Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Tout le monde en parle’

Dimanche 12 octobre 2014 | Mise en ligne à 23h32 | Commenter Commentaires (17)

L’étoile du match à Joanne Liu et Samantha Nutt

jliu

Combien de personnages inspirants avons-nous entendu depuis le début de la saison de Tout le monde en parle? Dimanche soir, j’aurais facilement pu attribuer neuf étoiles du match, preuve que ce concept ne s’essouffle pas, même après 11 ans.

Il fallait tout de même faire des choix, et j’ai opté pour deux femmes exemplaires, au parcours impressionnant, Joanne Liu et Samantha Nutt. Chacune à leur façon, elles tentent de changer le monde, ou à tout le moins, de lui apporter un peu de réconfort. Dimanche, elles ont tout de même brossé un portrait bien peu rassurant de la situation.

Première femme nommée à la tête de Médecins sans frontières, Joanne Liu a passé les deux derniers mois en Afrique de l’Ouest, à tenter de limiter les ravages de l’épidémie d’Ebola, dans des conditions impossibles. Au Liberia, elle a vu des mères enceintes, courir les hôpitaux, tous fermés, pour aboutir à son centre de soins, à bout de souffle, et perdre leur enfant.

«Ça nous a pris 6 mois à nous réveiller», déplore le docteur Liu, qui souligne cette faille importante dans la gouvernance internationale en ce qui concerne les crises de santé publique. Elle ne se fait pas très optimiste: actuellement, de cinq à sept patients sur 10 en meurent, et on s’affaire à construire des crématoriums pour contenir les corps des victimes. Mais Joanne Liu serait très étonnée que l’épidémie touche l’Amérique.

Dans sa carte, Dany Turcotte a fait remarquer que la «meilleure place pour un médecin n’est pas à l’Assemblée nationale, mais auprès des malades.»

snutt

Fondatrice de la branche canadienne de War Child, Samantha Nutt a oeuvré au coeur des conflits les plus violents durant une vingtaine d’années. Elle rappelle que les victimes les plus nombreuses de toutes ces guerres sont des civils, particulièrement des femmes et des enfants.

Auteure du livre Guerriers de l’impossible, elle se montre très critique face aux fonds destinés à l’aide humanitaire qui aboutissent plutôt en dépenses militaires. Elle reproche au Canada d’exporter des armes en quantité, et selon elle, il faudra faire plus que de lancer des bombes pour neutraliser le groupe armé État islamique. Le pouvoir politique doit opérer autrement.

Claude Legault, qui porte l’étiquette de Monsieur CSST avec ses campagnes de prévention contre les accidents de travail, était accompagné de Laurier Lamontagne, un ancien soudeur dont la main droite a été écrasée dans les rouleaux d’une machine. Pourtant, cinq semaines plus tôt, il avait vu le danger, sans y porter plus d’attention. Depuis, ouvrir un pot de confiture et lacer ses chaussures sont devenues des tâches ardues. Il a dû renoncer à son rêve de bâtir son propre chalet, mais il a choisi de fréquenter l’université, et aujourd’hui, travaille comme conseiller en prévention pour ne pas que d’autres vivent le même drame. Claude Legault ne se gêne pas pour signaler à un travailleur qu’il est imprudent, même sur les plateaux de tournage.

Michel Louvain est de cette catégorie d’artistes longtemps snobé par leurs pairs, et dont on finit par reconnaître l’importance, sur le tard. Le 26 octobre prochain, il recevra le Félix hommage au Gala de l’ADISQ, un honneur qui le comble.

En pleine forme, le chanteur est ravi par ce qu’il vit en ce moment: un livre-coffret retraçant sa carrière, Michel Louvain sans âge, et un disque sur lequel 13 interprètes reprennent ses grands succès, Ils chantent Louvain, de Paul Daraîche à Mario Pelchat.

Âgé de 77 ans, le même âge qu’avait Gilles Latulippe, il a à peine diminué la cadence, donnant encore une quarantaine de spectacles dans l’année qui vient. Quand Éric Salvail lui a proposé de reprendre le Gangnam Style au Festival Juste pour rire, il a tenu à apprendre les vraies paroles, du moins au son.

Repêché par les Chiefs de Kansas City, Laurent Duvernay-Tardif est un véritable géant, de ses 6 pieds 5 pouces et 315 livres. Et ce ne serait pas encore assez, semble-t-il. Huitième Québécois repêché par une équipe de la NFL, l’ancien joueur des Redmen de l’Université McGill, a étudié pour devenir pédiatre.

Concernant les commotions cérébrales, il affirme qu’on a resserré les règlements et que les fortes amendes devraient décourager certains joueurs de jouer trop durement. Le cas de Ray Rice, qui a violenté sa conjointe devant une caméra de surveillance, lui fait dire qu’il aurait mérité plus qu’une suspension. Mais sans vouloir le défendre, il affirme que le taux d’arrestation pour violence conjugale est plus faible au football que dans la population en général. En passant, les footballeurs n’ont rien pour se protéger les bijoux de famille.

L’ancien VJ Paul Sarrasin, la batteur de Voivod, Michel «Away» Langevin, et Félix B. Desfossés, auteur du livre L’évolution du métal québécois, ont parlé de leur passion pour ce genre musical, ce qui a intéressé même Michel Louvain. Une musique sauvage, chaotique, oui, mais bien plus que cela. «Ceux qui font la musique la plus lourde sont souvent les plus cools», affirme Paul Sarrasin.

Le trio a raconté comment Nirvana et le grunge en général ont failli faire mourir le métal. En un mois, les magasins de disques avaient remplacé le métal par le grunge sur leur devantures. Michel Langevin a aussi raconté le succès de Voivod, qui a produit 16 albums en 30 ans d’existence, une musique qui a rappelé à Joanne Liu des soirées dans le sous-sol de ses parents. Langevin affirme que Voivod, qui s’est produit beaucoup en Europe, lui a permis de bien gagner sa vie.

Après des années difficiles, où il a même eu des idées suicidaires, Paul Sarrasin a repris du poil de la bête. L’ancien animateur de SolidRok à MusiquePLus, qui n’avait pas vu venir son congédiement, vit aujourd’hui de sa voix, qu’il prête à des stations de télé, de radio, des bandes-annonces de films, entre autres.

En début d’émission, Dany Turcotte est revenu brièvement sur sa carte controversée de la semaine dernière, destinée à Caroline Néron. «Je suis allé sur le site carolineneron.com et j’ai finalement trouvé quelque chose de beau», a-t-il dit, arborant fièrement un bijou de sa collection.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






Mercredi 8 octobre 2014 | Mise en ligne à 15h22 | Commenter Commentaires (34)

Michel Louvain chez Guy A.

michellouvain

Michel Louvain, à qui des artistes québécois rendront hommage sur l’album Ils chantent Louvain, sera l’invité de Guy A. Lepage dimanche soir.

Aussi sur le plateau de Tout le monde en parle: la présidente de Médecin Sans Frontières International, Joanne Liu, l’ancien VJ Paul Sarrasin, la batteur de Voivod, Michel «Away» Langevin, le passionné de musique Félix B. Desfossés, Samantha Nutt, fondatrice de l’organisme humanitaire War Child, Claude Legault, et le footballeur Laurent Duvernay-Tardif, qui a fait ses débuts dans la NFL dans l’uniforme des Chiefs de Kansas City.

À Télé-Québec, ce soir (mercredi) à 20h, Formule Diaz accueille François Létourneau, Vincent-Guillaume Otis, Alfa Rococo, Chromeo et le chroniqueur Stéphane Leclair. Puis à 21h, aux Francs-tireurs, Richard Martineau rencontre Venus Palermo, poupée vivante et star du Web, Benoît Dutrizac rencontre des passionnés d’armes à feu et on revient sur le cas de Luka Rocco Magnotta. Demain (jeudi) à 21h, Bazzo.tv reçoit Réal Bossé, on se demande si une émission comme On n’est pas couché pourrait exister au Québec et si PKP pourrait sauver le Parti québécois. Vendredi à 21h, Patrice Bélanger, Sylvain Gaudreault, François Legault, Sonia Benezra et Christine Argillet répondent aux questions de Deux hommes en or.

À TVA, vendredi à 21h, Ça finit bien la semaine accueille Jason Mraz, Jean-François Mercier, Dave Morissette, Marianne St-Gelais et Charles Hamelin.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (34)  |  Commenter cet article






Mardi 7 octobre 2014 | Mise en ligne à 9h29 | Commenter Commentaires (36)

La carte: beaucoup de bruit pour (presque) rien

cneron2

Dany Turcotte en convient lui-même, ce n’était pas sa meilleure. «J’aurais voulu t’offrir un petit bijou. J’ai cherché partout. Je suis même allé sur carolineneron.com, mais je n’ai rien trouvé de beau.»

Cette carte adressée à la femme d’affaires et ex-chanteuse Caroline Néron dimanche soir à Tout le monde en parle lui a pourtant valu une avalanche de bêtises sur les réseaux sociaux. En gros, on qualifiait son propos de commentaire gratuit, sexiste, bassement méchant, inélégant et complètement déplacé.

À l’antenne, Caroline Néron a ri jaune, y revenant à quelques reprises durant l’émission pour se venger amicalement. Pas sûr qu’elle l’ait trouvé si drôle. Plus tard, elle a ajouté ce tweet du dragon François Lambert à ses favoris : «Vraiment pas nécessaire!»

Le producteur de l’émission, Guillaume Lespérance, n’en revient pas de l’ampleur de la polémique. «Caroline a bien paru. Nous l’avons reçue en tant que femme d’affaires brillante, et l’entrevue a porté là-dessus à 95 %. Elle a répliqué à la blague de Dany en en poussant trois ou quatre très bonnes, et ne semblait pas vexée en quittant le plateau. On a reçu une winner», dit-il.

«Ça fait partie des risques de mon travail de me faire ramasser une fois de temps en temps. C’est l’arroseur arrosé», nous a confié Dany Turcotte après avoir décanté, lundi. Dimanche, il revenait du tournage d’un épisode de La petite séduction à Lac-Mégantic quand il a vu le tollé créé par sa carte. «Ça m’a mis à terre, admet-il. Je venais de vivre de grandes émotions. Quand tu reçois après un char de bêtises, ça atteint.»

Relativement blindé contre les critiques, Dany Turcotte l’est beaucoup moins lorsqu’on s’attaque à sa personne et à son intégrité. «On me traite de misogyne, de fif, de sans talent, d’imbécile. Et moi, le gros masochiste, je vais tout lire ça.»

Il affirme que son gag a été mal interprété, qu’il a raté sa cible. «Je la respecte, Caroline Néron, je suis impressionné par son cheminement», souhaite-t-il préciser après coup. Il ne cache pas qu’un incident comme celui-là le fera réfléchir sur ses prochains gags. «C’est certain que je vais écrire en ne voulant pas créer une tempête médiatique. L’humour, c’est la spontanéité. Quand tu y penses trop avant, ça tue l’humour.»

La carte de Dany Turcotte, tout le contraire d’une carte chouchou, était mal formulée et n’atteignait pas son but, celui de faire rire. Mais le fou du roi a comme rôle, entre autres, d’ébranler les bonnes consciences, de créer des grincements de dents, au risque d’en échapper quelques-unes et de se faire chahuter. De là à créer tout ce boucan? Cela m’a rappelé, à plus petite échelle, les lendemains du Bye bye 2008, où l’équipe avait été crucifiée sur la place publique.

L’incident est survenu au lendemain de la sortie musclée d’Anne Dorval à On n’est pas couché en France, contre le polémiste Eric Zemmour. Sur un plateau français, la carte de Dany aurait passé complètement inaperçue. «Les Québécois sont assez frileux. On n’aime pas la chicane, quand le ton monte. Un fou, ça dit n’importe quoi, ça tire à gauche, ça tire à droite. Mais faudrait toujours que ça ne dépasse pas une certaine limite.»

On en revient toujours à cette télé québécoise qu’on accuse de complaisance d’un côté, et de méchanceté de l’autre. «On dit que nous faisons de la télé consensuelle, mais dès qu’il y a quelque chose d’épicé, ça crée une controverse. Il n’y a pas matière à scandale ici», pense Guillaume Lespérance.

Dimanche soir, 1 277 000 télé-spectateurs ont regardé l’émission de Guy A. Lepage. À TVA, la première du Banquier a atteint les 1 901 000, alors que Vol 920 vivote à 970 000.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité