Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 25 février 2010 | Mise en ligne à 8h28 | Commenter Commentaires (12)

    S’engueuler dans le quartier des Habous

    IMG_9447b 

    Mosquée Moulay Youssef, quartier des Habous, Casablanca (Maroc)

    ÉRIC CLÉMENT

     Je me suis levé en pleine forme, à tous points de vue. L’aube était brûmeuse. Un halo enveloppait Casablanca.

    Je suis allé déjeuner puis je me suis préparé. En bas de l’hôtel (le Golden Tulip, ex-Farah), sur l’avenue de l’Armée royale, des employés municipaux s’affairaient à terminer la réfection du terre-plein central de l’artère:

    IMG_9339b

    J’ai décidé de consacrer ma journée à l’architecture de Casablanca et à ses quartiers populaires. Rien qu’en face de mon hôtel, j’ai deux immeubles de style bien différents. Le mordoré Atlas building, dans lequel se reflète le Golden Tulip:

    IMG_9536b

    Et celui, au coin de la place Zallaga, qui semble dater de l’époque du Protectorat français (1912-1956):

    IMG_9341b

    Ayant continué de me promener dans ce quartier de Sidi Belyout, je suis tombé, rue Albdelkrim Diouri (ex-rue de l’aviateur Védrines), sur l’hôtel Volubilis.

    De style Art déco et construit par l’architecte marseillais Marius Boyer en 1919. C’est le même architecte qui a fait l’hôtel de ville de Casablanca devenue le siège de la wilaya (unité administrative plus grande que la ville) située sur la place Mohammed V.

    Cet hôtel était son premier projet dans la ville blanche, où il est mort en 1947.

    IMG_9345b

    Non loin du Volubilis, cet immeuble qui m’a rappelé mes racines !

    IMG_9347b

    Je n’ai pas osé entrer pour vérifier si on y sert du Beaujolais, de la cervelle de canut et des tabliers de sapeurs !

    À propos de cochonnaille, j’ai constaté qu’on vend du “jambon halal” ici. Surprenant pour des musulmans, non ? Eh bien, vérification faite, le jambon était fabriqué avec… du veau.

    En m’éloignant un peu plus du centre, en direction du quartier de la Gironde et de la nouvelle médina, je suis arrivé au moment de la prière de 13h à cette mosquée que j’ai trouvée superbe.

    IMG_9355b

    IMG_9357b

    IMG_9360b

    Puis, près de la gare routière, je suis entré dans un secteur où il y avait un véritable festival de la barrière de sécurité. J’ai pensé qu’il s’agissait d’une caserne, d’autant que les murs étaient assez hauts.

    IMG_9373b

    Ben non, ce n’était pas militaire mais…royal. Il s’agit du Palais du roi du Maroc à Casablanca.

    Encore une fois, je n’avais pas ses coordonnées téléphoniques pour l’appeler et lui demander de bien vouloir me permettre de visiter les lieux en son absence.

    J’ai insisté pour entrer. Ce n’est pas possible, m’a dit l’officier à la porte d’entrée. Mais vous pouvez photographier la porte d’entrée !, m’a-t-il proposé. Non, merci, c’est gentil. Ce ne sera pas nécessaire.

    Dommage. J’aurai laissé au roi une petite bougie de Bleu lavande que j’ai apportée du Québec au cas où j’aurai un petit présent à donner. Pour lui donner un peu de lumière de chez nous.

    Je me suis contenté d’essayer d’apercevoir la petite fenêtre par laquelle il arrive peut-être à contempler ses sujets. Pas facile. Ni pour moi, ni pour lui. Dommage, des murailles si hautes. Ce n’est pas pratique pour communiquer.

    IMG_9374b

    Tout près, à l’entrée du quartier des Habous, il y avait un très beau portrait de Mohammed VI près d’une pharmacie.

    IMG_9376b

    C’est de ce quartier des Habous dont je veux vous parler car c’est tout une découverte. Ça demeurera mon quartier préféré de Casa. Il y régnait une tranquilité comme celle que j’ai ressentie à Essaouira.

    IMG_9381b

    Ici, la place près de la mosquée et de l’ancien palais du pacha (il vous faut un guide pour le visiter):

    IMG_9515b

    On reproche souvent aux pays colonisateurs d’avoir profité plus que donné aux peuples qu’ils ont conquis ou “protégé”. Mais ce quartier est l’illustration que la France a aussi voulu améliorer les conditions de logement des Casablancais tout en respectant, dans ce cas, leur culture.

    En effet, le quartier des Habous (qui sont des fondations pieuses au Maroc) est une casbah définie comme un compromis entre habitation moderne et architecture arabomusulmane.

    Les deux maîtres d’oeuvre du projet, Edmond Brion et Auguste Cadet, ont voulu mettre fin au quartier insalubre prééxistant (il en reste malheureusement encore à Casa).

    J’ai appris ici que c’est dans cette ville qu’est né le nom Bidonville, qui avait baptisé un quartier auparavant appelé Gadoueville (Bouetteville en québécois). Le nom s’est ensuite généralisé en langue française pour désigner un quartier insalubre et pauvre.

    Le projet du quartier des Habous permettait donc de créer un quartier musulman, avec bains, mosquées, marchés et ruelles, des cours centrales, tout en apportant des améliorations à l’hygiène des lieux et en en faisant un quartier très aéré.

    Tout le long de cette rue, des arcades permettent ainsi de communiquer avec les rues parallèles.

    IMG_9416b

    Voici quelques photos du quartier:

    IMG_9389b

    IMG_9394b

    IMG_9398b

    IMG_9419b

    IMG_9421b

    IMG_9423b

    Pendant que l’un travaille, l’autre fait sa prière:

    IMG_9429b

    IMG_9433b

    IMG_9445b

    IMG_9448b

    Arrivé place Moulay Youssef..

    IMG_9471b

    …Aziz Errajraji, marchand de tapis, attendait des clients.

    IMG_9461b

    Un peu désespéré, Aziz. Il a fini par me dire que, question touristes, c’était plutôt tranquille. Je crois que j’étais en effet le seul étranger dans le quartier à ce moment-là…

    En tout cas, il est prêt à faire des bons prix pour ses tapis: 2500 dirhams pour celui de droite, rouge avec un dessin vert au milieu. Ça fait 340 $. Et c’est négociable.

    Près de lui, il y avait un souk, avec notamment des lampes et des ustensiles de cuisines.

    IMG_9501b

    IMG_9465b

    IMG_9467b

    Et, en pénétrant dans une minuscule petite place, j’ai assisté à un spectacle plutôt intéressant: le marché de la criée, ou dlala, en arabe.

    IMG_9477b

    Des artisans ambulants vendent leurs vêtements et autres produits à des commerçants et des commerçantes. Le tout est géré par des encanteurs, qui font l’intermédiaire et lancent les enchères.

    IMG_9476b

    Les vendeurs montrent les vêtements. Les encanteurs font monter les enchères.

    IMG_9475b

    Belle ambiance.

    IMG_9487b

    IMG_9486b 

    Cela dure une heure. Ça commence après la prière de 13h, vers 13h20.

    IMG_9499b

    Parfois, les échanges sont musclés:

    IMG_9494b

    IMG_9497b

    IMG_9495b

    IMG_9496b

    Finalement, l’intermédiaire (au centre) a calmé les esprits. Un responsable a donné plusieurs coups de sifflet. La vente était terminée. Les commerçantes faisaient le bilan de leurs achats.

    IMG_9488b

    À noter que pendant toute la vente, j’ai pu, discrètement, prendre des photos. On m’a vu, même si je l’ai fait discrètement, mais personne ne m’en a empêché.

    IMG_9483b

    À la fin, un gars qui était soudain à côté de moi, a discuté un peu avec moi. Je lui ai dit ce que je faisais là et il m’a glissé: “vous avez dû prendre de belles photos”… il avait dû m’observer depuis un bon moment!

    J’ai quitté le quartier, avec ses retraités jouant aux dames dans la rue, à l’ombre des tapis.

    IMG_9511b


    • très intéréssant voyage ;)

    • Je vais me permettre d’ajouter mon petit grain de sel a votre phrase:

      “On reproche souvent (A juste titre) aux pays colonisateurs d’avoir profité plus que donné aux peuples qu’ils ont conquis ou “protégé”. ”

      Pas envie de faire le rabat-joie, mais cette precision me paraissait importante.

    • Cela dit, vous avez pris de tres belles photos, elles refletent bien le charme de ce pays que j’aimerais bien visiter un de ces 4.

    • Tiens…. le voyageur rendu à *l’autre* Maison Blanche (Casa Blanca)!

      Par ici, nous encore sous les toits blancs des hiver Québécois.
      Dans mon enfance, j’ai voyagé en Europe et en Amérique du sud et mon regard buvait les différentes architectures. Est-ce révolu ces *objets* d’art de *rue* mais qui habitent l’extérieur créant l’atmosphère des lieux?

      C’est fascinant comment les climats chauds offrent aux citoyens d’habiter l’extérieur en primauté, à moins d’être le roi bien climatisé.. muraillé!! Nos jeunes ne jouent même plus dans les ruelles pourtant si bien destinées pour la camaraderie.

      Merci!
      Et fumer le poisson; c’est une pub radio; pas ma propre humour!

      Je reculerai dans le suivi de votre voyage pour voir vos visites de mosquée. Les (vieux) lieux saints du Christianisme sont si propice à une sensation de Grâce, plénitude par leur splendeur, les mosquées offrent quel *mood*??? Et ce sans vouloir tomber dans la comparaison discrimante!

    • Merci pierrefalardeau, merci le_bledard, merci à tous. Je rentre à Montréal demain. Alors, la suite de mes “histoires marocaines” dans La Presse. C’était un grand plaisir de bloguer avec vous tous pendant ce séjour au pays des tajines…

    • J’ai apprécié le reportage sur Casablanca en tant qu’habitant de cette ville. Pour ce qui est du patrimoine architectural, Casablanca est reconnue au niveau international. La ville était au XXe siècle un terrain d’expérimentation pour l’architecture et l’urbanisme qui a bénéficié du savoir-faire des arts traditionnels (zelliges, boiseries, stucs), des courants internationaux (exposition des arts décoratifs, 1925, Congrès International de l’Architecture Moderne, de 1928 à 1956, Team 10, 1959) et des technologies innovantes (tel le béton armé). Les premières voûtes minces en béton armé ont été construites à Casablanca par les frères Perret en 1917. Par ailleurs, les immeubles bénéficient d’un confort, à l’époque encore rare en Europe : salle de bain, WC, vide-ordure, ascenseurs, parking souterrain. Enfin le plan et le règlement d’urbanisme de Casablanca ont servi de modèle pour l’aménagement de nombreuses cités européennes durant 50 ans.
      Casablanca dispose ainsi d’une richesse architecturale et urbaine la mettant au même rang des grandes métropoles du XXe siècle : Brasilia (Brésil), Chandigarh (Inde), par exemple. On y trouve tous les courants architecturaux d’avant-garde qui ont été testés entre 1920 et 1975 : art nouveau, néo-classicisme, art déco, fonctionnalisme, hygiénisme, immeuble à redans, brutalisme, et, pour l’urbanisme : le zoning, les grands boulevards, le permis de construire, l’aménagement urbain, les grands ensembles. Casablanca est au fait une école à ciel ouvert fréquemment visitée par des architectes et des urbanistes du monde entier pour son patrimoine et son histoire contemporaine. Elle vaut le détour.

    • Bon retour, Éric Clément et merci de nous avoir fait partager ce beau voyage.

    • C’est bien triste que vous rentriez car pour moi qui suis en dehors du Canada , pour un certain temps, j’aimais beaucoup vous lire et voir vos bonnes photos. Si un jour vous pensez visiter Rio de Janeiro, peut-être que j’aurai la chance de vous guider. Merci

    • Saidelass, je constate qu’on lit les mêmes journaux marocains ! Merci à tous….

    • mamiedoux, si vous me trouvez un voyage pas cher et original à Rio avant la fin mars, je suis partant…

    • Bonjour Eric. Ça me fait tellement plaisir de participer à ton bloc. Merci de nous faire partager avec toi toutes tes impressions sur ces voyages. Les photos sont belles! J’ai aussi aimé celles de Sutton! Tu sais, ces images enneigées, on ne les a pas à Cuba!

    • Merci gilbertorose

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité