Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 5 septembre 2013 | Mise en ligne à 10h51 | Commenter Commentaires (23)

    Les enfants en avion, une nuisance?

    Des enfants attendent leur vol à l'aéroport de Singapour. Photo: Reuters

    Des enfants attendent leur vol à l'aéroport de Singapour. Photo: Reuters

    Marie-Eve Morasse – Montréal

    Seriez-vous prêt à payer pour éloigner les enfants de vous pendant un vol? L’idée n’est plus farfelue puisque deux compagnies aériennes asiatiques proposent à leurs passagers de voler dans des classes où les enfants de moins de 12 ans sont exclus.

    C’est le cas de Scoot Airlines, une division de Singapore Airline, qui offre la classe « ScootinSilence ». En ajoutant 18$ de plus au prix de leur billet, les passagers se retrouvent dans une section de l’avion où il n’y a pas d’enfant et davantage de place pour les jambes. La compagnie malaisienne Air Asia X dispose quant à elle d’une «zone tranquille», dans laquelle l’éclairage est tamisé, si bien que les grands peuvent se reposer comme bon leur semble pendant le vol…

    Les petits sont-ils devenus la nouvelle nuisance à 35 000 pieds? Selon un sondage mené par American Express auprès des voyageurs d’affaires, être assis à proximité d’un enfant ou d’un bébé en avion est le pire endroit dans un avion (21%), surpassant les sièges situés près des toilettes (14%) et le voisinage d’un passager qui s’approprie l’accoudoir (11%).

    Seriez-vous prêts à payer pour vous tenir loin des enfants en vol?


    • Pauvre petit voyageur d’affaire. Rien de plus fatigant que les bougons qui sont contre les enfants!!!
      J’imagine qu’ils étaient eux même des enfants tapageurs … ou des parents d’enfants tapageurs qui ne réussissaient pas à les controler.

      C’est certain qu’un enfant tapageur dans un avion c’est pas de tout repos pour tout le monde, mais c’est la vie et il faut vivre avec.

      Maximilien Lincourt

    • Ce n’est pas une “nuisance”. C’est la vie. Ils ont souvent moins pire que certains plus vieux qui se lèvent de leur banc en s’agrippant à ton dossier, que ceux qui donnent des coups de pied dans ton dossier, que ceux qui jacassent 8 heures de temps lors d’un vol de nuit.
      Sur un long vol de nuit, si la zone calme n’a pas de service de repas, si ils font respecter la règle du silence pour les “jacasseux”, oui je paierais.

    • Ce sont pas les enfants le problème, c’est les parents roi qui croient que LEURS petits prince est meilleur que tout les autres et donc automatiquement il peut faire ce qu’il veut. Les enfants ne sont que le reflet de leurs parents.

    • J’ai pris l’avion a plusieurs reprises, et oui a quelques occasions, pres d’enfants. Vrai, ce n’est pas toujours plaisant mais de la a en faire une maladie, quand meme pas. Et entre vous et moi, il a y a parfois des adultes qui ne sont pas reposant non plus.

    • ..Misère! Ce ne sont pas les enfants qui sont une «nuisance« en avion, ou n’importe où dans les espaces de vie en société: Ce sont les parents irresponsables, incapables, ou, les pires à mon avis: les «granoles» qui laissent tout faire sous prétexte «qu’il faut laisser les pauvres petits s’exprimer».

      Pour m’éloigner de ce genre de parents, oui, je serais prêt à payer. Comme je serais prêt à payer pour ne pas être à proximité des adultes «épais» qui s’accrochent à votre dossier de siège pour se lever, qui passent leur temps à enfoncer leur pieds ou leurs genoux dans ce même dossier, qui vous descendent leur propre dossier jusque dans le nez, qui viennent converser longuement avec votre voisin de siège qui s’adonne être un ami.

      C’est pour cela que chaque fois que je puis me payer un surclassement de dernière minute qui est moins cher qu’un billet, je le fais car depuis que je prend l’avion, (1971)les choses ont bien changé. Voyager en classe «économique», devenue au fil des ans et des appétits financiers de transporteurs, la classe «troupeau», c’est trop souvent un pensum qui fait que je ne prends plus l’avion que lorsque c’est absolument nécessaire.

      Et de grâce, cessons de taper sur les enfants. Ce sont les adultes qui sont responsables sauf pour les bébés qui pleurent à cause des maux d’oreilles causés par les compressions et décompressions mais ça ne dure pas tout un vol. Et justement, pleurer ça les aide à rééquilibrer la pression et diminuer la douleur, comme nous, avec nos bâillements et autres moyens comme mâcher de la gomme.

    • Payer pour réserver son siège.
      Payer pour une repas ou une collation.
      Payer pour être assis près des portes de sortie.
      Payer pour enregistrer ses valises dans la soute.

      Payer. Payer. Payer. À un moment donné, ça suffit.

      Je ne paierais certainement pas pour une zone sans enfant. D’abord, je voyage souvent et je n’ai jamais été incommodée par un enfant ou un bébé en vol.

      Par contre, si on pouvait avoir une zone dans l’avion où les obèses et les gens qui sentent très mauvais pouvaient être exclus, là oui, ça commencerait à m’intéresser.

      S.Larousse

    • la nuisance c’est les parent incapables d’eduquer leurs enfants correctement , ma fille de 8 ans a deja souvent fait des montreal hong-kong avec moi et jamais de probleme , elle est alle en europe avec ses grands parents cet ete et je n’ai eu que des eloges . mais je trouve que larousse a tout a fait d’accord l’obese qui me pique la moitie de mon siege en debordant du siens et bien plus une nuisance que le bebe qui pleure ,par contre je ne payerais pas un sous de plus pour un vol sans baleine humaine , je prefere me plaindre aupres du personel de vol et exiger un remboursement puisque je ne recois pas le service pour lequel je paye (je demande un changement de place discretement en premier mais doit regulierement elever la voix et menacer de recours legaux

      T. Bombal

    • @ re3e: Comment ça se passe exactement quand ça arrive? Vous allez voir l’agent de bord au début du vol? Comment vous exposez votre problème? Et que vous répond-on d’habitude?

      S.Larousse

    • Lors de mon dernier voyage, à l’aller, j’ai été assise à côté d’un individu en surpoids qui suait à grosses gouttes et qui m’envoyait son coude en plein visage chaque fois qu’il prenait une bouchée de son quadruple cheeseburger. Pour ajouter au supplice, ce génie a englouti un somnifère, ce qui fait qu’il m’aurait été impossible de me lever de mon siège pour changer de place. Il a fallu que je le bouscule avec l’aide de l’agente de bord pour être en mesure de quitter l’avion une fois arrivée à destination.

      Pour les bébés qui pleurent, il y a les bouchons et les lecteurs MP3 que l’on peut facilement transporter sur soi, tandis que pour ceux qui prennent un siège et demi, il n’y a pas de solution aussi simple.

    • Ma réponse OUI…

      Etre assis durant 7h dans un vol Bangkok-Doha ou un enfant hurle dès la première minute du vol jusqu’à ce que l’avion touche le sol, deux bancs derrière ce jeune de 2-3 ans… L’enfer!!!
      Heureusement, ca ne m’est arrivé qu’une seule fois… Mais une fois de trop…

      Maintenant, je m’assois au moins 5-6 rangées passée la premiere rangée (ou il y a habituellement les couchettes pour les enfants)

      Le bébé qui pleure, les enfants qui jouent, je n’ai pas de problèmes avec ca…
      Mais des hurlements durant 6h50… c’en était trop pour moi!

    • Les enfants ne sont définitivement pas le plus “gros” problème quand tu voyage en Amérique du Nord.
      - Les personnes qui débordent sur ton côté de siège;
      - Les personnes qui apportent leur McDo ou leur poulet frit dans l’avion (ça pue);
      - Les passagers qui puent;
      - Les personnes qui ne sont pas capables de se lever sans tirer violement sur mon dossier de siège;
      - Les personnes sur un vol de deux heures qui te demandent de changer de place pour être ensemble et qui bien sur t’offre le siège hublot alors que tu préfères l’allée et que tu t’es arrangé d’avance pour l’avoir.

      C’est pas mal ça.

    • Je déteste les enfants au plus au point alors OUI ! OUI ! OUI ! à cette fantastique idée.

      Quant aux obèses et ceux qui puent, je suis en accord mais ce n’est pas ce dont il est question. Je payerais pour m’éloigner de ceux-ci aussi, vous pouvez en être certain! Mais l’un exclue pas l’autre.

    • ..@jeffypop: «Les personnes sur un vol de deux heures qui te demandent de changer de place pour être ensemble et qui bien sur t’offre le siège hublot alors que tu préfères l’allée et que tu t’es arrangé d’avance pour l’avoir.»

      À cela il y a une réponse bien simple: «NON». Je fais partie de ceux qui réservent TOUJOURS un siège d’allée et à moins que ce ne soit pour des raisons humanitaires démontrées, pas question que je change de place pour un caprice. Et je ne dis pas cela parce que c’est ce que je «ferais» ou ce que je conseille. Je le fais tout le temps. Point final.

    • maximilien

      5 septembre 2013
      11h08
      Pauvre petit voyageur d’affaire. Rien de plus fatigant que les bougons qui sont contre les enfants!!!

      Pas fort ça ! Visiblement, vous n’avez pas à prendre l’avion chaque semaine pour vos déplacements reliés au travail, sinon vous changeriez de chanson.
      Je suis cependant plutôt d’accord avec ceux qui mentionnent les parents “guenilles” qui laissent tout faire à leurs petits chéris. Un enfant en bas âge, ça voyage mal peut importe le moyen de transport utilisé. Les longs déplacements devraient être évités à tout prix. Quand je vois des familles partir en vacances avec des marmots encore aux couches, je me dis que ces gens là n’ont rien compris aux sacrifices qu’impose la parentalité. Mes parents ne m’ont pas “traîné” en avion avant que je n’aie un âge raisonnable pour voyager sur de longues distances. Ils se sont privés pendant quelques années, comme cela devrait être.

    • @Jeanfrancoiscouture

      Je dis non mais ça m’énerve pareil.

    • @larousse
      quand je constate , avant le decolage , j’appelle le personel de bord , je leur fait constater que mon siege n’est pas disponible , et leur cite la loi sur l’usage RAISONABLE d’un bien ou service (le siege qu’ils m’ont deja vendu et qu’ils sont maintemant tenu de m’offrir , si je rencontre une quelconque resistance je leur propose d’aller eduquer les autres passagers dans la meme situation , disont qu’ils preferent me fermer la Gueule en me deplacant ou surclassant et si ils persistent , je prend des photos de mo dans le peut de siege qu’il me reste pour “documenter le risque securitaire puisque je ne suis pas correctement assis” et leur annonce que ces photos seront au bureau de la securite aerienne et le bureau de mon avocat avant qu’on arrive a la porte de debarquement tout en demandant l’eppelation correcte du commandant de bord .

    • C’est étonnant de constater qu’il existe une catégorie de gens qui semblent n’avoir jamais été eux-mêmes déjà “enfants”. Ils semblent vouloir renier ce qu’ils ont été; des enfants. Les enfants sont notre legs, notre “futur”, notre richesse. Se désintéresser de notre “futur” peut se retourner un jour contre nous. On ne fait pas un adulte avec un enfant. Un enfant est un enfant. Il a besoin de nous.
      Comme je dis quelques fois: “T’as eu du fun à le faire? Et bien maintenant, amuse-toi avec ton fun”.

      Mario, de Ville Saguenay.

    • @maximilien

      Vous n’avez vraisemblablement jamais voyage pour le travail. Si je suis en vacances les enfants ne me derangent pas mais lorsque j’ai un meeting le lendemain matin je prend la classe affaires pour pouvoir me reposer le plus possible.

      J’ai deja eu un vol de 7hrs, suivi d’une escale de 10hrs et d’un autre vol de nuit de 14hrs…disons que les enfants mal eleves dans le deuxieme vol m’ont un peu fait suer, au moins je me disais que j’allais en vacances!

    • Seulement 18$ de plus? Oh que oui, j’achète!

      Et pas seulement pour avoir la paix, mais pour que les parents voyageant avec de jeunes enfants se sentent à l’aise aussi. J’ai déjà voyagé avec mon fils qui avait alors 3 ans. Fiévreux, maussade, donnant des coups de pied sur le siège avant, ce fut un cauchemar car j’ai été sur le qui-vive pendant les 8 heures de vol ne voulant pas déranger. Le regard des autres était assez éloquent.

    • Oui, je serais tout à fait d’accord pour payer un léger supplément pour avoir un vol où je peux profiter de quelques heures de sommeil. Je suis particulièrement d’accord avec les intervenants qui mentionnent que ce sont les parents le problème. On le voit tout de suite quand les enfants sont bien élevés…ils ne viennent pas vous reluquer à dix rangées de la leur avec le parent qui sourit béatement à ses côtés, comme s’il avait engendré la huitième merveille du monde. Il y a déjà assez de contraintes auxquelles on doit faire face quand on voyage, les enfants turbulents et braillards, non merci. Et pour la mal d’oreille, il y a autre chose que le braillage, donnez-lui un biberon ou un bonbon, s’il est plus âgé, ce sera très efficace

      Pour amener des poupons en avion, il faut vraiment avoir une bonne raison; c’est le meilleur endroit au monde pour attraper toutes sortes de cochonneries puisqu’il s’agit d’un espace clos où l’air est recyclé. Je suis récemment allée dans le Sud où, dans un tout inclus, une famille avait emmené un bébé de trois semaines… il faut être un peu fêlé pour soumettre un nouveau-né à des risques pareils.

    • La discrimination m’écoeure, même celle qu’on inflige a nos enfants. Celle que l’on fait subir aux obèses est plutot répugnante aussi, par le fait qu’elle est socialement acceptable. En fait je me demande comment les commentaires désobligeants des rousses qui se croient tout permis a propos des obèeses peux passer le filtre de La Presse.

    • “Quand je vois des familles partir en vacances avec des marmots encore aux couches, je me dis que ces gens là n’ont rien compris aux sacrifices qu’impose la parentalité. Mes parents ne m’ont pas “traîné” en avion avant que je n’aie un âge raisonnable pour voyager sur de longues distances. Ils se sont privés pendant quelques années, comme cela devrait être.”

      Je ne vois pas où c’est écrit qu’on doit se sacrifier à ce point quand on a des enfants? On parle quand même d’un moyen de transport! Le voyage s’est beaucoup démocratisé depuis longtemps. Mes parents m’ont “traînée” en avion à plus d’une reprise alors que je portais encore des couches. Et je ne parle pas d’un vol d’une heure, mais de trajets très longs. Mes parents étaient pourtant loooooin d’être riches, mais voyager, c’est ce qu’ils aimaient faire, tout simplement. Je n’ai jamais dérangé personne en avion.

      Je suis mère à mon tour et notre fille (5ans) a déjà énormément voyagé, dès ses 8 mois: Europe (3 fois), États-Unis (4 fois) et bientôt dans le Sud. On n’a JAMAIS eu de problèmes. Les coups de pieds sur le siège, les cris, ne sont pas tolérés de notre part et elle l’a compris dès le départ. On se prépare adéquatement: on choisit des vols avec des horaires intéressants, on apporte un sac à surprises, des livres, des collations, des DVD, beaucoup de repos la veille du voyage, etc. Ma fille sait quoi faire au point de fouille: enlever les chaussures, déposer son sac à dos, traverser le portique, attendre maman. Un parent préparé aura aucun problème en avion. Un voyageur d’affaires qui était assis à côté de notre fille qui avait 2 ans à l’époque nous a même dit combien il était surpris de la voir si calme.

      La plupart de mes amies emmènent leurs enfants et leurs bébés en voyage. Avec les longs hivers québécois, les impôts de fou et les horaires chargés, vraiment ça fait du bien de pouvoir profiter de belles vacances au soleil de temps en temps. Personne n’a envie d’attendre d’avoir 50 ans pour en profiter.

    • PS: on a quand même annulé un voyage outre-mer le jour même du départ. Notre fille était extrêmement fièvreuse et malade. Beaucoup d’argent de perdu, party de Noël à l’eau chez les grands-parents qui nous attendaient de l’autre côté de l’océan mais son bien-être et celui des autres passagers passaient avant tout. C’est la vie.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité