Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 28 novembre 2011 | Mise en ligne à 10h05 | Commenter Commentaires (24)

    Faut-il vraiment éteindre son portable dans l’avion?

    Photothèque La Presse.

    Photothèque La Presse.

    Violaine Ballivy
    Montréal

    Les passagers d’avion doivent-ils nécessairement obéir à la consigne leur demandant gentiment leur téléphone portable avant le décollage?

    Non, répondait ce week-end le New York Times. La preuve ? Le quotidien doute que TOUS les passagers obéissent systématiquement à la directive donnée par les agents de bords. Or, il semble bien que cela n’ait jamais eu d’effet malheureux. Aucun écrasement d’avion n’a été attribué en 2010 à l’utilisation, par un passager, d’un appareil technologique à bord, pas plus qu’en 2009, en 2008, en 2007, et ainsi de suite.

    «Si les gadgets électroniques pouvaient provoquer un écrasement d’avion, le département de la sécurité dans les transports, qui a réussi à contrôler les liquides à bord des avions, ne permettrait certainement pas aux passagers d’introduire dans la cabine un iPad, de peur qu’ils soient utilisés par des terroristes», note le journaliste, qui balaie la possibilité que les appareils du commun des mortels puissent interférer avec ceux des avions de ligne.

    Le New York Times cite un expert en télécommunications qui affirme les fréquences radios utilisées par les avions sont complètement différentes de celles des ondes commerciales des téléphones cellulaires et que les appareils de guidage sont tous pourvus de services de protection appropriés.

    Un porte-parole des services de sécurité américains réplique que les scientifiques n’ayant pas écarté hors de tout doute cette possibilité, il vaut mieux utiliser le principe de précaution.

    Éteignez-vous systématiquement votre ordinateur portable et votre téléphone cellulaire au moment du décollage? Croyez-vous que la mise en garde soit utile? Écrivez-nous, on veut vous lire!


    • «Si les gadgets électroniques pouvaient provoquer un écrasement d’avion, le département de la sécurité dans les transports, qui a réussi à contrôler les liquides à bord des avions, ne permettrait certainement pas aux passagers d’introduire dans la cabine un iPad, de peur qu’ils soient utilisés par des terroristes»

      Tout à fait d’accord. Si on peut confisquer un coupe-ongle aux douanes sous prétexte que la petite lime à ongle intégrée peut être utilisée comme une arme (!) on peut certainement confisqué tout téléphones cellulaires ou autre Ipad, s’ils risquent à eux seuls de faire s’écraser l’avion.

    • Oui je ferme toujours mon portable et assume que TOUS les autres passagers font de même.

      Pour des raisons de sécurité ? Pas du tout. Pour avoir la paix.

      Quand je vois des gens à la caisse, au guichet ou pire, dans l’autobus ou le train qui gueulent dans leurs appareils (dans les transports, ils n’ont pas le choix, à cause du bruit ambiant), je me dis que l’espèce humaine est devenu bien narcissique de penser que des gens sont intéressés à entendre leurs histoires ad nauseam.

      De plus, je ne peux croire qu’il y a tellement de gens si importants qu’ils ne peuvent être ex-communicado pendant quelques heures.

    • Cela ne fait peut-être pas crasher l’avion, mais ça évite d’avoir un pas de génie qui va vous crier dans les oreilles pendant toute la durée du vol.

    • J’éteins mon cellulaire mais juste parce que je ne l’utilise pratiquement pas. Par contre, j’utilise un iPod Touch que je peux mettre en mode “airplaine” ce qui coupe le wi fi. Mais il m’est arrivé plein de fois de le laisser allumé et honnêtement, je me fiche pas mal de ces consignes de sécurité. Ce n’est encore qu’une façon de restreindre aux passagers l’accès à leurs objets personnels.

    • Beaucoup de compagnies d’aviations ont remplacé les gros bouquinsdes pilotes par des ipad. Si c’était dangeureux, ils ne l’auraient pas fait.

      QUand à ceux qui parle dans leur cellulaires, la plupart des avions n’ont pas la techno permettant de communiquer par cellulaire durant le vol, donc ce n’est pas un réel problème, et même si c’est emmerdant, ce n’est pas pire qu’un bébé qui pleure ou un couple qui se chicane.

      Je respecte les consignes à ce sujet, même si je me doute bien que ça ne sert à rien (idem dans les hopitaux, soit dit en passant).

    • “Si on peut confisquer un coupe-ongle aux douanes sous prétexte que la petite lime à ongle intégrée peut être utilisée comme une arme (!)”

      1) Les coupe-ongles sont permis à bord des avions.
      2) La douane n’a rien à voir avec les contrôles de sécurité des aéroports, cela relève de l’ACTSA.

      Signé une fille qui ne peut s’en passer…

    • Je ne sais pas si c’est nécessaire, mais je ne prendrais pas de chance, je déteste l’avion, j’en ai une peur bleue!

    • J’aurais voulu répondre mais Gulliver a carrément dit tout ce que j’avais à dire la dessus.

      Si le monde pourrait décrocher de leurs cochonneries électroniques de temps en temps… la société est rendue malade

    • La seule raison pour laquelle il faut éteindre les appareils électroniques, surtout au décollage et à l’atterrissage, est d’avoir la complète attention des passagers au cas où il y aurait une urgence. Puisque les systèmes audio-visuel de l’avion s’éteignent lorsque le pilotes ou les hôtes/hôtesses de l’air font une annonce, il est maintenant permi d’écouter de la musique et des films lors du décollage et de l’atterrissage. Lorsque l’enseigne lumineuse s’éteint, les passagers ont le droit de rallumer leur iPad, portable et autre, puisque le risque d’une urgence est moindre.

    • À 10 000 mètres d’altitude, les iPads, iPhones et autres iGugusses ne peuvent servir qu’à jouer à des jeux. Les ondes des entreprises de communications cellulaires ne se rendent pas à ces hauteurs : leurs installations, ces antennes que nous connaissons bien, sont toutes orientées de façon à desservir la clientèle qui se trouve en-dessous. Ouvrez votre téléphone en plein vol et vous verrez – pas de signal.

      Claude Samson
      Montréal

    • Une fois j’avais fermé mon téléphone en embarquant, mais à l’arrivée, quand j’ai voulu le rallumer, je me suis rendue compte qu’il l’était déjà. J’ai peut-être accroché le bouton sans m’en rendre compte en voulant prendre quelque chose dans mon sac…

      Je refuse de croire que je suis la seule au monde à qui c’est arrivé! Et puis si les agents de bord ne se donnent pas la peine de demander à chacun de voir ledit téléphone avant le vol pour s’assurer qu’il est bien éteint ou en mode «avion», c’est que… c’est pas si grave que ça!

    • Toujours éteint le portable, dans l’avion, le bus, l’autocar, le train, l’auto.

      Dans les transports publics, je partage l’avis de tous ceux qui assimilent les accros du cellulaire à des emmerdeurs en particulier dans les autocars et avions, en classe «troupeau». Déjà qu’on assez de problèmes avec les mauvais voyageurs qui s’accrochent à votre dossier pour se lever, qui se mettent les pieds dans votre dossier, qui ont oublié de prendre une douche avant de partir, etc. Il devrait y avoir moyen de se passer de «communiquer» durant un déplacement en avion. Personne n’est si indispensable. Les «vrais indispensables», n’ont-ils pas des jets privés?

    • “le principe de précaution” est le même qui fait que beaucoup de médicaments ont une date de péremption affichée qui est généralement un an plus tôt que la vraie date de péremption.
      Il ne prennent aucune chance. Des bretelles avec une ceinture.

    • Le téléphone cellulaire/lap-top ”roam” à la rechercher du WiI-Fi crée de l’interférence sur ligne de communication à bord de l’appareil. Encore faut-il être près de l’interphone pour que ça se produise. L’avion ne décrochera peut-être pas du ciel, mais le pilote pourrait mal comprendre une information de la tour de contrôle… Les portables et iPad sont dans nos avions pour remplacer des livres très volumineux, à n’utiliser qu’au sol pour échanger sur le Net car il n’y pas de signal à 40 000′. Certaines entreprises vous offrent le net à bord, sur un signal satellite qui vous coûtera un bras et une jambe. Maintenant, à vous de décider si vous conformer à la consigne du personnel c’est trop vous demander! Merci et bon vol! :)

    • Toujours fermé. Premièrement parce que je respecte mes voisins et je refuse de les déranger avec une conversation qui ne les concerne pas. Deuxièmement, parce que cela ne coûte rien de respecter les consignes de sécurités. Je trouve aberrant que des ti-jo connaisseurs pensent qu’il n’y a pas de danger.

    • Le New York Times cite un expert en télécommunications qui affirme les fréquences radios utilisées par les avions sont complètement différentes de celles des ondes commerciales des téléphones cellulaires et que les appareils de guidage sont tous pourvus de services de protection appropriés.
      Il faudrait demander aux pilotes s’ils sont d’accord avec cette affirmation. Pas plus tard qu’il y a quelques mois, à la fin d’un vol à bord d’un petit appareil (King Air 200), le pilote nous a rappelé d’éteindre nos cellulaires (ou a tout le moins les mettre dans un mode approprié pour l’avion) puisque tout au long du vol, il y avait de la statique dans la radio de bord à cause de la recherche de signal des cellulaires… Les fréquences sont totalement différentes VRAIS mais des champs magnétiques sont tout de même présent! Bien que la situation ne provoque pas de danger à la sécurité des vols, il est faux d’affirmer que les cellulaires et autres gadgets qui ne se trouve pas en mode “avion” ne provoque aucuns effets…

    • 1) Vous ne pourriez utiliser votre cellulaire puisque vos antennes de transmission sont au sol; Vous devez être propriétaire de téléphones satellites pour communiquer dans les airs.

      2) Oui, les fréquences peuvent interférer avec les systèmes avioniques de l’avion De manière critique? Non. Mais vous voulez vraiment prendre ce risque? Ça prendrait un accident pour vous en convaincre?

    • Je filme à travers le hublot avec ma caméra vidéo, et je ne me suis jamais fait avertir. Même pendant l’atterrissage…

    • Que ce soit sécuritaire ou pas, j’obéis aux consignes et comme le dit un autre internaute, pour avoir la paix aussi. Rien de plus désagréable d’entendre ton voisin crier dans son cellulaire à son interlocuteur qu’il est bien dans l’avion… J’ai jamais compris pourquoi on hausse le ton de 200 décibels quand vient le temps d’utiliser son portable qui ne sert souvent qu’à dire des insignifiances. Comme ce gars (ou fille) à la caisse d’un magasin qui énumère à sa-son chum tout ce qu’il est train d’acheter. Citron, on va le voir à la maison ce que t’as acheté! Pas besoin d’avertir d’avance!

    • Comme PUPSI le mentionne, la seule raison en est une de sécurité au décollage. Imaginez une évacuation avec une bande de bozos pris avec leur laptop et le cordon d’alimentation. Juste pour votre information, lors d’une évacuation, un airbus 320 se vide en moins de 120 secondes.

    • Je reviens tout juste d’un aller-retour à Toronto où j’ai eu la chance d’être à bord d’un jet privé en compagnie de quatre pilotes. Tous m’ont dit à propos des cellulaires en avion: “c’est n’importe quoi!” Je ne m’empêcherai donc plus de texter à bord d’un avion à l’avenir, quoiqu’au-delà de 14 000 pieds, la connexion n’est plus vraiment disponible. Pour ce qui est d’avoir une conversation, je vais m’en abstenir au nom de la promiscuité.

    • “Les passagers d’un vol régional en Australie ont connu une fin de voyage mouvementée vendredi dernier quand le téléphone celullaire (iPhone) d’un passager a surchauffé à l’atterrissage. ”
      29 nov. 2011 – Cyberpresse
      Incident isolé, certes, mais j’ai pas envie que ça m’arrive!

    • Comme certains l’on mentionné, dans les airs, on ne peut capter le signal cellulaire. Si vous gardez votre cellulaire allumé, il va essayer de se connecter sur le réseau. Et la pile va se décharger très très très rapidement… Donc à quoi bon le laisser ouvert? Sur tous les cellulaires, il y a un mode “Avion” qui désactive tout ce qui est communications. (Wifi, 3G, bluetooth). Si vous voulez utiliser votre cellulaire pour les jeux, vous n’avez qu’à activer le mode avion et vous n’aurez pas à attendre quand vous voudrez le rallumer, mais de grâce, fermez tout ce qui est émission-réception!

    • Comme on ne peut pas faire techniquement d’appel en vol avec un portable, me semble-t-il, comment les passagers des vols détournés du 9/11 ont pu téléphoner à leur famille pour dénoncer les pirates?
      Comme ça, juste en passant…
      S’il y a un expert, son opinion m’intéresse.
      Pierre Tremblay

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité