Le Blogue-Trotter

Archive, septembre 2010

Lundi 27 septembre 2010 | Mise en ligne à 7h05 | Commenter Un commentaire

Dimanche à la chapelle

Après cinq jours de randonnée avec l’agence Allibert dans le cirque de Mafate, sur l’île de La Réunion, nous avons une journée libre à Cilaos, dans le cirque du même nom. Nous avons le choix. Ne rien faire. Magasiner des souvenirs. Faire du canyoning. Se baigner dans une petite cascade.

Et que choisissons-nous de faire ? De la randonnée, bien sûr ! C’est notre seule journée dans le cirque de Cilaos, il faut bien le visiter à hauteur de bottine.

C’est dimanche. Ça tombe bien, il y a une chouette randonnée à faire à un site nommée La Chapelle.

Il y a quelques mois, l’Unesco a placé l’essentiel du parc national de La Réunion sur sa liste du patrimoine mondial. Cela englobe notamment les pitons, cirques et remparts (les falaises des cirques) de l’île. La Chapelle est un peu l’extérieur du parc, mais le site a quand même été inclu sur la liste. Ça vaut donc la peine d’aller faire un tour.

Randonnée dans le cirque très érodé de Cilaos.

Randonnée dans le cirque très érodé de Cilaos.

La randonnée démarre dans le village même de Cilaos. Et déjà, c’est une randonnée typique de La Réunion : il n’y a pas de bout plat ! Nous commençons par descendre, descendre dans la végétation tropicale jusqu’à un ruisseau. Puis nous remontons, remontons sans cesse. Nous finissons par avoir une vue de la fameuse chapelle : c’est une immense plaque de syénite fendue par un ruisseau qui a fini par tracer un canyon aux parois bien lisses. La syénite, si j’ai bien compris, c’est du magma qui n’est jamais remonté à l’air libre, qui a fini par refroidir et qui a depuis été mis au jour en raison de l’érosion.

Nous descendons jusqu’au lit de la rivière (une bonne descente qui met nos genoux à rude épreuve) et devons frayer notre chemin entre (et dessus) de grosses roches, avant de finalement enlever nos bottines de marche pour patauger dans le ruisseau et pénétrer dans le canyon, éclairé ici et là par un rayon de soleil persistant. C’est certainement impressionnant de voir le ciel au-dessus de nous, coincé entre ces parois blanches et noires.

Se recueillir dans La Chapelle.

Se recueillir dans La Chapelle.

Au retour, nous décidons de faire un détour pour aller visiter l’îlet à Cordes, appelé ainsi parce que les marrons (les esclaves enfuis) se servaient de cordes et de lianes pour s’y rendre. Donc, ça monte sérieusement… un bon 450 mètres de dénivelé en fin d’une rando d’une dizaine de kilomètres, ça rentre dans les jambes ! Mais en haut, nous arrivons dans un chouette hameau où l’on cultive choux, fèves, lentilles (une spécialité de la région) et où l’on fabrique du vin. Mmh. Ça valait le détour. Surtout qu’un autobus local nous ramène à Cilaos, le long d’une route incroyablement sinueuse et vertigineuse qui vaut à elle seule le détour.

Une maison à l'îlet à Cordes, un hameau accroché dans le cirque de Cilaos.

Une maison à l'îlet à Cordes, un hameau accroché dans le cirque de Cilaos.

Bref, une très belle journée de repos… De quoi se préparer pour notre prochaine étape, l’ascension du Piton des Neiges.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 25 septembre 2010 | Mise en ligne à 8h32 | Commenter Aucun commentaire

Ils sont fous…

Ils sont fous, ces Réunionnais. C’est du moins ce que je pense en voyant ces jeunes (et moins jeunes) descendre du col du Taïbit pour pénétrer dans le cirque de Mafate au pas de course, vêtus de lycra multicolore, équipés de chaussures de course dernier cri, un tout petit sac sur le dos pour transporter de l’eau.

Nous montons tranquillement vers le col, avec nos sacs bien remplis. Nous nous arrêtons ici et là pour jeter un dernier regard sur le superbe cirque de Mafate, où nous avons passé les cinq derniers jours. Nous prenons des photos, tirant avantage de la lumière du matin.

Un dernier regard sur Marla, dans le cirque de Mafate.

Un dernier regard sur Marla, dans le cirque de Mafate.

Nos fous, eux, ne s’arrêtent pas, ne regardent que leurs pieds et les cailloux du sentier.

Ces fous s’entraînent pour une véritable course de fous, surnommée d’ailleurs «La diagonale des fous» : c’est la traversée de l’île de la Réunion, en passant par les cirques du centre, incroyablement érodés, où les ravins succèdent aux cols, où les pitons s’élèvent au dessus des gouffres. Ces coureurs se tapent quelque chose comme 160 kilomètres, avec un dénivelé cumulatif de 8500 à 9200 mètres.

Les meilleurs réussissent l’exploit en 22 ou 24 heures. Les derniers peuvent prendre une soixantaine d’heures.

Pour les intéressés, j’ai trouvé des équivalences dans un bouquin d’entraînement pour ce Grand Raid : quelqu’un qui fait un marathon en 2h07 à 2h22 peut espérer faire la course en 22 heures. Quelqu’un qui prend de 3h15 à 4h15 pour faire un marathon devra s’attendre à traverser l’île en 28 à 43 heures…

Des fous, je vous dis !

À La Réunion, tous ceux qui sont le moindrement sportifs (correction : pas mal sportifs) se doivent d’essayer une diagonale des fous au moins une fois dans leur vie.

Donc, cette grande course, qui attire locaux, Français (ici, on les appelle les métropolitains… comme notre boulevard) et athlètes internationaux,  aura lieu dans un mois. Il y a donc beaucoup de coureurs qui s’entraînent, surtout aujourd’hui, samedi.

Quant à nous, nous avons vraiment pris notre temps dans le cirque de Mafate. Pendant cinq jours, nous sommes passés d’îlet à îlet (un îlet, c’est un petit hameau), demeurant le soir dans des gîtes de montagnes.

Notre sympathique gîte à Marla

Notre sympathique gîte à Marla

Le paysage était somptueux, tout simplement. Et la randonnée, plutôt sportive. Ici, il n’y a pas de plat. Ça monte, ou ça descend. Beaucoup. Heureusement, la végétation est superbe et nous a souvent protégé du soleil. Parce que, contrairement à notre passage plutôt humide dans le cirque de Salazie, nous avons eu du très beau temps dans le cirque de Mafate.

Paisible randonnée dans le cirque de Mafate.

Paisible randonnée dans le cirque de Mafate.

Et ce qu’il y a de chouette dans ce dernier cirque, c’est qu’il n’y a pas de route. Les îlets ne sont accessibles qu’à pied. D’où un grand calme. Les seuls touristes que nous rencontrons sont des randonneurs. Personne n’est vraiment pressé.

Sauf les fous, bien sûr.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 22 septembre 2010 | Mise en ligne à 7h14 | Commenter Commentaires (4)

Le secret de Vanille

Le secret de Vanille

«Le secret de Vanille», c’est le titre d’un roman-jeunesse que j’ai lu quand j’étais petite. Ce titre m’est revenu en mémoire cet après-midi, pendant la visite de l’exploitation de vanille de M. Roulof, près de Bras-Panon.

Mme Roulof nous fait visiter la fameuse exploitation et nous explique comment s’effectue la production de vanille. Ouf ! Ce n’est pas étonnant si la vanille coûte une fortune ! Il faut d’abord attendre de trois à quatre ans entre la mise en terre de la bouture et la première floraison. Puis, il faut polliniser la fleur à la main, fleur par fleur, délicatement… Le seul type d’abeille qui, normalement, pollinise la fleur de vanille n’arrive pas à s’implanter à La Réunion.

Mme Roulof nous explique les secrets de la production de la vanille.

Mme Roulof nous explique les secrets de la production de la vanille.

C’est un procédé qui aurait été inventé par un jeune esclave réunionnais… mais l’histoire serait assez obscure. Peut-être a-t-il trouvé ça par hasard en froissant la fleur… peut-être était-il brillant et observait les insectes. Choisissons la deuxième hypothèse.

Après la pollinisation, il y a encore plusieurs étapes, plusieurs soins, puis la récolte, puis le séchage… Bref, ça prendrait un autre deux ans entre la pollinisation et la consommation. Ouf !

Mme Roulof nous affirme que la vanille réunionnaise est la meilleure au monde. Pourquoi pas !

Fière de sa vanille.

Fière de sa vanille.

Chose certaine, j’ai l’occasion de manger un extraordinaire canard vanille, une création d’Eva Annibal, une institution ici, à son petit restaurant de Bras-Panon. Aah ! Le canard vanille ! Servi avec du chouchou au gratin, une autre spécialité réunionnaise. Le chouchou serait une sorte de courge, si j’ai bien compris. Très bon…

Le repas est évidemment arrosé de ti-punch et de rhum local… Bah, nous ferons de la randonnée pendant neuf jours, on peut faire des excès en attendant…

Avant de commencer cette randonnée, nous nous rendons à Hell-Bourg pour la nuit. Hell-Bourg (du nom du gouverneur de Hell) est une ancienne station balnéaire dans le cirque de Salazie, très jolie (elle fait partie de la liste des «plus beaux villages de France»…).

Il y a trois grands cirques autour du piton des Neiges, et le cirque de Salazie est le plus pluvieux, le plus arrosé. C’est donc le cirque qui connaît le plus d’éboulis. Nous passons d’ailleurs sur un bout de routes qu’ils doivent refaire tous les ans en raison des glissements de terrain. Ce sont les vendeurs d’asphalte qui doivent être contents.

Les visiteurs aussi sont contents : cette route est vraiment superbe. Elle suit la rivière du Mât au fond d’une gorge, entre falaises et montagnes. Il semble que cette rivière ait un débit de huit  mètres cubes par secondes. Or, lors des grands cyclones, le débit monte à 2000 mètres cubes. Ouf !

Autre statistique amusante : il y a des endroits, sur la côte exposée aux vents, où il pleut six mètres par années ! Six mètres ! C’est une chance qu’ils n’aient pas un échangeur l’Acadie ici…

Nous sommes arrivé à Hell Bourg sous une petite bruine embêtante, qui m’empêche de prendre de bonnes photos. Tant pis, je réessayerai demain matin.

Et nous passerons la majeure partie de notre randonnée dans le cirque de Mafate, un peu moins arrosé. Du moins, je l’espère.

Comme nous partons en autonomie, de gîte en gîte, pour cinq jours, je ne traînerai pas mon ordinateur avec moi. Ce blogue devrait donc prendre une pause au cours des prochains jours…

Ah oui, j’oublais de vous dire: la Vanille du titre «Le secret de Vanille» était une poupée. Et non, je ne vous révélerai pas son secret (de toutes façons, je ne suis pas certaine de m’en rappeler…).

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité