Le Blogue-Trotter

Archive, septembre 2009

Lundi 28 septembre 2009 | Mise en ligne à 11h16 | Commenter Aucun commentaire

On goûte, on crache et on recommence

Sylvie St-Jacques

Me voilà à Néoules, au Château Trians, dans le canton de La Roquebrussanne, en Provence.

Intense et chaude journée (28 degrés) où j’entends sans cesse parler de cépages, de l’impact du réchauffement climatique sur la culture vinicole- on me dit que les vendanges commencent désormais beaucoup plus tôt en Provence-, de sols argileux-calcaires, des 40 types de vents qui soufflent sur la région.

Entre des dégustations et des débats sur le bien-fondé de l’effeuillage et la vendange verte, j’en perds un peu mon latin.
img_0391.jpg
img_0397.jpg

Après La Bastilde Blanche, une escale par les Domaines Bunan, nous avons pris la route vers Néoules. Ici, plus question de m’en tenir au plaisir des sens: on m’a remis un sécateur et un sceau pour mon initiation à la récolte du raisin.

img_0418.jpg
img_0386.jpg

Potin mondain, en terminant: j’ai dîné à la table d’à côté de Carole Bouquet, hier soir, qui parle un italien impeccable. On me dit qu’elle fait du vin en Sicile. Si c’est bon pour Carole…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Dimanche 27 septembre 2009 | Mise en ligne à 13h50 | Commenter Aucun commentaire

15 minutes d’exotisme

Sylvie St-Jacques

J’ai mis les pieds en Provence ce matin.

Depuis, j’ai visité une exposition multimédia sur Picasso à la Cathédrale d’images des Baux de Provence (cette immense grotte où Cocteau a réalisé Le testament d’Orphée-, et cassé la croûte avec le premier repas gastronomique du séjour. Puis, j’ai dégusté une demi-douzaine de vins du domaine Mas des dames et fait connaissance avec un sympathique producteur d’huile d’olives qui parle anglais avec un accent texan.

img_0314.jpg

Comme je suis attendue dans une vingtaine de minutes pour le dîner qui, me prévient-on, nous retiendra plus de deux heures à tables, je n’ai guère le temps de m’épancher très longuement sur la notion d’exotisme, qui me taraude souvent, et particulièrement depuis que j’ai le nez dans The Art of Travel, d’Alain de Botton.

Pour De Botton, le comble de l’exotisme est une jeune hollandaise qui se balade en vélo dans Amsterdam, avec une boîte de jus de pommes dans son panier, et qui ne trouve rien d’étonnant à ce qu’un t et un j soient côte à côte dans le mot “Goudappeltje.”

“Exotic lasts 15 minutes, and after that, it becomes Mauritius…”, disait mon voisin hollandais (un autre!), à l’époque où je vivais à l’île Maurice.

Le travail d’un journaliste “voyages”, j’imagine, est de recueillir un concentré de ces marques d’exotisme qui nous donnent le goût de visiter un pays. En Provence, Peter Mayle et ses disciples vous le diront, elles vous assaillent de partout: les effluves de lavande, de tilleul, le soleil cuisant, les oliveraies, la langueur, les vins…

Mais au-delà de ces images de calendriers aux teintes pastels, j’espère trouver un exotisme inusité à La Provence, un “j” qui par inadvertance, échoue à côté d’un “t”.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 23 septembre 2009 | Mise en ligne à 12h47 | Commenter Commentaires (4)

Ceviche au Pérou, Fish and Chips à Fife…

Sylvie St-Jacques

À Montréal, je suis une (quasi) stricte végétarienne ainsi qu’une pure et dure ashtanga yogi. Mais en voyage, mes beaux principes passent rarement l’épreuve des douanes.

D’abord, parce que la politesse de base et la curiosité sont à mes yeux plus importantes que mes motivations à éviter les gras animaux.

L’été dernier, en Autriche, allais-je lever le nez sur les tartines au gras de porc servies par la patronne du chaleureux Osterreich où je prenais l’apéro avec des copains? Voyons donc!

Tout ça pour vous dire qu’en voyage, je suis prête à tout goûter. Du haggis à l’île de Skye, des shnitzels à Vienne, du hareng à Amsterdam, des chenilles frites à Bobo Dioulasso, du “chai chai” dans une ruelle de Trivandrum… Mon estomac est fait d’acier (je touche du bois!) et mes papilles sont rarement déçues par mon penchant pour “l’anthropologie gustative.”

Le nirvana, quand on aime manger et voyager, c’est de tomber sur la “meilleure” pizza de Naples ou les plus “décadents” macarons de Paris. Le Guardian répond à cette quête qui habite les globe-trotters foodies, en un palmarès des 50 meilleures choses à manger sur la planète, et où les trouver.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2009
    L Ma Me J V S D
        oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité