Richard Therrien

Archive, juillet 2014

Jeudi 31 juillet 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (21)

Souvenir Télé Presse: Normand Brathwaite

pressebrathwaite

NOTE: Durant mes vacances, je vous laisse avec les meilleurs souvenirs Télé Presse de la dernière saison. Bon été!

Il a changé notre Normand depuis cette couverture du Télé Presse de la semaine du 24 au 31 janvier 1981.

«C’est fascinant de se voir devenir presque vedette», confiait alors l’artiste de 22 ans au journaliste Denis Lavoie.

Cette ascension rapide, il la devait à Patrice, «le petit nègre» — je cite le texte — de la comédie Chez Denise, mais aussi à son rôle dans La cage aux folles et à ses participations à l’émission jeunesse Pop citrouille. Déjà, il alliait jeu et musique en offrant sur scène un spectacle avec son ami Michel Rivard.

«Il avoue cependant se sentir contrarié par le fait qu’il soit mulâtre. Ça lui enlève tout espoir de tenir bien des rôles du théâtre classique», poursuit le journaliste.

Normand n’avait pas tort, puisque la télé l’éloignera complètement du théâtre, tant et si bien qu’il deviendra l’une des vedettes les plus en vues et les mieux payées du petit écran avec Beau et chaud, Piment fort, Le match des étoiles et Belle et Bum.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






Mercredi 30 juillet 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (6)

Souvenir Télé Presse: Jean-Pierre Coallier

coalliertelepresse

NOTE: Durant mes vacances, je vous laisse avec les meilleurs souvenirs Télé Presse de la dernière saison. Bon été!

Jean-Pierre Coallier mena longuement une carrière en parallèle à la télé et à la radio. Dans le Télé Presse de la semaine du 15 au 22 février 1969, il affirmait que son travail à la télé lui permettait de financer sa station de radio de l’époque, CFGL.

Même si la guerre des réseaux n’était pas ce qu’elle est devenue, il était plutôt rare de voir un artiste jouer chez deux concurrents en même temps. Cette année-là, Coallier anime pourtant Métro-matin tous les jours à Télé-Métropole (TVA), suivi alors dans 130 000 foyers, en plus de piloter le quiz Oui ou non, trois après-midi par semaine à Radio-Canada.

«Je ne me fais pas d’illusions. Je ne suis pas le seul à qui l’on a proposé d’animer Oui ou non. Mais moi j’ai accepté parce que j’avais besoin d’argent», avoue-t-il candidement à la journaliste Ingrid Saumart après avoir dessiné un gros «signe de piastre» sur le napperon du restaurant. «Il a fallu deux mois aux cameramen pour s’habituer à mon style. On me surnomme le Jacques Plante de la télévision. Je suis toujours en dehors du champ de la caméra!»

Toujours dans cet article intitulé Jean-Pierre Coallier: il faut le prendre au sérieux… malgré lui!, le jeune animateur pense déjà à ses vieux jours: «En prévision du moment où rien ne marchera plus pour lui, Jean-Pierre Coallier a prévu: son poste de radio et des investissements commerciaux qui lui assureront sans doute une vieillesse tranquille et gaie! “À ce moment-là, je pourrai toujours continuer à faire des caricatures pour Montréal-Matin. Dans tout ce que je fais, c’est ce que je trouve le plus agréable.”»

Coallier animera par la suite À la seconde, Jeux d’hommes et Oh! la la! à Radio-Canada, Ad lib, Bon dimanche et Les amuse-gueules à TVA, et Le mec à dames à TQS. Retiré de la télé, il possède aujourd’hui deux stations Radio-Classique à Montréal et à Québec, en plus d’animer les matinées de la station de Montréal.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Mardi 29 juillet 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (21)

Souvenir Télé Presse: Avec le temps

avecletemps

NOTE: Durant mes vacances, je vous laisse avec les meilleurs souvenirs Télé Presse de la dernière saison. Bon été!

Bien avant Chambres en ville, le téléroman jeunesse Avec le temps a marqué une génération malgré sa courte vie à Radio-Canada, de 1975 à 1977. Ses auteurs Normand Gélinas et Louise Matteau, qui jouent aussi dans la série, abordent des looks très hippies sur la page couverture de Télé Presse dans la semaine du 6 au 13 décembre 1975.

Dans Avec le temps, une bande de jeunes se réunit régulièrement à La Boîte à tout l’monde, pour faire de la danse, de la peinture, de la poterie, mais aussi pour confronter ses idées ou confier ses soucis.

Normand Gélinas avait joué dans Moi et l’autre et Le paradis terrestre, en plus faire carrière en chanson; son amie Louise Matteau, elle, avait écrit pour le théâtre et prêté sa voix à des personnages d’émissions pour enfants, dont le célèbre Pic de Nic et Pic.

On apprend dans l’article de Jean Forest que l’émission était d’abord une commande de Télé-7 à Sherbrooke, qui voulait «un téléroman axé sur l’univers des jeunes en relation avec le monde ambiant.»

L’article, intitulé Les idées jeunes passent mal l’écran… même “avec le temps”, fait grand cas des contraintes auxquelles sont soumis les auteurs, qui ont dû adapter considérablement leur projet initial en passant chez le diffuseur public. «Il fallait reléguer les adultes au second plan, éliminer les parents, présenter une jeunesse positive et non fainéante, faire attention aux tabous (l’avortement par exemple), dramatiser chaque épisode. En somme, adopter une formule établie et plutôt rigide.»

«Louise et Normand ne peuvent s’empêcher de déplorer un certain manque de liberté et l’existence de contraintes lourdes à supporter qui gênent l’évolution des personnages», poursuivait le journaliste.

Avec le temps a permis à plusieurs jeunes acteurs de se faire connaître, dont Marc Messier, Jean-Pierre Bergeron, Carole Chatel, Véronique Le Flaguais, Mario Lirette et Robert Maltais, pour ne nommer que ceux-là.

    Je publie chaque vendredi une première page du défunt guide horaire de La Presse. L’idée est de revenir sur des moments marquants de l’histoire de notre télévision, des succès et des flops, ou alors de ressortir des boules à mites un nom ou un titre qui avaient disparu de notre mémoire et de constater à quel point notre télé a changé. Ces couvertures souvenirs sont pigées dans les années 60, 70, 80 ou 90, à des époques où l’horaire des différentes chaînes n’apparaissait pas encore sur nos téléviseurs, et que le télé-horaire sur papier faisait figure de bible dans nos salons.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives