Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 2 juillet 2014 | Mise en ligne à 13h02 | Commenter Commentaires (23)

    Trou d’un coup à Historia

    0702_ART_golf

    Le golf, sport de riches. Sport de vieux. Sport trop lent. Et sport, faut le dire vite. On ne doit pas connaître le golf, comme moi, pour entretenir ce genre d’idées préconçues. Qui ont leur part de vérité, mais qui réduisent cette activité pratiquée par près d’un million de personnes au Québec.

    La minisérie documentaire G.O.L.F. : son histoire au Québec, diffusée dès ce soir (mercredi) à 20h sur Historia, donne une idée de l’ampleur du phénomène chez nous, du temps où il était réservé aux riches anglophones jusqu’à sa démocratisation. Comme la plupart des séries du genre à Historia, que vous soyez ou non un amateur de golf, je vous recommande cette oeuvre en trois épisodes, qui replace le sport dans son contexte historique, longtemps empreint de misogynie et même de racisme.

    Parce que comme dans tout le reste, les femmes n’étaient pas les bienvenues sur le vert, jadis le territoire du mâle. Certaines ont fini par croire que l’acronyme G.O.L.F. signifiait «Gentlemen Only, Ladies Forbidden» («hommes seulement, interdit aux femmes»). Jusque-là, rien d’étonnant, mais savoir que cette forme de discrimination a perduré jusque dans les années 90 me sidère.

    Encore dans les années 60 et 70, les femmes n’étaient souvent tolérées qu’à partir de 16h, en plus d’hériter de parcours de neuf trous mal entretenus. Les hommes avaient leur grand hall et les femmes devaient entrer par la porte de derrière. Il a fallu attendre 1994, il y a à peine 20 ans, pour que Suzanne Lavinskas soit la première à s’adresser à la Commission des droits de la personne pour devenir membre actionnaire d’un club de golf, ce qui était hors de question. Encore plus désespérant : les autres femmes n’ont plus voulu jouer avec elle et ont même signé une pétition pour l’exclure, mais elle a tout de même gagné sa bataille trois ans plus tard. Imaginez, en 1997. Vous dire à quel point le golf est resté longtemps un sport de machos.

    Rassurez-vous, on ne passe pas trois épisodes à souligner les travers du sport, glorifié par des témoins passionnés, de tous âges, golfeurs, anthropologues ou historiens, dont l’enthousiasme opère. L’épisode de ce soir m’est apparu le meilleur des trois; tout le chapitre sur le rôle primordial du caddie est particulièrement intéressant. Souvent issus de milieux défavorisés, ces jeunes garçons chargés de porter le matériel des joueurs apprenaient l’éthique et le respect au contact de leurs maîtres. Et parmi eux, figuraient souvent de futurs golfeurs. Avec la disparition des caddies, la relève s’est faite plus rare, au point qu’on associe le golf à une activité de pépères. Il faudra l’arrivée de Tiger Woods dans les années 90 pour que les jeunes s’y réintéressent. Les programmes sports-études ont produit des joueurs prometteurs, comme Marc-Étienne Bussières, qui a dû vendre des actions et convaincre des commanditaires pour penser compétitionner.

    Le second épisode rappelle le parcours des rares golfeurs québécois à s’être illustrés à l’échelle internationale, que ce soit Jules Huot dans les années 30, Adrien Bigras dans les années 60, et Daniel Talbot, un des premiers à vivre uniquement, mais modestement, de la compétition.

    Jocelyne Bourassa fait aussi partie de ces conquérantes, qui provenait d’une famille plutôt modeste de Shawinigan, mais qu’un mécène a supportée financièrement pour l’envoyer aux États-Unis. Il fallait sortir 10 000 $ pour participer à un tournoi américain. Sa victoire de 1973 au tournoi La Canadienne au club Ville-de-Montréal reste la plus mémorable, mais des problèmes à un genou ont mis fin à sa carrière en 1979.

    Le dernier épisode fait la part belle aux architectes de talent qui ont façonné nos terrains. Des anciennes méthodes, où les vaches servaient de tondeuses à gazon, jusqu’aux techniques ultramodernes.

    On sent un certain déclin aujourd’hui. Des clubs ont disparu, les coûts d’exploitation ont augmenté mais pas les revenus. Pour Pascale Robillard, directrice du golf Domaine de Rouville, le sport devra se redéfinir, notamment en écourtant les parties et en adoptant des parcours de 12 trous au lieu de 18, une transition inévitable pour accommoder les familles et se maintenir en vie. Au terme de la série, j’ai presque eu envie de saisir mon premier fer. Je dis bien presque.


    • Quand tu peux gagner un tournoi en fumant un cigare tout le long du parcours, pas sûr que ce soit un sport mais c’est à tout le moins un beau loisir!

    • Mark Twain disait que celui qui joue au golf gâche une bonne promenade.

    • Dans les années 63- 65 j’avais 14 ans -16 ans je jouais avec des amis au golf Municipal de Montréal et le parcours Viau deux parcours de 18 trous maintenant devenu le parc Maisonneuve,
      je demeurais dans Ahuntsic et on voyageait par autobus pour aller jouer
      de beaux souvenirs
      Pour le poste Historia peu d’émissions intéressantes et je m’interroge à savoir pourquoi NCIS est à ce poste.
      des ramassis d’émissions pour essayer de se caser en histoire

    • Si c’est un sport, alors les fléchettes et les poches sont aussi des sports. Du sport en voiturettes de golfs? Allons-donc! C’est une activité, un loisir. Il n’y a rien de mal là-dedans! Mais de là a dire que les joueurs de golfs sont des athlètes, non, puisque ça ne nécessite aucun athlétisme.

    • Je ne comprends pas que cette chaîne est un permis d’exploitation sur la thématique Histoire alors que 90% de sa programmation ne concerne pas l’histoire sauf par une extraordinaire élasticité (La petite maison dans la prairie, les encans, etc.).

      Je suis grand amateur d’Histoire, lecture, docus, magazine et cette chaîne de méli-mélo (le cash du package pour le groupe média proprio) ne m’intéresse absolument pas. Cette série sur le golf est une autre élasticité magique du concept d’histoire et devrait être diffusée sur les chaînes sportives…

      En plein centenaire de 14-18, you must be kiddin’…

      Pierre Tremblay

    • @Steadler
      Marcel, 63 ans, qui joue au golf le samedi matin à 10hr avec ses chums, qui a 19 d’handicap et qui prend un cart électrique pour jouer n’est effectivement pas une athlète.
      Par contre, un joueur du PGA Tour, qui joue 72 trous en 4 jours, à pied, dans des conditions qu’il ne contrôle pas, est une athlète autrement plus que vous pouvez vous l’imaginer.

    • Un athlète, désolé

    • J’ai un ami qui a travaillé comme “caddy” dans sa jeunesse dans un club de golf de Toronto au début des années 60. La carte de membre revenait à $5 000 par année à l’époque et mon ami gagnait 10¢ pour un 18 trous…. et la collecte était plus laborieuse que traîner un sac de golf sur 18 trous!!!

    • @steadtler
      Allez frapper un panier de 75 balles et vous compterez les muscles douloureux le lendemain. Maintenant, les pros en frappent souvent plus de 500 par jour.

      Chaque sport a ses particularités. Par exemple, le plongeon n’est pas aérobique tout comme le golf. Mais l’athlète est mieux d’être en forme et endurant pour supporter les longs entrainements.

      Frapper loin au golf demande beaucoup de flexibilité. Pas nécessairement de la force. Toujours frapper la même distance avec chaque baton demande beaucoup de contrôle et de coordination.

    • Est-ce que ca parle de Francis? Le gars de Mascouche qui a vendu le golf aux Zamaricains.

      http://en.wikipedia.org/wiki/The_Greatest_Game_Ever_Played

    • @ steadtler

      Moi je suis d’accord avec vous. Et ce que je trouve de mal au golf, c’est les tonnes de poison et le gaspillage d’eau potable pour avoir des terrains “parfaits”. Surtout à des endroits comme Las Vegas ou Pheonix au Colorado. Surtout que ce jeu pourrait se jouer sur un terrain normal.

      Et pour les autres, c’est sur qu’un grand athlète peut devenir meilleur qu’un quidam à ce jeu. On a vu les Buis au miniputt.

      @ austerlitz

      D’accord avec vous pour ce qui est d’Historia, canal très décevant pour qui est friand de bons et de vrais reportages historiques.

    • En réponse au type qu dit que le golf n’st pas un sport, e l’nvite à jouer un 18 trous à pied ,sur un terrain acidenté. il va sans dire .Par la suite, il écrira que ce n’est pas n sport!!

    • À tous ceux qui dise que le golf n’est pas un sport et que les joueurs ne sont pas des athlètes, quand est-il alors du lancer du disques, javelot et poids qui sont la base de l’athlétisme, le plongeon, la formule 1 (en fait tous les sports de voiture, indy, nascar,…). Au golf, tu te dois d’être souple, avoir une bonne endurance, être fort mentalement et surtout pour être moindrement bon, pratiquer pendant des années et très souvent. Allez jouer un 18 trous 4 jours d’affilés, vous m’en direz des nouvelles.

    • @wattertek
      Un très gros effort a été fait au cours des 10 dernières années en Californie, Nevada, Texas … pour économiser l’eau. C’est pas encore parfait mais ils y travaillent.

    • J’aimais bien le mini-putt à la télé avec Serge Vleminckx…

      BIRDIE!!!!

    • @austerlitz
      +1 Je suis d’accord avec vous! C’est une chaîne qui ne livre pas la marchandise.

    • Le golf est essentiellement une activité “sportive” (on ne débattra pas là-dessus svp!) qui prend beaucoup beaucoup beaucoup de temps. Et du temps, les gens en ont de moins en moins. C’est pour ça que le golf perd du terrain…

      Jadis (il n’y a pas si longtemps!), c’était un sport pratiqué par les professionnels et autres bureaucrates qui voguaient allègrement, tout l’été, de tournois en tournois, sur les heures de travail. On appelait ça du PR (pour “public relation”). On faisait des ventes sur les verts. Des associations se créaient. Des transactions se discutaient entre le 3e et le 4e, et se concrétisaient au 19e devant un repas bien arrosé.

      Et puisqu’il ne fallait pas avoir l’air trop fou en jouant avec le boss ou le gros client, ben, on pratiquait la fin de semaine!

      C’est de moins en moins vrai. Les temps ont changé. Les entreprises ont réduit considérablement leurs budgets. Finis les innombrables tournois, tous frais payés, en semaine, pour parler business. On se restreint!

      Donc, si on aime le golf, on le pratique sur son temps à soi et sur son budget à soi. Alors, pas étonnant qu’on se lamente chez les propriétaires de clubs de golf que la relève n’est pas au rendez-vous! La relève, que voulez-vous, a d’autres obligations, et manque cruellement du temps et des sous nécessaires aux trois ou quatre rondes de golf hebdomadaires nécessaires en belle saison pour maintenir une moyenne appréciable.

      Le golf est un sport de retraités, de plus en plus. Ils (et elles) ont tout leur temps et peuvent profiter de certains rabais, compte tenu de leur disponibilité aux heures moins fréquentées. Ils peuvent consacrer une bonne part de leur budget loisir à cette activité, n’ayant plus d’enfant, de maison et autres charges à payer. Alors ils prennent d’assaut les terrains …

      Petit détail, toutefois: les plus vieux préfèrent jouer en cart, c’est sûr. Alors quand des plus jeunes choisissent de marcher le parcours, par souci d’économie ou pour garder la forme, (là, au moins, on peut parler d’activité physique!), ils se font rabrouer à certains endroits pour diverses raisons (entre autres, m’a-t-on déjà dit, parce que les golfeurs “roulants” sont impatients quand ils se voient contraints de ralentir derrière un quatuor de marcheurs. Bonjour la détente!!!).

      Le golf devra s’adapter. Et sa clientèle actuelle aussi. C’est une question de survie pour bien des clubs.

    • Merci! Je l’aurais manqué. Pour être d’actualité, le golf a connu ses meilleures années. On parle de les transformer en condos sur l’île de Montréal.
      http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2014/07/02/002-golfs-vendus-immobilier.shtml

    • @frank_stat et steadtler,

      Sport (définition): «Ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, donnant généralement lieu à compétition, pratiqués en observant certaines règles précises.» – Source: Larousse http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/sport/74327 -

      Les fléchettes sont effectivement un sport, tout comme le billard dont les tournois sont diffusés sur les canaux sportifs TSN, RDS et autres. Un sport n’exige pas que l’on soit essouflé après l’avoir pratiqué.

    • Le golf un sport? Je crois que Tiger Wood à fait de ce jeu un sport,du moins pour certains,il a apporté une dynamique différentenà ce jeu. On retrouve maintenant beaucoup de jeunes qui s’entraînent afin d’être meilleurs,ce qui n’existait pas il y a de ça 25 ans.
      Le problème actuel du golf,du moins un des problèmes,est le facteur économique,et aussi le peu de sérieux des joueurs qui ne suivent à peu près jamais de leçon de golf,on achète un driver à 700$ et on dévisse! Pour ce qui est de l’étiquette du golf,on repassera,c’est pathétique.
      J’ai appris le golf en étant caddy,c’était la meilleur école de golf,on devrait obligé les gens à marcher et favoriser la réapparition des caddies,ce serait un début.

    • @kikil
      Je joue au golf depuis 30 ans et j’ai rarement vu des affaires se brasser sur les terrains. Ca se passe sur les terrains privés d’habitude.

      Et quand je marche, je ne ralentis personne. Même un quatuor en cart.

      Il y a moins de joueurs car les prix ont monté et ça déplait aux retraités.
      Pour les jeunes, les prix ont monté également. Dans mon temps, on se contentait des terrains pas beaux et pas chers. De nous jours les jeunes veulent le meilleur et ça coûte cher. Donc ils jouent moins.

    • Malheureusement, il semble que soit M. Therrien, soit le modérateur en service, ont décidés de censurer les opinions divergentes…

    • Tout à fait d’accord avec Austerlitz, d’autant plus que ce ne sont pas les films, émissions et documentaires historiques de qualité qui manquent. On n’a qu’à jeter un coup d’oeil sur la programmation de la BBC au Royaume-Uni, de PBS aux États-Unis, d’Arte en France ou de de la RTS en Suisse. Qu’attend-t-on chez Historia pour acheter ces émissions, lesquelles combinées avec le peu d’émissions vraiment historiques produites par la chaîne québécoise pourraient faire une grille d’émissions vraiment intéressantes?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité