Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 22 août 2013 | Mise en ligne à 12h10 | Commenter Aucun commentaire

    Taïwan en paix avec ses fantômes

    Sylvain Sarrazin
    Taipei

    IMG_1371

    Une Taïwanaise brûle du papier symbolisant de l'argent afin de satisfaire les fantômes errants. (Photo Sylvain Sarrazin, La Presse)

    Ces derniers temps, les trottoirs des villes taïwanaises se sont parés de nombreux brasiers, fumant à chaque coin de rue. Les habitants n’y grillent ni viande, ni légumes, mais y brûlent de simples feuilles de papier. À quel dessein? Celui d’apaiser les fantômes errants, revenus sur terre tout au long du 7e mois lunaire.

    On s’adonne à la tâche avec application, et pour cause: selon la tradition, les portes de l’enfer, grandes ouvertes, permettent aux esprits de s’engouffrer librement dans notre monde, 30 jours durant. On redoute avant tout ceux ne disposant pas d’autel funéraire où se réfugier, car ils menacent de venir hanter les hommes et leur jouer des tours.

    Pour éviter cette fâcheuse situation, mieux vaut se réconcilier avec eux, en leur présentant toutes sortes d’offrandes. Celles-ci sont symbolisées sur de larges rouleaux ou sur du papier monétaire, lesquels sont brûlés afin que les fantômes puissent les acquérir (et rôder ailleurs, merci).

    L’apothéose de ce rite annuel, très populaire sur l’île de Taïwan, est célébrée le 14e jour du mois lunaire, à Keelung, un port situé au nord de Taipei. De gigantesques lanternes en forme d’autels y sont érigées, puis bourrées d’offrandes. Peu avant minuit, au terme d’une cérémonie complexe alliant bénédictions de prêtres et feux d’artifice, ces lanternes sont jetées à la mer et incendiées, en proie aux vagues et aux flammes.

    «Ces rituels visent avant tout à l’apaisement et à la réconciliation, m’a expliqué un Taïwanais, c’est pourquoi des offrandes sont présentées à tous les morts, y compris les ennemis.»

    Exemple à la fois drôle et évocateur: pour satisfaire les fantômes de soldats français ayant péri dans une bataille au large de Taïwan, à la fin du XIXe siècle, on leur dédie des baguettes de pain et des bouteilles de vin! Peut-être faudra-t-il confier à certains Taïwanais que d’offrir du vin américain à ces défunts n’est probablement pas la meilleure des stratégies pour les apaiser…

    À lire prochainement dans La Presse et La Presse +: un photo-reportage de la cérémonie de Keelung, haute en couleur.

    Tags: ,


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité