Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 25 avril 2012 | Mise en ligne à 9h27 | Commenter Commentaires (40)

    Le tout-inclus: pour ou contre?

    Punta Cana-66.JPG

    Nathaëlle Morissette
    Montréal
    Plusieurs voyageurs qui décident de s’offrir une formule tout-inclus pour aller se faire dorer au soleil sur une plage de Cuba ou du Mexique n’osent pas annoncer ouvertement leur projet de voyage à leur entourage ou encore sentent le besoin de se justifier en évoquant la fatigue ou le besoin extrême de soleil et de chaleur. Certains peuvent agir ainsi par snobisme. D’autres ont plutôt l’impression d’aller à l’encontre de leurs principes en encourageant une économie qui exploite les petits travailleurs cubains ou mexicains. Êtes-vous pour ou contre le tout-inclus? Pourquoi?


    • Tout inclus? Si c’est pas un 5 étoiles vos drinks vont goûter l’eau. Si on est pour me donner de la scrap j’aime mieux payer. Mais Personne n’exploite personne. Ceux qui travaillent dans les Resort sont les mieux payés, les plus heureux. Pas n’importe qui qui peut travailler dans un Resort 5*.

    • Êtes-vous pour ou contre le tout-inclus?
      _______________
      Y’a rien de gratuit dans vie. Ils font la moyenne de la consommation per capita et that’s it. Du comptant c’est volatile. Voilà la raison. Ils sauvent une fortune en comptabilité. Gestion optimale de la place.

    • Pour ou contre le McDo, pour ou contre le Wal-Mart, pour ou contre le Bio. C’est l’offre et la demande. Le depaysement chez l’habitant c’est pas pour tout le monde et ça ne te tentes pas toujours non plus.

    • Je suis pour. C’est une bonne façon économique de décrocher pour une semaine, de laisser le cerveau sur la tablette et de penser à rien. Et c’est pour la plage et non la gastronomie.
      Un petit drink, un peu de soleil et ouf, on fait bronzer l’autre côté.

    • Bonjour!

      Je propose à celles et ceux qui veulent réellement faire une réflexion sur le sujet de lire “Le manuel de l’anti-touriste” de l’auteur Rodolphe Christin. C’est un court essai qui pose de bonnes questions sur le sujet.

      L’idée dans la lecture, que l’on soit pour ou contre, c’est d’être en mesure d’amener des arguments et de pouvoir les soutenir.

    • Complètement contre. C’est l’antithèse du voyage, une forme de colonialisme touristique. Il n’y a aucune immersion culturelle, on transpose la culture des voyageurs dans un autre lieu, tout simplement. Mais le pire, c’est que ça détourne les efforts de développement en créant une certaine forme de dépendance économique envers l’extérieur. Plusieurs diraient: “Mais ça fournit des emplois, les gens ne feraient rien sinon”. Peut-être, mais justement pendant que les gens travaillent pour ces grands hotels anonymes, ils laissent de côté ce qui fait leur spécificités culturelle et sociale. Qui plus est, les gouvernements de ces pays “hôtes” sont souvent trop complaisants envers les propriétaires de ces “resorts” détenus pour la plupart par des intérêts étrangers. Et l’alternative existe. Il est parfaitement possible de faire un magnifique voyage au Mexique par exemple et d’encourager l’industrie touristique locale: Auberge style “bed and breakfast”, repas peu dispendieux, plages publiques désertes et rencontre culturelle! Mais c’est sur, ça demande un petit effort de plus…
      Stéphane Tremblay, Montréal

    • Partir a l’aventure rime souvent avec marche effrénée pour tout voir et tout faire. Le tout-inclus est un doux rêve ou on profite de tout sans effort, sans stress, comme une croisière de rêve ou le seul stress est de se rendre a l’heure, puis de tout abandonner.

    • Après avoir expérimenté un tout inclus l’année dernière (première fois à 41ans), je suis pour.

      100% pour

      C’est l’ideal pour rien faire, juste se reposer, juste faire la farniente, n’avoir aucune responsabilité pendant une semaine.

      Il faut faire la différence entre des “vraies” vacances et faire un voyage.

      J’ai fait souvent des voyages pendant mes vacances (surtout en Europe), c’est hyper agréable, ça rempli un besoin intellectuel et culturel, mais ce n’est pas toujours reposant, il faut se lever tot, visiter, tout voir, …

      Pour se reposer, un tout inclus, c’est parfait.

      Max.

    • Personnellement, je suis contre. Je trouve cela abrutissant de résumer le tourisme à l’exploitation d’un hôtel luxe et d’une météo favorable… Loin de favoriser les réels échanges culturels ou même financiers entre les pays et leurs habitants, cela n’a rien d’enrichissant, à mon avis.

      Cela dit, si l’objectif est justement de seulement relaxer et d’économiser en ce qui concerne l’ensemble du voyage, d’autres peuvent être intéressés, ce qui est parfaitement légitime.

    • Les tout-inclus répondent à un besoin: pouvoir se reposer en vacances dans un site enchanteur, sans se préoccuper de rien. Rien n’empêche de faire une escapade à l’extérieur du complexe si on le désire. Cela dit, ce n’est pas mon type de voyage préféré.

    • Le ¨tout inclus¨comporte beaucoup d’avantages qui permettent de prendre de vraies vacances
      mais……tout dépend de la période. Nous avons eu le malheur de passer 15 jours dans un hôtel de Cancun durant le spring break. Nous en avons vu de toutes les couleurs. Certains se soulaient dès le matin, accaparaient toutes les places autour des bars, criaient à tu-tête jusque tard dans la nuit. L’hôtel semblait vraiment très débordé par cet arrivée massive de fêtards tout à fait insouciants des règles les plus élémentaires de savoir-vivre.
      C’est donc une mauvaise expérience que nous avons vécue, mais j’imagine qu’en temps normal ça ne se passe pas toujours de cette façon…..

    • Personnellement, je suis moralement incapable de fréquenter les tout-inclus. Je ne serais pas capable de profiter pleinement de mes vacances en sachant que mon repos se fait au détriment de la population locale, trop souvent exploitée par les propriétaires occidentaux des chaînes d’hôtels à forfaits, ou de l’environnement, parfois négligé pour faire place à des constructions impressionnantes mais sauvages.

      Cela dit, je ne condamne pas le fait de passer des vacances au soleil en hiver. J’ai moi-même séjourné en Tunisie, au Mexique et aux Bahamas, mais j’ai toujours choisi des établissements qui appartenaient à des intérêts locaux.

      Évidemment, je ne suis jamais resté dans des hôtels luxueux, et j’ai dû faire mes recherches moi-même par Internet pour trouver où j’allais loger et me nourrir. Mes efforts m’ont toutefois valu de revenir à la maison aussi ressourcé que si j’avais choisi un tout-inclus en plus d’être heureux des rencontres et découvertes que j’avais faites sur place.

      Je reconnais toutefois que ce n’est pas tout le monde qui a envie (ou le temps) de préparer son propre voyage comme je le fais. J’encouragerais donc ceux et celles qui vont dans le sud pour “bronzer idiot” (à défaut d’une meilleure expression) de demander à leur agence de voyage de leur trouver des hôtels qui favorisent le développement durable ou de s’adresser à une agence de voyage qui oeuvre dans le domaine du tourisme durable.

      Imaginez un touriste qui viendrait au Québec uniquement pour faire du ski l’hiver, qui se moquerait éperdument de notre culture et qui ne sortirait pas de son “resort” appartenant à une corporation américaine ou chinoise… Qu’apporte concrètement cette personne au Québec?

    • Je suis allé plusieurs fois à Cuba. J’aime énormément la culture cubaine. Beaucoup de touristes avec qui j’ai discuté ignorent que c’est une didacture communiste, que le peso convertible est une monnaie artificielle soustraite aux lois du marché international.

      Il y a un problème moral à chaque pratique de consommation, semble-t-il… Mais je ne vois pas l’intérêt de culpabiliser un travailleur québécois qui va se reposer en famille ou en couple dans un de ces hôtels.

      Les travailleurs de ces grands hôtels anonymes sont-ils honteusement exploités? Facile de dire oui, facile de dire non, selon nos grands principes moraux.

      J’apporte toujours des “cadeaux” aux gens qui travaillent-là. Leur “merci” avec un grand sourire n’est pas hypocrite. Quand je regarde ce que je paie ici en impôt provincial, fédéral, taxes municipales, permis de toute sortes, taxes sur la consommation, etc,etc… Je me sens moi-même exploité! À la seule différence qu’il n’y a pas de Comité de la Révolution dans mon quartier et que je peux voyager et parler librement…

      En passant, le fait que l’industrie touristique est florissante à Cuba et que certains intérêts étrangers s’y trouvent n’est pas mauvais pour Cuba. Dans un avenir assez rapproché, il y aura des changements là-bas. Les chances que cela se passe sans effusion de sang inutile sont tout de même élevés. Personne n’a intérêt à nuire à l’industrie touristique là-bas.

      Pour répondre à Stéphane, j’ai déjà voyagé en sac à dos chez l’habitant. Et oui, c’est tout un autre genre de voyage! Ça vaut le coup de le faire, mais peut-on imposer notre vision du tourisme à tous? Non. Je ne cracherai jamais sur les travailleurs québécois qui vont se reposer dans un tout-inclus… Vision minimaliste, selon moi.

    • Intéressant de lire que ‘vacances dans le sud’ est associé avec repos et que ‘voyages en Europe’ est associé avec stress. Rien n’empêche d’aller dans un B&B sur le bord de la Méditerranée ou en Amérique du Sud pour se prélasser pour une semaine, l’expérience sera à la fois culturelle et relaxante. Les voyages frénétiques durant lesquels il faut voir tous les lieux de tourismes en peu de temps sont en effet épuisants, mais personne n’a dit que c’était la seule façon de voyager.

    • Je suis pour. Mais au point d’y aller chaque année. Nous y revenons tout juste pour la première fois depuis plus de 10 ans. Une semaine à Riviera Maya. C’est très bien, mais on a aussi fait deux expéditions. Nous ne sommes pas du genre à rester étendus sur la plage en faisant rien. Je comprends mal les gens qui vont au même endroit, chaque année, depuis des lunes ! Y’a autre chose à voir dans le monde.

    • Je fréquente les tout-inclus depuis plus de 15 ans, j’ai 54 ans, et je suis totalement POUR. Je n’ai aucun regret ou réticence à aller me reposer, me prélasser sur les plages, faire le plein d’énergie, de soleil et d’expériences et de rencontres agréables. C’est un besoin viscéral pour moi.

      Pensez-y, quand la super woman a passé 11 1/2 mois dans la routine comme plusieurs d’entre nous: à gérer la famile, les enfants, le mari, la maison, la bouffe, la job de 40 heures et tout le reste….on a bien le droit de se payer une semaine ou deux à RIEN FAIRE et se laisser gâter….pour une femme c’est le summum. On a tôt fait de revenir à la routine….

      Je n’ai aucun remords vis-a-vis de ces gros propriétaires de resorts…. je gâte la femme de ménage et les serveurs tant que je peux…. Je fais des excursions pour connaître leurs us et coutumes, j’apprends l’espagnol depuis quelques années. J’ai souvent jasé avec des employés et il travaille beaucoup mais sont bien traités, plusieurs ont étudié en tourisme et les GO sont souvent des jeunes qui feront ce travail qu’une partie de leur vie… C’est comme ici, certains ont la vie dure et d’autres profitent des plus pauvres….

      Et c’est pas cher…À ceux qui diront, voyagez donc au Québec…. Il faut être riche…. Nous avons séjourné récemment 24 heures dans un hotel, nous y avons pris deux repas avec du vin, nous avions apporté des consommations dans nos chambres, pas de plage, pas de palmiers, pas d’avion et plus de $500 de dépenses….faites le calcul pour y séjourné une semaine… autour de $3,500.

      Une semaine dans un tout inclus de bonne catégorie… entre $800 et $1200 par personne.
      Cherchez l’erreur….

      L’été dernier, nous sommes allés deux semaine au N.B. en camping…. Facture: $2,000 environ mais nous étions épuisés à notre retour….

      Je vote donc POUR les tout-inclus et j’espère y retourner tant que je pourrai pour mon bien-être physique et mental….Bonne vacance

    • POUR – C’est un peu la différence entre VACANCES et VOYAGE. Le Sud pas cher en tout-inclus c’est pour décrocher, se reposer, prendre un peu de vitamine soleil pour passer au travers de nos hivers. L’Europe c’est pour explorer, marcher, découvrir, visiter… c’est plus long et c’est plus cher. Le tout-inclus nous permet de faire les deux dans la même année! Et puis les prix sont si intéressants qu’on peut se permettre une excursion ou deux et même de souper à l’extérieur si ça nous chante.

    • Allo immersion culturelle !! Vacances a Cancun, les gens ne vont pas la pour la culture! On va
      à Cancun ou ailleurs pour le soleil, pour se faire gâter. Pour la culture,tu vas aller en Europe.
      J ai essayé les deux et je préfere de loin le tout-inclus. Bon voyage, amuse-toi, repose-toi !!

    • 100% pour. Par contre, les tout-inclus sont pour les vacances. On se repose, on lit, on se baigne, on marche looooongtemps, on boit un peu, on mange un peu…

      Un voyage est quand tu désires t’imprégner de la saveur locale. Ça peut être de visiter un quartier de fond en comble, d’aller de musées en musées, de manger dans les restos locaux, de se promener à satiété… Pas nécessairement stressant, plutôt amusant mais sûrement divertissant.

      Ce qui me chicote dans les tout-inclus est la mentalité des vacanciers. Les gens travaillent énormément et souvent avec le sourire. Je vais manger au resto à Québec, je donne un pourboire pour montrer que j’ai apprécié le service, de toute façon qui ne laisse rien comme pourboire à Québec? Ça devrait être la même chose dans le sud. Mettons que je suis très généreuse en pourboire parce que justement ces gens sont généreux de leur personne. Et je ne parle pas seulement des serveurs de restos, femmes de chambre ou barmaids. Je parle des jardiniers, préposés à la plage, G.O… Le mois passé, un jardinier nous, ma meilleure amie et moi, a fait faire le tours complet des jardins du resort où on était car il voyait bien que les jardins nous intéressaient. Un merci, une poignée de main, une casquette (je donne une quantité importante de casquettes quand je vais dans ces endroits) et un pourboire ont fait l’affaire. Mais j’ai bien vu à sa prestance que c’était l’intérêt qu’on portait à son travail (impeccablement fait et je m’y connais en jardins) qui lui avait fait le plus plaisir… Moi aussi j’apporte des vêtements trop petits, de petits cadeaux et gâteries. C’est rien pour nous et ça fait toujours plaisir.

      D’un autre côté je trouve toujours drôle quand une personne raconte son dernier grand voyage avec menus détails et qu’il est incapable de nommer une exposition du musée de sa propre ville… Des fois à trop chercher ailleurs, on s’y perd un peu… Bref, tout ceux qui voyagent pour pouvoir ”cocher” dans leur grande liste de la vie ce qu’ils ont vu et me tapent sur les nerfs et pas à peu près…

      En voyage ou vacances? Cela dépend des grandes étapes de la vie, du temps, du budget et de nos goûts. Juger un ou l’autre démontre d’un esprit étroit qui ne mérite pas justement de voyager ou de sortir de chez soi…

    • En lisant les commentaires, j’ai l’impression que quand on sort de chez soi on a 2 choix: l’Europe ou le sud. Mais il existe aussi d’autres continents et aussi plusieurs villes du Canada, des States plus accessibles qui sont aussi des voyages. Pour moi Vancouver a été un magnifique voyage, différent de Paris ou Florence mais un voyage tout de même…

    • Ce n’est pas de l’exploitation. Il y a une économie qui s’est développée, il y a plein de gens qui en vivent, et lorsque la semaine finit on donne des pourboires. À Cuba si on enlève le tourisme la qualité de vie des cubains qui en vivent va planter. Pas juste diminuer, planter. J’y ai été l’an dernier, les raisons ? On avait 1 semaine à tuer qui nous aurait coûté plus cher à Mtl, on avait besoin de soleil, prendre une pause. Et c’est très louable, quand on a 1-2 semaines, on peut pas perdre du temps en transport et en recherche d’endroit. Sans compter que tu sais d’avance où tu atterris. Ma guide touristique était une architecte avec une maîtrise environnementale. Les dollars des touristes permettaient à une bonne partie de sa famille d’augmenter leur qualité de vie, c’est elle qui me l’a dit, et y a fallu qu’elle se batte pour avoir cet emploi.

    • J’ai connu les deux opportunités lors de plusieurs vacances et je préfère le tout-inclus. Vous ne vous cassez pas la tête pour savoir quoi manger, quoi boire, les activités sont sur place, et si vous désirez être seul, vous vous sauvez sur la plage, il y a toujours un petit coin qui vous attend. La courtoisie et la propreté sont au rendez-vous…
      J’ai loué des chalets durant quelques années, mais le coût du voyage est très élevé. Et il est vrai qu’au Québec, en Ontario et dans les Maritimes tout est cher, très cher. Une nuitée dans un hôtel des Laurentides est très souvent 120$ et plus, à part les repas, et les frais des quelques activités offertes dans la région.
      J’ai aussi essayé des voyages organisés au Québec. Tout était parfait et après calcul ce genre de voyage est moins dispendieux qu’un voyage que j’avais moi-même prévu.
      De toute manière bonnes vacances à tous!

    • Pour. Pour ma part, quand je vais à Varadero, je choisis un hotel 2 étoiles. Mon premier critère est la propreté des lieux. Pour le reste, je n’ai pas de problème à marcher deux coins de rue pour me rendre à la plage. Aussi, au bout de 3-4 jours, on a fait le tour du buffet, alors on va manger au resto pour le repas du soir. Dépaysement assuré, les québécois ne fréquentent pas les 2 étoiles en général. J’y ai par contre rencontré des allemands, des français… Je fais rarement des excursions, sauf pour La Havane. J’aime beaucoup me promener hors zone touristique. Un cubain travaillant à l’hôtel m’a déjà prêté un vélo lors de sa journée de congé et j’ai eu l’occasion de visiter avec lui des champs de canne à sucre et de boire un jus de canne à sucre frais. J’y suis déjà allé avec mon fils quand il avait 10 ans et je lui ai raconté un peu d’histoire, et il s’est toujours intéressé à la politique depuis ce temps. Ça dépend du genre de voyage qu’on veut.

    • J’aimerais bien rencontrer ces gens qui se cachent d’être aller dans un tout-inclus. Ce sont sûrement les mêmes qui sont contre la capitalisme mais vont s’acheter une télé chez Wall-Mart…
      Je vois surtout le contraire, des gens qui se vantent d’être de grands voyageurs car ils ont voyagé 22 fois à Cuba. Les deux ne sont pas mieux l’un que l’autre.
      Je crois qu’il faut faire une grande différence entre les produits touristiques qui sont offerts. Le tout-inclus est un produit abordable et facile. Pour le Québécois moyen qui ne peut s’offrir plus que 2-3 semaines de vacances par année cela constitue un excellent rapport qualité/prix. Et ceux qui croient qu’on ne peut aller en tout-inclus et s’imprégner de la culture vous oubliez qu’il y a une sortie devant l’hôtel à laquelle les clients ont accès s’ils le désirent et s’ils veulent découvrir leur pays hôte.
      Il y a aussi les voyages plus culturels. En général, ceux-ci sont plus dispendieux et ont besoin de plus de temps. Que ce soit l’Asie, l’Europe, l’Afrique ou la destination de son choix peu de place offre un accès aussi facile que le sud et ses tout-inclus. On peut bien sur aller dans les Caraïbes par soi même et réserver des petits complexe ou B&B par contre.
      Alors le tout-inclus est seulement un produit de voyage comme les autres. Il répond au besoin de certain voyageur tout simplement. Tant qu’à se demander Tout-Inclus ou non, pourquoi pas se demander:
      Croisière ou non?
      Circuit accompagnés ou non?
      Les deux peuvent être aussi “inculturelle” que les tout-inclus…

      @brazwhazz Ce qui vous décrivez arrive régulièrement au Québec et dans le reste du Canada. Je vous inviterais à regarder ce qui se passe avec les touristes Japonais en particuliers, Vol sur compagnie aérienne boutique souvenir et hôtel sont majoritairement propriété japonnaise. Et Tremblant c’est quoi? Intrawest est bien Américain…

    • Tout à fait pour. Je crois qu’il faut différencier vacances et voyage. Aller dans un tout inclus c’est être en vacances. Visiter le Mexique par ses propres moyens, c’est faire un voyage, découvrir l’autre. Et un voyage n’est souvent pas très reposant!!!

    • Quand j’étais plus jeune j’ai fait de nombreux voyages en Asie surtout, Amérique latine, États-Unis,etc…C’était avec le sac à dos et des hôtels parfois sans étoile. J’ai une amie de voyage qui se contente aussi bien d’un hôtel “6 étoiles” que de marcher dans la merde au Yémen pendant trois semaines. Remaquez que ce fut un voyage très apprécié.

      Aujourd’hui j’aime bien me prélasser dans un 5 étoiles, surtout sur la côte ouest du Pacifique au Mexique.
      Je ne suis pas une adepte du bronzage, j’en profite pour faire de grandes marches dans les villes ou villages avoisinants, faire des tournées dans les coins pittoresques.
      Je dis à mes amis que ce ne sont pas des voyages, mais des escapades hivernales que j’apprécie beaucoup
      Thérèse C.

    • Entre 756,00$ au Québec pour l’hébergement avec le déjeuner et le souper (taxes incluses) dans une auberge moyenne de Charlevoix et 714,00$ dans un tout-inclus 4 étoiles à Cayo Guillermo (Cuba) incluant la boisson et la nourriture à volonté et ce, pour la même date, mon choix est fait. Pour me dépayser, pour le temps plus clément, pour relaxer, j’aime ces voyages tout-inclus. Je voyage quand même au Québec mais je ne part jamais une semaine car c’est trop dispendieux quand on inclus les repas et la boisson. Je ne veux pas manger au MacDo pendant mes vacances (et en autre temps également) pour économiser alors qu’en tout-inclus, on ne regarde pas de ce côté. Et en terminant, merci au gouvernement de m’interdire de fumer partout car grâce à lui, je fume moins de cigarettes, économisant un bon montant me permettant de voyager dans un tout-inclus.

    • @lyson58

      “À ceux qui diront, voyagez donc au Québec…. Il faut être riche”

      À qui le dites vous…il y a 2 ans j’ai été 1 mois en France. J’ai loué une voiture de Paris et j’ai suivi un itinéraire approximatif. Je suis passé par des endroits qu’on peut penser dispendieux, genre Bordeaux, Rennes, St-Malo, la méditerranée, ben l’hôtel le plus cher de mon périple a été lorsque je suis revenu chez moi (basse côte-nord en allant vers Blanc-Sablon) à Natashquan ! 158 $ pour une chambre qui devait être la pire de tout mon voyage.

      Le problème ici c’est que les régions touristiques veulent faire 12 mois de profits en 4 mois d’activité.

      @simon_delorme

      C’est parce que ce n’est pas du tourisme culturel. Pas vraiment en tous cas. C’est comme dire je vais 1 semaine à Disneyland. C’est pas pour les échanges culturels.

      @brazwhazz

      Je suis allé à Oaxaca l’an dernier, et on a transféré en bord de mer à Puerto Angel. Se débrouiller pour le transport, réserver en cherchant sur le net, t’arrives et ce n’est pas du tout comme tu pensais. Sans compter qu’au Mexique, c’est loin d’être tous les hotels qui sont sur le net. Je confirme que ce n’est pas pour tout le monde. Ça été génial mais ça été laborieux.

    • Chacun ses goûts! A ceux qui tentent d’imposer leur vision aux autres…et bien un jour vous serez matures :-)

    • Lorsque j’ai besoin de lire, dormir et nager et jouer au tennis pour une dizaine de jours la formule est parfaite. Pour découvrir et explorer on voyage autrement. Chacune des façons de voyage est bonne selon nos besoins du moment. Les banlieusards et pseudo-intello-phallocrates coincés du Plateau… j’me sacre ben!

    • @Stéphane Tremblay…”Et l’alternative existe. Il est parfaitement possible de faire un magnifique voyage au Mexique par exemple et d’encourager l’industrie touristique locale: Auberge style “bed and breakfast”, repas peu dispendieux”

      Ouais, maudite bonne idée pour finir ton voyage assis sur la toilette en sueur entre 2 épisodes de diahrée.

      Les vierges offensées peuvent bien dire ce qu’ils veulent, pour moi s’insurger contre les touts-inclus c’est comme s’insurger contre la crème glacée. Si t’aimes pas ça, manges-en pas, mais fait pas suer les gens qui aiment ça.

    • Je vais quelques fois dans des tout inclus et je ne considère pas cela comme un voyage mais bel et bien comme des vacances. 100% pour des vacances, difficile à battre. Pour les voyages, je choisi l’Europe (Paris, Grèce, etc.)

    • Personnellement, je n’aime pas les tout-inclus. Je ne me sens pas du tout à l’aise de me faire servir par d’autres et de faire la princesse. C’est personnel. J’y suis allée une fois et j’ai pas du tout aimé. Ce n’est pas mon genre. Qu’à cela ne tienne, j’ai aussi détesté la croisière que j’ai fait (qui a mon avis est très similaire aux tout-inclus) : je n’aime pas la superficialité de ces sites.

      Cependant, je ne suis pas contre : je crois que tout le monde a droit à son opinion et ne devrait pas avoir à cacher leur plan d’aller faire ce type d’escapade. Si ça les gêne, c’est à eux-mêmes que cela cause du tort et à personne d’autre.

    • Tout à fait pour! Ce type de voyage répond aux besoins de nombreux voyageurs. Les avantages sont nombreux: faible coût, sécurité des complexes hoteliers, sécurité psychologique par la facilité de la transaction, découverte de la culture locale à son rythme, etc..
      Toutefois, si on veut davantage de découvertes et d’imprévus, ce n’est pas ce type de voyage qu’il faut choisir.
      L’été prochain, nous allons en voyage en famille en Europe et nous faisons toutes les démarches par nous -mêmes (avion, hôtels, visites, voitures, etc….) Ça demande des heures et des heures de démarches. Découvertes et ”immersion” garanties!!
      Donc à chacun son choix!
      C. Lavoie

    • Pour, pour et pour. Non ces voyages ne sont pas une immersion culturelle et ceci n’est pas un defaut: leur but est le repos sans casse-tete et les tout inclus de qualite remplissent ce but.

      Je travaille 12 a 18 heures par jour et voyage constamment en regions eloignees, de Resolute a la Terre de Feu, et fais affaire a differentes cultures. J’ai reside dans 6 pays differents sur plusieurs continents. J’aime les voyages culturels mais aussi les bons tout inclus. Ca depend des besoins. Je n’en ai pas honte du tout de dire que je vais dans un tout: c’est exactement ce dont j’ai besoin et ce que je veux,e t c’est le cas de bien d’autres gens. Tout voyage repond a un besoin, dans cas-ci, le desir de se reposer sans tracas et avec un certain type de qualite et service (et au diable l’exotisme).

      Si quelqu’un veut de l’aventure ou quelque chose de plus culturel, qu’il aille ailleurs: ca n’enleve rien aux tout inclus (a noter que dans certains pays les employes des tout inclus ont une formation et une culture à faire rougir bien des universitaires quebecois…et on peut y avoir des discussions passionantes).

    • Sans aucune culpabilité, pour le tout-inclus. 7 jours à ne penser à rien.

      La veille de notre départ, nous laissons discrètement de nombreux cadeaux aux gens qui ont travaillé pour nous. Des crèmes pour le corps ou le visage, des shampoings, des parfums, des articles utiles, des vêtements mode, des sandales, des bas nylon soyeux et fins et même des bijoux d’une certaine valeur. Toujours de belles choses, pas de la pacotille.

      Je peux vous assurer que lorsque j’ai donné une crème pour le visage Dior à la femme de chambre elle savait très bien la valeur du cadeau et ce produit est inaccessible chez elle.

      Nous échangeons beaucoup avec le personnel et c’est avec regret que nous nous séparons à la fin du voyage.

      Le tout-inclus ne permet pas trop la connaissance du pays c’est vrai mais nous avons besoin de ce 7 jours non-stop dans un Spa. Nous faisons d’autres voyages dans le monde et nous vivons habituellement chez l’habitant. Nous projetons l’hiver prochain d’aller à La Havane dans una casa particular (B&B).

    • Pour moi, aller dans un tout-inclus me donnerait l’impression de gaspiller une semaine de vacances!

      C’est le plus bas niveau de tourisme que quelqu’un peut faire. Je suis un grand voyageur qui a été en Europe, en Asie, en Amérique latine, dans les Caraïbes et aux États-Unis. Je peux dire avec pas mal de certitude que j’ai probablement vu plus de plages différentes que la plupart des “vacanciers” qui fréquentent les tout-inclus.

      D’ailleurs, le sud de la Thaïlande a des paysages spectaculaires qui valent le déplacement!

    • Pour. C’est pour se reposer. Un break hivernal. Une occasion de jouer au golf deux mois avant que les terrains ouvrent ici.

      Comme Nickoleterrible le dit, Cuba serait bien plus dans le trouble sans les touristes. Et les employés des hôtels nous le disent. Ils sont bien contents qu’on soit là.

      La République Dominicaine, c’est autre chose. Les hôtels sont presque tous de propriété espagnole et peu d’argent reste localement. Mais c’est la même chose pour presque tout le pays. Les riches propriétaires élèvent du bétail sur leurs terres. S’ils cultivaient à la place (et leurs terres sont riches) ils feraient travailler bien plus de gens.

      @respectable
      Donnez un petit $2 en pourboire et vos drinks ne goûteront jamais l’eau. Il y aura “mucho vitamin”. Le genre de vitamine à 30% et plus d’alcool. Le truc est connu pourtant.

    • Comme mentionné précédemment, je pense qu’il faut faire une énorme distinction entre vacances et voyages. Une de mes collègues se taraudait récemment d’avoir beaucoup voyagé ces dernières années. Intrigué, je lui ai demandé de me parler un peu des contrées exotiques qu’elle avait explorées, et elle m’a répondu du tac-au-tac : “Ah moi, c’est Cuba ou la République”. Je n’ai pas cherché à en savoir plus.

      Pour ma part, je ne lève pas le nez sur le tout-inclus. Je m’en permets un une fois au deux ou trois ans, avec quelques amis, et l’immense majorité du temps j’en reviens avec de très beaux souvenirs. Bon, je ne suis pas du genre à passer la semaine dans l’hôtel, par contre. Ces deux dernières années j’ai eu la chance d’explorer l’Inde, la Chine, le Cambodge et le Vietnam, en indépendant, en mode backpacking. Ce qui ne m’empêche aucunement d’être sur le bord de me “booker” une semaine à Cayo Coco début mai. Je surveille les prix de façon intensive, je devrais avoir réservé d’ici samedi matin. :)

    • Merci à tous pour vos commentaires constructifs. Comme vos remarques sont des plus intéressantes, je souhaiterais les utiliser pour alimenter un dossier que je prépare pour le cahier Voyage. Serait-il possible de m’écrire pour me donner votre véritable identité? Merci! Nathaëlle Morissette
      nathaelle.morissette@lapresse.ca

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité