Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Morin

    Après 10 années à couvrir le monde des sports, de la F1 au football en passant par la boxe, Stéphanie Morin use maintenant ses semelles sur le tarmac des aéroports, les quais des gares ou les sentiers de randonnée. On peut désormais la lire dans la section Voyage.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 août 2015 | Mise en ligne à 10h36 | Commenter Commentaires (13)

    HitchBot ou la fin du stop

    PHOTO CANADIAN PRESS

    PHOTO CANADIAN PRESS

    Vous avez peut-être vu passer cette nouvelle ce week-end: HitchBot, le petit robot canadien qui avait entrepris une traversée sur le pouce en solo à travers les États-Unis, a été réduit en morceaux à Philadelphie le week-end dernier. Son objectif (ou plutôt celui des chercheurs qui l’ont créé) était d’atteindre San Francisco. Parti de Salem, Massachusetts, il n’aura finalement franchi que 480 km.

    L’an dernier, il avait pourtant traversé sans encombre (et en seulement 26 jours) le Canada en entier, de la Nouvelle-Écosse à la Colombie-Britannique. Il avait participé à un pow-wow, voyagé avec un groupe Heavy Metal… Deux pays, deux résultats fort différents.

    Au-delà de l’expérience scientifique (et du charme de ce robot multicolore chaussé de bottes d’eau, aujourd’hui pleuré par plusieurs enfants), une question demeure. Est-ce qu’on peut encore faire du stop, en 2015, sans s’exposer à divers dangers? La mode est certes passée, mais on voit encore à l’occasion des voyageurs au pouce levé le long des autoroutes du Québec. Est-ce que des voyageurs voient encore dans le stop une façon pratique d’aller du point A ou point B?

    Vous, est-ce qu’il vous arrive de prendre un autostoppeur à bord de votre véhicule? Et HitchBot, vous lui auriez fait une place sur votre banquette arrière?


    • mise à part s’il accepte de monter dans le coffre.. je ne prendrais pas le risque

    • Il y a certains endroits aux États-Unis où un autostoppeur risquerait de finir dans le même état que le robot.

      Faire de l’autostop est non seulement extrêmement dangereux, que ce soit en raison de mauvaises rencontres ou bien du risque de collision, c’est en plus totalement illégal à peu près partout, autant pour l’autostoppeur que l’automobiliste.

    • Vous savez comment il a été détruit non?
      Les 2 dernière personnes qui l’ont prit l’ont laissé sur un banc à 3h am (parce qu’ils devaient aller se coucher probabalement ) et s’est probablement un saoulon qui l’a détruit durant la nuit.

    • Et s’il y avait une bombe dedans? Ou pire, du poil a gratter!
      Non je ne m’arrete plus pour les pouceux, le peace love etant chose
      du passe, beaucoup trop de fous en liberte maintenant.

    • Il s’est fait ramasser par un frère qui devait trop l’aimer dans une ville que l’on dit qu’elle est :
      The City of Brotherly Love (la ville de l’amour fraternel).

      https://ca.screen.yahoo.com/hitchbots-last-moments-124141897.html

      Moi je préfère que mes frères ne m’aiment pas tant que ça…Ayoye!

    • 1) Je m’arrête pour les “pouceux”

      2) Une société qui a peur des pouceux, ou qui les juge, ou qui ne veut pas perdre de temps avec eux, n’est définitivement pas en santé. Dans une autre époque, ou dans une autre culture, ce serait moralement inacceptable. C’est ça la société occidentale de 2015: l’individualisme, le jugement, l’intolérance, et la peur de l’autre. Et c’est devenu acceptable et normal.

      3) Selon vous, en 2015, dans tout le Québec, combien de pouceux ont été embarqués? Et combien de ces histoires avons-nous entendu parler qu’elles tournaient mal? J’estime la chance de rencontrer un malade sur le pouce qui me tuera à moins d’une sur 1 000 000…

    • Le danger est beaucoup plus grand pour le pouceux que pour l’automobiliste qui s’arrête pour lui donner un coup de main! Si je fait du pouce et que je menace le conducteur, il a le beau jeu d’avoir le volant entre les mains, et l’accélérateur sous son pied. Le passager ne peut absolument contre lui sans ce mettre lui même en danger. Inversement, l’automobiliste, lui, peut décider de l’endroit où tu arrête et ce qu’il advient de ton voyage.

      J’ai commencé à faire du pouce dès l’âge de 14 ans (j’en ai aujourd’hui 29) pour me déplacer ici et là au Lac-St-Jean, puis pour visiter le Québec, puis le Canada, la Californie, et plus récemment l’Islande et la Norvège (pour de courtes distances ) . Sur les centaines de voitures qui mon embarquées je n’ai eu que deux expérience désagréables, mais pas particulièrement dangereuses. J’ai cependant eu plusieurs très belles rencontres, et même des amitiés et des offres de projets. Aujourd’hui j’ai une voiture, et je trouve dommage de croiser si peu de pouceux pour que je puisse redonner au suivant.

      Ps : pour ceux qui pensent qu’il est illégal de poucer, c’est vrai seulement sur les autoroutes (et au BC je crois… Et encore, ils sont tolérants dépendant des régions) . Aux States, ça dépend des états.

    • Hitchbot a voyagé en Allemagne, aux Pays-Bas et au Canada sans aucun problème.

      L’utopie fut de croire qu’il survivrait aux USA…

    • Lorsque je voyageais en Nouvelle-Zélande il y a quelques années, j’ai embarqué plusieurs “pouceux”. Au début, mes critères étaient assez stricts, femmes ou couples seulement, pas trop vieux et le moins louche possible. Sauf qu’une journée de pluie torentielle, il y avait un homme sur le bord de la route qui faisait du pouce, et je l’ai pris en pitié. Je l’ai embarqué, et on a voyagé ensemble pendant 2 semaines! Les meilleures rencontres se font dans des moments inattendus, et il est toujours possible de sélectionner les pouceux qu’on embarque.

    • POur ma part quand j’étais jeune j’ai eu a voyager sur le pouce pour mon travail (en région le métro et l’autobus sont des phantasmes) etj’ai toujours eu des gens sympathique pour m’embarquer et je n’ai jamais été en retard grâce à leur gentillesse.

      Aujourd’hui j’arrete à chaque fois que je croise un «pouceux» et j’ai toujours le plaisir de faire de belles rencontres. J’ai plus de risque d’avoir un accident que de faire une mauvaise rencontre. :)

    • ecouteben X 2

      Pour avoir fait du pouce pendant 20 ans, je peux dire sans hesiter que je n’ai JAMAIS eu une mauvaise experience. Tout le contraire en fait.

    • Les époques ont changées…Canada et Mexique sur le pouce, mélangé aux bus pour le Mx. Aujourd’hui je n’en ferais plus, j’aime trop le confort. Puis pour les embarquer ça arrive, mais ça dépend beaucoup de ce qu’ils ont l’air. Quand je vois un gars de mon âge (45), souvent il a l’air de sortir de prison. Désolé si c’est du jugement mais ne pas prendre de chance c’est se protéger.

      Moi en faisant du pouce je me suis fait des amis, mais je me suis aussi fait voler. Et l’ami d’un de mes bons amis s’est fait assassiner pour avoir pris la mauvaise personne dans Lanaudière. Et quand je travaillais au backpacker hostel à Kelowna BC, y a un québécois qui a dû se défendre contre 2 gars et un pitbull au milieu de nulle part, ça bien finit pour lui. Donc c’est pas vrai de dire que c’est sans risques. Y a 20-30 ans tout le monde faisait du pouce.

    • C’est bien vrai, le monde a bien changé et ceci pas vraiment positivement.
      Ayant vécu la plus grande partie de ma vie en Europe, je crois qu’il n’y a pas un pays du centre, du sud et du nord que je n’ai pas visiter en temps qu’auto-stoppeur… même les pays du Maghreb et ceci presque jusqu’à mon arrivé ici au Québec, il y a un peu plus de 6 ans, c’est à dire avec 50 ans.
      Au début par manque d’argent, puis par plaisir de rencontrer des personnes très intéressant venant souvent du monde entier… et ceci presque toujours avec mon gros drapeau canadien flottant sur mon sac au dos. (qui m’a été volé et brûlé il y a une vingtaine d’année)
      Bien sûr, il y a eu quelques moments pas très marrant pendant ces voyages, mais jamais de ma vie, je me suis sentie en mauvaise posture ou je ne sais quoi, au contraire, avec beaucoup de ces connaissances de courte ou de longue durée, le contact existe encore aujourd’hui et ceci sur une base plus qu’une amitié normale, même si on ne se voit pas souvent.
      Spécialement avec l’âge j’ai dut faire l’expérience que les gens de mon âge ne me prenaient pas pour un fou, ce qui n’était pas le cas pour la catégorie entre 335 et 20, qui eux devenaient même très agressives des fois et qui me laissaient souvent après quelques kilomètres, souvent quand il pleuvait, au beau milieu de la nature, après que je leur ai payé soit disant le ticket de transport… et si cela n’était pas le cas, ils se servaient eux même dans mon porte-monnaie…
      Que dire, peut être seulement cela, le monde à perdu son côté humain et est aujourd’hui plus qu’une illusion d’une unité qui vit ensemble. Un monde ou seulement l’argent compte et ou on se prend ce qu’on veut avoir, s’il le faut. Un monde sans aucun respect envers l’autre, égoïste et ou les règles et les valeurs normales d’une société saine d’esprit n’ont plus aucune valeur.
      Faut dire que jamais dans un pays du Maghreb ceci m’est arrivé, au contraire, toujours j’ai été le bienvenu, comme aussi par la plupart des personnes de mon âge et ceux dans la quarantaine. Pour eux c’était un retour dans le passé avec des beaux souvenir.
      Si cela marcherait aussi ici au Québec, je ne pense pas, car l’expérience que j’ai fais ici jusqu’aujourd’hui en ce qui est de créer déjà qu’un simple contact n’est pas très réconfortante.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2015
    L Ma Me J V S D
    « juil   nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives