Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Tout le monde en parle’

Dimanche 19 février 2017 | Mise en ligne à 22h58 | Commenter Commentaires (23)

L’étoile du match à André Sauvé

asauve

On voit rarement le sport et l’art cohabiter d’aussi belle façon qu’à Tout le monde en parle, dimanche soir. C’est vrai: quand avez-vous entendu la dernière fois des spécialistes de hockey échanger avec des gens de théâtre? Constater que le metteur en scène et l’entraîneur au hockey ont plusieurs points en commun? Parler de leur conception de l’échec?

Dany Dubé, Jean-Charles Lajoie et Enrico Ciccone étaient venus parler du congédiement de Michel Therrien; René Richard Cyr et Benoît McGinnis, de Caligula, montée au Théâtre du Nouveau-Monde. Et tout à coup, la conversation a bifurqué vers les motivations de chacun, sans clivage et avec un réel intérêt. On aime ça.

Plus tôt, André Sauvé venait d’imprégner le plateau de sa douce folie et de son adorable bizarrerie, ce qui lui vaut l’étoile du match. L’humoriste habite les Hautes-Alpes avec son conjoint, dans un village de 11 âmes seulement. «Là, je suis parti, la population a diminué de 10%», a blagué l’humoriste, fort divertissant durant toute son entrevue. Sauvé, qui abordait pour une rare fois son homosexualité, a parlé de son chum, un homme d’affaires qui a tout quitté à 40 ans pour vivre sans adresse.

L’été prochain, l’humoriste se produira avec l’Orchestre symphonique de Montréal dans un spectacle alliant musique et humour. «Si j’étais une portée, je serais une croche», blague-t-il, disant d’avoir aucun talent en musique, même s’il en écoutait dans son sous-sol «avec d’autres» dans son enfance. Sauvé, qui se dévoue pour les jeunes décrocheurs, a raconté que son idole était Moïse – «J’essayais de faire ouvrir un ruisseau!» –; qu’il réchauffe son lit avec un séchoir à cheveux avant de se coucher; et qu’il ne comprend rien au cricket. On en aurait pris encore.

Véronique Cloutier refuse de parler d’insuccès quand il est question de Votre beau programme, sa nouveauté qui ne fait pas l’unanimité. En comptant le nombre de téléspectateurs qui enregistrent l’émission et ceux qui regardent la reprise du dimanche, les chiffres d’auditoire frôlent le million. C’est en direct que les chiffres déçoivent, elle le reconnaît. En dehors des commentaires quasi haineux sur les réseaux sociaux, l’animatrice a senti qu’une certaine partie du milieu artistique ne l’appuyait pas dans son projet. «Quand tu en arraches un peu plus, pis t’as deux roues dans la garnotte, y’en a, au lieu de venir pousser ton auto, y vont te regarder», lance-t-elle.

Très nombreux durant les trois premières semaines, les commentaires négatifs se font moins nombreux depuis. «On a pu se recentrer sur notre plaisir.» Elle ne regrette pas d’avoir quitté Les enfants de la télé, qui lui demandait beaucoup moins de travail, comparant Votre beau programme à «un marathon extrême». L’équipe n’a pas encore eu de feu vert pour une deuxième saison. Mais il n’est pas dit que l’émission serait toujours en direct si elle devait être renouvelée; l’enregistrement permettrait peut-être de raffiner le concept. «Des numéros perdraient leur magie si on ne le faisait pas en direct», craint toutefois l’animatrice.

triosport

Impossible d’éviter le sujet du renvoi de Michel Therrien. Le résultat était divertissant. Toujours aussi coloré, l’animateur de radio Jean-Charles Lajoie a cité le rappeur MC Solaar – «victime de la mode, tel est son nom de code» – pour dire que la nouvelle ne l’avait pas surpris. Le trio de commentateurs, incluant Dany Dubé et Enrico Ciccone, ne croit pas que les joueurs aient été pour quelque chose dans le congédiement de leur entraîneur, ni que Carey Price ait eu sa tête. Et plus tard, cette question de Lajoie à Alex Galchenyuk, parti dans le Sud à l’automne: «Veux-tu au moins poster sur Instagram des photos de toi sur le bicycle stationnaire?» Les trois ont salué l’arrivée de Claude Julien. C’était deux jours avant la première défaite du nouvel homme de Marc Bergevin.

Dany Dubé a cru Eric Lindros la semaine dernière, lorsqu’il attribuait sur le même plateau sa décision de ne pas jouer pour les Nordiques à Marcel Aubut, et rien d’autre. «Il s’est passé quelque chose. Ce n’est pas une affaire grave, mais assez pour que les parents disent: «Mon gars viendra pas jouer ici.»», a lancé Dubé, en pesant ses mots. Jean-Charles Lajoie rappelle toutefois qu’aucune plainte n’a été déposée contre Marcel Aubut. «Je m’interroge sincèrement sur cette entreprise de réhabilitation qui a toutes les apparences d’une entreprise de relations publiques.»

Hélène David n’a pas voulu épargner Gerry Sklavounos et Pierre Paradis, récemment au centre de scandales à caractère sexuel, sans que des accusations ne soient portées. «Le niveau de tolérance [au harcèlement sexuel] a baissé énormément», se réjouit la ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, qui travaille à un projet de loi pour contrer la violence sexuelle sur les campus universitaires. Elle dénonce d’ailleurs les gestes dégradants suscités durant les initiations et les partys de fin de session. Hélène David dit avoir mesuré la violence sur les réseaux sociaux l’automne dernier, durant l’épisode du «fouillage» dans le nez.

La ministre a parlé d’un programme de parrainage, qui peut rappeler Parents secours, pour secourir les victimes. Ce à quoi Véronique Cloutier a suggéré qu’on mette d’abord l’accent sur l’incitation à dénoncer ces actes de violence, dès l’adolescence. Mme David s’ennuie déjà de sa sœur Françoise, qu’elle n’a jamais autant fréquentée que durant ses années à l’Assemblée nationale, peu importe leurs convictions politiques.

Comprendre le bourreau. René Richard Cyr, qui a mis en scène une pièce de Serge Boucher évoquant le cas de Guy Turcotte, considère qu’on devrait porter autant d’attention au tueur qu’à sa victime, sans excuser son geste horrible. Il salue les paroles de l’imam Hussein Guillet, qui parle d’Alexandre Bissonnette comme «la septième victime» de l’attentat de Québec.

Il faut revoir la chute terrible d’Erik Guay, vécue très peu de temps avant les Championnats du monde de ski alpin, pour mesurer l’exploit gigantesque accompli par la suite; l’athlète s’est relevé, puis a remporté l’or au Super-G et l’argent en descente, devenant le skieur canadien le plus médaillé. Merci au coussin gonflable qui l’a protégé lors de sa chute, mais merci aussi à la résilience dont il a fait preuve.

Hélas, aucun réseau québécois n’a diffusé l’exploit en direct. Enrico Ciccone le déplore, Erik Guay l’explique par les droits exorbitants pour notre province, moins adepte de ce sport que plusieurs pays d’Europe. À 35 ans, après six opérations aux genoux, Erik Guay est le champion du monde le plus âgé de l’histoire.

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






Jeudi 2 février 2017 | Mise en ligne à 15h24 | Commenter Commentaires (24)

Unité et solidarité à Tout le monde en parle

1341374-jeune-fille-depose-chandelle-durant

Prendre note que ce blogue fera relâche jusqu’au 19 février.

L’émission de dimanche de Tout le monde en parle revêtira une atmosphère particulière, avec le récent attentat à Québec. Guy A. Lepage réunit entre autres le premier ministre du Québec Philippe Couillard et Mohamed Labidi du Centre islamique de Québec.

Aussi sur le plateau: Paul Piché pour ses 40 ans de carrière, India Desjardins pour son roman La mort d’une princesse et Patrick Charlebois, l’homme de sept marathons en sept jours sur sept continents.

À Télé-Québec, vendredi à 21h, Deux hommes en or accueille Bianca Gervais, Raed Hammoud, Louis T et Hugo Pellicelli.

À TVA, vendredi à 19h, Ça finit bien la semaine reçoit Éric Lapointe, Caroline Néron, Lisa Leblanc, Pierre Hébert et Maripier Morin.

À ICI ARTV, dimanche à 19h, La soirée est (encore) jeune accueille Jean-François Mercier.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (24)  |  Commenter cet article






Dimanche 29 janvier 2017 | Mise en ligne à 23h03 | Commenter Commentaires (30)

L’étoile du match à Yoshua Bengio

Bengio

Moron, imbécile, analphabète de l’économie. Alexandre Taillefer n’a pas mâché ses mots en parlant de Jeff Fillion, qui s’était moqué de lui sur Twitter après son passage à Tout le monde en parle, en avril dernier. «C’est un personnage vraiment détestable. C’est quelqu’un qui m’a pris comme tête de Turc. C’est un gars qui est vraiment méchant», a-t-il dit à Guy A. Lepage, dimanche soir.

Un Tout le monde en parle qu’on a suivi distraitement, pendant que les médias évoquaient l’horreur qui venait de se produire à la Grande Mosquée de Québec. D’ailleurs, ICI Radio-Canada Télé aurait pu annoncer la nouvelle au bas de l’écran, mais a préféré attendre au Téléjournal de 22h21, un choix fort discutable. La suite n’est pas plus reluisante: pendant que TVA faisait rentrer Pierre Bruneau d’urgence pour tout le réseau, notre service public passait une reprise d’Infoman, sauf à Québec, qui retransmettait le signal d’ICI RDI.

Pour revenir au cas de Jeff Fillion, Alexandre Taillefer affirme qu’il avait contacté l’animateur pour se dire «désolé» quand celui-ci a perdu son micro à Énergie, à la suite de sa sortie controversée. Il déplore que l’animateur ait recommencé à l’écorcher en ondes «trois fois par semaine» depuis. L’ancien dragon affirme qu’il ne représente pas la majorité à Québec. «Les gens l’ont en horreur», croit-il, reconnaissant qu’il a ses fans. «Faut pas en parler de ces imbéciles-là, c’est tout», a-t-il dit pour conclure, un peu ironiquement. La vedette de CHOI Radio X voudra sans doute répondre à cette charge en règle.

taillefer

L’entrepreneur, qui ne semblait pas avoir Gilbert Rozon en grande estime, nie la rumeur lancée par le commentateur Luc Lavoie, qui le croit pressenti comme ministre de l’Économie dans le parti de Philippe Couillard. «Si jamais un jour je vais en politique, ça va être à Québec», reconnaît-il tout de même, favorable au scrutin proportionnel et vantant au passage Québec solidaire. «Pour moi, une Manon Massé, c’est un actif que le Québec sous-exploite.»

Porte-parole de la semaine nationale de prévention du suicide, Alexandre Taillefer déplore qu’on n’investisse pas davantage en santé mentale. «On est une gang de cabochons de ne pas le faire», a-t-il lancé. Trois personnes s’enlèvent la vie au Québec chaque jour. Avant de se donner la mort, son fils Thomas avait envoyé des signaux qui n’ont pas été entendus.

M. Taillefer a témoigné toute son admiration pour le chercheur Yoshua Bengio, à qui je décerne mon étoile du match. «C’est une méga, méga rockstar», a-t-il lancé. Sommité en intelligence artificielle de l’Université de Montréal, le rassurant chercheur nous a vendu la robotisation du monde avec une intelligence tout ce qu’il y a de plus humaine. M. Bengio accepte les éloges, même si pour l’instant, le robot a à peu près l’intelligence d’une grenouille. Il prévoit des bouleversements plus rapides que pour les précédentes révolutions industrielles; 230 millions d’emplois sont voués à disparaître dans la décennie. «C’est important que le Québec et Montréal soient à l’avant-garde [dans le domaine] pour qu’on en reçoive les bénéfices et pas seulement les pertes d’emplois», croit-il. Peut-on faire confiance à la future voiture autonome? M. Bengio le croit, mais prévient que l’implantation de ces véhicules présente d’importantes questions d’éthique, qu’on ne peut laisser entre les mains d’un seul constructeur.

Dany Turcotte, qui avait créé toute une controverse avec sa carte un peu méchante, craignait le retour de Caroline Néron, venue avec Éric Lapointe, promouvoir sa nouvelle collection de bijoux. Le fou du roi s’est quand même permis de remarquer que le logo Néron-Lapointe faisait penser à celui d’un salon mortuaire, et ce n’est pas faux. Sa carte était pas mal plus gentille, à l’image de notre télé consensuelle: «Je voulais vous offrir un petit bijou. J’ai cherché partout. Je suis même allé sur le site carolineneron.com. Mais j’ai dû laisser tomber, incapable de me décider devant tant de beauté.» «Faut-tu être téteux!» a reconnu Dany.

Guy A. Lepage a fait remarquer qu’Éric Lapointe paraissait très en forme. «T’as l’air d’avoir 40 ans», lui a -t-il dit. Le chanteur a toujours chez lui un dossier de textes inédits de Roger Tabra, son parolier décédé au printemps dernier, mais il est incapable de les lire. Tabra se savait alors condamné. «Juste voir son écriture à la main, ça me fait mal encore», affirme Éric Lapointe, ajoutant ne toujours pas avoir fait son deuil.

Karine Vanasse a avoué avoir quitté le plateau de Tout le monde en parle assez ébranlée à sa première présence, en 2006. L’actrice avait senti qu’on voulait casser son image de bonne fille responsable et organisée. Beaucoup de temps a passé, et la jeune femme s’est émancipée depuis. Alors qu’elle avait reçu une offre pour un projet en Europe, elle a plutôt choisi Cardinal, la série canadienne anglaise qui vient de commencer à CTV et à Super Écran. Sa décision a causé un froid avec son agence américaine. «Ça n’a vraiment pas passé, et j’ai changé d’agence», a confié la vedette de Blue Moon, qu’on a revue toute jeune dans Emporte-moi.

Florence Longpré, qui se maquille très peu dans la vie, ne voudrait pas de Gaby Gravel à son mariage et prendrait la fuite si elle la croisait au centre commercial. Le personnage le plus populaire de Like-moi! a néanmoins changé sa vie. Elle était sortie anéantie après avoir été refusée pour jouer dans SNL Québec, le même jour qu’avait choisi son ex pour rompre avec elle.

L’entrevue la plus inspirante de la soirée est venue de l’actrice transgenre Gabrielle Boulianne-Tremblay, en nomination aux prix Écrans canadiens pour son rôle dans le film Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau. Une première reconnaissance du genre pour une personne transgenre au pays. «Je ne sais même pas c’est quoi penser comme un gars», a confié Gabrielle, qui a su à quatre ans qu’elle était différente des autres garçons, et qui n’a pas senti le besoin de subir l’opération pour changer de sexe, un choix bien personnel. À la première du film, elle appréhendait la réaction de son père durant les scènes de nu, mais il a été le premier à se lever pour applaudir. La touchante carte du fou du roi: «Merci pour cette belle leçon de diversité. Tu es debout, unique et belle.»

Pas besoin de se demander de quoi il sera question dimanche prochain chez Guy A. On connaît déjà la réponse, bien tristement. Mon compte-rendu de Tout le monde en parle fera relâche pour les deux prochaines semaines, durant mes vacances.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2017
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives