Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 30 juillet 2010 | Mise en ligne à 8h30 | Commenter Commentaires (5)

    Les clochettes des moutons

    Pendant la majeure partie de la journée, je n’entends que le bruit de mes pas et le son des clochettes des moutons…

    Je me suis enfuie de la ville pour une rando bien méritée. C’était une journée libre, de toute façon. Les gens du tourisme de la région m’avaient donné plusieurs suggestions, dont une visite à la maison d’Ole Bull. Hum. Que je ne connaissais pas. J’ai appris depuis que c’est un grand violoniste et compositeur du 19e siècle, qui a notamment découvert Edvard Grieg et Henrik Ibsen. C’était sûrement un grand homme, mais de là à aller visiter sa maison…

    Hier, j’avais demandé à ma guide s’il y avait de chouettes randos à faire dans le coin. Ben justement, oui. Et dans la cour arrière de Bergen : le sentier entre le mont Floyen et le mont Ulriken, une randonnée de 13 kilomètres sur le haut plateau Vidden. Vendu !

    Pour y monter, on peut y aller de façon paresseuse : prendre le funiculaire qui part à côté du vieux quartier Bryggen. J’ai décidé de monter à pied, une affaire de 45 minutes, ce qui n’est pas bien difficile. Par contre, le sentier n’est pas évident, il faut demander aux gens (qui sont très aimables et qui, en plus, peuvent parler en anglais !).

    En haut du mont Floyen, il y a plusieurs pistes de randonnées hyper faciles, des chemins larges qu’on peut facilement faire avec une poussette. Mais c’est encore un peu mêlant, c’est bon de demander son chemin. Et puis enfin, après le refuge Brushytten, je pars à l’aventure. Le sentier commence à monter et s’enfonce dans la brume. Je dois vérifier à quelques reprises avec d’autres randonneurs pour être certaine d’être sur le bon sentier.

    Mystérieux étang dans la brume.

    Mystérieux étang dans la brume.

    Puis, le brouillard se lève, et je peux enfin admirer les hauts plateaux : des étendues sans arbres, des rochers et de l’herbe… et des moutons, qui font ding ding ding. Du moins, ce sont leurs clochettes qui font ding ding ding.

    Exemple de mouton ding ding ding.

    Exemple de mouton ding ding ding.

    Il n’y a pas beaucoup de randonneurs dans cette section-ci, je suis donc seule à me promener. Heureusement, le sentier est maintenant très bien marqué avec des cairns à courte distance les uns des autres.

    Il y a de petits lacs, des étangs, une ou deux cascades, et des moutons ding ding ding. Puis, je commence à croiser de plus en plus de randonneurs qui font le trajet en sens inverse.

    Les superbes paysages entre Floyen et Ulriken

    Les superbes paysages entre Floyen et Ulriken

    Cela me prend quatre heures pour arriver au mont Ulriken, la plus haute des sept montagnes qui cerclent Bergen. Pour descendre, il y a la façon paresseuse, le téléphérique. Je n’hésite pas, après 13 kilomètres dans des souliers de marche (et non pas dans mes fidèles bottes de randonnée, que j’ai laissées à la maison), j’ai les pieds en compote.

    Le sentier entre Floyen et Ulriken est un classique ici : il est à deux pas de Bergen, et pourtant, en haut, on se sent loin dans la nature.

    De retour en ville, je voudrais bien me reposer, mais le soleil brille, et je décide de reprendre en photo les mêmes vieux bâtiments de Bryggen que j’ai pris hier, alors qu’il faisait gris. Vous me remercierez quand vous verrez mon reportage sur la Norvège !

    Bon, vu que vous êtes sages, je vous donne un échantillon.

    Les quais du vieux quartier de Bryggen.

    Les quais du vieux quartier de Bryggen.


    • N’est il pas plus agréable de contemplé un paysage en descendant qu’en montant?
      En montant nous avons les yeux vers le sol et les moutons. Se qui est le contraire lorsque l’on descend nos yeux visent l’horizon et la beauté du paysage. De plus l’effort n’est pas le même
      Aller bonne route.

    • J’aime les architectures traditionnelles. Il me semble que dans bien des pays, dans le temps, ils osaient mettre des couleurs.
      Ca fait différent de la majorité de nos maisons beiges et grises.

    • Superbes photos!

    • Ce mouton ressemble à une superbe moutonne enceinte en fait. Dong! Dong! Dong! Mais cela est-il vraiment important? Ding! Ding! Ding!

    • Le récit de votre voyage est superbement excitant à suivre. J’en résume le contenu à ma conjointe à chaque nouveau billet. Elle n’a pas, pour l’instant, accès à l’écran de son ordi pour cause de trouble visuel temporaire. Cependant, elle me précise que les clochettes qui font ding ding ding sont des CLARINES. Eh ben, vu que vous êtes aussi sage, je vous en fait part!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité