Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 8 juillet 2010 | Mise en ligne à 9h16 | Commenter Commentaires (2)

    La francophonie en Yukonie

    Lors de mes visites précédentes dans des villes nordiques comme Yellowknife et Iqaluit, j’avais noté la très grande présence de francophones.

    Je constate la même chose ici, au Yukon.

    Fred nous fait visiter le Red Feather Saloon.

    Fred nous fait visiter le Red Feather Saloon.

    Le jeune homme au chapeau melon qui nous guide à travers les rues de Dawson City pour Parcs Canada se fait appeler Fred. C’est en fait un Québécois qui se prénomme probablement Frédéric.

    Le grand jeune homme qui nous sert au chic restaurant La Table on 5th (je ne veux pas faire de publicité gratuite, mais c’est vraiment, vraiment bon, surtout après une semaine de burgers au bison pas trop subtils) vient de la Beauce.

    Klondike Kate's Cabins and Restaurant, un commerce dont le nom rappelle celui de la reine des nuits folles de la ruée vers l'or, est exploité par Josée Savard.

    Klondike Kate's Cabins and Restaurant, un commerce dont le nom rappelle celui de la reine des nuits folles de la ruée vers l'or, est exploité par Josée Savard.

    La propriétaire de mon hôtel, Klondike Kate’s Cabins and Restaurant, Josée Savard, vient également du Québec (encore là, je ne veux pas faire de publicité, mais ses petits chalets de bois ronds sont impeccables).

    Le solide jeune homme qui nous fait visiter une petite mine d’or familiale, Paul Robitaille, vient du village franco-ontarien de Lafontaine. En cours de conversation, il me mentionne que son frère fait de la musique au Québec. Damien, qu’il s’appelle…

    Selon les plus récentes données de Statistique Canada, près de 12 % de la population du Yukon parle le français, soit plus de 3550 personnes. Ils se sont donnés plusieurs organisations, dont l’Association franco-yukonaise, et un journal bimensuel, L’Aurore boréale.

    Cela fait plus de 170 ans qu’il y a des francophones au Yukon. En fait, l’histoire de la ruée vers l’or regorge de noms francophones. Dont celui d’Émilie Fortin Tremblay, originaire du Lac Saint-Jean. Elle franchit le col Chilkoot dès 1894 avec son mari, Pierre-Nolasque Tremblay, ce qui en fait une des premières femmes non autochtones à effectuer ce difficile périple.

    Après des années de prospection avec son mari, elle ouvre une boutique d’accessoires de mode à Dawson City, qu’elle exploitera pendant 30 ans.

    L'ancienne boutique d'Émilie Tremblay.

    L'ancienne boutique d'Émilie Tremblay.

    Parcs Canada a rénové la façade du petit bâtiment gris-vert, mais celui-ci accueille maintenant une branche du ministère de l’environnement du Yukon. Dans la vitrine, une note invite les trappeurs à rapporter des carcasses de carcajou pour les fins d’une étude sur la diète et la santé de ces féroces mammifères.

    La première école française du Yukon porte le nom d’École Émilie-Tremblay.

    Un autre nom important est celui du fondateur de Dawson, Joseph Ladue (Ledoux), un francophone issu d’une famille franco-américaine de la région de Plattsburgh, dans l’État de New York.

    Parmi les autres noms francophones de l’époque de la ruée vers l’or, on note celui du comte français Charles Eugène Carbonneau, qui réussit à épouser la prospère femme d’affaires Belinda Mulrooney.

    Les mauvaises langues de Dawson chuchotent toutefois que le fameux «comte» est en fait un barbier de Montréal…


    • Dawson City regorge d’archives sur tous les chercheurs d’or. A la bibliothèque municipale j’y ai trouvé le bail ou contrat que mon grand-père qui a cherché de l’or en 1903. On m’en a fait une copie et elle est maintenant dans mes archives.Presque tous les employés de Parc Canada sont franco ou du moins bilingues. Je me suis laissé dire que si tu vas travailler au Yukon, tu y reste pour toujours…..apparament.

    • de 12 % de la population du Yukon parle le français,

      Ce qui en fait la “province” du Roc la plus française après le Nouveau-Brunswick!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2011
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité