Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Souvenirs’

Vendredi 5 décembre 2014 | Mise en ligne à 15h42 | Commenter Commentaires (8)

Souvenir Télé Presse: Claude Lafortune

tp_lafortune

«Et si le meilleur feuilleton de la télévision c’était ce petit quart d’heure que Radio-Canada propose aux téléspectateurs de tous âges le dimanche matin à 9h45?» demande Rudel-Tessier dans Télé Presse, semaine du 1er au 8 octobre 1977.

Le feuilleton dont il parle, c’est L’Église en papier, nouvelle déclinaison des récits de Claude Lafortune, as du bricolage, après L’Évangile en papier et La Bible en papier. La plus connue des trois, L’Évangile, avait été vendue à la télévision française.

Dans L’Église en papier, Claude Lafortune fait bouger des personnages de carton pour raconter les faits marquants de l’histoire de l’Église catholique. Gilles Dupuis assure la narration, alors que Gilles Pelletier, Edgar Fruitier, Pière Sénécal, Serge Benoît et Jean-Paul Clément prêtent leurs voix aux personnages. Henriette Major et Jean-Guy Dubuc sont les auteurs de cette série produite par le Service des émissions religieuses de Radio-Canada, comme Le jour du Seigneur et Second regard.

Claude Lafortune poursuivra son art dans plusieurs autres émissions pour enfants, dont Du soleil à cinq cents, Ma soeur la Terre, Nicole et Pierre et Parcelles de soleil.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 novembre 2014 | Mise en ligne à 14h47 | Commenter Commentaires (2)

Souvenir Télé Presse: Le ranch à Willie

willie

Qui domine dans les sondages le jeudi soir à l’hiver 1971? Le ranch à Willie, alors coanimé par Willie Lamothe et le père Gédéon, à Télé-Métropole.

L’émission de variétés a même fait tomber À la branche d’Olivier, la comédie qui marquait le passage d’Olivier Guimond de TM à Radio-Canada, et qui n’a survécu que 15 semaines. «La branche est tombée, la branche est tombée!» s’était d’ailleurs réjouie l’équipe de Willie Lamothe.

«Émission typique de Télé-Métropole, c’est-à-dire faite avec une économie de moyen, un minimum de répétitions et beaucoup de bonne volonté, Le ranch à Willie a l’avantage d’être réalisé par Laurent Larouche, qui n’est pas le dernier venu dans le métier. Il fait de belles images, utilise bien ses caméras et dirige ses comédiens avec calme», peut-on lire dans Télé Presse, semaine du 26 décembre 1970 au 2 janvier 1971.

L’émission où le country est à l’honneur permet à Willie Lamothe de renouer avec la gloire. «Après des années obscures, le revoici populaire, aimé des foules, et même des snobs qui lui trouvent “une authenticité”… Le fait est qu’il rajeunit, qu’il prend de la verdeur avec les années. Le succès lui va à merveille.»

Télé Presse parle ainsi du duo formé par Lamothe et Gédéon: «Ils s’entendent à merveille. Et ne se pilent pas sur les pieds, même s’il arrive que le ranch à Willie soit un peu plus le ranch au père Gédéon. Peut-être est-ce dû à la faconde, à la vitalité, à la jeunesse de Gédéon, aussi incapable de rester coi que de renoncer à lorgner les filles.» Pourtant, celui-ci, joué par Doris Lussier, quittera l’émission, qui se poursuivra jusqu’en 1976, avec l’orchestre de Bobby Hachey.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Vendredi 21 novembre 2014 | Mise en ligne à 14h50 | Commenter Commentaires (9)

Souvenir Télé Presse: R.S.V.P.

rsimard

Lorsqu’il apparaît en couverture de Télé Presse dans la semaine du 16 au 23 mars 1985, René Simard anime l’une des émissions les plus regardées à la télévision, R.S.V.P., à Télé-Métropole, qui surpasse Dallas à Radio-Canada, le mardi à 21h.

«Pour le chanteur, mué en animateur de télévision, c’est un véritable accomplissement, le moyen de montrer tout ce qu’il a appris en plusieurs années de formation dans cette capitale du monde des spectacles qu’est Los Angeles», écrit le journaliste Denis Lavoie.

R.S.V.P., pour «René Simard vous présente», est une grande émission de variétés où les artistes de l’heure, mais aussi de nouveaux visages, viennent chanter ou présenter un numéro autour d’un thème. Chaque semaine, René Simard ouvre et ferme l’émission dans un grand numéro de danse, un genre qui le suit encore aux Gémeaux.

Le paragraphe suivant m’a bien fait sourire: «Et l’on s’applique à bien traiter les artistes, en leur procurant les meilleures conditions de travail possible. Ce souci va jusqu’à leur réserver un coin pour se désaltérer. Et on ose nous présenter des vedettes dans d’autres rôles que celui qu’on leur connaît, comme l’animatrice Marguerite Blais [devenue ministre libérale] dans une danse à claquettes.»

L’émission est tournée en morceaux séparés, recollés au montage, et on préenregistre même la trame musicale en studio, que l’orchestre fait semblant de jouer sur le plateau.

Cette semaine-là, R.S.V.P. a comme thème «Jeunesse 85» et reçoit Véronique Béliveau, Rock et Belles Oreilles, Jano Bergeron, Mario Pelchat, Cordolaise, Sylvie Boucher et Robert Pilon. L’émission prendra fin deux ans plus tard.

René Simard n’en était pas à ses premières armes à l’animation, lui qui avait eu sa propre émission en anglais, The René Simard Show, à CBC de 1977 à 1979. Il animera plus tard les émissions Laser 33-45 et Laser, à Radio-Canada.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité