Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 18 juillet 2012 | Mise en ligne à 9h53 | Commenter Commentaires (9)

    Dormir dans une boîte à l’aéroport

    Photo: sleepbox.com/ La première «sleepbox» a été installée à l'aéroport de Moscou l'an dernier.

    Photo: sleepbox.com/ La première «sleepbox» a été installée à l'aéroport de Moscou l'an dernier.

    Photo: sleepbox.com / L'intérieur minuscule de la «sleepbox».

    Photo: sleepbox.com / L'intérieur minuscule de la «sleepbox».

    Violaine Ballivy
    Montréal

    Pas facile de s’installer assez confortablement pour dormir quand on est coincé à l’aéroport, en attendant son prochain vol. Une société russe pense avoir trouvé la solution au problème en créant de toutes petites chambres privées installées dans les salles d’embarquement. À condition, bien sûr, de ne pas être claustrophobe.

    Ces «boîtes à dormir», de la société Sleepbox, ont une longueur d’à peine 2,4m, une largeur de 1,6 m et une hauteur de 2,7 mètres. Bien sûr, il n’y a pas de place pour une toilette dans un espace si restreint –les clients devront utiliser les services publics de l’aéroport mais les concepteurs ont tout de même trouvé le moyen d’y loger une petite table de chevet, une petite télévision, une table pliante, un miroir et une lumière. Et bien sûr, cela vient avec le wifi.

    Une vingtaine de ces capsules viennent d’être installées à l’aéroport de Xi’an Xianyang, en Chine, et une autres l’a été à l’aéroport de Moscou l’an dernier. La première demi-heure coûte environ 5$ CAN, mais les deux premières heures 10$. C’est donc généralement beaucoup moins cher qu’une nuit dans un hôtel classique à proximité d’un aéroport.

    Est-ce le genre de service que vous aimeriez trouver lors de vos prochains voyages ?

    Sources: cnn.com et sleepbox.com


    • Certain, c’est parfait!

    • Étant claustrophone, non merci, déjà que je suis obligée de prendre une petite Ativan avant l’embarquement à bord de l’avion et une autre durant la durée du vol, mais l’idée est bonne je trouve.

    • Je fais rarement des voyages avec escales ou je dois dormir dans un aéroport mais je m’en servirais surement.

      @dibern
      Je ne suis pas claustrophoBe, mais je prends également une Ativan pour pouvoir dormir quand je vais en Europe. Peu de gens savent pas vivre dans un avion !!

    • @dibern & gl000001: Des Ativan pour dormir? Ça ne me regarde pas mais attention à l’immobilité prolongée en avion. C’est une des causes des embolies pulmonaires provoquées par des caillots qui se forment dans les petites veines dans l’articulation du genou et qui se déplacent quand on se relève et qu’on recommence à bouger. Et en viellissant, il paraît que le danger augmente.

      C’est pour cela que je prends toujours un siège d’allée et que je ne reste jamais plus d’une heure et demie assis sans bouger. Et que je bois beaucoup d’eau quitte à apporter mes bouteilles même si, à cause de la “/$%?&* de sécurité devenue folle , je suis obligé de les payer le prix fort en zone sécurisée.
      Quant à ces cubes pour dormir, pourquoi pas, si j’en avais besoin et qu’ils étaient disponibles même si j’ai hérité de cette merveilleuse faculté de pouvoir dormir presque partout. Je n’ai pas de mérite, Je suis né comme ça. Et c’est pratique en diable.

    • ..P.S. Petit complément de ma part: Ces «boites» sont même un peu plus larges et plus longues que les chambrettes dans les trains et dans chaque chambrette, il y a un petit lavabo et une toilette. Je suppose que dans le cas des «boites à dormir», puisqu’elles sont amovibles, la question de la toilette et du lavabo est bien plus une question de tuyauterie que d’espace.

    • @jeanfrancoiscouture
      Un vol Montréal-Paris prend 8 heures. Si je dors 5-6 heures sur un banc d’avion (avec une courbe lombaire placée trop haut), ce n’est pas pire que de dormir 8 heures dans mon lit. Et comme je dors les jambes le plus étendu possible, il y a moins de chances pour des caillots.

      La dernière fois que j’ai fait un vol trans-atlantique sans Ativan, nous partions à 20:00. Transat a servi deux repas, joué deux films, fait des annonces tonitruantes, pas baissé la lumière dans la cabine. A l’atterrissage, les enfants qui n’avaient pas dormi étaient devenus des monstres. Les adultes semblaient épuisés. Ca part bien des vacances.

      A mes deux derniers voyages, avec des Ativan, je sors de l’avion frais comme une rose. La dernière fois, j’ai même conduit 3 heures vers ma destination. Sans Ativan, je me serais enroulé autour d’un platane.

    • Je trouve l’idée excellente. Il n’y a rien de pire, lorsqu’on a une escale de plusieurs heures entre deux vols transcontinentaux, que de ne pas avoir d’endroit où se reposer, comme c’est souvent le cas dans les aéroports. L’an dernier, en revenant de Delhi en Inde, j’avais une escale de huit heures à Amsterdam mais ma conjointe et moi étions trop fatigués pour aller nous promener en ville. Heureusement, cet aéroport comporte un hôtel où de minuscules chambres sont louées à l’heure. C’était un peu plus cher que ce qui est proposé ici (75 $ pour cinq heures) mais la chambre comportait un lit double et une salle de bain. Ca nous a mis en forme pour le segment Amsterdam-Toronto de notre voyage.

      Les “boites à dormir” proposées ici sont une version simplifiée du service que j’ai eu à Amsterdam, mais elles seront certainement très bien accueillies.

    • @jeanfrancoiscouture
      La petite pilule n’a pas comme but de pouvoir dormir mais plutôt d’éviter une crise de panique. Quand une crise de panique survient, on a l’impression qu’on manque d’air et qu’on va mourir, et on veut à tout prix sortir à l’extérieur, alors vous comprenez que dans les circonstances, la petite pilule est essentielle, sinon pas de voyage en avion. Et il va sans dire que je prends toujours un siège côté allée. Je n’ai pas ce problème quand je prends les train.

    • Absolument.

      La dernière nuit que j’ai du passer dans un aéroport, j’ai été chanceux: sofas en cuir, WIFI gratuit, tout était très propre.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2012
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité