Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Tout le monde en parle’

Jeudi 6 novembre 2014 | Mise en ligne à 7h31 | Commenter Commentaires (7)

Alex Nevsky chez Guy A.

anevsky

Récipiendaire de trois trophées Félix au Gala de l’ADISQ, dont ceux de l’interprète masculin et de la chanson de l’année, Alex Nevsky sera l’invité de Tout le monde en parle, dimanche soir sur ICI Radio-Canada Télé.

Aussi sur le plateau de Guy A. Lepage: Michel Côté et Rémi-Pierre Paquin pour la comédie La théorie du K.O., Réal Béland pour son album Monsieur Latreille en rappel et le documentaire Les Réal Béland à Canal D, Lisa LeBlanc pour son album intitulé Highways, heartaches and time well wasted, la journaliste de The Gazette Sue Montgomery, qui a avoué publiquement avoir été agressée sexuellement et qui a lancé le mouvement #BeenRapedNeverReported, de même que Frédérick Lavoie et Charles-Antoine Crête pour la série documentaire À table avec l’ennemi à TV5.

À Télé-Québec, ce soir (jeudi) à 21h, à Bazzo.tv, l’animatrice reçoit Lorraine Pintal, Éric Duhaime, Jacques Nantel, Jocelyne Robert, Yves Boivert et Mariana Mazza. Vendredi à 21h, à Deux hommes en or, on reçoit Stéphane Bellavance, Michèle Ouimet, René Richard Cyr et Anne De Léan.

À TVA, vendredi à 21h à Ça finit bien la semaine, Julie Bélanger et José Gaudet accueillent Valérie Blais, Éric Bernier, Marie-Mai, Patrice Michaud et Sonia Benezra.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Mardi 4 novembre 2014 | Mise en ligne à 14h48 | Commenter Commentaires (41)

Les secrets de Tout le monde en parle

danycaroleguya

Comment un tel rendez-vous, à sa 11e saison, peut encore faire l’événement, susciter les passions, créer la controverse, et attirer invariablement plus d’un million de téléspectateurs chaque dimanche? Le succès de la grand-messe du dimanche soir est fait d’un tas de choses que vous ne soupçonnez pas, et que révèle la rédactrice en chef de l’émission depuis ses débuts, Carole-Andrée Laniel, dans un livre intitulé Tout le monde en parle – L’envers du décor, publié aux Éditions La Presse.

Le livre L’envers du décor, dont Dany Laferrière signe la préface, contient des anecdotes juteuses sur plusieurs invités. Matière grise de l’émission, Carole-Andrée Laniel (entre Dany Turcotte et Guy A. Lepage sur la photo) en a vu passer que même l’animateur et son fou du roi n’ont pas remarqué. Chaque semaine, c’est la course contre la montre pour dénicher les invités les plus vendeurs. Un mélange de travail de longue haleine et de chance.

«J’aimerais vous dire que j’ai travaillé durant des années pour avoir Taylor Swift, mais c’est son équipe de production, avec qui nous avons établi des liens avec les années, qui nous a contactés. Les invités étrangers se sentent en confiance avec nous parce qu’ils savent que leurs artistes sortent contents de notre émission», m’a-t-elle confié, accompagnée par Dany Turcotte et Guy A. Lepage au restaurant de celui-ci, Accords, dans le Vieux-Montréal.

Le livre, dont Dany Laferrière signe la préface, contient plusieurs anecdotes juteuses sur plusieurs invités, dont Gene Simmons, du groupe Kiss, qui a laissé la carte magnétique de sa chambre d’hôtel à la maquilleuse en plus d’inviter l’assistante de production à venir l’y rejoindre! On apprend aussi que l’acteur français Romain Duris a été l’invité le plus désagréable. «Attitude dédaigneuse, réponses minimalistes, marmonnements à répétition, c’était ridicule», écrit l’auteure.

Si l’entourage de Juliette Binoche était d’une grande condescendance avec l’équipe, l’actrice, elle, s’est permis de féliciter Guy A. après l’émission «pour la qualité de ses questions». Pour la visite de Céline Dion, on a masqué les couleurs drabes d’une des loges pour la rendre somptueuse, moderne et apaisante.

Pauline Marois est la politicienne reçue le plus souvent sur ce plateau. Dans la liste de personnalités qui refusent systématiquement les invitations de l’équipe, on aperçoit les noms de Stephen Harper, Jean-Marc Parent, Lucien Bouchard, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, Fabienne Larouche et André Arthur. Quand Stéphane Laporte l’a invité à participer à la spéciale Gala Artis du Banquier, diffusée dimanche soir à TVA, Guy A. a bien tenté de marchander en échange la visite de Julie sur son plateau, sans succès. Les deux sont donc restés chacun de leur côté. Lepage, Turcotte et Laniel semblent toutefois convaincus qu’elle finira par dire oui, tout comme son époux Pierre Karl Péladeau, sollicité à de nombreuses reprises.

Bien sûr, L’envers du décor ne pouvait ignorer des événements majeurs comme l’affrontement entre Raël et Serge Chapleau, l’entrevue suicidaire de Guy Fournier, le fameux tableau vide de Mario Dumont. Avec respect, on profite de l’occasion pour préciser certaines choses à propos de Nelly Arcan, qui est sortie très affectée de sa deuxième entrevue.

On redécouvre, à travers ce livre abondamment illustré, à quel point Tout le monde en parle a traversé des controverses, qui n’ont pas eu raison du noyau dur de l’équipe. Guy A. Lepage n’est pas réputé pour lâcher le morceau quand il croit avoir raison, malgré l’avis des avocats de la boîte. À peine six entrevues n’ont pas survécu à son montage, dont celles de Tanya St Arnauld, aspergée d’acide par son ancien copain, et de l’ex-lofteuse Julie Lemay.

«Quand il y a parjure, diffamation ou ordonnance du tribunal, on se range parce qu’on ne peut pas combattre ça, m’a confié Guy A. J’ai beaucoup plus de difficulté avec les poursuites-bâillons. Si Tony Accurso s’arrange pour qu’on ne puisse plus nommer son nom pendant deux ans de temps, je conteste ça et on trouve des moyens pour contourner l’obligation.»

L’animateur trouve tout à fait sain et normal qu’on puisse laisser un invité comme Alain Saulnier, l’ancien grand patron de l’information de Radio-Canada, venir dénoncer les décisions de l’actuelle direction sur son plateau, comme dimanche soir. «Je ne l’aurais pas pris que ça ne passe pas. C’est un sujet important, son livre est passionnant et très bien documenté. L’idée qu’on devrait protéger la boîte, je suis contre ça.»

Guy A. sourit toujours quand on accuse son équipe d’être un nid de gauchistes et de séparatistes. «Si on faisait une liste de tous les ministres qu’on a reçus et des questions qu’on leur a posées en nous faisant l’avocat du diable, les gens [qui nous accusent] s’excuseraient. En général, on retient ce qui nous irrite. Quatre-vingt-dix-huit pour cent des gens que je reçois en entrevue ne sont pas d’un parti pour lequel j’ai voté dans les 10 dernières années. Je suis un indépendantiste, pas un péquiste, je n’ai jamais été membre du PQ», précise-t-il.

À ceux qui reprochent à Tout le monde en parle de dilapider nos taxes, l’animateur a cette réponse : «On leur fait faire de l’argent! L’émission est probablement la plus rentable de Radio-Canada. À 300 000 téléspectateurs, on fait de l’argent, imagine un million de plus. Le décor est payé depuis la deuxième émission et on est rendu à 250. Les émissions que TVA diffuse à la même heure doivent coûter cinq ou six fois plus cher que la nôtre.»

Le succès vient avec les reproches, nombreux et parfois violents, semaine après semaine. Dans une section intitulée Les complots de TLMEP, le script-éditeur André Ducharme relève quelques accusations dont son équipe a été la cible dans sa boîte de courriels. «TLMEP serait tout simplement un plan élaboré par la clique du Plateau Mont-Royal, dirigée par Guy A. Lepage, pour faire fermer la station CHOI-FM, de Québec», dit l’une d’elles.

Tout le monde en parle fait aussi jaser pour ses cartes du fou du roi, qui font rarement l’unanimité. «On connaît maintenant le secret du mouton noir, il est sur votre tête et il ne bouge pas beaucoup!» Dany Turcotte convient que cette carte remise à Normand Lester, rédigée à l’époque où le journaliste oeuvrait à TQS, était «méchante et gratuite, une attaque totalement déplacée et que je regrette». Le livre relève surtout ses meilleurs écrits.

Carole-Andrée Laniel considère que la formule ne s’essouffle pas, bien au contraire, même si certaines vedettes sont des abonnés de l’émission. «Ils ne sont jamais là pour les mêmes raisons. Pourquoi on se passerait d’un Martin Matte, qui se renseigne sur les autres invités, qui écoute, qui est toujours payant? Ça nous permet de faire découvrir quelqu’un de moins connu, que Martin va contribuer à faire connaître.»

Guy A. Lepage attend toujours au printemps avant d’annoncer s’il poursuit l’aventure pour une autre saison. Parmi les noms qu’il aimerait voir un jour visiter son plateau : le musicien Jack White et le joueur de basketball Michael Jordan. Carole-Andrée Laniel pense plutôt au cinéaste et musicien Jim Jarmusch et à l’actrice Emma Watson, remarquée lors de son récent passage à l’ONU.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (41)  |  Commenter cet article






Dimanche 2 novembre 2014 | Mise en ligne à 22h57 | Commenter Commentaires (34)

L’étoile du match à Alain Saulnier

saulnier

Pas banal qu’un ancien patron de l’information vienne critiquer sévèrement les décisions de la direction actuelle du diffuseur public sur cette même antenne. De quoi illustrer cette liberté de pensée et cette indépendance dont devraient toujours bénéficier les équipes et les journalistes de Radio-Canada.

Sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche, Alain Saulnier n’a surtout pas eu l’image d’un traître, précisant le faire par amour pour l’institution à laquelle il a consacré presque 30 ans de sa vie et dont l’avenir l’inquiète. On a revu la séquence où la salle des nouvelles se lève pour l’applaudir, en direct à RDI, au moment de son renvoi en 2012.

C’est d’ailleurs pour comprendre les raisons de ce congédiement, et pour sonner l’alarme, qu’il a voulu écrire ICI était Radio-Canada, un livre que Guy A. qualifie de «passionnant». M. Saulnier y rappelle que les rapports malsains entre la sphère politique et Radio-Canada ont toujours existé. On revoit d’ailleurs un vieil extrait de Pierre Elliott Trudeau, qui menace de mettre le diffuseur sous tutelle. Quand Jean Chrétien a sabré dans le budget de Radio-Canada, le pdg de l’époque, Tony Manera, a tout simplement claqué la porte.

Alain Saulnier met donc en garde Radio-Canada contre l’intrusion du gouvernement au pouvoir dans les décisions du diffuseur et rappelle l’importance cette «saine distance» qui doit être préservée. Il rappelle que 10 membres sur 12 du conseil d’administration de Radio-Canada ont contribué au Parti conservateur.

Il n’a été pour ainsi dire pas question d’Hubert Lacroix, l’actuel pdg de Radio-Canada, sur qui l’auteur fait plusieurs révélations dans son essai, et qui devait sûrement être à l’écoute dimanche. On a peut-être voulu se garder une petite gêne en évitant de personnaliser l’entrevue, même si, au fond, plusieurs des commentaires de l’invité concernaient directement l’idéologie d’Hubert Lacroix.

La carte du fou du roi qui lui était destinée: «Si je vous ai bien compris, on s’appelle ICI mais on s’en va nulle part.»

Mike Ward ne pensait jamais plaire à un public aussi large, lui qui excelle dans l’humour vulgaire et irrévérencieux. Mais un numéro aux Olivier avec Patrice L’Écuyer, qui l’a ensuite invité régulièrement à Prière de ne pas envoyer de fleurs, a contribué à le rendre accessible à un public qui le haïssait avant. Et pourtant, il dit être plus hard dans son nouveau spectacle intitulé Chien.

Il fait rire en français comme en anglais. «Des jokes de graines, ça voyage bien, parce qu’ils ont des graines partout. En Thaïlande, même les madames ont des graines!»

Mike Ward n’hésite pas à se prononcer sur la politique. Il n’a pas épargné Justin Trudeau, après son passage sur le même plateau: «J’aurais aimé ça être là juste pour l’haïr de proche. [...] Je le trouve tellement fake!» Il s’est aussi demandé pourquoi le Parti québécois existe encore, l’accusant de n’intéresser que des «boomers blancs francophones».

Professeur au Collège militaire royal de Saint-Jean, Janine Krieber croit qu’il faut appeler un chat un chat: les deux attentats à Saint-Jean-sur-Richelieu et Ottawa correspondaient tout à fait à des attentats terroristes. Elle admet que l’ambiance est lourde au collège où elle enseigne: «Pour la première fois, il y avait un garde armé à la guérite du collège», relate-t-elle. La journaliste Emmanuelle Latraverse, dont la fille était à la garderie du Parlement au moment des coups de feu, rappelle que l’attaque aurait été beaucoup plus grave «si quelqu’un d’organisé avec une arme semi-automatique» était entré, plutôt qu’avec un fusil de chasse.

Jean-François Lisée a annoncé qu’il serait de la course à la chefferie du Parti québécois, à la condition de trouver 1000 bénévoles prêts à lui offrir une heure de leur temps. À la fin de l’émission, il en avait recruté trois…

Il souhaite par son implication redonner aux jeunes le goût de l’indépendance, un défi de taille. Il admet que son parti a donné aux électeurs l’impression de ne pas savoir où il s’en va.

M. Lisée, qui explique la défaite cuisante du PQ dans Le journal de Lisée, a répété que Pierre Karl Péladeau devra choisir entre être patron de presse ou politicien pour éviter toute apparence de conflit d’intérêt. Faute de quoi il passera la course à la chefferie à répondre aux attaques des libéraux à ce sujet.

Il jure qu’il n’aurait jamais voté en faveur de la Charte des valeurs, telle que son parti voulait la présenter. «Je ne pouvais vivre avec l’idée qu’une seule infirmière musulmane perde son emploi.»

Le fou du roi y est allé de cette carte assassine: «C’est dans l’ombre que vous étiez le plus brillant. À la lumière, vous n’êtes plus que l’ombre de vous-mêmes.»

On aime beaucoup Macha Grenon, Monia Chokri et Macha Limonchik, de Nouvelle adresse, mais on a hélas retenu peu de choses de leur entrevue. Macha Limonchik a avoué candidement ne pas être certaine qu’elle regarderait Nouvelle adresse si elle était téléspectatrice, en raison du sujet grave de la série, la récidive de cancer.

Oui, Macha Grenon est capable de se fâcher, mais si peu. Même quand elle sacre, c’est du bout des lèvres, comme une fois sur le plateau de tournage, où elle a échappé un doux «Calvaire!»

Camille Leblanc-Bazinet est devenue «la femme la plus en forme de la planète» en remportant les Championnats mondiaux de Crossfit en Californie. Des épreuves d’endurance extrêmement exigeantes, dont les athlètes apprennent la nature souvent très peu de temps avant de les surmonter.

«Pour être un champion, il faut que tu saignes», affirme cette athlète qui semble avoir une détermination à toute épreuve, et qui est l’une des quatre au monde à pouvoir vivre du Crossfit.

Sur Twitter, Guy A. Lepage a expliqué ne pas avoir été invité à la spéciale Gala Artis du Banquier, qui recevait notamment Véronique Cloutier à TVA, parce qu’il avait échangé sa participation contre une visite de Julie Snyder à Tout le monde en parle. La demande est restée sans réponse.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (34)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité