Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Galas’

Mardi 17 novembre 2015 | Mise en ligne à 23h34 | Commenter Commentaires (18)

Véro ne revient pas aux Gémeaux

Véronique Cloutier et Éric Salvail prennent leur rôle au sérieux dans un quiz sur la télé (Photo tirée de la page Facebook d'En mode Salvail)

Véronique Cloutier et Éric Salvail prennent leur rôle au sérieux dans un quiz sur la télé (Photo tirée de la page Facebook d'En mode Salvail)

En entrevue à En mode Salvail mardi soir à V, Véronique Cloutier a confié qu’elle ne serait pas de retour à la coanimation des Gémeaux avec Éric Salvail, l’automne prochain, malgré le gala couronné de succès en septembre dernier.

L’animatrice souhaite se consacrer à son retour à la télé. Pour l’automne? Pour l’hiver? Pas de date pour l’instant. Mais quel est donc ce fameux projet télé, évoqué dans les promos de Tout le monde en parle? Véro évoque vaguement une émission à sketchs, mais rien de précis.

Maintenant, la question: Éric Salvail animera-t-il les Gémeaux en solo? «À suivre!» a répondu le principal intéressé sur Twitter.

D’une durée exceptionnelle d’une heure mardi, En mode Salvail s’est conclue avec un quiz animé par Sébastien Benoit, dans lequel Véro et Éric se disputaient le titre de «dieu de la télé». Éric a finalement gagné par un point.

À quelques jours du retour en kiosques de son magazine, Véronique sera aux Francs-tireurs mercredi à 21h à Télé-Québec avec son époux, Louis Morissette. Si tout va comme prévu, on la verra dimanche à Tout le monde en parle, dans l’émission qui devait être diffusée dimanche dernier, mais qui a été reportée pour laisser place à l’émission spéciale sur les attentats.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






Dimanche 8 novembre 2015 | Mise en ligne à 22h57 | Commenter Commentaires (31)

Gala de l’ADISQ: moi sans l’autre

Photo: Presse canadienne

Photo: Presse canadienne

C’était la soirée de Jean Leloup. Et d’Ariane Moffatt, qui a reçu son prix de l’interprète féminine à 22h22. Précisément le titre de son album. On aurait voulu le prévoir qu’on n’y serait pas arrivé. Ce devait être aussi la soirée de Dodo, si ce n’était de cet hommage bâclé qu’on lui a réservé. Sans Denise.

Louis-José Houde, qui animait le Gala de l’ADISQ pour la 10e année dimanche, s’est acquitté de sa tâche avec brio. Si on n’avait qu’un reproche à faire sur son numéro d’ouverture, drôle du début à la fin, c’est qu’il était trop court et qu’on en aurait facilement pris le double.

Il s’est d’abord moqué des artistes qui ne préparent pas de remerciements. «Eille, freluquet, on paye 150 personnes pour te donner un prix, concocte une phrase. T’as 900 piasses de linge su’l dos, tu t’y attendais. Tu t’es fait coiffer pis t’es un gars, c’est ta soirée princesse!» Puis, sur le thème «J’vous aime, malgré…», il a aligné les petits travers des artistes. Sur ceux qui fêtent des anniversaires, comme les B.B.: «25 ans d’existence, 20 ans que ça existe pus!»

Il a poursuivi sur la mort du CD, qu’on annonce depuis 10 ans. «Ça ne meurt jamais. Comme MusiquePlus ou L’auberge du chien noir.» Il s’est ensuite payé la tête des artistes qui annoncent en grande pompe qu’il signent des contrats de disque en France. «La semaine d’après, ça joue à l’Escogriffe sur Saint-Denis en première partie des Moquettes coquettes.» Et puis sur Bobby Bazini: «Ça fait combien de fois qu’il est supposé de percer en France? Perce Bobby, perce!»

Sérieusement, peut-on imaginer un hommage à Dominique Michel sans Denise Filiatrault? Si elle ne pouvait pas y être, on aurait au moins pu voir des images du célèbre duo. À la place, René Simard est venu chanter, pour ne pas dire gueuler les chansons de la petite Sylvestre les unes après les autres. Aucune image d’archives, à part des photos qui défilaient dans le décor comme des diapositives. Avec un sujet en or comme Dodo, ce segment aurait dû nous émouvoir, il a seulement réussi à nous irriter. Très, très dommage.

Sans savoir qu’il allait aussi la clore dans la gloire, Jean Leloup a ouvert la soirée de façon spectaculaire avec deux chansons de son répertoire, dont la gagnante Paradis City. Grand chapeau noir et lit de roses, le roi de la soirée a électrisé la salle, dégourdie pour le reste du gala. Ça donnait le ton.

Leloup est tellement flyé et décousu dans ses remerciements qu’il ne pouvait pas être plate. Ne serait-ce que pour ces sourires et petits commentaires de Louis-José Houde après ses discours, savoureux, ça valait le coup.

Gagnant pour le Félix du spectacle, Patrice Michaud a dit ceci aux diffuseurs qui ont refusé son spectacle: «J’imagine qu’on va se voir dans un délai pas très long.» Réjouissant de voir enfin Marie-Pierre Arthur gagner un Félix. Si on compare à l’an dernier, on s’est amélioré dans les remerciements. Aucun ne pouvait s’éterniser au micro, on prenait soin de partir la musique assez rapidement. Même Isabelle Boulay a été brève.

Louis-José Houde, qui profite souvent du gala pour y aller de revendications, ne s’en est pas privé dimanche. Il a pointé du doigt les radios qui demandent au CRTC d’abaisser leurs quotas de musique francophone de 65% à 35%. Une demande huée copieusement par la salle. Puis, il a soulevé des questions sur les services de musique en streaming comme Spotify, qui ne donnent que deux cents aux artistes. «Qui a décidé que c’était légal? Trouvez-le Billy Spotify, faites-y mal!» a-t-il dit, avant de proposer d’asseoir P-A Méthot «sur sa face».

Même amputé de 30 minutes, ce gala a fait une large part à la musique avec plusieurs prestations énergiques et réussies. Numéro explosif du trio de filles Fanny Bloom, Ariane Moffatt et Marie-Mai. Seul bémol: les numéros musicaux pourraient être moins dépouillés, plus spectaculaires visuellement, on est à la télévision tout de même.

Si la première moitié du gala roulait à un train d’enfer, la seconde commençait à s’enliser, comme si on avait tout donné au début. Dans la catégorie des moins bonnes idées, les fins de blagues de l’animateur au retour des pauses semblaient bien faire rire la salle, mais pas certain qu’elles passaient bien l’écran.

Au fait, je ne sais pas si Dodo et Denise sont en chicane. Mais si on a réussi à réconcilier Michèle Richard et Serge Laprade aux Gémeaux, ne peut-on pas en faire autant avec le duo de Moi et l’autre?

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (31)  |  Commenter cet article






Dimanche 20 septembre 2015 | Mise en ligne à 22h53 | Commenter Commentaires (20)

Des Gémeaux pour tout le monde

1058914-julie-breton-macha-grenon

Tout le monde était là. Tout le monde, y compris Fabienne, Julie et TVA. Même Michèle Richard et Serge Laprade ont mis de côté leur chicane d’il y a 26 ans, le temps du gala. Enfin, les Gémeaux peuvent se vanter d’être le gala de toute la télé. Mais cette paix apparente mais fragile sera-t-elle durable? Avec Véronique Cloutier et Éric Salvail comme animateurs du 30e hier soir, on peut dire que tous les éléments étaient réunis pour produire un bon gala.

Et tout ce monde (ou presque) a gagné à un moment ou à un autre. Ça n’a pas empêché 19-2, modèle de constance, de fermer la boucle en décrochant le titre de meilleure série une troisième et dernière fois, malgré les réserves de certains sur la violence de la dernière saison. Sacré meilleur acteur, Claude Legault a remporté son 16e trophée. La série avait aussi gagné pour les textes et pour la réalisation en après-midi.

L’autre grand gagnant de cette soirée sont assurément Les beaux malaises, sacrée meilleure comédie, et son couple vedette, Martin Matte et Julie Le Breton, meilleurs acteurs dans une comédie. À son meilleur, Matte en a profité pour installer un très beau malaise, remerciant son équipe technique, «qui n’a jamais débrayé». «Quand on impose un rythme qui met en danger la santé des techniciens et des comédiens, c’est inacceptable et il faut se le dire», a-t-il dit, plus sérieux. Un malaise dont Fabienne Larouche se serait sûrement passé, mais ce sera la seule allusion de la soirée aux récents événements sur les plateaux de Blue Moon et Ruptures.

Jusque là, c’était prévisible, les surprises sont venues d’ailleurs. Élue meilleure série annuelle, Unité 9 n’a étonnamment vu aucune de ses actrices principales l’emporter, ni même son auteure, Danielle Trottier. Micheline Lanctôt, Luc Guérin et le réalisateur Jean-Philippe Duval ont gagné, mais en après-midi. Excellente dans Au secours de Béatrice, Sophie Lorain a créé la surprise en l’emportant contre Guylaine Tremblay. Une belle percée pour le téléroman de TVA, qui a aussi gagné pour les textes de Francine Tougas. Son psy, Gabriel Arcand, a été battu par Guy Nadon, de O’.

Comme il se doit, celui de la meilleure actrice est allé à Macha Grenon – son premier –, qui en a ému plus d’un million la saison dernière dans Nouvelle adresse. Sa maman (Muriel Dutil) et son frère (Patrick Hivon) de la série ont aussi gagné en après-midi. Trois trophées pour Nouvelle adresse, six incluant ceux des artisans décernés vendredi, c’est moins qu’en mériterait cette excellente série de Richard Blaimert.

Il aurait fallu parfois un guide pour comprendre les nouvelles catégories de séries (ou plantes?) «annuelles» et «saisonnières», qui ont donné lieu à plusieurs plaisanteries durant la soirée, mais qui ont acheté la paix avec les dissidents. Une paix fragile, et on a d’ailleurs senti que plusieurs marchaient sur des oeufs pour ne froisser personne.

Oui, presque tout le monde en a gagné. Mais une question reste: les «revenants» en ont-ils eu pour leur argent hier soir? TVA, qui gagnait déjà en fiction avec ses producteurs indépendants, a fait un gain en variétés pour le Gala Artis. Julie Snyder est montée sur scène l’après-midi comme le soir, autant pour L’été indien et La voix. Quant à Fabienne Larouche, elle a vu ses productions 30 vies et Unité 9 récompensées. Plusieurs ont remarqué que Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge, deux des réalisateurs de 30 vies, sont restés assis quand la série a gagné…

Après celui de l’après-midi pour KARV l’anti.gala, Éric Salvail a remporté le Gémeaux bien mérité de l’animateur de talk-shows pour En mode Salvail. Véronique Cloutier et lui ont offert un gala divertissant, en commençant par le numéro d’ouverture, franchement drôle. «On comprend tous qu’il faut que tu fasses 14 shows à V pour faire les cotes d’écoute que t’avais à TVA», a lancé une Véro très en forme à son coanimateur. Comparant Patrice L’Écuyer, qui veut redevenir comédien, à Pierre Karl Péladeau: «C’est comme si un président de compagnie voulait se lancer en politique». Le duo a salué les anciens dissidents de retour au bercail, dont Fabienne Larouche, «l’imagination la plus fertile du Québec… tout de suite après François Bugingo».

Plus court, le segment de parodies de duos d’animateurs aurait sûrement été plus drôle. N’empêche qu’Éric et Véro personnifiant en direct les tandems des Kiwis, des Démons du midi, de Belle et bum et de Garden-party, ça relevait de l’exploit.

Visite surprise de Max Pacioretty, nouveau capitaine du Canadien, qui choisit non pas RDS ou TVA Sports, mais Télétoon. Bonne idée de demander à Paul Houde d’être narrateur de la soirée. Si ce gala avait des défauts, c’est d’avoir manqué de moments d’émotions. Le Grand Prix de l’Académie ayant sauté une année, il fallait compter sur autre chose, comme ce montage de grands moments l’histoire de nos séries et téléromans, sur l’air de Ça reste dans la famille de Michel Rivard, reprise par Émile Proulx-Cloutier. Mais c’était trop peu et pas toujours juste…

Le tapis rouge, de coutume un peu boboche aux Gémeaux, avait du style hier soir. Herby Moreau et Claudine Prévost savent faire. Pour une fois, pas un festival de malaises, mais que du beau monde bien éclairé. On aime ça. Comme c’est souvent le cas, la retransmission web de l’Avant-première a encore connu des défaillances hier après-midi. Il faudrait bien un jour que quelqu’un règle ce problème franchement désolant.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2016
    L Ma Me J V S D
    « jan    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  
  • Archives

  • publicité