Le Blogue-Trotter

Le Blogue-Trotter - Auteur
  • Stéphanie Bérubé

    Stéphanie Bérubé est journaliste à La Presse depuis 1997. Elle a travaillé aux informations générales et aux arts, puis écrit désormais pour les sections du samedi, Voyage, Gourmand et Maison.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 2 février 2010 | Mise en ligne à 14h37 | Commenter Commentaires (3)

    Adios Andalucía!

    img_7223b.jpg 

    Plage de Fuengirola, entre Malaga et Marbella (Espagne) 

    ÉRIC CLÉMENT

    J’ai donc passé ma dernière journée sur la Costa del Sol en me promenant entre Fuengirola et Marbella.

    J’ai commencé ma journée en visitant le MGEC, le Musée de la gravure contemporaine de Malaga (Museo del grabado español contemporáneo).

    img_7096b.jpg

    Un musée moderne établi à l’intérieur d’un ancien hôpital du 16ème siècle, l’Hospital Bazán, dans le casco antiguo (vieux quartier) de Marbella. Un lieu très intéressant.

    img_7094b.jpg

    Il y avait un peu de tout. Du moderne, des photos polaroïds mais aussi des oeuvres de Picasso, notamment des eaux-fortes.

    img_7088b.jpg

    quelques oeuvres de Miró, comme celle-ci, “Tren”:

    img_7089b.jpg

    D’autres plus “particulières”, comme celle-ci de Juanjo López, qui s’appelle textuellement “Qu’allons-nous faire si le vrai maharaja arrive ?”:

    img_7090b.jpg

    Celle-ci, de Ismael Iglesias Serrano, “Accesit Honda”:

    img_7091b.jpg

    Ou celle-là, que j’ai trouvée inspirante (!). De l’artiste catalan Ricard Figueras Bonet, elle s’appelle “La fragilité de la mémoire du voyage”:

    img_7092b.jpg

    J’ai poursuivi ma visite dans les ruelles du casco antiguo.

    img_7098b.jpg

    Je suis tombé sur le vieux château arabe dont il ne reste que des ruines. Il n’y a rien à visiter.

    img_7116b.jpg

    Il n’y avait pas un chat dans les rues, ou presque.

    img_7109b.jpg

    Je me suis promené ensuite dans le Parc Arroyo de la Represa où il y a un  musée du bonsaï, notamment avec des bonsaïs d’oliviers.

    img_7119b.jpg

    Je suis passé ensuite sur la Plaza San Cristo où il y a un des meilleurs bar-resto flamenco de Marbella, Ana María (à droite):

    img_7133b.jpg

    Mais le problème, c’est que l’hiver, à cause du peu de touristes, à moins d’aller à Malaga ou encore mieux à Grenade où le cante gitano (véritable flamenco) est quotidien, on ne peut pas assister à un spectacle de flamenco à Marbella en semaine, sauf s’il y a un bus de touristes qui loue la salle. Donc, je n’ai pas pu avoir ma dose de flamenco. Je me console en écoutant dans l’auto Enrique Morente chantant Federico Garcia Lorca. 

    Après, j’ai trouvé un cybercafé sur la rue Carlos Mackintoch, entre Miguel Cano et Avenida del mar. Je n’ai utilisé ni leurs ordis ni la wifi mais je vous le donne parce qu’il est pratique avant 17h, heure à laquelle ouvre la Casa del Té de Bernardo où là, vous avez la wifi gratuite quand vous consommez et un ami.  Au cybercafé, ça coûte 1,90 euro pour l’internet + un café ou une bière.

    Finalement, j’ai quitté Marbella pour aller au km 195, Puerto Cabopino, là où j’ai vécu en 1963. Mais je n’ai jamais retrouvé les lieux. Les grands bâtiments neufs datent de 30 ans et le reste semble avoir été détruit.

    Le port m’a semblé pour gens aisés. Pas de barques.

    img_7143b.jpg

    À côté, il y a la Torre Ladrones, ancienne vigie.

    img_7173b.jpg

    La mer était assez forte aujourd’hui. Je l’ai constaté en me rendant à Fuengirola où je voulais prendre d’autres photos:

    img_7200b.jpg

    Puis l’estomac m’a fait un signe délicat et intéressé quand je suis passé à côté d’un petit restaurant de quartier, El Hogar del Jubilado (le foyer du retraité), situé au coin des rues San Antonio (piétonnière) et Alfonso XII.

    img_7237b.jpg

    Il y avait effectivement des retraités qui jouaient aux dominos à l’intérieur.

    img_7248b.jpg

    Ça sentait bon. Des familles étaient attablées sur le trottoir et prenaient l’apéritif ou mangeaient. Il était 15h. Mais il n’y avait pas de place dehors, sous l’oranger. J’ai donc attendu sur la petite place à côté. Deux dames jasaient.

    img_7243b.jpg

    Finalement, une place s’est libérée. J’étais sous l’oranger.

    img_7246b.jpg

    Je n’arrête pas de cadrer des orangers avec mon appareil-photo. Les Espagnols doivent se marrer. Tant pis. Je trouve ça l’fun de voir les fruits sur l’arbre. Pis, les oranges ici sont bonnes. Je n’en mange pratiquement jamais à Montréal mais là, je me régale. Elles ont vraiment un goût différent, plus sucré, moins acide.

    Il n’y avait pas de carte. Deux choix d’entrées (lentilles ou riz cubain), deux choix de plat principal (sorte de requin mariné (cazón adobo) ou pisto con huevo, sorte de ratatouille avec un oeuf).

    La serveuse, charmante, m’a servi un verre de vin rouge avec des olives vertes. Comme toujours, excellentes. J’adore les olives. J’en avais acheté une livre au marché d’Orgiva et j’ai pu en manger tous les jours durant mon séjour sur la Costa del Sol.

    img_5851b.jpg

    Mais étaient-elles d’Andalousie ? Pas sûr, m’avait-on dit à Grenade. Il semble que la très grande majorité des oliviers andalous produisent pour la fabrication d’huile. Et j’ai appris qu’il y avait des huiles de plusieurs qualités. La meilleure est l’huile d’olive vierge extra, puis l’huile d’olive vierge, puis l’huile d’olive tout court (composée d’huile d’olive vierge et d’huile d’olive raffinée) et enfin, la moins bonne qualité est l’huile d’olive raffinée.

    Il semble que l’Andalousie produise environ le tiers de l’huile d’olive espagnole et environ 10% de la production mondiale. 

    Fin de la parenthèse sur les olives! 

    Ceci dit, j’ai mangé des lentilles chaudes (oui, je sais, Jean-Michel, ce ne sont pas des tapas, mais bon, parfois, c’est le lieu qui fait le charme), servies avec des morceaux de saucisses. Très bon. Et je n’avais pas assez faim pour le plat principal. Je voulais aussi partir assez vite afin de revoir Marbella avec du soleil. Et ce petit repas, avec un flanc et un café m’a coûté 6,20 euros, 7,20 avec le pourboire. Très correct.

    À côté de moi, les gens parlaient de l’actualité et notamment de la décision du gouvernement Zapatero de porter l’âge de la retraite à 67 ans.

    img_7244b.jpg 

    On était au bon endroit pour en parler.

    Je suis donc retourné à Marbella, que finalement j’aime beaucoup.

    Avec les sculptures surréalistes de Salvador Dalí placées sur l’Avenida del Mar:

    img_7035b.jpg

    La plage…

    img_7045b.jpg

    …et la longue promenade, le long des plages de la ville:

    img_7065b.jpg

    J’ai adoré ce voyage en Espagne, sur la Costa del Sol. Il n’y a finalement pas que du béton. Même dans les villes côtières, comme Fuengirola ou Marbella, se promener dans les ruelles en ce moment est très reposant.

    img_7134b.jpg

    À bientôt !


    • Ça doit en effet être tellement agréable de voyager hors-saison sur la Costa del Sol. Très beau reportage.

      Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage…

    • M. Clément,

      bien que je n’ai pas commenté sur vos entrées de blogues auparavant, j’ai lu avec un grand intérêt vos articles sur Budapest, y étant été en septembre dernier. Ça m’a rappellé de merveilleux souvenirs.

      Mais maintenant, ça me fait tout drôle de lire vos articles sur la Costa del Sol, puisque j’y reviens tout juste. Je suis arrivé mercredi soir de Malaga. Je ne m’attendais à rien, mais je suis complètement tombé en amour avec l’Andalousie, et je me promet d’y retourner à brève échéance. J’ai visité Malaga et Séville (avec un petit détour par Gibraltar).

      Je suis content d’avoir lu vos articles car: 1- ça me donne l’impression de prolonger mon voyage un tout petit peu, et 2- ils me donnent maintenant plusieurs idées pour mon retour. Je ne manquerai pas d’aller visiter Grenade, Fuengirola et Marbella. Merci encore!

    • Intéressant votre billet sur la Costa Del Sol.

      J’ai fait un voyage en Andalousie il y a un peu plus de deux ans, en septembre 2007, par contre, nous avons préféré minimiser notre séjour sur la Costa Del Sol et se concentrer sur le reste. Un jour, nous pensons y retourner peut-être avec les enfants et passer un peu plus de temps sur la côte.

      Notre séjour, sur 3 semaines un peu frénétiques:

      Malaga (2jours): arrivée, visites, plage à Nerja à 20 minutes à l’est (superbe)

      Gibraltar (1/2 journée) impressionnant, mais pas nécessaire de prévoir un plus long séjour

      Tarifa (1 jour et demi) impression de bout du monde, le Maroc à portée de la main, en fait on se croit déjà en Afrique du Nord. À gauche, la méditerrannée, à droite l’Atlantique.Capitale mondiale du kite surfing

      Cadiz (1 jour) Festive, une des plus vieilles ville d’Europe.

      Jerez de la Frontera (1/2 journée) Festival d’automne, les vendanges du sherry, spectacle de flamenco toute la nuit dans la Plaza de Toros

      Arcos de la Frontera et les villages blancs (1 journée) Superbe, a voir.

      Ronda (1 jour et demi) À couper le souffle, les deux pont enjambant un profond ravin en plein milieu de la ville!

      Séville (2 jours et demi) La métropole culturelle de l’Andalousie. Plein de choses à voir, la Juderia, l’Église Santa Maria, l’Alcazar, le quartier des Gitans, le Guadalquivir et j’en passe…

      Cordoue (1 jour et demi) Discrète mais charmante, les patios à visiter absolument, la Mezquita, les bains arabes, le pont romain

      Grenade (2 jours et demi) La ville qui a conservé son âme mauresque. L’incontournable Alhambra, l’Albaicin le quartier maure, le Sacromonte le quartier gitan avec ses habitations creusées dans la colline

      Las Alpujarras (2 jours) Les vallées sud de la Sierra Nevada, les villages blancs berbères Capileira, Bubion, Pampaneira. Paisible, belles randonnées en montagne

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité