Le Blogue-Trotter

Archive du 4 janvier 2013

Vendredi 4 janvier 2013 | Mise en ligne à 20h33 | Commenter Commentaires (19)

Ah, les repas d’avion… (ajouts)

Virgin aller 1 réduit

Ariane Krol – Montréal

Il n’y a pas 36 façons d’améliorer l’ordinaire de la classe sardines. J’ai essayé d’acheter des plats à l’aéroport (cher et souvent décevant). De réserver un «repas spécial» auprès du transporteur (genre végétarien asiatique). D’acheter des sandwiches à bord (sans commentaires).

Chaque fois, je me suis demandée pourquoi les compagnies aériennes ne vendaient pas quelque chose de mieux – des repas comme ceux servis en classe affaire, par exemple. Il y a des clients qui paieraient pour ça, non? Tant qu’à passer la soirée coincé dans un fauteuil au-dessus de l’Atlantique… Malheureusement, les transporteurs qui travaillent avec des chefs réputés, comme Heston Blumenthal chez British Airways, réservent leurs talents pour les passagers assis à l’avant de l’appareil.

Virgin Atlantic, qui ne fait rien comme les autres, a toutefois décidé de redonner un peu de chic au service  en classe économique. Et franchement, ils se débrouillent pas mal. Le «poulet korma avec un mélange de riz basmati et de lentilles dahl» ci-haut était très correct, et la salade césar bien meilleure que celle servie chez d’autres transporteurs. Vous ne voyez pas de dessert? Il arrive après le repas, dans un service distinct. Ce soir-là, on a eu droit à une belle portion de mousse au chocolat.

Le vol de retour fut un peu moins enthousiasmant. Je ne les ai pas aidés en commandant le «cobbler de boeuf braisé avec pommes de terre en purée et haricots verts». Vous avez déjà mangé du bon boeuf en classe sardine? Celui-là baignait dans une sauce plutôt savoureuse, mais la viande avait cette texture rêche typique des repas d’avion.

Virgin retour 2 réduit

Et avant d’atterrir, on a eu droit à ça:Virgin thé 2 réduit

Vous l’avez deviné, c’était l’heure du thé. Scone avec confiture de fraise et crème épaisse. Et ces étranges petits sandwiches garnis d’un mélange de fromage et d’oignon rouge. Déroutants, mais pittoresques. Ce qui, avouons-là, est plutôt rare en classe économique, du moins chez les transporteurs occidentaux.

Ça vous intéresse, la bouffe d’avion? Ne manquez notre dossier de samedi dans le cahier Voyage de La Presse. Vous pouvez aussi visiter ce site. Et partagez vos expériences les plus mémorables dans notre blogue. Si vous avez des photos de repas sur Instagram, n’hésitez pas à inclure le lien dans votre commentaire.

Ajout 1: Une bonne partie de mon dossier de samedi est maintenant en ligne ici.

Ajout 2: Pour les nostalgiques, la collection de menus de l’Université Northwestern. Sur le vol Freeport (Bahamas)-Toronto d’Air Canada en juin 1968, vous aviez le choix entre le “caneton sauce piquante bermudienne”, le ‘filet mignon grillé” et les “paupiettes de veau braisées des tropiques”. Par contre, je ne m’ennuie pas des “cigarettes canadiennes, américaines et anglaises” à bord d’un DC-8…

Ajout 3: Visite d’une entreprise où l’on conçoit et prépare des repas d’avion.

Ajout 4: Comment l’altitude altère votre goût.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2010
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité