeants ont annoncé qu’ils allaient cesser d’offrir le service aux chambres.

Fini les œufs à 22,50$ qu’on se fait livrer à la porte. Les clients qui auront un petit creux devront se rabattre sur un comptoir de style cafétéria appelé Herb n’Kitchen, où ils pourront se procurer des pizzas, du café ou des sandwichs. Conséquence : une cinquantaine de personnes perdront leur emploi.

Selon une étude menée en 2012, le service aux chambres ne représente que 1,2% des revenus des hôtels, rapportait cette semaine le Toronto Star.

Avec l’annonce du New York Hilton Midtown, plusieurs se sont demandés si le service aux chambres n’était pas en voie de disparaître et si les autres gros établissements allaient suivre.

Au cours des dernières années, bien des hôtels ont choisi des façons différentes de se démarquer des compétiteurs. Lors d’un récent voyage à Québec, un hôtel m’a servi le petit déjeuner directement à la chambre dans un panier en osier. Une façon différente d’offrir le petit déjeuner gratuit, qui coûte sans aucun doute moins cher que de l’offrir en salle à manger avec service aux tables.

Avez-vous l’habitude de vous faire livrer de la nourriture à votre chambre lorsque vous voyagez? Qu’attendez-vous côté nourriture de la part d’un hôtel?

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Jeudi 17 janvier 2013 | Mise en ligne à 15h36 | Commenter Commentaires (8)

À vos marques, prêts, réservez!

Au Parc national du Mont-Tremblant. Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse.

Au Parc national du Mont-Tremblant. Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse.

Marie-Eve Morasse – Montréal

Qu’avez-vous fait ce midi? À l’heure à laquelle tout le monde va manger, je pianotais frénétiquement sur mon clavier pour réserver des emplacements de camping pour cet été. Il n’était pas 12:01 que j’avais deux fureteurs ouverts et ma carte de crédit en main. Ce n’était surtout pas le moment de venir me parler: je devais avoir des sites pour une fin de semaine bien précise de l’été -celle de la Saint-Jean-Baptiste pour ne pas la nommer. C’est ainsi: réserver des sites de camping est devenu un sport extrême, qui s’apparente à l’achat de billets de spectacle de U2.

J’exagère à peine. Il y a deux ans, le parc américain Yosemite a dû changer ses politiques pour contrer un réseau de revendeurs de sites de camping. Comme à l’entrée du Centre Bell un soir de match de hockey, des scalpers revendaient des réservations de sites sur internet. Depuis 2011, le parc californien demande une pièce d’identité pour confirmer que la personne qui se présente est bien celle qui a réservé et il n’est plus possible de changer le nom associé à une réservation.

Je ne me lancerai pas en affaires en revendant mes précieux emplacements, mais tout porte à croire qu’il ne serait pas difficile de trouver preneurs. Moins de deux heures et demi après le début des réservations pour le Parc national du Mont-Orford, certains sites de camping sont déjà réservés pour toutes les fins de semaine de l’été. Ce n’est guère mieux au parc du Mont-Tremblant, où des sites situés aux abords du Lac Escalier affichent complet pour les mois de juillet et août.

Vous avez envie de camper en tente Huttopia cette année? Les disponibilités dans certains parcs nationaux commencent à se faire rares, puisque les réservations sont ouvertes depuis le début décembre.

Pour 2013, la Sépaq a changé ses modalités de réservation de camping, en ouvrant cette semaine les réservations dans tous ses parcs, pour tout l’été. «Avec ces nouvelles règles, on veut donner plus de latitude à la clientèle, qui sera en mesure de réserver n’importe quand. On voulait donner davantage de souplesse, trouver un système moins contraignant», m’a expliqué la semaine dernière Lucie Boulianne, responsable des communications pour Parcs Québec.

Ces nouvelles modalités forcent également à planifier les vacances des mois à l’avance, ce que plusieurs font de toute manière. Mais ceux qui ignorent leurs dates de vacances ou qui réservent à la dernière minute auront-ils moins de choix?

Qu’en pensez-vous? Êtes-vous du genre à planifier vos vacances des mois à l’avance, ou au contraire à y penser une semaine avant?

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité