Richard Therrien

Archive, septembre 2015

Mercredi 30 septembre 2015 | Mise en ligne à 18h52 | Commenter Commentaires (23)

Monica Bellucci chez Guy A.

918895-monica-bellucci

Vedette du nouveau film de Guy Édoin, Ville-Marie, Monica Bellucci sera sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir.

Aussi parmi les invités de Guy A. Lepage: le chef du NPD, Thomas Mulcair, l’humoriste Philippe Laprise pour son spectacle Plus sexy que jamais, Ingrid Falaise pour son livre Le monstre, le philosophe et essayiste Normand Baillargeon, et les enseignants Nathalie Lecours et Mathieu Auclair, à la suite du débrayage de cette semaine.

À Télé-Québec, ce soir (mercredi) à 21h aux Francs-tireurs, Richard Martineau s’entretient avec René Homier-Roy et on s’interroge sur l’exportation de l’eau. Demain (jeudi) à 21h à Bazzo.tv, l’animatrice reçoit Gilles Duceppe, Dominic Champagne et on se demande si nous avons la capacité d’intégrer les migrants. Vendredi à 21h à Deux hommes en or, on reçoit Suzanne Clément, Isabelle Racicot, Alexandre Cloutier, Pascale Grignon et Syrelle Lefebvre.

À TVA, vendredi à 19h, Ça finit bien la semaine accueille Hélène Florent, Brigitte Lafleur, France Castel et Guillaume Wagner.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






Mardi 29 septembre 2015 | Mise en ligne à 15h18 | Commenter Commentaires (25)

Salvail et la CRAQ

Si vous l’avez raté, voici le sketch de la première d’En mode Salvail, où Éric Salvail réunit la Coalition des riches animateurs du Québec, la CRAQ, pour décider des grandes orientations de l’année à venir.

«Ça commence maintenant!» lance Chantal Fontaine, comme aux Chefs!
«Ihh, j’l'aurais pas dit de même…», lui répond Julie Bélanger.

Ils sont tous là: Patrice L’Écuyer, Normand Brathwaite, José Gaudet, Guy A. Lepage, Véronique Cloutier, Ricardo Larrivée, même Julie Snyder, ou à peu près…

Véro demande entre autres de faire moins souvent la couverture d’Échos Vedettes, et Christiane Charette vous réserve toute une surprise!

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






Dimanche 27 septembre 2015 | Mise en ligne à 23h17 | Commenter Commentaires (65)

L’étoile du match à Antoine Bertrand

abertrand

On compte souvent sur un ou deux journalistes invités pour talonner certains invités. Dimanche soir, à Tout le monde en parle, on avait plutôt besoin d’Antoine Bertrand pour désamorcer les échanges très musclés entre certains invités, rôle qu’il a joué à merveille. Pour ça, et pour son humour, sa présence, je lui décerne ma première étoile du match de la saison.

Une première durant laquelle on ne s’est pas ennuyés une seconde. L’ex-bâtonnière Lu Chang Khuong a profité de la soirée pour régler des comptes. La fuite aux journalistes de son présumé vol à l’étalage, qui l’a forcée à démissionner, est venue ou bien du ministère de la Justice, ou bien de la maison Simons, a-t-elle affirmé, tout sourire, à Guy A. Lepage.

Ne lui parlez plus de Peter Simons, dont elle était une amie proche. «Avec des amis comme ça, je n’ai pas besoin d’ennemi», a-t-elle dit, ajoutant ne plus magasiner dans sa célèbre chaîne de magasins, dont elle était «une des meilleures clientes».

Jamais décontenancée, Lu Chang Khuong dit ne jamais regarder le prix des articles qu’elle achète, même pas celui «des concombres pis des tomates» à l’épicerie. «Je n’ai jamais commis de vol, c’était une pure distraction», continue-t-elle d’affirmer. Mais questionnée par le journaliste Vincent Larouche, elle affirme ne pas vouloir rendre les rapports de police publics, malgré tout.

L’ex-bâtonnière croit fermement à un complot contre elle, parce que son conjoint Marc Bellemare et elle embêtent l’establishment. «À nous deux, on dérange pas mal de monde. [...] C’est sûr qu’on ne me veut pas là.» Si son mari ne s’est pas prononcé publiquement, c’est «qu’il y aurait du sang et ce ne serait pas mon sang.»

Autre flèche, décochée celle-là vers l’ancien premier ministre Pierre-Marc Johnson, qui a pris position contre elle. Elle l’a notamment appelé à rembourser les 200 000$ en honoraires que son épouse, l’ex-présidente du Tribunal administratif du Québec, Hélène de Kovachich, «a refilés aux contribuables». Sans oublier de préciser que M. Johnson est le voisin de bureau de Jean Charest et de l’avocat de Peter Simons.

strudeau

«La loi, c’est la loi!» a répété à quelques reprises Stéfanie Trudeau, durant une autre entrevue très attendue. Celle qu’on a surnommée Matricule 728 dit n’avoir aucun regret, n’avoir explosé à aucun moment, lors des interventions musclées qui lui ont été reprochées, et rappelle avoir été blanchie. «Je ne voudrais pas rencontrer Matricule 729 parce que ça doit brasser en tabarnak!» lui a lancé un Patrick Huard visiblement pas convaincu.

Pour l’arrestation sur le Plateau Mont-Royal, elle a choisi la prise d’encolure, d’autres «l’auraient lancé en bas des marches» ou lui auraient «fait perdre ses dents», a-t-elle dit. Le ton a d’ailleurs monté à plusieurs moments – heureusement qu’Antoine Bertrand était là pour tempérer un peu –, particulièrement avec le cinéaste Philippe Falardeau, qui connaissait les suspects de la Casa Obscura, qu’il décrit comme des gens pacifiques. «Pas ce soir-là», lui a assuré Stéfanie Trudeau, qui ajoute que ce sont pour des «raisons politiques» qu’elle n’a eu l’appui ni de son employeur, ni de son syndicat. Elle dit avoir fait son deuil du métier de policier.

En début d’émission, charmante entrevue avec Antoine Bertrand et Catherine-Anne Toupin, venus pour Boomerang, comédie inspirée par un couple d’amis. Comme son personnage, Antoine a quitté la maison de son père sur le tard, à 28 ans, même s’il jouait dans deux séries et gagnait bien sa vie. «J’tais ben. Mais à un moment donné, j’ai eu envie de coucher avec des filles!»

À propos des conditions de travail sur les plateaux de Fabienne Larouche, Catherine-Anne Toupin a dit se sentir respectée et avoir beaucoup de plaisir sur celui d’Unité 9, produite par Aetios. Mais elle reconnaît que tout le monde aimerait avoir plus de temps pour travailler. Antoine, lui, croit que sonner l’alarme n’a pas été une mauvaise chose et trouve sain que «les gens se parlent». «On est-tu arrivés au point de rupture de cet élastique-là? Je pense que là, oui. Au Québec, pour étirer la piasses, on est les meilleurs.»

Au sujet du curé Labelle, qu’il interprétera cet hiver dans Les pays d’en haut, Antoine a révélé qu’il commençait chaque journée de tournage par une prière, un fait qui a étonné sa blonde. «J’ai étudié chez les frères. Le clergé était jamais bien loin… derrière», a-t-il blagué.

L’entrevue avec les journalistes Fabrice de Pierrebourg et Vincent Larouche, coauteurs du livre Djihad.ca, n’avait rien de bien rassurant. Les Canadiens qui deviennent djihadistes sont recrutés de plus en plus jeunes, et les filles en forment maintenant le quart.

Fabrice de Pierrebourg a assisté à une grande partie du procès contre un adolescent de 15 ans, qui a commis un hold-up au dépanneur pour financer son voyage en Syrie. Il avait commencé à se radicaliser à 12 ans, en «absorbant comme une éponge» toute la littérature djihadiste sur Internet. En Cour, l’adolescent affichait une haine contre ceux qu’il qualifie de traîtres à sa religion et n’a même jamais regardé son père.

Le cas du prédicateur Adil Charkaoui est préoccupant. D’autant qu’on sait qu’il a participé à des camps d’entraînement d’Al Qaida en Afghanistan, entre autres. Pour l’expulser du Canada, le SCRS aurait dû dévoiler ses sources et ses méthodes d’enquêtes, ce qu’il s’est refusé à faire.

Les deux journalistes ne croient pas que les services de sécurité ont suffisamment de moyens pour débusquer les terroristes potentiels. Comme il faut de 20 à 24 policiers pour surveiller un seul individu 24 heures sur 24, on y va par priorité, et on peut se tromper.

Pour une scène de son film Guibord s’en va-t-en guerre, Philippe Falardeau a voulu obtenir l’aval de représentants des Premières nations avant de les montrer en faisant un barrage routier, et l’a obtenu. Il a été déçu d’entendre Denys Arcand, sur le même plateau, avouer qu’il n’allait jamais voter. «J’aurais aimé un raisonnement derrière ça.» Patrick Huard, lui, n’a pas encore décidé pour qui il voterait. Dans une entrevue «balance du pouvoir», Falardeau a admis être contre le port du niqab durant les cérémonies de citoyenneté, mais en faveur du péage sur le pont Champlain.

L’oeuvre de la romancière Anna Todd est un succès planétaire. Son oeuvre de fanfiction, After, elle la doit à son téléphone intelligent, dont elle ne peut pas se passer, et sur lequel elle a commencé à écrire. Ses textes ont été téléchargés plus d’un milliard de fois, ont été édités en livres puis seront portés au grand écran.

Son histoire de fille rangée qui rencontre un bad boy s’inspire de Harry Styles, du groupe One Direction. Pas de la littérature, la fanfiction? Peu importe, les gens devraient se réjouir de voir autant de jeunes se mettre à lire, plaide-t-elle.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (65)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives