Le Blogue-Trotter

Archive de la catégorie ‘Amsterdam’

Jeudi 27 mai 2010 | Mise en ligne à 14h39 | Commenter Commentaires (14)

Vue sur le quai à Copenhague

Notre journaliste Émilie Côté a entamé son troisième et dernier voyage, après un premier à Bali et Tokyo, et un deuxième en Éthiopie. Après Paris et Amstersdam, la voilà à Copenhague, au Danemark,  la troisième de plusieurs escales européennes.

ÉMILIE CÔTÉ

J’ai quitté Amsterdam hier matin en me disant que j’y serais bien restée plus longtemps, mais tout en étant très enthousiaste à l’idée de savoir que je serais à Copenhague deux heures plus tard.

Je n’étais jamais allée au Danemark ou dans un autre pays scandinave, mais je n’en avais entendu que du bien.

Je suis atterrie à l’aéroport sur l’heure du lunch, puis j’ai pris le métro jusqu’à mon hôtel. J’étais assise dans le dernier wagon, derrière un couple d’amoureux.

Copenhague 497a

En 20 minutes, j’étais dans le hall de mon hôtel, situé dans le quartier “carte postale” de Copenhague, Nyhavn, la plus vieille partie de la ville. Voyez comme c’est beau.

Copenhague 615a

Copenhague 629a

Copenhague 624a

Copenhague 628a

Copenhague 613a

Nyhavn est en fait un canal dont le nom signifie “nouveau port” en danois. Les maisons colorées qui le bordent, dont l’ancienne de l’écrivain Hans Christian Andersen, datent du 17e siècle.

Le canal a été creusé des siècles auparavant pour permettre aux marchands d’acheminer leurs produits  directement au coeur de la ville.

Aujourd’hui, Hyhavn est rempli de restaurants-terrasses où les gens mangent sous des couvertures quand il fait frisquet. Charmant.

Copenhague 632a

Copenhague 579a

Copenhague 622a

Mon hotel, le Hyhavn 71, est situé à l’embouchure du canal, qui rejoint le Syhavnen, cours d’eau qui traverse Copenhague.

Copenhague 630a

Ma chambre ne pourrait être mieux positionnée géographiquement. Elle est sur le coin de l’hôtel, donc de ma fenêtre, je vois l’eau, les bateaux, les gens qui roulent à vélo ou qui font du jogging sur le quai.

Copenhague 500a

Avec ses poutres et ses mobiliers en bois massif, ma chambre me fait sentir comme si j’étais dans celle du capitaine d’un bateau, peut-être l’ancêtre d’un Viking… OK, je déraille:)

Copenhague 498a

Copenhague 499a

Copenhague 502a

Je suis ensuite ressortie dehors. Je suis d’abord passée par le Kongens Nytorv (qui signifie Nouvelle Place Royale), mais comme beaucoup de places publiques à Copenhague, l’endroit subit d’importants travaux pour la construction d’une nouvelle station de métro.

Au milieu de Kongens Nyrtorv inauguré en 1670, il y a une statue équestre du roi de l’époque, Christian V.

Copenhague 608b

Autour, il y a notamment le théatre Royal (Det Kingelige teater) et l’Hôtel d’Angleterre.

Copenhague 523a

Copenhague 527a

Copenhague 558a

Copenhague 605a

Au centre de Kongens Nyrtorv, les touristes peuvent entrer dans une installation et voir les attractions de Copenhague à l’aide d’un écran tactile:

Copenhague 529a

Copenhague 534a

Copenhague 536a

Pour ma part, c’était très instructif. Ensuite, je suis allée me balader sur la fameuse rue commerçante Strøget, la plus longue artère piétonne de Copenhague, qui aboutit à la Place de l’Hôtel de ville.

Copenhague 552a

Chouette, il y avait une boutique Tashen, maison d’édition dont j’ai plusieurs livres d’art.

Copenhague 540a

Avec le taux de change de la couronne danoise, cela na valait vraiment pas la peine. En fait, tout est plutôt cher ici, du point de vue de notre dollar canadien.

Mais j’aurais très bien pu dépenser beaucoup d’argent très rapidement.

Copenhague 589a

Je suis plutôt allée prendre un café dans le grand magasin danois Illum. Il y a une charmante épicerie au sous-sol.

Copenhague 555a

Ensuite, j’ai poursuivi mon chemin sur Strøget, mais je ne me suis pas rendue plus loin que le square appelé Amagertorv.

Copenhague 557a

Il se faisait déjà tard et j’étais crevée. Je suis simplement allée souper dans un café-bar charmant appelé Flottenheimer. (Ma conclusion: c’est le plus beau resto de “filles” que j’ai vu de ma vie).

Copenhague 564a

Le menu n’était qu’en danois, mais j’ai fini par choisir avec quelques ” mots repères” une excellente salade avec chorizo, tomates, roquette, féta et olives.

Copenhague 572a

Le restaurant était près d’un autre square avec des terrasses, mais le temps était trop frisquet pour que les gens mangent à l’extérieur.

Copenhague 575a

Sur le chemin du retour vers mon hôtel, je me disais que j’aimais déjà Copenhague. La capitale du Danemark ressemble beaucoup à Amsterdam: les vélos tout partout, la proximité de l’eau, mais disons qu’Amsterdam est plus romantique, alors que Copenhague est plus branchée.

Les deux villes sont d’une grande beauté, avec une architecture incroyable et de magnifiques monuments historiques… Mais comment dire, Amsterdam a un côté plus “bohème et condensé” alors que Copenhague a un côté “design et épuré”.

Vous me suivez?

Mais ce sont deux villes où je pourrais très bien y vivre demain matin. Un mode de vie urbain, avec des gens qui profitent des belles choses de la vie… grâce à leur choix infini de restaurants et de choses à voir.

***

Le lendemain matin (c’est-à-dire ce matin), j’ai repris la rue piétonne Strøget, mais je me suis rendue jusqu’au bout, à la Place de l’Hôtel de ville.

Copenhague 652a

Copenhague 646a

Je suis retombée en enfance en allant me balader dans l’attraction touristique principale de Copenhague: Tivoli.

Copenhague 753a

Copenhague 685a

Tivoli est un parc d’attractions… avec des manèges pour les enfants…

Copenhague 655a

Copenhague 709a

Copenhague 701a

(même un “vrai” bateau de pirates….)

Copenhague 737a

Mais aussi de magnifiques jardins et un choix multiple de restaurants qui plaisent aux 7 à 77 ans.

Copenhague 668a

Copenhague 749a

Copenhague 745a

Que l’on soit petit ou grand, tout le monde apprécie se balader à Tivoli, un site situé en plein coeur de Copenhague.

Copenhague 715a

Permettez-moi l’expression: Tivoli n’est pas cheap. C’est plutôt se sentir dans un film et retrouver son coeur d’enfant.

Copenhague 666a

Copenhague 738a

Je suis ensuite retournée à l’hôtel pour mettre en ligne ce message.

***

Cet après-midi, j’ai rendez-vous avec un représentant de l’office touristique de Copenhague.

Je vous dis donc à bientôt.

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






Mercredi 26 mai 2010 | Mise en ligne à 4h40 | Commenter Commentaires (7)

Van Gogh, vélo, Prosecco et Euro

Notre journaliste Émilie Côté a entamé son troisième et dernier voyage, après un premier à Bali et Tokyo, et un deuxième en Éthiopie. La voilà entre Paris et Copenhague, à Amsterdam,  la deuxième de plusieurs escales européennes.

ÉMILIE CÔTÉ

Amsterdam est une ville de musées.

Il y a même un secteur de la ville qui s’appelle le Quartier des musées.

C’est par ailleurs une belle place publique pour flâner.

Amsterdam2 406a

Amsterdam2 403a

Amsterdam2 409a

Autant pour les touristes que pour les familles.

Amsterdam2 423a

Malheureusement, le Rijksmuseum (le Musée national) doit subir d’importants travaux de restauration jusqu’en 2013.

Amsterdam2 404a

Amsterdam2 401a

Amsterdam2 398a

Seule une petite partie du musée est ouverte au public.

Mais sachez que le Rijksmuseum est consacré aux beaux-arts, à l’artisanat et à l’histoire des Pays-Bas. Il compte parmi sa collection permanente des oeuvres de Rembrandt, Vermeer, Frans Hals et Jan Steen.

On peut également visiter à Amsterdam le musée de la Maison de Rembrandt. Beaucoup de lieux publics portent par ailleurs le nom du peintre qui a fait partie de ce qu’on appelle le Siècle d’or.

De mon côté, j’ai décidé de garder le Rikjsmuseum pour une autre fois et d’aller au Musée Van Gogh, situé juste en face.

Amsterdam3 001a

Malheureusement, il m’était interdit de prendre des photos. Mais de voir autant d’oeuvres d’un grand artiste comme Van Gogh réunies au même endroit était tout simplement impressionnant. (La compagnie de sécurité en charge du musée doit en savoir quelque chose…cela doit valoir une fortune). Le musée détient le quart du corpus de Vincent Van Gogh: plus de 200 tableaux, 500 dessins et près de 700 lettres manuscrites, dont la correspondance avec son frère Théo.

Comme je le disais dans mon message précédent, l’un de mes films préférés quand j’étais petite était Vincent et moi, un film produit par Contes pour tous qui m’a introduit à l’art de Van Gogh. Je trouvais bien épouvantable, à l’époque, qu’il se soit coupé l’oreille, et qu’il soit mort malheureux sans le succès qu’il méritait.

Le musée m’a appris que Vincent Van Gogh a décidé du jour au lendemain de devenir artiste, alors qu’il n’était jamais allé dans une école d’art.

Le musée relate le parcours du peintre. dans un ordre chronologique: ses débuts avec la série de portraits Les Mangeurs de pommes de terre, à Nuenen,  aux Pays-bas. Puis la période parisienne, où Van Gogh a rencontré Émile Bernard et Toulouse-Lautrec, et où il a peint Le Moulin de la galette (j’étais  excitée de voir cette peinture car c’est un lieu que j’avais vu la semaine dernière à Paris… Le Musée de Montmartre, que j’ai aussi visité, parle par ailleurs de la période où Van Gogh a vécu à Montmartre).

Après Paris, Van Gogh est allée à Arles, dans le sud de la France, où il a peint sa célèbre toile Les tournesols. Par la suite, il a vécu à Saint-Rémy, où il a été admis à sa demande dans un asile tout en continuant à peindre. Et enfin, c’est à Auvers-sur-Oise qu’il s’est enlevé la vie en 1890, âgé seulement de 37 ans.

Pour les gens que cela intéresse, on peut aussi voir la restauration de sa célèbre peinture La chambre au www.vangoghmuseum.nl/bedroomsecrets

La peinture réalisée en 1888, représentant la chambre de “Vincent” aux murs bleus à Arles, était l’un des tableaux préférés du peintre. Après un examen minutieux aux rayons X, des experts en ont conclu que la toile avait besoin d’un traitement en profondeur, notamment pour raviver les couleurs.

***

J’ai beaucoup aimé le Musée Van Gogh. J’ai aussi apprécié l’exposition temporaire qu’il y avait sur Paul Gauguin en tant qu’”artiste frustré”…

Amsterdam3 002a

Je m’explique: l’exposition appelée Une percée dans la modernité présente les oeuvres que Gauguin a exposées au Café des Arts à Paris, à défaut de pouvoir les présenter à l’Expo universelle de 1889, où elles ont été refusées car elles n’étaient pas de “facture classique”.

(Artiste rebelle, Gauguin rejetait la vision de l’art comme reproduction du réel. Plus d’infos ici.)

***

Après le musée, j’avais rendez-vous avec un ami d’Amsterdam de ma collègue Sylvie Saint-Jacques.

Nous avons fait un tour de vélo jusqu’au Westerpark, dont le terrain était auparavant  celui d’une usine de gaz maintenant disparue.

Amsterdam3 003a

Amsterdam3 005a

Amsterdam3 009a

Il y a une charmante terrasse:

Amsterdam3 008a

Nous avons ensuite pris un verre dans le quartier Jordaan.

Amsterdam3 011a

Amsterdam3 013a

Je suis ensuite rentrée à l’hôtel. Je pensais y souper, mais un restaurant a attiré mon attention sur le chemin du retour en vélo. Un restaurant dont le concept est: pizza et prosecco.

I’m in!

Amsterdam3 022a

Amsterdam3 020a

Amsterdam3 015a

***

Entre deux bouchées, je réfléchissais à quand je pourrais revenir à Amsterdam. J’ai tellement aimé cette ville. Le mode de vie des gens. Leur attitude. Leur côté relax à rouler à vélo avec des talons hauts pas de casque en parlant au cellulaire, ou avec les enfants dans le panier d’en avant pour faire les courses au lieu d’être en SUV ou en mini-van.

Amsterdam1 189a

Amsterdam1 181a

(Je ne veux pas relancer le débat sur le port du casque ici –les routes à Amsterdam ne sont pas aménagées comme à Montréal–, mais je veux illustrer le “psyché” des gens.)

Bon, les Amstellodamois ont la réputation d’être cheap et d’avoir une culture fermée sur elle-même , paraît-il (c’est le Lonely Planet qui le dit), mais je ne l’ai pas constaté.

Bref, je pourrais presque porter un t-shirt I love Amsterdam (sans pitoune et feuille de pot).

***

Le côté pratico-pratique maintenant…

Visiter Amsterdam n’est pas donné, mais ce n’est pas aussi cher que Londres ou Paris. On peut manger dans un bon restaurant en prenant une entrée, un mets principal et un ou deux verres de vin pour environ 25 Euros (le pourboire n’est pas de mise ici).

Et en ce moment, c’est avantageux pour nous depuis la chute de  l’Euro. J’ai acheté par exemple un gilet de la chaîne Vero Moda pour 16,95 Euro (sans taxes ici), donc à 22 dollars canadiens (avec le taux de change qui était de 1,30 la semaine dernière).

Or, sur l’étiquette, le prix en dollars canadiens était de 35$. Ajoutons les 15% de taxes, cela fait un total de 40,25$.

J’ai donc fait une économie de plus de 18$ en achetant mon gilet dans un magasin Vero Moda en Europe plutôt qu’à Montréal!

Conclusion: c’est le bon temps côté argent pour aller dans un pays européen dont la monnaie est l’Euro.

Vero Moda est une chaîne danoise. Je pars justement pour Copenhague demain. Le taux de change n’y sera pas aussi avantageux.

Il paraît que Copenhague est une ville qui coûte cher. Pas grave, il paraît aussi que c’est bien beau et que c’est un peu comme Amsterdam. Et mon billet d’avion Amsterdam-Copenhague n’a coûté que 140$.

Bon, ça suffit les mathématiques.

Mais parler de voyages, c’est malheureusement et inévitablement parler d’argent!

***

Je vous laisse, j’ai un avion à prendre demain matin et une autre ville à découvrir…

C’est la première fois que je vais en Scandinavie. J’ai hâte!

À bientôt.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Lundi 24 mai 2010 | Mise en ligne à 17h18 | Commenter Commentaires (29)

Le coup de foudre

Amsterdam2 406a

Notre journaliste Émilie Côté a entamé son troisième et dernier voyage, après un premier à Bali et Tokyo, et un deuxième en Éthiopie. La voilà entre Paris et Copenhague, à Amsterdam,  la deuxième de plusieurs escales européennes.

ÉMILIE CÔTÉ

Je me sens comme un juge de patinage artistique qui veut donner une note parfaite mais qui a d’autres compétiteurs à voir patiner.

Ma note parfaite, c’est à la ville d’Amsterdam que je veux la donner, mais je n’ai pas encore visité Londres, Copenhague et Venise, qui figurent aussi à mon itinéraire dans les prochaines semaines.

Si je parlais néérlandais, New York perdrait son statut de la première ville au monde où je souhaite habiter à un moment donné de ma vie.

Amsterdam2 170a

Amsterdam2 190a

Amsterdam2 179a

Il faut dire que la température est superbement ensoleillée depuis deux jours, alors que c’est généralement plutôt gris à Amsterdam.

Mais comment dire…j’ai vraiment « pogné de quoi » ici, comme on dit en bon français. Je ne sais pas avec quels mots exprimer à quel point Amsterdam me prend par les trippes.

Que la ville est belle et que la vie y est agréablement simple !

Amsterdam2 196a

Amsterdam me parle : le mode de vie des gens, leur allure, leurs habitudes de vie…C’est l’inverse d’un choc culturel : c’est un coup de foudre culturel.

Tout le monde est en vélo, tout le monde est beau. C’est plat et dense, sans gratte-ciel, sans magasin grande surface et sans boulevard à je ne sais combien de voies de large. Il y a une pénurie de logements,  les maisons sont petites et les gens sortent beaucoup et sont toujours dehors (du moins quand il fait beau). Certains habitent dans des bateaux-maisons.

Amsterdam2 197a

Amsterdam2 243a

Amsterdam2 375a

C’est une vie éco-urbano-branchée-relaxe, avec plein de restaurants et boutiques que vous voudriez tous essayer.

Amsterdam2 204a

Et avec la centaine de canaux qui se croisent tout partout, le paysage est tellement sublime qu’on se croirait dans un film.

Amsterdam2 200a

Et tout comme moi, les filles sont plutôt grandes. Des souliers de taille 10 dans une friperie, ça existe ! Contrairement à Bali et à Tokyo, je ne me sens pas comme Hulk :)

Tout le monde qui est allé à Amsterdam m’avait dit que c’était super. Mais je prends conscience que j’associais essentiellement la capitale des Pays-bas à la prostitution légale du Red Light District, au pot dans les coffee shops, au fromage Gouda, à la bière Heineken et au film Vincent et moi, un « classique jeunesse » des Contes pour tous pour les gens de ma génération.

Mais parfois, les gens ont beau nous vanter une ville, il faut y mettre les pieds pour comprendre…

Amsterdam2 174a

***

Qu’est-ce que j’ai vu et visité ?

Après mon arrivée vendredi en fin d’après-midi, j’ai pris le tramway jusqu’à la station Western Market, dans le secteur Western Canal Belt (ceinture des canaux ouest ).

J’étais à peine débarquée du tramway que mon appareil-photo était sorti. J’étais renversée par le décor. D’abord par l’église Westerkerk, qui allait être mon repère.

Westerkerk

Amsterdam2 173a

En plus, il y avait la belle lumière du soleil de fin de journée. (En ce temps-ci de l’année, le soleil se couche vers 22h ici…)

Je suis allée me balader dans un secteur charmant appelé Nine Little Streets (Negen Straatjes), la crème au niveau des boutiques, des cafés et des restaurants.

Amsterdam2 176a

Amsterdam2 193a

J’ai rencontré trois filles à la beauté et au look à faire défroquer un prêtre. Elles buvaient simplement de la bière dans la rue. Super gentilles, elles m’ont refilé plusieurs adresses pour mon séjour.

Amsterdam2 192a

J’ai poursuivi mon chemin au hasard en croisant un nombre infini de bars et cafés où tous les clients étaient debout dehors sur les terrasses.

Amsterdam2 199a

J’ai marché jusqu’au centre de la ville (rien n’est vraiment très loin à pied à Amsterdam, encore moins à vélo).

J’ai vu le centre commercial Magna Plaza (l’un des rares à Amsterdam), aménagé dans un ancien bureau de poste construit entre 1895 et 1899.

Amsterdam2 209a

Puis je suis arrivée au célèbre square Dam. C’est un lieu historique, là où Napoléon et ses troupes ont été reçus quand ils prirent la ville en 1808.

Voici le Monument national, érigé à la mémoire des victimes de la Seconde Guerre mondiale:

Amsterdam2 216a

Dans le square, il y a un musée de cire Madame Tussaud.

Amsterdam2 214a

Un grand magasin chic appelé De Bijenkorf:

Amsterdam2 215a

Et bien entendu le Palais royal, qui était malheureusement en rénovation.

Lu sur www.amterdam.info:

“Le Palais Royal, qui trône sur la place du Dam, est un ancien hôtel de ville du XVIIe siècle construit à la gloire de la ville d’Amsterdam et du gouvernement. À sa construction, en 1648, il s’agissait de l’édifice non religieux le plus grand au monde. Il fut le palais royal de Louis Bonaparte de 1808 à son abdication en 1810. Il est un des trois palais rachetés par l’État et placés à la disposition de la Reine par Acte du Parlement. Cela dit, elle n’y séjourne pas.”

(Les Pays-bas ont une monarchie constitutionnelle).

Amsterdam2 213a

Puis je suis retournée sur mes pas pour aller souper dans un restaurant que j’avais croisé, le Het Molenpad.

Amsterdam2 229a

J’ai eu une discussion bien intéressante sur la « culture canadienne » avec un Hollandais qui trouvait bien dommage que, selon lui, la seule chose que le monde en général connaisse à propos de la culture canadienne est que les gens sont sympathiques.

Je ne savais pas trop quoi répondre… J’avais beau lui dire que le Québec est un cas à part au Canada, et que la Hollande n’est quand même pas le pays le plus connu sur l’échiquier mondial (« bonne chance si tu fais un Vox-pop sur la Hollande au Canada », lui ai-je dit), pour cet Hollandais, le Canada est dans l’ombre des États-Unis, un point c’est tout.

Si c’est le cas, so what, lui ai-je dit ?

En plus, Vincent (c’est son nom)  ne connaissait pas le groupe Arcade Fire, pas plus que Robert Lepage, et il pensait que le Cirque du soleil venait de la France… « Mais je connais Alanis Morissette et Bryan Adams… »

Ouin… Meilleure chance la prochaine fois.

Mais Vincent m’a fait jurer de vous faire connaître Amsterdam autrement que par son Red Light et ses coffee shops.

Promis.

Fin de la discussion pendant laquelle j’ai bu un verre de vin et lui, trois Heineken.

***

Samedi matin, je ne savais pas par quoi commencer tellement j’avais de endroits que je voulais visiter.

J’ai d’abord déjeuné-lunché dans un restaurant que les trois filles de la veille m’avaient recommandé, le Café George (c’est le nom de mon frère donc leur suggestion m’a prise par les sentiments).

Amsterdam2 236a

Amsterdam2 235a

J’ai marché au moins 30 minutes avant de trouver la place. Je trouve que ce n’est pas facile de trouver son chemin ici à travers tous les canaux et les rues, les « gracht » et les « straats », qui semblent tous pareils à mes yeux. J’ai par exemple confondu le canal Leidsegracht et la rue Leidsestraat.

Je suis ensuite allée voir toutes les sortes de fromages Gouda qu’avait à vendre le célèbre fromager De Kaaskamer.

Amsterdam2 234a

Amsterdam2 233a

Puis je suis entrée une friperie, Episode, qui plaît beaucoup aux Amstellodamois.

Amsterdam2 244a

Une paire de bottes plus tard, j’étais dans un Coffee Company, le « Starbucks » d’Amsterdam.

Amsterdam2 248a

Par la suite, la file d’attente était raisonnable devant la Maison d’Anne Frank, donc j’ai tenté ma chance.

Amsterdam2 252a

Amsterdam2 250a

Amsterdam2 260a

En 20 minutes, j’étais à l’intérieur, plongée au cœur du journal intime de l’adolescente juive victime de l’Holocauste que j’ai lu à 13 ans, et qui m’avait bouleversée à l’époque. Je ne suis pas la seule : Le Journal d’Anne Frank a été traduit dans plus de 55 langues et s’est vendu à plus de 20 millions d’exemplaires.

Anne

Le musée (dont l’extérieur est maintenant moderne mais dont l’intérieur est resté intact) nous montre l’Annexe, l’endroit où la famille d’Anne Frank s’est cachée du 6 juillet 1942 au 4 août 1944.

Amsterdam2 253a

L’entrée de l’Annexe était derrière une bibliothèque pivotante.

Amsterdam2 257a

Amsterdam2 258a

L’appartement que les Frank partageaient avec une autre famille clandestine juive était très exigu. Difficile de penser qu’ils y ont vécu près de deux ans sans sortir dehors et sans y faire de bruit, les rideaux pratiquement toujours fermés.

(Je n’avais pas le droit de prendre les photos que j’ai prises, d’où leur nombre limité).

Le père d’Anne Frank avait deux entreprises, qu’il a faites mettre au nom de Victor Kugler, qui est devenu le protecteur de la famille clandestine.

Kugler apportait des revues de cinéma à Anne Frank pour la divertir. Elle en découpait les photos pour les coller sur les murs de sa chambre.

Amsterdam2 255a

Le père d’Anne Frank est le seul membre de sa famille qui a survécu aux camps de concentration. Ses deux filles et sa femme sont mortes aux mains des Nazis, dans les camps de concentration (Anne et sa soeur sont mortes du typhus, alors que la faim et l’épuisement ont eu raison de leur mère à Auschwitz).

À la fin de la visite, Otto Frank – à qui l’on doit le musée et la publication du Journal d’Anne Frank- confie dans un vidéo que s’il y a une chose dont il a pris conscience en lisant le journal intime de sa fille, c’est à quel point il la connaissait peu. « Je ne connaissais pas ma fille comme je l’ai lue », dit-il.

Poignant.

Je suis ressortie un peu remuée du musée, mais je me suis ressaisie. Après tout, j’avais une ville à visiter.

***

J’ai décidé de faire une ballade en bateau. Cela m’a aidée à me situer dans la ville à travers tous ses canaux.

Amsterdam2 391a

Wow.

Amsterdam2 354a

Amsterdam2 377a

L’eau est dégueulassement sale, mais la vue est superbe:

Amsterdam2 389a

Et le petit garçon dans la rangée devant moi était trop mignon.

Amsterdam2 383a

Sa mère, une Française, m’a dit qu’elle avait peur d’emmener son fils dans le Red Light District, même en plein jour.

Mon Dieu qu’elle s’en faisait pour rien !

Amsterdam2 278a

Amsterdam2 288a

Le Red Light est beaucoup plus touristique que trash, ai-je constaté. Et depuis 2008, les autorités ont entrepris un nettoyage du quartier qui est celui de tous les vices (drogues douces-prostitution-jeu).

Bon, je n’aimerais peut-être pas que mon jeune enfant voit les prostituées dans les cabines, mais il reste que ce n’est pas un quartier dangereux.

putesa

Le Red Light, c’est aussi les coffee shops où l’on peut fumer du pot. Encore là, ceux du Red Light sont surtout fréquentés par les touristes.

Amsterdam2 281a

Cela vaut quand même la peine de passer par le Cannabis College, un organisme sans but lucratif qui informe les gens sur tout ce qui est relié à la marijuana. C’est aussi une bonne façon de connaître les meilleurs coffee shops en ville, peut-être les plus « typiques ».

Amsterdam2 303a

Il y a aussi le Musée de l’érotisme:

Amsterdam2 294a

***

C’était déjà l’heure du souper… J’ai par hasard arrêté mon choix sur un délicieux restaurant italien aux prix plus que raisonnables. Mon serveur –au look à mi-chemin entre le médiéval et Yanni- m’a servi des tomates avec de la mozzarella fraîche et des asperges enroulées de prosciutto. Simple, mais tellement bon.

Amsterdam2 319a

Avis aux intéressés, l’endroit s’appelle le Paladio. Voir le site Internet du restaurant.

Amsterdam2 321a

***

Dimanche, j’ai loué un vélo pour me balader de quartier en quartier, de parc en parc et de square en square :

Le parc Rembrandt, où je fais mon jogging le matin :

Amsterdam2 337a

Les environs de la Gare centrale :

Amsterdam2 346a

Amsterdam2 271a

La Place Rembrandt :

Amsterdam2 396a

Le secteur des musées, en partie en rénovation (où je reviendrai demain):

Amsterdam2 404a

Le Johnny Jordaanplein, où trônent les statues de quatre « monuments » de la chanson amstellodamoise (ou devrait-on dire « jordaanesque ») : Johnny Jordaan, Tante Leen, Manke Nelis et Johnny Meyer. Plus d’infos ici.

Amsterdam2 225a

Et j’ai terminé ma journée dans le Central Park d’Amsterdam, le Vondelpark… Vous auriez dû voir le nombre de gens qui y étaient réunis pour profiter du soleil : des jeunes et des familles, assis à côté de leur vélo à se faire cuire des trucs sur un BBQ improvisé.

Amsterdam2 449a

Amsterdam2 450a

Amsterdam2 454a

Mes amis avec qui je soupe souvent au parc Laurier m’ont terriblement manqué le temps d’un instant.

Pour me consoler, je suis allée boire un verre de Prosecco sur la terrasse d’un club de tennis en terre battue. (Je suis une joueuse de tennis, et c’est Roland-Garros en ce moment.)

Amsterdam2 457a

***

Alors voilà, je vous laisse là-dessus pour aujourd’hui.

Il me reste une autre journée à Amsterdam demain.

Je prévois déjà y retourner.

Un coup de foudre, je vous le dis.

Lire les commentaires (29)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité