Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 24 juillet 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (24)

    Souvenir Télé Presse: Les Berger

    TP-berger

    NOTE: Durant mes vacances, je vous laisse avec les meilleurs souvenirs Télé Presse de la dernière saison. Bon été!

    Quand Les Berger arrive dans notre télévision en juin 1970, ce n’est que pour la saison estivale. Mais le téléroman de Marcel Cabay obtient un tel succès le lundi à 19h30 que Télé-Métropole le maintient à son antenne l’automne venu, et il y restera jusqu’en 1978.

    Alors que plusieurs oeuvres ont exploré les milieux bourgeois ou la classe moyenne, Les Berger souhaite plutôt montrer la vie de gens ordinaires, qui tirent le diable par la queue. Le public du 10 s’éprend très rapidement de cette famille en qui elle peut se reconnaître, de sorte que Les Berger se hisse au sommet des cotes d’écoute.

    Le téléroman marque les débuts d’acteur du fantaisiste Yvan Ducharme, surtout connu pour ses Insolences d’un téléphone, dans le rôle du père un peu mou de la famille, Guy Berger. «Le père vend des aspirateurs, mais il ne réussit pas très bien dans son métier puisque sa faiblesse devant les femmes et son honnêteté l’empêchent de “pousser” la vente. Cette faiblesse, qui lui cause des problèmes financiers, ne l’empêche pas pour autant d’être ou de tenter d’être un excellent père de famille», écrit Ingrid Saumart dans Télé Presse, semaine du 13 au 20 juin 1970.

    Pour jouer sa femme, qui semble beaucoup plus solide, on engage Rita Bibeau. «Mariette, la mère, consacre chacun de ses précieux moments libres à faire de la couture pour les autres afin de joindre les deux bouts du budget familial.» Leurs deux grands enfants seront interprétés par le chanteur Steve Fiset, qui obtient un gros succès avec la chanson Les chemins d’été, et par Claudine Chatel, fille de l’auteur jusque là inconnue du public.

    Yvan Ducharme ne tiendra pas le rôle de Guy Berger jusqu’à la fin, remplacé par Yves Létourneau. À travers les années, le plateau des Berger accueille des comédiens reconnus comme Michel Dumont, Françoise Faucher, Louise Latraverse, Monique Miller, Jean Coutu, Yves Corbeil, Lionel Villeneuve, Béatrice Picard, Émile Genest, Jean-Louis Millette et même le petit René Simard. L’émission s’arrête en 1978 mais l’auteur poursuivra avec Le clan Beaulieu, famille créée dans Les Berger, et dont l’irascible patriarche est joué par Roland Chenail.

      Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

    Suivez-moi sur Twitter.

    Consultez QuiJoueQui.com.


    • Merci pour ces beaux souvenirs, je me souviens bien de ce téléroman, alors cela veut dire que j’avais entre 6 ans et 14 ans lorsque je regardais Les Berger :)

    • La description du téléroman n’a pas tenu longtemps, car peu de temps aprèes les premières difusions, l’auteur revenait dans le millieu Bourgois et la haute société en créant la famille Beaulieu qui füt le détonateur de la série principalement avec les sautes d’humeur des membres de la famille et les intrigues policières de toute sorte déclanché indirectement par les Beaulieu mais dont les Berger faisait également les frais à cause du lien de leur fille avec le fis Beaulieu. L’originalité de la série était qu’elle ne s’arrëtait pas pendant l’été et fût diffusé en continue jusqu’à la fin. Dommage dans la description qu’on ne parle pas plus de Roland Chenail qui volà littéralement la vedettes avec son interprétation magistrale de Léon-Joseph Beaulieu personnage irrascible mais doué d’une sensibilté que seul sa belle fille (Ginette Berger) pourra parvenir à détecter.

    • Je me souviens que Rita Bibeau a par la suite fait une pub de “Anacin” et RBO en avait fait une parodie. Ils faisaient dire à Rita Bibeau “Si vous ne prenez pas Assasin, je vais aller dans votre ville”.

    • dans le rôle du père un peu mou de la famille, Guy Berger

      ca date pas d’hier ce que l’ on veut dépeindre des hommes au Québec et avec L. Payette ce fut pire

    • Me semble que les Berger avaient un restaurant…et que René Simard était un orphelin qui était aller demeurer chez eux…

    • Yvan Ducharme incarna le père de famille, Monsieur Guy Berger, durant 6 ans, soit de 1970 à 1976.

      Le téléroman se retrouva alors au sommet des cotes d’écoute durant 6 années consécutives avec plus de 2 millions de spectateurs chaque semaine et ce, à longueur d’année. Après quoi les cotes d’écoute ont chuté radicalement lorsqu’on remplaça Yvan Ducharme dans le rôle de Guy Berger suite à son cancer du poumon. Le concept a donc dû être revu entièrement et de là est né “Le clan Beaulieu”.

    • J’aimais bien le thème des Berger qui était en faite une version du thème du film Midnight Cowboy repris ici par Ferrante and Teicher duo qui a l’époque reprenais tout les airs de cinéma et de succès pop en instrumental.

    • Peut-on se procurer le coffret DVD de l’intégrale de cette œuvre marquante dans la dramaturgie québécoise?

    • Je viens de découvrir que le thème musical des Berger était le thème musical du film “Midnight Cowboy” (Macadam Cowboy en français). Eh ben…

    • @toutpartout

      J’en doute. Télé-Métropole n’était pas reconnu pour conserver les bandes (Cré Basile, par exemple).

    • Malheureusement, il n’existe aucune archive du célèbre et premier téléroman du CANAL 10 (ancêtre de TVA) intitulé LES BERGER avec Yvan Ducharme. (Donc avant 1976).

      À l’époque, les enregistrements n’étaient pas systématiquement conservés.
      Les cassettes étaient bien souvent soit détruites pour faire de la place sur les tablettes, ou bien recyclées pour enregistrer de nouvelles émissions par dessus les anciennes. C’est le cas entre autres pour LES BERGER ainsi que de l’émission PLACE À OLIVIER GUIMOND pour laquelle il ne reste que quelques extraits seulement. Quel dommage pour notre patrimoine artistique culturel!

      Les extraits qui nous sont parfois présentés pour LES BERGER sont en réalité des extraits du CLAN BEAULIEU avec Rolland Chenail, filmés après 1976.

    • YD

      faire de la place ou enregistrer par dessus…

      Donc TVA (tele Metrepole ou le canal 10) est econome meme avant Quebecor Media ;-) ?

    • “Peut-on se procurer le coffret DVD de l’intégrale de cette œuvre marquante dans la dramaturgie québécoise?”

      @ benoit…

      Si j’étais vous, je vérifierais que mon détecteur de sarcasme
      est bien allumé ou que les batteries soient chargées! ((rires))

    • Je ne veux faire de la peine à personne, mais je pense que la question de toutpartout se voulait ironique.

    • Le canal 10 ne conservait pas les émissions sur bande et enregistrait par-dessus, Symphorien qui a débuté un an après Les Berger je crois aussi a été effacé sauf les épisodes des 3 dernieres années de 75-77, une centaine d’épisodes qu’on a revu a prise2.

      Le theme des berger est en effet entendu dans le film Midnight cowboy(Jon Voight et Dustin Hoffman) mais a la fin du film, la chanson qui ouvre le film est Everybody’s talking de Harry Nilsson.

    • Les Berger qui guident les moutons qui aiment la télé poche de Québec!

    • Pouetttttttttttttttttt!

    • Méchante émission :
      - Des acteurs qui ont été formés au Théatre des Variétés avec La Pounne.
      - Un scénario écrit sur le bout de la table en 15 minutes en sirotant une grosse 50.
      - Des décors qui tombaient en pleine émission si quelqu’un donnait un coup de poing sur la table de cuisine ou claquait une porte…
      Bref du Télé-Métropole à son meilleur….et ils n’ont pas vraiment changé. TVA sera toujours le 10. Le 10 sera toujours Télé-Métropole. Une machine a faire du gros cash. Y a rien qui Labatt.

    • Oh oui, Le clan Beaulieu avec Marcel Cabay…on l’avait oubliée celle-là. Quelle grande émission, et quel grand acteur ce Marcel Cabay. Des intrigues, de la finesse, on en redemande. Le 10, y a rien qui Labatt.

    • Le coq au 10. Cocoricco . Bon ceci étant dit, c’est pas du méchant monde à TVA. Ils font des émissions pour divertir le monde . Mais Yvan Ducharme était très songé. Steve Fiset avait fait un hit: ”Dans ma camaro je t’emmenerai à San Francisco….”
      Est ce que quelqu’un se souviens de la chanson: ”En ballons du rivage…sur les rives ….”
      Quelle était cette chanson, par qui…aidez moi, je l’aimait celle-la…merci

    • Probablement un des téléromans que j’ai le plus détesté, je n’ai jamais compris son succès.

    • Toute œuvre artistique doit être remise dans le contexte où elle fut créée, contexte historique et social. Nous sommes au début des années 70 où le contexte social était bien particulier, il s’agissait des premiers balbutiements du téléroman et LES BERGER fut le premier à voir le jour sur les ondes de Télé métropole (Canal 10).

      La mutation profonde des représentations de la société québécoise du début des années 60, soit la révolution tranquille, avait laissé la société Québécoise dans un vide profond suite à une transformation rapide des structures et des valeurs, une crise du sens intense. Le “collectif” avait perdu sa place pour une montée de l’individualisme.

      Les années 70 quand à elles présentaient alors une société en pleine mutation vers l’émancipation, laissant place à une sociologie nouvelle qui cherche à redéfinir sa place, et ses cadres sociaux modernes. On voyait désormais le pouvoir du clergé transmis à l’état, la classe ouvrière qui était aux prises avec la venue de la petite bourgeoisie, etc.

      La société québécoise commence alors à peine à se définir dans un mouvement social culturaliste par son côté dorénavant “unificateur”.

      C’est ce que LES BERGER a su créer; un rassemblement hebdomadaire autour d’une histoire familiale à laquelle le 1/3 des individus de notre société s’est identifié et ce, durant 6 années consécutives à raison de 52 semaines par année. C’est ce qui faisait la force de la série et conséquemment son phénoménal succès. Le public rêvait d’une famille unie comme celle des Berger et les admirait. L’union faisait la force tant à l’écran que derrière.

      Qu’on ait aimé ou non ce téléroman ou les autres qui suivirent, les goûts ne se discutant pas, ou bien qu’on juge aujourd’hui la qualité des décors ou autre, si on se remet dans le contexte de l’époque, ces détails étaient bien secondaires et pour cause. Sur une population de 6 millions d’habitants au Québec au début des années 70, plus de 2 millions de spectateurs chaque semaine s’identifiaient aux problématiques vécues par la famille Berger à qui on s’identifiait facilement. La série a par conséquent influencé les mœurs de notre société et fait partie de notre patrimoine artistique culturel télévisuel. Il fallait bien commencer quelque part pour arriver 40 ans plus tard à des séries populaires à succès tels que 30 VIES, LA GALÈRE, et tous les autres excellentes séries de ce jour.

      Il s’agissait donc d’une œuvre télévisuelle qui s’inscrivait à l’époque dans un nouveau courant d’avant-garde culturel et unique qui défini le patrimoine artistique de l’époque, l’ancêtre de ce que nous pouvons apprécier aujourd’hui sur nos écrans.

      Ce qui a été fait avant nous est inscrit dans l’évolution de ce que nous faisons aujourd’hui.

      Les pantalons que nous portions en 1970 sont-ils toujours à la mode aujourd’hui?

      On change, on évolue, mais ça fait partie de notre passé qui mène à ce que nous sommes aujourd’hui!

    • ” Il fallait bien commencer quelque part pour arriver 40 ans plus tard à des séries populaires à succès tels que 30 VIES, LA GALÈRE, et tous les autres excellentes séries de ce jour.”

      La galère n’est qu’une pale copie de Desperates housewives, 4 milf tu seuls et leurs histoires de fesses; 30 Vies est une pale copie de Boston public, une autre télésérie américaine qui se passe dans une polyvalente ou high school américain si vous préférer. Les Bergers, Rue des Pignons, Terre Humaine etc, c’était vraiment notre réalité que l’on voyait a l’écran a l’époque; en 2014, Fabienne Larouche et autre Marie Claude Brazeau ne nous propose que des pales copies de séries américaines.

    • Les Berger avait le même thème musical que Midnight Cowboy!!! Je n’ai jamais vu un épisode de ce téléroman mais je peux imaginer qu’une galaxie séparait les deux oeuvres.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité