Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Galas’

Dimanche 11 janvier 2015 | Mise en ligne à 23h09 | Commenter Commentaires (16)

Golden Globes: l’année des premières fois

theaffair

Sachez-le: The Affair est la série télévisée à voir en ce moment. C’est du moins ce que pensent les membres du jury de cette 72e soirée des Golden Globes, qui lui a décerné deux des prix les plus importants de son volet télévision hier soir: meilleure série dramatique et meilleure actrice pour Ruth Wilson (avec Dominic West sur la photo), déjà vue dans la série britannique Luther.

Cette nouvelle série sur les détails d’une relation extraconjugale selon les versions différentes des deux protagonistes a conquis le public de Showtime aux États-Unis. Chez nous, elle est disponible sur The Movie Network. Mais à son acteur principal, Dominic West, le jury a préféré Kevin Spacey comme meilleur acteur dans une série dramatique, pour son rôle de vilain dans House of Cards. Sa première statuette en huit nominations aux Golden Globes, et on peut dire que c’est mérité. «Ce n’est que le début de ma revanche!» a blagué l’acteur.

Comme c’est souvent le cas, beaucoup de premières fois au cours de cette soirée, qui a souvent récompensé de nouvelles séries, dont Fargo, titre de la chaîne FX inspirée du long métrage des frères Coen, élue meilleure minisérie, à ajouter à notre liste de séries à voir cet hiver. Son acteur principal aussi récompensé, Billy Bob Thornton, a remercié très brièvement, parce que «peu importe ce que tu dis aujourd’hui, tu te retrouves dans le trouble». Dommage pour le duo incomparable de True Detective (Woody Harrelson et Matthew McConaughey), en nomination dans cette catégorie mais reparti bredouille.

Première fois aussi pour Transparent, élue meilleure comédie; la série des studios Amazon sur l’histoire d’un père de famille transgenre, a aussi valu à son acteur principal, Jeffrey Tambor, le Golden Globes du meilleur acteur dans cette catégorie. dédié par sa productrice à la communauté transgenre, et à Leelah Alcorn, jeune transgenre dont le suicide a défrayé la manchette durant les Fêtes aux États-Unis. Un nom à surveiller que celui de Gina Rodriguez, meilleure actrice pour son rôle dans la comédie Jane the Virgin, justement renouvelée pour une deuxième saison par la chaîne CW hier.

Première nomination et première victoire pour Joanne Froggatt, qui dit avoir reçu plusieurs témoignages de victimes après le viol dont a été victime son personnage d’Anna dans Downton Abbey, un choix controversé des scénaristes. Matt Bomer a reçu le trophée du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans le téléfilm de HBO sur les années du sida, The Normal Heart, dont on ne dit que du bien. Récompensée pour sa performance dans la minisérie The Honourable Woman, Maggie Gyllenhaal a souligné que les actrices sont particulièrement choyées ces années-ci par des rôles riches et intéressants.

Autant de la part du milieu de la télé que de celui du cinéma, la soirée aura été teintée de solidarité envers la France et Charlie Hebdo, exprimée de diverses façons, toujours sobrement, sur le tapis rouge comme durant le gala, que ce soit de la part de Jared Leto ou de George Clooney. En plus de distribuer leurs savoureuses méchancetés d’usage en début de soirée, Tina Fey et Amy Poehler, qui disaient en être à leur dernier gala, ne pouvaient rater l’occasion de tourner en dérision le contrôle exercé la Corée du Nord, mais aussi Bill Cosby, aucun sujet n’étant tabou hier soir. Le président de la Hollywood Foreign Press Association, Theo Kingma, a invité le monde à se tenir debout «de la Corée du Nord à Paris».

Pour une revue des prix remis au cinéma.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






Lundi 24 novembre 2014 | Mise en ligne à 23h10 | Commenter Commentaires (15)

Pas de Emmy pour 30 vies et Claude Legault

192emmys

On peut le voir comme une défaite, mais aussi comme un pas de plus vers le marché international. Lundi soir, ni 30 vies, ni Claude Legault n’ont remporté de prix aux International Emmy Awards. Mais ils figuraient au centre de productions parmi les plus prestigieuses dans le monde. Et ça, c’est une victoire.

En nomination pour son rôle de Ben Chartier dans 19-2 dans la catégorie du meilleur acteur, Claude Legault était convaincu de ne pas l’emporter. «J’ai au moins gagné quelque chose, j’avais gagé sur Stephen Dillane», m’a-t-il dit après la cérémonie. Le Stannis du Trône de fer (série qu’il suit religieusement), sacré meilleur acteur pour son rôle dans la série française The Tunnel, n’était pas là pour recevoir son prix.

Bien sûr, Claude Legault aurait aimé gagner, mais il a au moins constaté que 19-2 se comparait favorablement aux oeuvres d’ailleurs dans le monde. Présent lui aussi, Podz se réjouissait d’avoir rencontré Matthew Weiner, créateur de Mad Men, «une des grandes séries de l’histoire de la télévision, du grand cinéma», selon le réalisateur de 19-2, à qui il ne reste que 18 jours de tournage pour la troisième saison.

Encore une fois, les Brésiliens restent imbattables dans la catégorie des telenovelas, où la romance est omniprésente. C’est une oeuvre intitulée Precious Pearl qui l’a emporté sur 30 vies. «On le savait, m’a confié Fabienne Larouche après le gala. Mais les Brésiliens s’aperçoivent qu’ils ont de la compétition, et cette nomination nous ouvre une vitrine sur le monde. Nous serons là l’an prochain», promet l’auteure et productrice, accompagnée d’une véritable délégation de sa maison de production.

kvanasseemmy

Absolument splendide dans une robe signée Elisabetta Franchi, Karine Vanasse brillait de tous ses feux. «Il ne faut pas perdre de vue que c’est grand le monde», dit-elle au sujet de la nomination de 30 vies, qu’elle a tenu à tourner à l’hiver 2013 même si ses agents américains ne comprenaient pas à l’époque qu’elle repartait tourner au Québec après avoir percé aux États-Unis dans Pan Am. Le réseau ABC, diffuseur de la série Revenge, qui en a fait une vedette, lui a permis de tourner dans une série de Fabienne Larouche au printemps prochain, si le projet se concrétise. L’actrice, qui passe le plus clair de son temps à Los Angeles, ignore encore si Revenge sera de retour pour une cinquième saison.

Tenue au New York Hilton Midtown, la cérémonie des International Emmy Awards était animée par Matt Lucas de la série Little Britain. Pas de grands moments dans cette soirée présentée hors d’ondes où plusieurs vedettes ont défilé sur scène, dont John Slattery et Christina Hendricks, Roger et Joan dans Mad Men, qui ont présenté l’hommage au créateur de la série, Matthew Weiner. Le rappeur 50 Cent, Darby Stanchfield, la Abby de Scandale, et Laverne Cox, travestie dans Orange is the New Black se sont aussi présentés au micro.

Surprise: la Britannique Olivia Colman, extraordinaire dans Broadchurch, a été battue par une actrice néerlandaise, Bianca Krijgsman. Le documentaire canadien The Exhibition a été récompensé dans la catégorie des émissions sur les arts, alors que l’oeuvre britannique Utopia a remporté le prix de la meilleure série. Version originale flamande de Et si?, What If? est repartie avec le International Emmy de la meilleure comédie.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






Dimanche 26 octobre 2014 | Mise en ligne à 22h55 | Commenter Commentaires (47)

ADISQ: savez-vous dire merci?

sergefiori

On s’entend pour dire que les remerciements comptent pour beaucoup dans un gala comme celui de l’ADISQ. Or, ceux de dimanche soir étaient particulièrement ennuyants et mal foutus. À croire que nos artistes ne sont plus capables de remercier convenablement.

Même Alex Nevsky, que nous étions tous heureux de voir monter sur scène à trois reprises dimanche soir, a offert des remerciements brouillons, sans conviction. Si on avait au moins laissé Marie-Mai faire les siens; mais non, on l’a interrompue alors qu’elle venait à peine d’entamer les siens, de façon maladroite, acclamée par ses fans en délire. Entre nous, on aurait pu partir la musique pour bien d’autres avant elle.

Premier à recevoir un prix, Serge Fiori était ému de revoir ses pairs, 40 ans après la naissance d’Harmonium. «J’étais dû pour venir faire un tour», leur a-t-il dit, avant d’enchaîner avec un bien trop long discours. Élue révélation de l’année, Klô Pelgag a certainement offert les remerciements les plus bizarres depuis longtemps à l’ADISQ. Dans le même discours, l’artiste qui se dit-elle même étrange a remercié ses parents d’«avoir fait l’amour», a parlé de lançage de sauce Saint-Hubert avant de dire merci à Messmer.

Dommage que les gagnants aient été si peu inspirés, parce qu’encore une fois, Louis-José Houde a été parfait dans son rôle d’animateur, alerte et drôle. Dans un efficace monologue d’ouverture, il a rappelé que la musique entre dans les chambres à coucher et accompagne nos peines d’amour, ce que l’humour ne fait pas. «C’est rare qu’on se met du Guy Nantel pour créer toute une ambiance!» a-t-il lancé à un auditoire conquis.

Louis-José s’est même permis quelques pointes, comme à ces candidats de La voix qui l’abordent et qu’il ne reconnaît pas, avouant ne jamais regarder l’émission de TVA. «Si vous avez fait La voix et que vous rencontrez des gens, présentez-vous, dites votre nom. Deux millions de personnes qui vous regardent, c’est énorme, mais cinq millions qui vous regardent pas, c’est tellement complètement beaucoup plus!» L’humoriste s’est aussi moqué de La super soirée LNH de TVA Sports. «C’est parfait parce qu’on est en 1950!» a-t-il blagué.

Ovation de plusieurs minutes pour Michel Louvain, qui a enfin reçu la reconnaissance de ses pairs après avoir été longtemps regardé de haut. C’est entourés d’un big band que Mario Pelchat, Jean-François Breau et Maxime Landry ont repris quelques-uns de ses airs les plus connus et d’autres moins. Donald Lautrec est sorti de son mutisme pour le féliciter, sur écran, suivi de Ginette Reno, qui lui a remis son trophée hommage, mais ça manquait de témoignages vibrants. «Je veux continuer de chanter pour vous», a dit Michel Louvain, ému, devant un auditoire à qui il s’adresse rarement. Tout le monde n’aura pas cette longévité, a rappelé Louis-José, parlant de «carrières écourtées à coups de scandales, d’alcool au volant ou d’albums de Noël».

André Sauvé est rarement plate, et ce n’est pas dimanche qu’il allait commencer. Sa théorie sur le «zoom out émotif» utilisé par les juges pour décider des gagnants par des «Ah!», «Oh!», «Iiiih!», «Ah bon!», «Ischhh!», «Hein?», «Hon!», était hilarante.

Si bon à La voix, Louis-Jean Cormier avait peine à lire son télésouffleur pour rappeler la mémoire de Félix. Fidèle à lui-même, Pierre Lapointe a flashé, arborant une tenue de Jean Paul Gaultier. Émue aux larmes à côté de sa soeur Mélanie, Stéphanie Boulay a eu peine à conclure ses remerciements.

On aime les duos improbables comme celui d’Angèle Dubeau avec le rappeur Koriass, beaucoup plus étonnant que le numéro trop conventionnel des artistes de la catégorie révélation, qui ont enchaîné leur bout de chanson sans lien réel. Beaucoup aimé Half Moon Run, qui trouvera sûrement bien des preneurs sur iTunes et chez les disquaires après sa prestation de dimanche.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité