Le Blogue-Trotter

Archive du 5 février 2013

Mardi 5 février 2013 | Mise en ligne à 11h09 | Commenter Commentaires (7)

Les agents de bord et la peur

Photo: AP

Photo: AP

Marie-Eve Morasse – Montréal

En décembre dernier, j’ai suivi pendant douze heures des agents de bord sur un vol d’Air Transat à destination et au retour de la République dominicaine. Vous avez pu lire mon récit dans La Presse de samedi, mais si vous l’avez raté, c’est ici sur le web.

Je n’aime pas particulièrement prendre l’avion, ainsi j’ai profité de la présence de ces experts du ciel pour leur demander si eux, avaient parfois peur d’être dans le ciel, que ce soit en raison de conditions météo difficiles ou de problèmes mécaniques avec l’appareil. La réponse qui vient tout naturellement: ils ne se rendent même plus compte qu’ils travaillent à 35 000 pieds.

Quant aux turbulences, elles sont pour les agents de bord un inconvénient plus qu’autre chose. «On sait que ce n’est pas dangereux», m’a dit une agente, soulignant au passage que la peur des turbulences n’avait pas sa place dans ce métier.

Non, les mères et pères de famille qui font ce métier n’embrassent pas leurs enfants avec plus d’intensité lorsqu’ils partent travailler. Une agente d’Air Canada m’a toutefois admis que pendant les mois qui ont suivi le 11 septembre 2001, elle a davantage pensé à ce qui pourrait arriver, si…

Même avec dix ans de métier, elle n’a pu se souvenir d’une occasion où elle aurait eu la frousse. «Souvent, on sait des choses que les passagers ne savent pas. Par exemple, le commandant peut nous appeler en disant que la visibilité pour l’atterrissage est de zéro. Ça fait un peu peur, on se dit “est-ce qu’il va voir la piste?” Mais il faut qu’on ait l’air calme..»

Les turbulences ont beau être la plupart du temps anodines, il arrive que certaines d’entre elles soient violentes au point de blesser des passagers et des membres d’équipage. Une agente d’Air Transat m’a raconté un atterrissage particulièrement mouvementé, au cours duquel elle a dû rassurer des passagers et garder son sang-froid. «Tu gardes ton calme, mais lorsque tu rentres chez vous tu t’assois et tu pleures.»

Fort heureusement, la très grande majorité des vols se déroulent sans incident, 2012 ayant été une année «exceptionnelle» sur le plan de la sécurité aérienne. Et quand ils surviennent, la préparation de l’équipage est primordiale. Vous vous souviendrez sans doute de l’amerrissage d’un avion sur l’Hudson à New York en 2009, après lequel l’équipage a évacué en quelques minutes les 155 passagers à bord. Toute une démonstration de professionnalisme pour ceux qui croient que les agents de bord ne font que servir des repas…

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité