Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Tout le monde en parle’

Jeudi 29 janvier 2015 | Mise en ligne à 19h37 | Commenter Commentaires (27)

Jean Leloup chez Guy A.

jleloup

Une entrevue avec Jean Leloup apporte toujours son lot de surprises! Celui qui lance son album À Paradis City sera sur le plateau de Tout le monde en parle, dimanche soir.

Guy A. Lepage accueille également la journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, la photographe et écrivaine Sophie Calle pour l’exposition Pour la dernière et la première fois, Chantal Fontaine, qui animera Les chefs! – La brigade, l’humoriste Sylvain Larocque pour son spectacle Dans le blanc des yeux, et trois survivants de l’Holocauste, Ted Bolgar, Paul Herczeg et Thomas Strasser.

À Télé-Québec, ce soir (jeudi) à 21h à Bazzo.tv, l’animatrice reçoit Christian Bégin. Vendredi à 21h à Deux hommes en or, Patrick Lagacé et Martin Petit (en l’absence de Jean-Philippe Wauthier) s’entretiennent avec Denise Bombardier, Mario Pelchat, Gabriel Nadeau-Dubois et le Bonhomme Carnaval.

À TVA, vendredi à 21h à Ça finit bien la semaine, on souligne l’anniversaire de José Gaudet et on reçoit Philippe Laprise, Damien Robitaille et une partie de l’équipe d’Au secours de Béatrice.

Sur ICI ARTV, vendredi à 21h à C’est juste de la TV, on parle de la tendance de jouer dans les émissions de variétés avec Éric Salvail.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (27)  |  Commenter cet article






Dimanche 25 janvier 2015 | Mise en ligne à 23h26 | Commenter Commentaires (37)

L’étoile du match à Hugo Joncas

hjoncas

La liberté d’expression était au centre de plusieurs discussions dimanche soir à Tout le monde en parle. Une première hivernale qui semblait vouloir revendiquer haut et fort le droit à la liberté de pensée.

Le journaliste du Bureau d’enquête de Québecor Média, Hugo Joncas, à qui je remets la première étoile du match de 2015 pour son éloquence et la pertinence de son propos, nous a offert un portrait somme toute nuancé de la présence réelle d’intégristes religieux chez nous. Il a découvert que certains lieux de culte et des écoles sont abrités par des regroupements, dont l’Association musulmane du Canada, qui financent entre autres une organisation terroriste. Les intégristes religieux sont peut-être peu nombreux chez nous, mais certainement très organisés, plaide le journaliste.

Hugo Joncas a cité des dépliants et des livres mis à la disposition des élèves d’une école primaire et facilement accessibles dans des présentoirs, du moins avant la publication de son enquête. Dans un dépliant de l’Islamic Society of North America, qui a condamné les attentats contre Charlie Hebdo, on reconnaît le droit à la liberté d’expression, à la condition qu’elle serve à «propager la vérité et la vertu et non pour répandre la méchanceté et le mal». On y fait aussi l’apologie du bon terrorisme, en plus d’affirmer que tout ne qui n’est pas musulman est destiné à l’enfer. L’un de ces organismes a été reconnu comme un canal par lequel les frères musulmans pouvaient entrer en Amérique depuis des décennies.

Hugo Joncas affirme ne pas craindre pour sa sécurité. S’il a reçu des menaces de poursuites, il n’a pas été menacé physiquement et rappelle que «tous les médias qui parlent de ces enjeux relèvent leur sécurité». Il précise ne pas s’en prendre à l’islam, mais bien cet islam fondamentaliste, qui a comme objectif de «faire graviter toute la vie sociale autour de la religion.»

Bien sûr, il allait être question de ce que plusieurs ont appelé le «Ti-Mé-gate». Un journaliste qui pratique la critique doit s’attendre à voir son opinion contestée. Autrement, il devrait changer de métier. «Les gens savent tous depuis des années que ces deux gars-là sont sur mon cas. J’ai le droit d’avoir des critiques et j’accepte la critique en général, mais là c’était un peu de mauvaise foi de matraquer un show six mois d’avance», a plaidé Claude Meunier, accompagné de Rémy Girard.

Ainsi, M. Meunier considère qu’Hugo Dumas et moi nous acharnons sur son cas. C’est son opinion. Il oublie sans doute toutes les fois où j’ai parlé de La petite vie comme une oeuvre majeure de notre télévision, et que je ris encore en la regardant. Il ignore sans doute aussi que j’ai vu Les voisins des dizaines de fois, toujours avec le même bonheur, et que j’adorais l’humour de Paul et Paul. Bien sûr, je n’ai aimé ni La petite vie Noël Story, ni Détect Inc. et encore moins Adam et Ève. Et je considère encore que ces oeuvres était bien en deçà de ce que Meunier a pu nous offrir dans le passé.

M’acharner? Non. Et puis, ça n’a certainement pas empêché 1 242 000 téléspectateurs d’être au rendez-vous pour la première. Nous avons peut-être une certaine influence, et encore, mais jamais le pouvoir que nous donne Claude Meunier. Ce serait sous-estimer les lecteurs que de croire qu’ils sont incapables de se faire leur propre opinion.

L’entrevue a presque porté uniquement sur les critiques unanimement mauvaises reçues par le Ti-Mé Show. «Partir en guerre contre les critiques, est-ce que c’est une bonne stratégie?» a demandé Guy A. «Ce n’est pas une super idée mais ça fait beaucoup de bien. Partir en guerre contre deux critiques, c’est pas comme partir en guerre contre “la” critique», a répondu Claude Meunier, qui nous a accusé du même coup de «manquer de fair-play».

La carte du fou du roi à Rémy Girard: «Après ton rôle dans Hot dog, voici Pogo dans Ti-Mé Show. Si j’étais toi, je lâcherais la saucisse!» Puis celle pour Claude Meunier, qui concluait joliment le débat: «Mieux vaut être sous-estimé que surestimé. Mais l’idéal, c’est d’être juste Ti-Mé!»

Encensée par le magazine Forbes, la Montréalaise Elizabeth Plank, qui travaille à New York, a enrichi d’un million de lecteurs le journal en ligne Mic à son arrivée dans cette publication. Joueuse importante de ce nouveau journalisme qui plaît à la génération Y, elle représente aussi cette renaissance du féminisme, et se réjouit de voir qu’une majorité de femmes apparaissaient dans la liste de Forbes, pour la première fois. Quand elle a demandé à des hommes de dessiner le système reproducteur féminin pour des capsules du site, un seul a réussi, le seul gai du groupe. Le procédé n’a pas mieux réussi sur le plateau de Tout le monde en parle quand Guy A. a posé le même défi à ses invités.

Si la jeune femme de 27 ans se réjouit que le cas Jian Ghomeshi a encouragé les femmes à révéler avoir été agressées, elle s’indigne du fait que Bill Cosby puisse poursuivre sa tournée de spectacles. Elle a bien sûr été affectée par l’attentat contre Charlie Hebdo, mais déplore qu’on ait éclipsé celui du Nigeria qui a fait 2000 victimes.

Bernard Drainville considère avoir pris la bonne décision en lançant son projet de charte 2.0 en marge des attentats en France. C’aurait été «une façon de leur donner raison que de remettre ça à plus tard. [...] Les fous furieux ne nous empêcheront pas de débattre», a-t-il dit.

«Ce n’est pas parce qu’il est marginal qu’il ne faut pas le combattre et dire que c’est inacceptable chez nous», dit-il à propos de l’intégrisme religieux.

Non, il ne laissera pas la voie libre à Pierre Karl Péladeau malgré son avance dans les sondages, mais il le croit quand il dit qu’il maintiendra un «mur entre lui et ses salles des nouvelles». Il appuiera très certainement le Bloc québécois aux élections fédérales.

La carte de Dany: «Il ne vous reste que quatre mois pour vous abonner au Journal de Montréal et à Vidéotron, vous inscrire au Banquier et vous rallier à PKP.»

L’histoire abracadabrante de Sandra Bagaria méritait certainement un film documentaire, Le profil Amina, réalisé par Sophie Deraspe. Après être tombée amoureuse d’une blogueuse qui exposait ses idées progressistes sur un blogue à Damas, et avec qui elle tenait une correspondance constante, elle a fini par se rendre compte que cette femme n’avait jamais existé, et qu’elle avait été créée par un Américain dans la quarantaine, motivé par le challenge. Celui-ci avait même fait croire à son enlèvement par la police secrète syrienne.

Bien sûr, le choc a été brutal pour Mme Bagaria et pour tous ces gens qui s’étaient mobilisés pour retrouver cette Amina. L’amoureuse trompée a voulu retrouver la trace de cet homme, à qui elle a depuis pardonné pour pouvoir passer à autre chose.

J’ai parfois eu du mal à retenir mes larmes en écoutant Ensaf Haidar, l’épouse de Raïf Badawi, emprisonné depuis juin 2012 et condamné à 1000 coups de fouet en Arabie saoudite, pour insulte à l’Islam sur un blogue. «Mon mari n’a pas dépassé les limites imposées par l’État», assure Mme Haidar, qui considère qu’il s’est toujours montré respectueux. Difficile de ne pas devenir émotif en voyant les enfants du couple espérer le retour de leur père. Mme Haidar attend son mari à Sherbrooke, où elle a été accueillie chaleureusement, et où la population l’appuie massivement.

Bernard Drainville a appelé au boycott de l’Arabie saoudite, comme le Canada et le Québec l’avaient fait pour l’Afrique du Sud dans les années 80. Une vision que ne partage pas Mireille Elchakar, agente de développement régionale pour Amnistie internationale, qui privilégie les pétitions et les pressions sur le gouvernement. «Je suis Raïf» a servi de mot de la fin à une soirée encore une fois forte en émotions.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (37)  |  Commenter cet article






Mercredi 21 janvier 2015 | Mise en ligne à 14h58 | Commenter Commentaires (49)

Claude Meunier chez Guy A.

cmeunier

Claude Meunier, qui n’a pas du tout apprécié les critiques négatives à l’endroit du Ti-Mé Show, et son acolyte Rémy Girard, seront les invités de Tout le monde en parle, dimanche soir sur ICI Radio-Canada Télé.

Aussi sur le plateau: Bernard Drainville, pour sa nouvelle charte de la laïcité, Ensaf Haidar, épouse du journaliste Raïf Badawi, condamné à 1000 coups de fouet en Arabie Saoudite, Mireille Elchacar d’Amnistie internationale, la cinéaste Sophie Deraspe et Sandra Bagaria, pour le film Le profil Amina, et les journalistes Elizabeth Plank et Hugo Joncas.

À Télé-Québec, ce soir (mercredi) à 21h aux Francs-tireurs, Djemila Benhabib, Nabila Ben Youssef et Leila Lesbet, toutes d’origine arabe, reviennent sur la charte et la tuerie de Charlie Hebdo, et Richard Martineau rencontre Jean Airoldi. Demain (jeudi) à 21h, à Bazzo.tv, l’animatrice reçoit Marie-Claude Barrette, et on se demande pourquoi il est si difficile de discuter de l’islam au Québec avec Mathieu Bock-Côté et l’historien des religions Louis Rousseau. Vendredi à 21h, à Deux hommes en or, on reçoit Éric Salvail, Caroline St-Hilaire, Stefie Shock, Michel Mpambara et Josée Aumont-Blanchette.

À TVA, vendredi à 21h à Ça finit bien la semaine, José Gaudet et Julie Bélanger accueillent Louis-José Houde, Olivier Dion et Shirley Théroux.

Sur ICI ARTV, vendredi à 21h à C’est juste de la TV, Marina Orsini fait le survol de ses 30 années de carrière.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2015
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité