Le Blogue-Trotter

Archive de la catégorie ‘Allemagne’

Vendredi 10 décembre 2010 | Mise en ligne à 3h40 | Commenter Aucun commentaire

Du sushi au marché de Noël

Violaine Ballivy, sur la route des marchés de Noël d’Allemagne et d’Autriche.

La vague déferlante des sushis n’épargne décidément aucun recoin de la planète… pas même les marchés de Noël !
Et oui, une petite roulotte vendant des bouchées de riz et de poisson cru a été installée juste à l’entrée du marché de Nuremberg. Un avantage : le poisson reste bien froid et bien conservé! Par contre, le consommateur aussi, alors qu’en cette période hivernale, on a plutôt envie de se réchauffer avec des boissons chaudes ou des pâtisseries bien sucrées.

Les clients ne sont pas nombreux devant le kiosque de sushis du marché de Nuremberg.

Les clients ne sont pas nombreux devant le kiosque de sushis du marché de Nuremberg.


Vous remarquerez, d’ailleurs, que le kiosque de vins chaud, situé à moins de deux mètres, était nettement plus achalandé mercredi soir !
Les kiosques de vin chaud sont toujours parmi les plus populaires des marchés. Celui-ci, à Nuremberg.

Les kiosques de vin chaud sont toujours parmi les plus populaires des marchés. Celui-ci, à Nuremberg.


Cela dit, les marchés de Noël sont dans l’ensemble de véritables cavernes d’Ali Baba pour les gourmets. Quelques trouvailles dignes de mention pendant mon périple en Autriche et en Allemagne :

1. Pour les Obélix de ce monde : un cochon entier est rôti au marché de Munich. Vendu en tranches épaisses, accompagnées de pommes de terres (fallait-il préciser, on est en Allemagne…) et de choucroute, pour 5 euros.

Pour carnivores avertis.

Pour carnivores avertis.

Pâtés, saucisson et autres cochonnailles du marché médiéval de Munich.

Pâtés, saucisson et autres cochonnailles du marché médiéval de Munich.

2. Des filets de saumon et de truite, entre autres, sont fumés dans un gros tonneau de bois sur le marché médiéval de Munich.

Le fumoir artisanal du musée médiéval de Munich.

Le fumoir artisanal du musée médiéval de Munich.


L'intérieur du fumoir à poissons.

L'intérieur du fumoir à poissons.

3. Pommes cuites au four farcies d’un mélange de poudre d’amandes, d’épices et de sucre. Au marché central de Munich.

Les pommes sont farcies, puis cuites à l'étouffée.

Les pommes sont farcies, puis cuites à l'étouffée.

4. Diabétiques s’abstenir: des cornets de meringue sucrée trempés dans le chocolat blanc, à la fraise ou au lait avec de la noix de coco. Très populaire auprès des adolescents.

Une grosse dose de sucre pour 1,50 euros à Vienne et Salzbourg.

Une grosse dose de sucre pour 1,50 euros à Vienne et Salzbourg.

5. Cela ne ressemble à rien, et c’est normal : le Kaiserschmarrn est un gâteau inventé accidentellement par un cuisinier qui a raté sa recette. Le tout ressemble à une pâte à une crêpe très épaisse – ou à un far breton- coupé en petits morceaux puis saupoudrés de sucre, cannelle et de raisins secs.

Salzbourg.

Salzbourg.

6. Ce beignet est offert en version salée, avec de la choucroute bien sûr, ou salée, avec du sucre à glacer.

Un beignet à la choucroute. Salzbourg.

Un beignet à la choucroute. Salzbourg.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 6 décembre 2010 | Mise en ligne à 1h55 | Commenter Commentaires (7)

Un café chez Sissi

Violaine Ballivy, sur la route des marchés de Noël d’Allemagne et d’Autriche.

Quelque part, en train, sur la route entre Munich et Vienne.

Quelque part, en train, sur la route entre Munich et Vienne.


L’hiver est bien arrivé en Autriche. Les 10 centimètres qui recouvraient Munich quand je l’ai quittée se sont changés en plus d’une trentaine de l’autre côté de la frontière.
Sur le chemin qui m’emmène à Vienne, on fait du ski de fond et de la raquette. Les enfants dévalent les collines en traîneau.
Le château de Schönbrunn.

Le château de Schönbrunn.


Le sentier le plus à pic menant à la Gloriette a été fermé pour l'hiver. Il faut passer par les allées latérales.

Le sentier le plus à pic menant à la Gloriette a été fermé pour l'hiver. Il faut passer par les allées latérales.


L'intérieur du café de la Gloriette...

L'intérieur du café de la Gloriette.


À Schonbrunn, résidence d’été de l’Impératrice Sissi, les sculptures sont recouvertes d’un épais manteau blanc. La montée vers le pavillon de la Gloriette est en partie fermée. Il fait froid. Le sol est couvert de glace. Mais l’effort (et la chute!) en vaut la peine. Le cappuccino qu’on y sert au café y est, et de loin, l’un des plus réconfortants depuis le début du voyage, à défaut d’être l’un des meilleurs. Une adresse à retenir à Vienne.

... ses serveurs...

... ses serveurs...


... son cappuccino.

... son cappuccino.


Au fait: il n’y a pas qu’UN, mais au moins une dizaine de marchés de Noël à Vienne. Dont un, bien sûr, à Schönbrunn.
Un gigantesque sapin de Noël a été installé devant le château de Schönbrunn à l'ouverture de son marché de Noël, fin novembre.

Un gigantesque sapin de Noël a été installé devant le château de Schönbrunn à l'ouverture de son marché de Noël, fin novembre.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Samedi 4 décembre 2010 | Mise en ligne à 1h28 | Commenter Un commentaire

La recette des pains d’épices de Nuremberg

Violaine Ballivy, en Allemagne.

Le carrousel du marché de Noël pour enfants de Nuremberg. Très joli, mais moins imposant que celui de Francfort.

Le carrousel du marché de Noël pour enfants de Nuremberg. Très joli, mais moins imposant que celui de Francfort.

N’essayez pas : il est absolument impossible de visiter le marché de Nuremberg sans goûter au moins un – mais plus probablement une bonne dizaine – de ses fameux pains d’épices appelés Lebkuchen (prononcez Lebkouren). Aucune autre ville d’Allemagne n’ose affirmer qu’elle en fait d’aussi bons : partout ailleurs on vous les vendra en spécifiant qu’ils viennent bien de Nuremberg, en gage de leur qualité.

Les Elisen Lebkuchen sont réputés comme les meilleurs. Comptez 1,5 à 2 euros pièce.

Les Elisen Lebkuchen sont réputés comme les meilleurs. Comptez 1,5 à 2 euros pièce.


Ils se ressemblent tous : ronds ou rectangulaires, ils reposent toujours sur une feuille d’ostie et sont soit nature, glacés de sucre ou trempés dans le chocolat. Mais tous ne sont pas aussi bons : certains sont plus riches en fruits confits, d’autres plus aériens, plus secs ou moins sucrés. Et maintenant, on les retrouve même en version bio, sans gluten ou pour diabétiques !
La recette des Lebkuchen a peu évolué depuis 500 ans. Mais depuis quelques années, on les trouve en version bio.

La recette des Lebkuchen a peu évolué depuis 500 ans. Mais depuis quelques années, on les trouve en version bio.


Les habitants de Nuremberg font, semble-t-il, rarement ces gâteaux à la maison et préfèrent les acheter sur le marché de Noël. Bien sûr, chaque pâtissier a sa recette fétiche, cette épice, cette technique qui lui confère sa touche unique, mais voici tout de même une recette pour ceux et celles qui, avant Noël, voudraient se lancer dans leur confection.

Lebkuchen:

3 gros œufs
650 ml d’eau
10 grammes d’épices spéciales à Lebkuchen (je vous suggère de remplacer par un mélange de muscade, gingembre, clou de girofle et cannelle).
75 grammes d’écorces d’oranges confites
75 grammes d’écorces de citrons confits
7 petits croissants séchés et moulus
500 grammes de noisettes moulues
250 de farine
Une pincée de bicarbonate de soude
Deux douzaines d’hosties rondes d’environ 7 cm de diamètre

Mélanger les fruits confits avec les épices et l’eau, puis mélanger avec la poudre de croissant, les noisettes moulues, la farine et le sel.
Déposez deux cuillère à soupe de mélange sur chaque hostie et mettre au four, préchauffé à 375 F jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés –environ 20 minutes.

Saupoudrez de sucre à glacer ou trempez dans le chocolat.

Notez que je n’ai pas eu l’occasion, dans ma chambre d’hôtel, de tester cette recette fournie par l’office du tourisme de Nuremberg…

Variante:
La preuve que les recettes diffèrent: Voici celle fournie par l’Office de tourisme d’Allemagne (au lieu de Nuremberg)… non testée non plus, désolée!
Ingrédients :
100g de beurre
170g de sucre
3-4 oeufs
300g de farine
1 petit sachet de levure
250 ml de lait,
15 ml d’épice pour pain d’épice,
30 ml de cacao
150g de noix râpées
100g d’écorce de citron confit hâché
100g de raisins secs ébouillantés,
50g de flocons de noix de coco,
30 ml de rhum
Hosties.

Préparation : Mélanger le beurre, le sucre et les œufs avec un fouet ou un mixeur jusqu’à obtenir une masse mousseuse. Ajouter progressivement la farine mélangée avec la levure, les épices et les fruits. Bien mélanger le tout. À l’aide d’une cuillère, répandre la pâte sur les oublies. Préchauffer le four à 400°F. Enfournez les pains d’épice de Nuremberg pendant 15 à 20minutes. Après la cuisson, répandre le glaçage sur les pains d’épice chauds. Glaçage au rhum avec des amandes ou couverture claire ou foncée.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité