Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Morin

    Après 10 années à couvrir le monde des sports, de la F1 au football en passant par la boxe, Stéphanie Morin use maintenant ses semelles sur le tarmac des aéroports, les quais des gares ou les sentiers de randonnée. On peut désormais la lire dans la section Voyage.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 5 juin 2015 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (47)

    On campe en ville?

    Photo fournie par le lieu historique national du Canal-de-Lachine

    Photo fournie par le lieu historique national du Canal-de-Lachine

    Jadis, naguère, autrefois, le camping exigeait une préparation sans faille. On partait avec une montagne de matériel, à l’assaut des contrées sauvages où les moustiques pouvaient vous arracher un bras en moins de temps qu’il n’en faut pour dire “citronnelle”.

    Aujourd’hui, le camping a cédé sa place au glamping et plusieurs vacanciers ont troqué leurs tentes démontables pour des structures plus confortables (Otentik, Huttopia, Hékipia, ou peu importe le nom pseudo-scandinave qu’elles portent.)

    La nouvelle tendance pour l’été qui vient ? Le camping urbain. En effet, il sera de plus en plus facile pour les Montréalais de dormir sous la toile, sans devoir s’éloigner de la ville, voire même sans avoir à prendre la voiture. Ainsi, un nouveau site de camping sera installé cet été au parc national des Îles-de-Boucherville: 54 sites sans services pour planter la tente et 21 tentes Huttopia. Le parc est accessible en navette fluviale depuis Montréal et la Rive-Sud.

    Plus urbain encore, le lieu historique du Canal-de-Lachine propose une initiation qui camping les 20 et 21 juin, à l’angle des rues Saint-Patrick et Pitt. Atelier de cuisine en plein air, activités de bateau-dragon, feu de camp et musique (le festival Folk Montréal se tient le même week-end.)  Le 8 et 9 août, de l’initiation au camping sera aussi proposée au Canal-de-Chambly. Une première. Des initiatives semblables sont offertes dans la région de Toronto, au parc urbain de la Rouge.

    Le camping urbain n’est pas pour moi. J’aime m’endormir – dans ma tente – au chant des ouaouarons et plus je suis loin de la ville, mieux je dors. Mais je trouve toutes ces initiatives géniales, en particulier pour les familles qui n’ont jamais pu vivre l’expérience du camping auparavant, faute d’argent ou de connaissances. Je pense au Néo-Québécois, qui n’ont pas forcément le camping inscrit dans leur ADN. On se souvient toute notre vie de notre première nuit sous la tente, enfant. Au bord d’un lac sauvage ou à un jet de pierre du centre-ville, le camping reste toujours une aventure extraordinaire.


    • Encore ?
      Moi, je décampe ;-)

      Comme vous dites, c’est peut-être une façon d’introduire le camping à ceux qui ne connaissent pas ça. Surtout dans les quartiers défavorisés ou bien des gens n’ont même jamais mis les pieds en dehors de l’Ile.
      C’est peut-être aussi une façon de les décourager avec tout le bruit urbain qui ne sera pas arrêté par la toile de la tente (?).

    • gl

      Quand vous parlesz de quartiers défavorisé sur l’ile, vous parlez de Laval des Rapides, Pont-Viau, St-Francois, et Laval-ouest, c’est bien cela?

    • @g100001
      Euh… le bruit urbain dans les îles de Boucherville?

    • Bons refuges aussi pour les sans-abris!

    • @agaguk40
      La nuit, ça doit être pas mal plus tranquille qu’à coté de St-Patrick !!

      @gg_masqué
      Non. Juste à coté de vous: Côte-des-neiges, Parc-Extension. Ou a coté d’ou vos amis habitent : St-Henri et Pointe St-Charles à coté de Westmount. Et Nouveau Bordeaux-Cartierville juste au sud du Boulevard Gouin.
      Vous êtes vraiment déconnecté de votre milieu.

    • Si la tendance des entreprises à supprimer les périodes de vacances au nom de la productivité se poursuit, ça sera bientôt la seule façon de faire du camping…

    • @gl

      le concombre est enclavé, il ne faut pas lui en vouloir.

    • Je suis enclavé entre Laval, Repentigny, Longueuil, et Vaudreuil. Ca pourrait être moins moche comme voisinage, j’avoue.

      Je ne faisais que souligner que la pauvreté crasse n’est pas que l’apanage de certains quartiers de Montréal, contrairement à ce que certains ici peuvent penser.

    • @gg_masqué
      La plus grande pauvreté est sur l’île de Montréal. Comme disent les Jehovah “Réveillez-vous !”

    • Je n’ai jamais affirmé le contraire.

      La pauvreté et la richesse sont ici. Et c’est parfaitement logique et normal.

    • @gg_masqué
      “contrairement à ce que certains ici peuvent penser.” -gg
      Alors arrêtez de penser pour les autres. Vous prouvez à chacune de vos interventions que vous ne comprenez pas ce que vit la moyenne des gens.

    • gl

      Je suis absolument persuadé que votre seul et unique réflexe, lorsqu’on a parlé de “pauvreté” et “ile”, a été de penser à Montréal.

      Je me trompe?

    • @gg_masqué
      “Je me trompe?”
      Oui. Comme toujours.

    • C’est une excellente initiative afin d’initier les néophytes du camping. J’avoue par contre partager l’opinion de l’auteure dans la mesure que j’aime mieux aller camper en dehors de la ville.

      @gl000001: Vous faites des affirmations vides de fondements. La pauvreté n’a pas élu domicile uniquement à Montréal. La pauvreté elle est omniprésente et plus proche qu’on ne le pense. De plus, on parlait de camping urbain alors en quoi la pauvreté à avoir quoique ce soit dans le fait que l’activité puisse être accessible, gratuite et proche? Décidément vous n’avez rien d’autre à faire que dénigrer l’opinion des autres sans véritablement contirbuer à amener quelque chose de constructif à la discussion.

    • gl

      Vous savez ce que je pense de votre réponse. Ca commence par b, et ca finit par t.

    • @Mastaace1234 Amen

    • @Mastaace1234
      Ce n’est pas moi qui ait dit ça. C’est le Concombre qui a dit que j’ai dit ça.
      Et l’article parle de camping pour le Montréalais. Voila pourquoi je parle de la pauvreté des Montréalais. Parce que je connais des gens qui ont vécu dans des quartiers pauvres et beaucoup de leurs amis n’avaient jamais mis les pieds en dehors de Montréal à l’âge de 18 ans !! Mon épouse enseigne à la maternelle dans un quartier allophone et défavorisé et beaucoup ne sortent jamais de l’île. Pourquoi l’an dernier ça se faisait sur le bord du Canal Lachine ? Pour faire connaitre ça aux gens moins fortunés justement. On en avait parlé dans ce blogue.
      Si vous ne comprenez pas ce que les gens disent, posez des questions plutot que d’accuser innocemment comme vous le faites !!

      @GG_Masqué
      Bécot. Ce n’était pas nécessaire ;-)

    • gl

      Amusez-vous tant que vous voulez, gl, la vérité, elle, demeure.

      Qu’est-ce qu’allophone rajoutait à votre post précédent? Un ralent de chépaquoi?

    • @gl000001 Parce que l’article fait référence à une initiative d’accessibilité au camping pour les Montréalais nécessairement cela signifie que la pauvreté a pignon sur rue ou plutôt, s’invite au rendez-vous? Je crois que votre lecture de l’article est éronnée sinon farfelue et que vous essasyer par un moyen détourné de faire passer votre agenda. Cet article ne fait que mettre en lumière qu’il existe pour les gens peu familiers et de tous horizons une alternative au camping plus accessible que jamais et en milieu urbain. En aucun temps l’auteure ne fait allusion ou reference au sans-abris ou à la pauvreté. La seule pauvreté que l’on doit constater par vos interventions c’est celle de vos commentaires. Nullement vous ne dîtes si cela est bénéfique ou non en faisant références à une pensée constructive. Au contraire, vous vous acharnez à dénigrer encore une fois l’apport productif d’un commentaire pouvant faire avancer la discussion. Ce genre d’intervention est contre-productif et bidon.

    • @Mastaace1234
      Bien sur !! C’est vous qui dénigrez mon propos. Tout ce que j’ai fait, c’est de parler d’un problème endémique que les gens pauvres vivent: ne jamais sortir de la ville et ne jamais voir autre chose. Je ne les dénigre pas eux mais leur situation. Mais vous avez décidé de comprendre autre chose encore une fois sans essayer de comprendre mon propos par pure paresse intellectuelle. Juge. Juré. Bourreaux !!

    • @Mastaace1234
      ” Je crois que votre lecture …”
      “Je crois” voila le problème, vous lisez mal dans les pensées !!

    • @gl000001 Pure paresse intellectuelle? Ce n’est pas en restant campé sur vos positions plutôt arrêtées que vous reflétez votre meilleur jour. Encore une fois, il n’y a pas de liens à faire dans l’article entre gens pauvres et ne jamais pouvoir voir autre chose. On parle ici d’une nouvelle tendance soit le camping urbain. Alors trouvez-moi un passage dans l’article qui fait transparaître l’allusion aux gens pauvres? Votre analyse est hors contexte et biaisée afin de refléter ce qui ne transparaît pas à la lecture de cette article. Je ne lis pas vos pensées mais constate tout simplement que vous êtes déconnecté de la réalité textuelle du texte pour lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Votre soit-disante référence au fait que les gens pauvres ne peuvent jamais sortir de la ville et ne jamais voir autre chose n’a aucun lien factuels avec le fait que l’on veuille faire du camping urbain. Monsieur Madame tout le monde peut y avoir accès facilement sans avoir à s’équipper de façon onéreuse. Sont-ils pauvres pour autant? L’article fait reference à une nouvelle tendance urbaine et non pas un phénomène de société entourant la pauvreté.

      De toute evidence votre lecture du texte est hors contexte et vous semblez mal accepter le fait que l’on vous souligne que vous êtes hors contexte alors que l’auteure essaie simplement de faire découvrir une activité saisonnière et estivale qui pourrait être plus accessible à tous tout en donnant sont point de vue.

    • Comme vous manquez d’imagination pour poser la question, je vais le faire pour vous.

      Mastaaca1234 : Gl000001, avez-vous un agenda caché en parlant de pauvreté ?
      Gl000001 : Mastaaca1234, bien sur que non. Je dis simplement que c’est une bonne façon de faire voir à ces gens autre chose. Leur donner le gout de s’en sortir.

      C’était simple et respectueux.

      Mieux que “vous êtes déconnecté de la réalité textuelle du texte pour lui faire dire ce qu’il ne dit pas. ”
      Je ne lui fais rien dire … JE le dis moi-même. Le camping urbain est une bonne chose pour le gens pauvres. Si on s’en tenait strictement à “la réalité textuelle du texte” (sic), il n’y aurait rien à dire. Ca ne serait pas un blogue. Il n’y aurait pas de discussion comme vous semblez le vouloir en m’empèchant de dire ce que je veux et en essayant même pas de le comprendre !!

    • @gl000001 Respectueux en faisant référence à une paresse intellectuelle?? On repassera.

      En fait je ne vous empêche pas de dire ce que vous voulez par contre votre étiquetage de l’activité comme étant une bonne chose pour les gens pauvres est douteux dans la mesure que même si l’on est pauvre cela ne signifierait pas nécessairement que l’on serait enclin à ce genre d’activité. En d’autres mots, il n’y a pas de corrélation entre la pauvreté et vouloir faire du camping urbain. Plus clair que ça, le texte l’aurait laisser transparaître…

    • Oui. Repassez votre lecture. Ca aurait été respectueux DE VOTRE PART si vous aviez agi comme ça. Mais vous avez choisi autrement …

      ” il n’y a pas de corrélation entre la pauvreté et vouloir faire du camping urbain. Plus clair que ça, le texte l’aurait laisser transparaître…”
      Misère !! C’est sur que vous ne trouverez pas ça dans le texte. C’est MOI qui le propose. Deuxième fois que je l’explique. Vous voulez réellement pas comprendre ?
      En leur proposant des choses qui les sort de leur ordinaire plate et dévalorisant, ça les amenèrait peut-être à s’en sortir. J’ai un collègue qui a grandi dans un quartier pauvre. Il y avait une ligue de hockey pour les enfants des familles défavorisées. Ils jouaient avec des équipements désuets et rafistolés. Le hockey l’amené au football qui l’a amené au CEGEP qui l’a amené à une job décente. Pourquoi ne pas essayer de faire ça avec le camping ?

    • gl

      Étaient-ils allophones en plus? Ayoye….

    • Vous qui vous trouvez si fin d’esprit et comique, gl, seriez-vous un peu, mot comme commence également par un b, se termine également par un t, et compte également 5 lettres?

      A vous lire, on dirait bien que oui. Ouache, dégoûtant.

    • @Comcombre
      “Étaient-ils allophones en plus?” Non, et ils étaient moins cabotins que vous.

      @MAstaace12345
      Vous en voulez un hors-contexte : ConcombreMasqué. Même dans le blogue de l’immobilier à peine une intervention sur dix n’est pas méprisante ou hors-contexte.

    • gl

      Au moins lorsqu’on me pose une question, j’y réponds franchement. Et lorsque je parle des pauvres, je n’en profite pas pour souligner qu’ils sont allophones également.

      Et j’ai la lucidité de reconnaitre qu’il y a d’autres iles que celle de Montréal ou des pauvres se retrouvent en bonne quantité. Laval en étant un bel exemple, mais il y en a sûrement d’autres.

    • @gl000001 Vous ne proposez rien vous affirmez des choses en l’air en vous assoyant sur vos positions farfelues et en plus, pour montrer comment savant vous êtes, vous croyez nous expliquer quelque chose alors que l’on peut clairement voir que vous vous écartez du sujet. Au lieu de tirer à bout portant sur tous ceux qui ont bien compris l’essence du texte pourquoi vous ne faîtes pas prevue d’humilité et arrêter vos railleries car vous semblez pauvre en substance. Je lis vos interventions et bien franchement je ne vois pas ENCORE UNE FOIS en quoi ce que vous avancez/proposez amène vraiment au débat étant donné que vous semblez defender mordicus cette position qui en soit-même est fausse car bien des gens de la classe moyenne pourrait faire partie de ces gens que vous qualifiez de pauvres mais je m’abstiens d’emprunter cette voie car de toute evidence, votre extrapolation des faits est erronnée et vide de sens….

      Au lieu d’être campé sur vos positions, allez donc camper votre esprit à ces rendez-vous et vous constaterez peut-être que les pauvres que vous semblez tant marginaliser ne seront pas au rendez-vous….

    • Vous déformez tout. Et je ne suis pas sur que c’est fait de façon franche. Si on ne lit que vos commentaires, on peut croire que je suis un gros méchant. Mais j’espère que personne n’est dupe à ce point.
      Alors, je vais faire ce que je dis plus haut. Je vous pose la question : pourquoi déformez-vous tout ce que les autres disent ? Pour essayer de les faire mal paraître ? Ou si vraiment vous êtes vraiment pas bon en analyse de texte ?

    • gl000001 Comment être dupe à votre mauvaise lecture du texte. Proposez quelque chose ne veut pas dire faire des insuniations pour faire prendre une tangente au texte qui n’est pas vraie. Parler de pauvreté pour faire un lien avec du camping urbain c’est pas mal tiré par les cheveux surtout que si vous aviez bien lu le texte et que l’on se fie à votre lecture de cel;ui-ci, ces “pauvres” ne pourraient pas aller par exemple camper au parc national des Îles-de-Boucherville car il ne pourrait pas se payer la navette fluviale et les frais inhérents. Je ne déforme rien de ce que vous avancez au contraire je ne fais que mettre en lumière le déphasage de l’essence même du texte qui a pris une tournure vers un débat sur l’accessibilité de cette activité pour les gens pauvres alors qu’ici on parle plutôt d’une initiation à une nouvelle tendance dans le camping qui soit dit en passant n’est pas si accessible à tous pour diverses raisons. Ce qui me dit cela c’est ce que l’auteure en écrit: Je pense au Néo-Québécois, qui n’ont pas forcément le camping inscrit dans leur ADN.

      Alors dit-moi en quoi je déforme tout si à la base vous ne lisez pas le texte dans son sens entier afin d’en faire ressortir une analyse constructive portant à une débat fertile et non pas stérile? Ne cherchez pas à me fustiger de mauvaises intentions, parfois la vérité peut être cruelle…

    • Mais mais mais, qui aura donc le dernier mot et ainsi se proclamer champion?

      A suiiiiiivre…

    • jutamat

      Facile! Sur les blogues, gl s’assure toujours d’avoir le dernier mot, de “gagner”. Systématiquement.

      Dans la vraie vie par contre, il n’a clairement pas cette obsession.

      Un sert à compenser l’autre? Je vous laisse y réfléchir.

      Et je ne répondrai pas à son prochain post me visant. Vous savez maintenant pourquoi.

    • @Mastaace1234
      Désolé, je répondais à Concombre.

      Encore une fois, je donne un autre angle à ce débat, sans fermer la porte aux autres contrairement à ce que vous affirmez. Désolé si ça vous dérange. Et comme je ne propose rien (que vous voulez entendre) bonne journée.

    • @Jutamat
      On vous donne le dernier mot. Ca sera facile. Je propose quelque chose mais je n’ai pas le droit selon un rappeur qui n’explique pas pourquoi. Quand au concombre, c’est un avocat. Il vient ici pour s’amuser avec ses phrases tendancieuses pour faire mal paraître les autres face au jury.

    • @gl Il faudrait se decider, c’est un concombre ou un avocat?

    • Le camping urbain est une tendance c’est n’importe quoi, je vois des êtres humains qui en font 365 jours pas année sans tente en plein centre ville de Montréal, ça c’est tendance dans cette ville !!!!

    • Dans les maps urbaines, il y a tellement de cachettes possibles que c’est difficile de faire un bon score en rushant, donc vaut mieux camper et fragger les rushers de l’autre équipe!

    • @el-noeliste 14h07

      Vous écrivez: «Dans les maps urbaines, il y a tellement de cachettes possibles que c’est difficile de faire un bon score en rushant, donc vaut mieux camper et fragger les rushers de l’autre équipe!»

      Je ne comprends rien à votre message. C’est quoi des «maps urbaines», «fragger», les «rushers»? De quelle autre équipe parlez-vous?

    • @webtv32 le camping urbain ce n’est pas n’importe quoi mais par contre, ce qui est n’importe quoi c’est de dresser un parallèle entre itinérance/sans-abris et un phénomène de culture de plein-air. On ne fait simplement que le constat entre une activité de plein-air qui semble avoir accouché d’une nouvelle tendance mais au Coeur de la ville. Pourquoi cherchez plus loin dans des comparaisons trompeuses et loin de véritablement refléter de ce dont on parle dans l’article?

    • @Mouaaahhh
      Je crois que c’est du paintball (???).

    • @gl000001

      C’est quoi du paintball?

    • @Mouaaahhh
      On court dans le bois avec des fusils à air comprimé qui tirent des balles de peinture. Il faut “tuer” les gens de l’autre équipe. Ca se joue aussi à l’intérieur. Ca doit être ça les “maps urbains”.

    • @gl000001 07h08

      Ça me semble assez infantile comme jeu. Je ne jouerais pas à l’intérieur car ca risque de salir partout.

    • @Mouaaahhh
      Ca salit partout mais c’est fait pour ça.
      Beaucoup y jouent d’une façon tellement sérieuse que ça en est risible. Je n’ai jamais joué à ça et je n’y jouerais jamais. Moi, la guerre et la violence …
      Un bureau ou je travaillais a voulu organiser ça comme activité de “team building” !! Je leur ai trouvé quelque chose de pas mal mieux.

    • Meilleur endroit pour camper en ville? Boston
      http://www.nps.gov/boha/index.htm

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2015
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives