Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Tout le monde en parle’

Mercredi 29 octobre 2014 | Mise en ligne à 19h20 | Commenter Commentaires (51)

Jean-François Lisée chez Guy A.

lisee

Le député péquiste Jean-François Lisée répondra aux questions de Guy A. Lepage dimanche à Tout le monde en parle, à l’occasion de la sortie de son livre intitulé Le journal de Lisée.

Étonnant de voir aussi sur la liste le nom d’Alain Saulnier, ancien patron de l’information qui vient de publier un essai intitulé Ici ÉTAIT Radio-Canada, très critique face aux décisions du diffuseur public.

Aussi sur le plateau: Mike Ward pour son spectacle Chien, Macha Grenon, Macha Limonchik et Monia Chokri pour la série Nouvelle adresse, et la championne mondiale de Crossfit, Camille Leblanc-Bazinet.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






Dimanche 19 octobre 2014 | Mise en ligne à 23h08 | Commenter Commentaires (58)

L’étoile du match à Jean-François Lépine

jflepine

Il n’y a que chez un diffuseur public qu’on peut contester publiquement l’autorité du patron. C’est ce qu’a fait Jean-François Lépine, dimanche soir à Tout le monde en parle. D’ailleurs, ce qu’il aimait entre autres de son travail de correspondant à l’étranger, c’est qu’il pouvait travailler sans qu’aucun patron n’intervienne dans ses décisions. «Loin de l’empereur, on est bien.»

Dans une entrevue franchement intéressante, le journaliste a affirmé ne pas faire confiance à ceux qui détiennent l’avenir de CBC/Radio-Canada entre leurs mains durant la crise qu’elle traverse. «La direction actuelle ne suit pas la bonne voie», dit-il.

Il déplore que personne du conseil d’administration du diffuseur public ne provient du domaine culturel et des médias, et que «la plupart sont des amis du pouvoir en place». Selon lui, laisser la destinée de Radio-Canada aux soins de gens issus du monde des relations publiques serait une grave erreur. Il a parlé d’un gouvernement qui ne cache pas «sa haine» du diffuseur public.

Mais Jean-François Lépine n’était pas sur le plateau de Guy A. Lepage pour régler des comptes, mais bien pour parler de son nouveau livre, Sur la ligne de feu. Longtemps un amant de la Chine, il admet que l’ethnocentrisme du pays est beaucoup plus fort. «À l’époque, ils nous accueillaient avec beaucoup de chaleur, ils sortaient du maoïsme», raconte-t-il.

Le reporter affirme que les Québécois ont leur façon d’aborder l’actualité internationale, qui n’est pas celle de ses collègues canadiens anglais, calquée sur ce que fait la télé américaine, axée davantage sur les armes et le patriotisme.

Venue promouvoir son nouveau spectacle, Cathy Gauthier a passé l’entrevue à justifier ses positions. L’humoriste, qui vit en couple avec l’avocat François Paradis, fils du ministre libéral Pierre Paradis, a admis ne pas s’intéresser à la politique et qu’il n’en était jamais question entre eux. Avant, elle ne votait jamais, peut-être une fois pour Mario Dumont, mais elle avoue qu’elle votera toujours pour la famille, donc libérale. S’en est suivi un silence.

«Un chapelet, c’est comme un collier de Caroline Néron en perles, mais avec un gars mort au boutte», a-t-elle blagué plus tard.

Auteure du Guide restos Montréal 2015, la collègue de La Presse Marie-Claude Lortie a un gros faible en ce moment pour la cuisine de Colombe St-Pierre, chef au Bic dans le Bas-du-Fleuve. La chroniqueuse a raconté comment, un peu par hasard, elle a commencé à faire de la critique de restaurants, un jour où personne de la salle de rédaction ne pouvait aller au Toqué! de Normand Laprise. C’était bien avant l’engouement pour la bouffe, et les journalistes préféraient couvrir des sujets sérieux comme la politique.

L’ingrédient à éviter selon Marie-Claude: l’huile de truffe, qui sert trop souvent de «béquille» aux chefs. Quelle ville fait la meilleure bouffe? Bangkok. Et le menu parfait: glace au maïs en entrée, chou-fleur rôti en plat principal, et au dessert, baba au rhum. J’ai faim.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Justin Trudeau n’est pas sorti gagnant de son entrevue dimanche. Généralement très approximatif dans ses positions, il l’a été plus que jamais, à un an de l’élection fédérale. Avec des phrases comme «M. Mulcair est un homme qui a toujours suivi son parcours», on ne va pas loin.

Le chef du Parti libéral du Canada, n’a pas été capable de dire s’il était favorable ou non au péage sur le pont Champlain, mais a confirmé ne pas vouloir augmenter l’imposition des grandes entreprises. Il a dû se défendre quand Jean-François Lépine lui a reproché de ne pas dénoncer suffisamment les politiques internationales du gouvernement conservateur. Puis, il a promis à CBC/Radio-Canada un «financement stable à long terme qui va s’accroître».

Dany Turcotte avait deux cartes pour Justin Trudeau, dont celle-ci: «Loin de moi l’idée de faire peur aux libéraux, mais les Expos aussi avaient une excellente mascotte et ils sont disparus de la carte.»

Après l’arrivée surprise de Dominique Michel, qui a profité de sa carte chouchou pour parler de la Fondation de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, Bobby Bazini a conquis le public par son charme discret. Né Bobby Bazinet, il a opté pour Bazini, qui se dit mieux en anglais. «Un jour, c’est sûr, je vais chanter en français», a promis l’artiste, qui vient de compléter une tournée américaine et qui lance un nouvel album. Le public a fondu en apprenant qu’il était maître d’un berger australien.

J’aurais pensé qu’on ferait subir à Jean Airoldi le test de sa fameuse cage de verre, mais non. Son émission qui a fait tant jaser, Quel âge me donnez-vous?, est la plus regardée à Canal Vie. Personne sur le plateau n’a osé critiquer le concept.

Le pire faux pas en mode: «s’habiller avec des vêtements trop jeunes pour son âge». Se promener en camisole en public? Jamais! Jean Airoldi ne raffole pas des tatouages, ni des teintes de terre, mais affirme que le bleu va à tout le monde.

Tout le monde en parle fait relâche dimanche prochain pour laisser place au Gala de l’ADISQ, que je commenterai sur Twitter et après l’émission, sur ce blogue.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article






Mercredi 15 octobre 2014 | Mise en ligne à 13h57 | Commenter Commentaires (31)

Justin Trudeau chez Guy A.

jtrudeau

Justin Trudeau sera sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche, à l’occasion de la sortie de son autobiographie intitulée Terrain d’entente. Guy A. Lepage reçoit aussi la collègue de La Presse Marie-Claude Lortie pour son guide Restos Montréal 2015, Bobby Bazini qui part en tournée, Jean Airoldi pour son livre Leçon de style, Jean-François Lépine pour son livre Sur la ligne de feu et Cathy Gauthier pour son nouveau spectacle Pas trop catholique.

À Télé-Québec, ce soir (mercredi) aux Francs-tireurs à 21h, l’entrepreneur Vincent Guzzo persiste et signe et Benoît Dutrizac rencontre deux propriétaires de salons de massage érotique. Jeudi à 21h, à Bazzo.tv, l’animatrice reçoit la ministre Hélène David, Mélanie Joly, et on se demande s’il faut abolir les subventions aux écoles privées. Vendredi à 21h, à Deux hommes en or, Patrick Lagacé et Jean-Philippe Wauthier s’entretiennent avec Antoine Bertrand, Chantal Fontaine, Alexandre Boulerice et Ronald Martin.

À V, demain (jeudi) à 22h, pour la 100e émission d’En mode Salvail, Guillaume Lemay-Thivierge réserve plusieurs surprises à Éric Salvail, dont un reportage de Philippe Bond.

À TVA, vendredi à 21h, Ça finit bien la semaine accueille Laurent Paquin et Janette Bertrand.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (31)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité