Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Morin

    Après 10 années à couvrir le monde des sports, de la F1 au football en passant par la boxe, Stéphanie Morin use maintenant ses semelles sur le tarmac des aéroports, les quais des gares ou les sentiers de randonnée. On peut désormais la lire dans la section Voyage.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 2 juin 2015 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (25)

    L’adieu aux cadenas?

    Les arbres à cadenas de Moscou (PHOTO AP)

    Les arbres à cadenas de Moscou (PHOTO AP)

    Hier, la ville de Paris a soulagé le pont des Arts des milliers de cadenas accrochés aux balustrades par des amoureux de passage. Au total, c’est 45 tonnes de métal qui a été retiré. Les cadenas ont été stockés. La Ville a promis de ne pas les jeter. Les anciennes balustrades de métal seront remplacées par des oeuvres d’art, protégées par des panneaux de plexiglas. Impossible d’accrocher quoi que ce soit là-dessus.

    Fort bien, mais le problème n’est pas pour autant réglé. D’autres ponts parisiens sont déjà la cible de couples désireux de laisser une trace de leur passage. Et les “cadenas d’amour” sont en train de polluer des villes du monde entier.  Le Ponte dell’Accademia à Venise, le grillage de la tour de Séoul, le pont de Brooklyn à New York…  Le patrimoine mondial est en train de ployer sous trop d’amour. Effrayant, surtout quand on réalise que la pratique est loin d’être ancienne (du moins dans la majorité des villes): elle a commencé vers 2008, après la publication d’un roman à l’eau de rose de l’auteur italien Federico Moccia.

    En moins de dix ans, les touristes sont venus à bout des balustrades du pont des Arts. Et la laideur des cadenas menace d’autres structures centenaires qui devraient pouvoir être admirées dans leur plus pure beauté par tous les humains – amoureux ou pas.

    Comment convaincre les touristes d’adopter une façon moins dommageable de sceller leur amour? Paris avait lancé une campagne qui faisait la promotion des égoportraits pour remplacer les fameux cadenas. Un échec. La solution se trouve peut-être du côté de Moscou. Des arbres de métal ont été installés sur le pont Luzhkov pour supporter le poids de tous les verrous (voir photo ci-haut.) N’empêche, il faudra tout de même un jour que ce manège s’arrête.


    • Pour exprimer l’unicité de l’amour que l’on éprouve pour une personne, rien de mieux que de copier ce que font des milliers d’autres font?

    • Désolé mais je ne les trouvais pas laids! Ils apportaient un joli charme à ce pont. Par contre, je comprend la contrainte physique de la structure du pont et la decision de la Ville.

    • Pour les cadenas, on pourrait leurs fournir du cablage d’acier sous haute
      tension electrique.

    • Tout le monde est branché … une borne WI_FI au milieu du pont qui émetterait les égoportraits des amoureux.
      Il y avait une caméra au sommet d’une montagne au Autriche qui faisait plus ou moins ça. La photo se prend et on peut la récupérer sur le web. La mienne est là. Trouvez-la ;-)

    • Moscou a eu une bonne idée. Par contre, son choix d’arbres de métal est très laid. J’aurais peut-être installé une “fausse clôture” devant la vraie, facile à déplacer. Et peut-être qu’un artiste aurait trouvé quelque chose de joli à faire avec dans un parc par exemple.
      Cette mode passera, comme passera aussi espérons-le, l’affreuse mode des auto-portraits bec-de-canard.

    • C’est comme les tatouages cette mode va passer.

    • L’idée étant que les cadenas restent en place, donc les villes aux prises avec ce phénomène devraient les enlever hebdomadairement, très publiquement, pendant les heures d’affluence sur ces lieux et faire savoir clairement qu’ils sont expédiés illico à la ferraille.

    • “C’est comme les tatouages cette mode va passer.”

      Heu… Les modes passent, certes, les tatouages, eux, restent!!

    • À compter du moment où il était connu que le poids des cadenas nuisait à la structure, ceux qui ont persisté à en accrocher ne sont pas des amoureux ni des romantiques, mais bien des sauvages idiots. Point barre.

    • J’étais justement à Paris il y a 2 semaines, à me promener sur le pont des Arts. Je regardais distraitement cette masse informe de cadenas quand une inscription sur l’un d’eux a attiré mon attention: “Go Habs Go”… avec un gros cœur! Le monde est petit, et très romantique je trouve.

    • Yeah!!!! Enfin!!!

      C’était laid.

      Maximilien.

    • La meilleure idée revient à adam1951… Qu’ils les enlèvent une fois par semaine, et ça devrait régler le problème.

    • Décidément, je ne comprendrai jamais ce qui pousse les gens à se livrer à de telles activités. Par contre, je suis d’avis qu’on les laisse faire mais qu’on enlève ces cadenas régulièrement et systématiquement, au moins une fois la semaine. C’est une manie autrement moins dommageables que les graffitis qui défigurent trop de monuments historiques et de paysages urbains qui coûtent une fortune en décapage et en restauration.

    • Est-ce que ceux/celles qui rompent, se laissent, se séparent, divorcent vont retirer leur cadenas?

      C’est peut-être la solution!

    • Moi, c’est l’idée même du cadenas que je trouve déprimante. Si la meilleure façon qu’ont trouvé les gens pour exprimer leur amour est un objet associé à la prison, la coercicion, la détention, c’est ignoble. Mais c’est peut-être révélateur. Ainsi, on n’”aime” pas l’autre, on le “possède”, on le “détient”, on l’”emprisonne”…

    • @ somsom ~

      Qui sait… Ce sont peut-être des cadenas
      qui verrouillaient des ceintures de chasteté…!!

    • [T€$t des c@ràctères 123 ?% âïe ! هؤلاء أبناء اليمن وأهلها]

    • Entre un cadenas du genre et un graffiti, quel est la différence?

      Je trouve cela tellement kitsch et de mauvais gout. Un moins un graffiti peut être beau, pas un cadenas…

    • Quelle laideur, quelle quétainerie, dévisager des oeuvres d’architecture sur le fleuve d’une des plus belles villes du monde. Cadenas, selfies, tatouages…des modes polluantes.

    • Tout à fait d’accord avec jippece: laid, quétaine et surtout une attaque sans vergogne fait à des monuments historiques. Un trip égoïste sans bon sens.

    • ..@kelvinator,3 juin 2015: «…un graffiti peut être beau, pas un cadenas…»

      Même si certains peuvent le trouver «beau», un graffiti n’a absolument pas sa place sur un monument historique, que ce soit un immeuble, une statue, un pont, etc. Et contrairement aux cadenas qu’il suffit de couper, un graffiti, ça ne s’enlève pas facilement et il arrive que le décapage endommage l’objet sur lequel il a été peint. Et en plus ça coûte cher.

    • On devrait forcer ces “amoureux” a venir enlever leur cadenas quand leur couple se sépare.

    • Le premier cadenas, c’était cute.

      Le deuxième aussi.

      Et le troisième.

      Mais rendu au 569 981e cadenas, plus tellement.

      Larousse

    • Je ne comprend pas l’irrationalité des couples que font ça, est-ce que il ne sont pas surs de son relation qu’ils doivent utiliser utiliser des cadenas pour etre sure? je pense que la la ville de Paris a fait bien de les retirer et la solution qu’ils ont trouvé c’est parfait pour le Pont des Arts,
      il va avoir vraiment d’art qui peut etre apprécié par tous.

    • Je trouve très embarrassant et juvénile cette folie de mettre des cadenas sur un pont…. Sur le pont Charles, il y a un coin ou tous ces amoureux mettent ces cadenas et c’est laid… L’autre problème est que la structure originale n’a pas été conçue pour cette charge statique.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2015
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives