Le Blogue-Trotter

Vendredi 5 juin 2015 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (45)

On campe en ville?

Photo fournie par le lieu historique national du Canal-de-Lachine

Photo fournie par le lieu historique national du Canal-de-Lachine

Jadis, naguère, autrefois, le camping exigeait une préparation sans faille. On partait avec une montagne de matériel, à l’assaut des contrées sauvages où les moustiques pouvaient vous arracher un bras en moins de temps qu’il n’en faut pour dire “citronnelle”.

Aujourd’hui, le camping a cédé sa place au glamping et plusieurs vacanciers ont troqué leurs tentes démontables pour des structures plus confortables (Otentik, Huttopia, Hékipia, ou peu importe le nom pseudo-scandinave qu’elles portent.)

La nouvelle tendance pour l’été qui vient ? Le camping urbain. En effet, il sera de plus en plus facile pour les Montréalais de dormir sous la toile, sans devoir s’éloigner de la ville, voire même sans avoir à prendre la voiture. Ainsi, un nouveau site de camping sera installé cet été au parc national des Îles-de-Boucherville: 54 sites sans services pour planter la tente et 21 tentes Huttopia. Le parc est accessible en navette fluviale depuis Montréal et la Rive-Sud.

Plus urbain encore, le lieu historique du Canal-de-Lachine propose une initiation qui camping les 20 et 21 juin, à l’angle des rues Saint-Patrick et Pitt. Atelier de cuisine en plein air, activités de bateau-dragon, feu de camp et musique (le festival Folk Montréal se tient le même week-end.)  Le 8 et 9 août, de l’initiation au camping sera aussi proposée au Canal-de-Chambly. Une première. Des initiatives semblables sont offertes dans la région de Toronto, au parc urbain de la Rouge.

Le camping urbain n’est pas pour moi. J’aime m’endormir – dans ma tente – au chant des ouaouarons et plus je suis loin de la ville, mieux je dors. Mais je trouve toutes ces initiatives géniales, en particulier pour les familles qui n’ont jamais pu vivre l’expérience du camping auparavant, faute d’argent ou de connaissances. Je pense au Néo-Québécois, qui n’ont pas forcément le camping inscrit dans leur ADN. On se souvient toute notre vie de notre première nuit sous la tente, enfant. Au bord d’un lac sauvage ou à un jet de pierre du centre-ville, le camping reste toujours une aventure extraordinaire.

Lire les commentaires (45)  |  Commenter cet article

 

Mardi 2 juin 2015 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (25)

L’adieu aux cadenas?

Les arbres à cadenas de Moscou (PHOTO AP)

Les arbres à cadenas de Moscou (PHOTO AP)

Hier, la ville de Paris a soulagé le pont des Arts des milliers de cadenas accrochés aux balustrades par des amoureux de passage. Au total, c’est 45 tonnes de métal qui a été retiré. Les cadenas ont été stockés. La Ville a promis de ne pas les jeter. Les anciennes balustrades de métal seront remplacées par des oeuvres d’art, protégées par des panneaux de plexiglas. Impossible d’accrocher quoi que ce soit là-dessus.

Fort bien, mais le problème n’est pas pour autant réglé. D’autres ponts parisiens sont déjà la cible de couples désireux de laisser une trace de leur passage. Et les “cadenas d’amour” sont en train de polluer des villes du monde entier.  Le Ponte dell’Accademia à Venise, le grillage de la tour de Séoul, le pont de Brooklyn à New York…  Le patrimoine mondial est en train de ployer sous trop d’amour. Effrayant, surtout quand on réalise que la pratique est loin d’être ancienne (du moins dans la majorité des villes): elle a commencé vers 2008, après la publication d’un roman à l’eau de rose de l’auteur italien Federico Moccia.

En moins de dix ans, les touristes sont venus à bout des balustrades du pont des Arts. Et la laideur des cadenas menace d’autres structures centenaires qui devraient pouvoir être admirées dans leur plus pure beauté par tous les humains – amoureux ou pas.

Comment convaincre les touristes d’adopter une façon moins dommageable de sceller leur amour? Paris avait lancé une campagne qui faisait la promotion des égoportraits pour remplacer les fameux cadenas. Un échec. La solution se trouve peut-être du côté de Moscou. Des arbres de métal ont été installés sur le pont Luzhkov pour supporter le poids de tous les verrous (voir photo ci-haut.) N’empêche, il faudra tout de même un jour que ce manège s’arrête.

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article

 

Mardi 26 mai 2015 | Mise en ligne à 17h12 | Commenter Commentaires (8)

Les voyageurs, de meilleurs employés

Les voyageurs sont de meilleurs employés. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Linda Brimm, professeure émérite à l’Institut européen d’administration des affaires.

Dans un texte publié récemment sur le site de l’INSEAD, la chercheuse explique que les grands voyageurs – elle les surnomment les « cosmopolites complets » – possèdent des qualités qui constituent des avantages certains sur le marché du travail.

Lesquelles ? Ils développent une meilleure capacité d’adaptation que ceux qui sont restés à la maison. Les changements (et toutes les émotions qu’ils provoquent) sont des phénomènes normaux pour eux.

Aussi, ils sont plus enclins à proposer de nouvelles façons de faire ; ils ont développé une pensée créative pour s’adapter aux cultures étrangères. Mieux, ils apprennent rapidement.

Pour la professeure Brimm, ces qualités sont surtout observables chez les personnes qui ont vécu à l’étranger, qui y ont travaillé ou étudié. Je crois sincèrement que tous ceux ou celles qui ont bourlingué de par le monde pendant quelques mois ont pu développer leur capacité d’adaptation et leur créativité.

Une belle matière à réflexion pour les employeurs.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité