Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 18 septembre 2016 | Mise en ligne à 22h56 | Commenter Commentaires (19)

    Un gala bien corsé et l’or pour Séraphin

    1265780-vincent-leclerc-gagne-categorie-meilleur

    Avouez qu’on était dû pour un bon gala bien corsé, rempli de gags qui provoquent les «ischh» et les «hon» dans la salle. C’est ce que nous avaient promis Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier, dimanche soir aux Gémeaux. Et ils ont livré.

    On répète tellement souvent qu’on est trop frileux, qu’on épargne les sensibilités à l’excès, qu’on ne peut plus rien dire. Le cocktail épicé que nous ont servi les deux animateurs nous a prouvé le contraire. De Joël Legendre, ça ne passait pas. De ces deux-là, on le prenait volontiers.

    Le duo d’animateurs a tiré dans toutes les directions, écorchant au passage Les jeunes loups endormants, Les échangistes, que produisait Salvail, évoquant aussi la rupture de Mariloup Wolfe. Certains passages étaient plus grinçants, comme celui de Wauthier disant que des biscuits chinois lui avaient appris plus de choses que l’entrevue de Marie-Claude Barrette avec Céline. Et parlant du «vieux monsieur essoufflé qui remplace Normand Brathwaite à Piment fort.» Dans la salle, Patrick Hivon ne croyait pas ce qu’il venait d’entendre. Salvail a épargné La voix junior: «Je suis pas Mike Ward moi, j’ai pas 42 000 piasses pour rire d’un enfant qui chante mal.» Quand on a évoqué le «Hum hum hum» chanté de la première dame, Sophie Grégoire elle-même est venue sur scène, acclamée par l’assistance.

    J’étais le premier à douter de cette renaissance des Belles histoires à la télé. L’Académie a tellement aimé Les pays d’en haut et son Séraphin, Vincent Leclerc, qu’elle leur a remis les Gémeaux de la meilleure série saisonnière et du meilleur acteur. Longtemps confiné à des personnages mineurs, Leclerc a profité de la tribune pour remercier le public d’avoir accueilli un inconnu dans un rôle principal. «Sachez que plusieurs diffuseurs et producteurs télé vous en croient incapables», a-t-il dit, chaudement applaudi. On sentait un réel cri du cœur.

    Le fait que les cotes d’écoute comptent maintenant pour 10% du résultat final a-t-il fait une différence et désavantagé Série noire? Les artisans de cette série sont tous restés assis dimanche soir.

    Pour une deuxième année consécutive, Unité 9 a triomphé chez les séries dramatiques annuelles, ainsi que sa vedette, Guylaine Tremblay, qui a dédié son neuvième Gémeaux à son père. «Si tous les pères étaient comme toi, mon beau papa d’amour, y’en n’aurait pas de Marie Lamontagne.» «Tout le monde pensait qu’on l’avait tuée, mais je ne pense pas qu’on aurait pu», a dit la productrice Fabienne Larouche.

    Triplé en trois ans pour Les beaux malaises, sacrée meilleure comédie. L’ingrat mais infiniment drôle Martin Matte n’a pas nommé les acteurs enfants «parce que c’est des enfants» et a attribué la victoire d’Antoine Bertrand pour Boomerang à sa faiblesse cardiaque. Étrange, d’ailleurs, de remettre les Gémeaux des premiers rôles en comédie en après-midi. Il n’y avait qu’Antoine Bertrand pour feindre une crise cardiaque en recevant son trophée. «Vous pensiez me remettre un prix posthume?» a ironisé celui qui a été victime d’un infarctus en juin dernier.

    Le jury a eu raison de remettre le trophée de la meilleure actrice à Laurence Leboeuf. Elle est renversante dans Marche à l’ombre, une série hélas un peu anonyme de Super Écran. Ça donnera peut-être envie aux gens d’y jeter un coup d’œil. «Merci de générer autant d’amour sur tes plateaux», a-t-elle envoyé au réalisateur Francis Leclerc.

    Julie Snyder n’a rien gagné mais s’est fait payer la traite par les animateurs, qui ne l’ont pas épargnée. «Julie Snyder est avec nous. C’est ce que nous a dit notre informateur», a d’abord lancé Wauthier, soulignant qu’elle avait demandé à voir le montage de Tout le monde en parle. «Pourquoi Dany Turcotte fait jamais ça lui?» a demandé Salvail, avant d’ajouter plus tard: «Je demanderai pas à Julie si a veut un moitié-moitié, est pas mal là-dedans ces temps-icitte!»

    Six athlètes féminines qui ont brillé aux Jeux de Rio, le «girl power», ont remis le prix de l’acteur dans une série annuelle à Guy Nadon. Gregory Charles a remporté son troisième Gémeaux pour Virtuose, classé dans les émissions jeunesse. Après «Le banquier» et Vol 920 en après-midi, au tour d’une autre émission de TVA, La voix, de l’emporter en soirée pour la meilleure série de variétés. En gagnant pour le Gala de l’ADISQ, Louis-José Houde a souligné la qualité des remerciements. «C’est pas toujours le cas à mon gala. On travaille là-dessus.»

    Quel moment d’émotion quand Josée Boudreault, qui a été victime d’un AVC il y a à peine un mois et demi, s’est présentée sur scène, suscitant l’ovation de ses pairs. L’hommage aux variétés aurait dû être mieux répété. Trop de fausses notes. Il aurait été préférable de demander à des gens de variétés d’entourer Annie Villeneuve, Joël Legendre et Michel Louvain, qui en a perdu ses mots. Bonne idée de demander aux finalistes de Virtuose de jouer sur les images des séries saisonnières en nomination. Par contre, dommage qu’on entende si peu les voix des acteurs. On avait promis deux heures, mais on a fini à 22h30. Enrobée dans la commandite, la vidéo sur le vrai visage des vedettes, ordinaire, était peut-être de trop.

    N’en déplaise aux âmes sensibles, ce gala plus mordant était franchement réjouissant. Oui, Wauthier et Salvail ont joué sur la ligne du bon goût, quitte à la dépasser un petit peu. Mais ça donne une soirée dont on se souviendra longtemps.

    Suivez-moi sur Twitter.

    Consultez QuiJoueQui.com.


    • C’est une vraie joke, ”La Voix qui gagne contre ”En direct de l’Univers” dans la catégorie MEILLEURE SÉRIE DE VARIÉTÉS OU DES ARTS DE LA SCÈNE.
      On croirait que les matantes du canal 10 ont voté en bloc.

    • est-ce que quelqu’un pourrait me dire ce que fait un gars comme Eric Salvail a la television?
      Jamais vu une personne comme lui “vole” le micro et la camera. IL M’ENERVE!!!

    • Bof. Un autre party de bureau télévisé.

      Bien d accord avec les propos de monsieur Nadon toutefois quant a la nécessité de briller culturellement en Français en Amérique. Et la moisson me semble tellement généreuse. Bravo a tous ceux qui nous font voyager dans leur imaginaire devant et derriere les caméras.

      Un seul bémol c est que si le futur de l animation télé passe par les deux gigolos d hier il n y a pas de quoi être optimistes.

    • À mariodupuis et noirod,
      Tout à fait d’accord avec vous messieurs.

    • Comment Guy A. a pu ne pas mentionner son comparse Dany Turcotte lors de ses remerciements? Est-ce dans ce genre de situation qu’est utilisé l’adjectif “cheap”?

    • Je n’ai jamais compris le phénomène psychosocial de la Voix. Pour moi c’est comme l’émission d’antan des Talents Catelli mais version adulte. Ça fait 40 ans qu’on est là-dedans il me semble, non? Ce n’est pas de la nouvelle télé en tout cas.

      Je n’ai pas suivi les séries québécoises l’an dernier mais je me tenais au courant avec ce blogue. Donc j’ai plus observé les remerciements hier soir. Également j’ai trouvé que c’était la cacophonie avec le segment sur les variétés. Mes oreilles ne faisaient pas défaut! Je pense qu’on a fait un gros plat de la présence de Josée Boudreault. La barre était haute pour elle je trouve. Bon pour les cotes d’écoute sans doute…Antoine Bertrand a eu un infarctus y a pas si longtemps, tout aussi grave il me semble.

    • Ça manquait un peu de rythme dans le gala et les gagnants étaient trop prévisibles. L’académie aurait du récompenser Sophie Laurin pour son jeu de Béatrice Clément. Dans ce rôle,elle surpasse de loin Guylaine Tremblay. Elle joue les émotions en finesse, avec doigtée et surtout, avec candeur. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Tremblay.

    • Vraiment déçue pour Série Noire…..
      Série noire méritait la majeure partie de ces trophées!

      On avais-tu vraiment besoin de:
      - Sophie Grégoire….
      - Joêl Legendre qui arrive de même à 21.39…avec ses yeux
      de …..”chevreux surpris devant les hautes de mon char”…..

      Un bon Gala…mais résultats TROP prévisibles.

    • (rosablue

      19 septembre 2016
      08h39

      Je pense qu’on a fait un gros plat de la présence de Josée Boudreault. La barre était haute pour elle je trouve. Bon pour les cotes d’écoute sans doute…Antoine Bertrand a eu un infarctus y a pas si longtemps, tout aussi grave il me semble.)

      Il vous faudrait «googlé» sur le sujet pour en connaître la différence…..

    • J’ai trouvé ce gala des gémeaux moins endormant, enfin un peu d’humour et les présentateurs des prix, les remerciements, tout était super.

    • J’ai aimé le gala – l’animation par Salvail et Wauthier était dynamique et sympathique. Beaucoup de gagnants prévisibles, c’est vrai, mais lorsqu’on est rendu au gagnant, parmi une brochette de nominés qui ont autant de talent, ça devient difficile à trancher.

      Par contre je suis tout à fait d’accord avec Abelzo (23h14). EN DIRECT DE L’UNIVERS aurait du gagner le trophée, devant La Voix. C’est la seule émission qui nous permet de voir et d’entendre des artistes de chez nous, qui nous en met toujours plein la vue, qui est animée avec brio par France Beaudoin. À chaque semaine j’en redemande! Mais on y a préféré une télé-réalité qui met en vedette des Nobody et qui nous sert les commentaires insipides de Marc, Éric et les autres :(( Dommage.

    • @mmez.

      La côte à remonter pour Boudreault est nettement plus à pic que pour Bertrand. La fille doit réapprendre à parler et à bouger. Bertrand a subi une nécrose du muscle cardiaque alors que Boudreault s’est fait bousiller le cerveau. On est dans une autre ligue en fait de dommages.

    • Je suis decu, j`aurais decerne le prix a “En direct de l` univer,
      une emission de variete de meilleur qualite que “La Voix”.

    • La Voix et Le Banquier qui gagnent des prix, le gala des Gémeaux a perdu de son lustre d’antan. J’imagine qu’ils ont dû faire des compromis pour que Télé-Métropole revienne…

    • Toujours malaisant de voir des gens recevoir une ovation parce qu’ils ont été malades ou blessés, spécialement quand ce sont des “veudettes”. Tu as un AVC, un accident de la route ou un cancer? Tu laisses les médecins et autre personnel hospitalier faire leur travail, tu fais ce qu’ils te disent de faire et tu espères que ça va fonctionner. Rien qui mérite une médaille ou un tonnerre d’applaudissement. En plus, ça envoit un très mauvais message à ceux pour qui ça ne fonctionne pas aussi bien, leur faisant croire que c’est de leur faute, que s’ils ne guérissent pas c’est parce qu’ils ne se battent pas assez fort.

    • Bien heureux pour Vincent Leclerc (Les Pays d’en Haut), un P’tit gars de Gatineau …il le mérite! Cependant, malgré la popularité de cette nouvelle télésérie (5 Gémeaux), on demeure convaincu qu’on n’a pas rendu service au travail de l’auteur feu Claude-Henri Grignon. Quand on s’en prend à un personnage historique comme le Curé Labelle (né Ste-Rose 1833) en faussant la vérité, c’est toujours risqué! Comme disait l’historien Richard Lagrange, ”on ne rapporte nulle part qu’il (curé Labelle) aurait été un bagarreur…” et que ”… certains traits du personnage (curé Labelle) relèvent davantage de la fiction que de la réalité…”.

      Encore une fois, pour un Gala au Québec, (ie. on est loin des Oscars et des Emmys aux É.-U.) une bonne partie des artistes masculins ne savent toujours pas comment s’habiller pour une telle occasion!

    • @jaylowblow
      C’était de l’encouragement et de l’amour. Je ne vois qu’est-ce qu’il y a de mal là-dedans !

      “leur faisant croire que c’est de leur faute, que s’ils ne guérissent pas c’est parce qu’ils ne se battent pas assez fort.”
      Vous exagérez peut-être un petit peu ?

    • On se demande pourquoi les membres de l’Académie ne s’arrangent pas pour prédéfinir leur liste des gagnants, comme Guylaine Tremblay (9e Gémeaux), et lui décerner préalablement les prix pour les prochains 10 ou 15 prochaines années? Ce serait plus facile, moins de problème et G. Tremblay ne serait même pas obligée de se présenter sur scène et prononcer des platitudes.

    • À verret

      19 septembre 2016
      10h09

      Vous écrivez la même chose que moi mais d’une façon plus direct……..

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives