Richard Therrien

Archive de la catégorie ‘Documentaires’

Mercredi 20 novembre 2013 | Mise en ligne à 10h39 | Commenter Commentaires (14)

Bagarreurs, mais à quel prix?

Cliquez ici pour visionner la vidéo.

«Ça commence à saigner, et les gens sont heureux.» La citation de mon collègue des sports à La Presse Mathias Brunet, qui décrit une bataille particulièrement violente, m’a frappé. Parce qu’au fond, les bagarres au hockey continuent d’exister essentiellement pour le show.

Si Bagarreurs inc. provoque la même réaction dans votre salon que lors du visionnement de presse mardi matin, attendez-vous à des discussions musclées. Après la mort très médiatisée de trois bagarreurs de la glace, Mathias Brunet s’est inquiété des séquelles sur les joueurs et a eu l’idée d’en exposer l’ampleur dans un documentaire de 90 minutes, présenté dimanche à 19h à Canal D.

La réalisatrice Sophie Lambert a choisi de suivre le parcours d’un ancien attaquant des Remparts de Québec, Danick Paquette, devenu le bagarreur de service de l’Express de Chicago au moment du tournage. On comprend très vite que c’est poussé par son père que Danick est devenu celui qui donne les coups. Lucien Paquette, tout un personnage, pour qui «il faut souffrir pour son équipe», rêve d’une carrière dans la Ligue nationale de hockey pour son fils, et il veut beaucoup.

Mathias Brunet ne croit pas à l’abolition des batailles, mais prônerait plutôt une expulsion des bagarreurs et des sanctions plus sévères, comme dans la Ligue junior majeur. Le commentateur Dany Dubé, lui, croit qu’il y aura des bagarres «jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose de grave». À l’inverse, Georges Laraque défend bec et ongles les bagarres, «une bonne façon de faire respecter son équipe». On le voit dans le documentaire donner ses trucs à Danick Paquette pour avoir le dessus durant une bataille, montrer l’épaule et non le torse.

Reste qu’à peu près tous les anciens goons rencontrés dans le documentaire ont un débit plus lent quand ils parlent et manquent clairement de concentration. Le cas le plus triste est celui de Gino Odjick, qui a du mal à exprimer sa pensée à la caméra. Mais Laraque affirme que la drogue a fait bien plus de ravages que les commotions. Il faut dire que Laraque fait partie des 5 % de joueurs qui n’ont conservé aucune séquelle; personne ne résistait à ce colosse.

Les avis sont partagés. D’un côté, on dit que les bagarres font partie du spectacle et que les interdire multiplierait les «coups de cochon». De l’autre, qu’elles éloignent du sport et qu’elles ont de graves séquelles sur les joueurs qui collectionnent les commotions cérébrales. Un scientifique viendra le dire: les multiples commotions cérébrales entraînent des lésions graves au cerveau, et se traduisent par des dépressions, une surconsommation de médicaments et même de la démence. Après son décès à 28 ans, l’ancien bagarreur Derek Boogaard avait le cerveau d’un homme de 70 ans. Mais Laraque considère que les bagarres ne sont pas plus graves que les mises en échec déloyales et autres coups salauds qui surviennent sur la glace.

Parmi les intervenants les plus radicaux, Chris Nilan n’y va pas par quatre chemins : le Canadien aurait gagné une autre Coupe Stanley s’il ne l’avait pas remplacé par John Kordic, qui «n’a jamais réussi à porter mon jock-strap, le pauvre», envoie-t-il.

Lors de sa présentation au récent Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, le film a suscité les huées du public, pas pour la qualité de l’oeuvre, mais bien pour les propos controversés du père de Danick Paquette. S’est ensuivie une discussion très animée d’environ 90 minutes avec les spectateurs, sur une question qui n’a pas fini de faire jaser.

Suivez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






Lundi 18 novembre 2013 | Mise en ligne à 10h45 | Commenter Commentaires (9)

Une semaine Kennedy

kennedy

Cinquante ans plus tard, l’assassinat de John F. Kennedy fascine toujours. Le marathon d’émissions spéciales a déjà commencé à la télé américaine, mais nos chaînes se mettent aussi de la partie dès ce soir.

Deux titres ont attiré mon attention: Kennedy: le film vérité, mardi à 20h à Télé-Québec, où le journaliste Max Holland reconstitue la scène avec minutie, et étudie toutes les hypothèses entourant l’attentat.

Puis, RDI propose quatre Grands reportages sur l’assassinat, de lundi à jeudi à 20h. Celui de jeudi, Dallas, une heure de l’après-midi, raconte l’attentat tel qu’il a été vécu dans la salle des nouvelles de CBS. À la fois rédacteur en chef et chef d’antenne, Walter Cronkite avait la double responsabilité de choisir d’aller en ondes avec la nouvelle et d’en faire l’annonce au micro.

TV5 a préféré consacrer sa programmation spéciale à la famille Kennedy plutôt qu’à l’assassinat. On y passe toute la soirée ce soir (lundi), de 19h à 23h, avec entre autres un documentaire intitulé Il n’y a pas de Kennedy heureux, à 20h, un portrait des malheurs qui ont marqué cette célèbre famille.

AddikTV reprendra la diffusion de la série Les Kennedy avec Greg Kinnear et Katie Holmes du 25 novembre au 19 décembre, à raison de deux épisodes chaque jeudi à 21h. Une suite sur les années qui ont suivi l’assassinat est en préparation.

Suivez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Lundi 28 octobre 2013 | Mise en ligne à 15h02 | Commenter Un commentaire

La campagne vue de l’intérieur

«Le 4 novembre, tu commenceras à expliquer les affaires. Avant le 4 novembre, tu leur garroches des affaires dans yeule.»

Toutes les stratégies sont bonnes pour gagner? Ainsi s’exprime un conseiller de Marcel Côté à l’aube du premier débat télévisé, dans le documentaire Une ville en campagne, produit par Marie-France Bazzo, sur la présente campagne électorale dans la métropole, jeudi à 20h à Télé-Québec.

«On s’attarde à leurs gestes, à leur attitude, à leurs réactions et à leurs mots loin des micros. On les observe également derrière les portes closes, avec leurs stratèges et leurs faiseurs d’images, lorsqu’ils prennent les décisions les plus déterminantes pour leur campagne. Ces moments intimes et inédits donnent un accès privilégié aux candidats, permettant aux Montréalais de se faire leur propre idée sur ceux qui veulent les gouverner, et aux autres citoyens de mieux les connaître», peut-on lire dans le communiqué.

Le documentaire sera suivi d’une discussion avec les principaux candidats à la mairie de Montréal à Bazzo.tv, Richard Bergeron, Denis Coderre, Marcel Côté et Mélanie Joly.

Rejoignez-moi sur Twitter.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité