Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 septembre 2012 | Mise en ligne à 11h43 | Commenter Commentaires (5)

    Comment survivre à un accident d’avion?

    Photo: archives AFP. Un écrasement d'avion au Nigeria a fait 153 morts en juin dernier.

    Photo: archives AFP. Un écrasement d'avion au Nigeria a fait 153 morts en juin dernier.


    Violaine Ballivy
    Montréal


    Comment augmenter ses chances de survivre à un écrasement d’avion? En voyageant en classe économique.

    C’est du moins la conclusion d’une enquête réalisée pour le compte d’une émission d’information britannique.

    Les enquêteurs ont fait s’écraser volontairement un Boeing 727 dans un désert du Mexique (Sonoran) plus tôt cette année, chargé de caméras, de senseurs et de mannequins de simulation d’impact.

    L’état des mannequins assis dans l’avant de l’appareil, la section normalement réservée à la Première classe et à la Classe Affaires, permet de conclure que ces passagers auraient eu peu de chance de survivre : les 11 premières rangées avaient complètement été arrachées. La force de l’impact a atteint la force de 12 G, contre 6G plus loin dans l’appareil. Dans ces conditions, les experts ont conclu qu’aucun passager des premières rangées aurait survécu au crash, contre 78% dans le reste de l’appareil. Les chances de survie augmentent plus on se rapproche de la queue de l’avion.

    Enfin, l’étude conclut aussi qu’il vaut mieux suivre les conseils donnés par les agents de bord avant le décollage. Trois mannequins installés dans une même rangée, mais dans des positions différentes, révèlent qu’un passager ayant placé la tête entre les jambes, les mains derrière la tête (brace position) et la ceinture attachée aurait «survécu» au crash, alors que celui qui n’avait que sa ceinture attachée aurait subit de violentes blessures à la tête. Le dernier, non attaché, serait mort.

    Cette étude renforce les conclusions d’une précédente enquête publiée dans le magazine Popular Mechanics, en 2007, qui avait passé au crible tous les crash survenus depuis 1971 (pour lesquels les données étaient disponibles) et conclu que les sièges situés entre l’aile et la queue de l’appareil étaient les plus sécuritaires : le taux de survie était de 69% dans cette section, contre 56% près de l’aile et 49% à l’avant.

    Ce genre d’enquête est-il susceptible de modifier votre façon de choisir vos places en avion? Écrivez-nous!

    Source: Telegraph.co.uk


    • Il faut mettre ces données en relation avec les possibilités d’être la victime d’un accident d’avion. Selon certains cela varie entre 1 chance sur 11 millions à 1 chance sur 1 milliard dans un transporteur moderne. Il y a plus de chance d’être frappé par la foudre que d’avoir un accident d’avion dans un avion de ligne moderne. Donc, c’est une donnée qui peut réconforter ceux qui ne peuvent pas se « payer » un siège avant l’émission des cartes d’accès à bord car ils se retrouvent toujours dans l’arrière de l’avion et ceux qui paient leurs sièges sont plus enclins à les prendre en avant, pour pouvoir sortir plus rapidement à destination (et avoir de meilleures chances de faire leur correspondance, le cas échéant). Dans mon cas, ça met un peu de positif sur le fait que je ne suis pas intéressé à payer pour un siège à des prix souvent exorbitants et que je me retrouve toujours dans la queue de l’avion…

    • Au Canada il est peu fréquent que les places arrières soient toutes prises ….MAIS aux USA j’avais remarqué que les américains sont friands de choisir de préférence les places arrières dans les avions….et ce n’est pas par savoir vivre ou grande politesse pour les invités de drnière minute:))

    • @easyrider Il y a une explication fort simple. Lorsque’un avion est presque vide, les passagers doivent être répartis dans l’avion afin que l’avion soit balancé. Ils doivent aussi faire la même chose avec les bagages qui sont principalement à l’avant lorsqu’il y en a peu.

      Lorsqu’un avion est presque plein, on peut se permettre d’avoir des places de libres à l’arrière puisque le cargo prend beaucoup de place et est mieux réparti. Il faut aussi avouer que les places à l’arrière lorsque l’avion est plein sont loin d’être les meilleures. C’est long avant de débarquer et on est très près des toilettes!

    • C’est une vieille histoire. Ils avaient déjà tiré les mêmes conclusions dans les années 80. Il y avait eu deux ou trois crash en ligne avec des survivants à l’arrière. Le magazine humoristique CROC avait même fait une belle parodie.

      Je prends des places ou on sera nous deux cote-à-cote. Et c’est souvent dans le fond de l’avion.

    • Par contre l’air est beaucoup plus vicié et pauvre en oxygène à l’arrière de l’avion !

      B.D.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité