Richard Therrien

Archive, mai 2014

Jeudi 29 mai 2014 | Mise en ligne à 13h24 | Commenter Commentaires (61)

La télé ou la pension pour Gilles Duceppe

duceppe

ICI RDI a peut-être annoncé trop vite la nomination de Gilles Duceppe au sein du Club des ex cet automne. Il se trouve que sa pension de député et de chef du Bloc québécois ne l’autorise pas à gagner plus de 5000 $ par année dans une institution fédérale. Ou il agit bénévolement, ou ses cachets comme analyste du Club des ex devront être déduits de sa pension fédérale.

La direction de l’information n’a été mise au courant de la situation qu’après avoir publié son communiqué, vendredi dernier, annonçant que M. Duceppe et l’ex-députée libérale provinciale Yolande James succéderaient à Jean-Pierre Charbonneau et Christos Sirros à l’automne. Il semble que le contentieux de Radio-Canada ignorait cette disposition de la Loi sur les allocations de retraite des parlementaires. Les anciens parlementaires fédéraux qui touchent une pension doivent informer Ottawa lorsqu’ils commencent à occuper un emploi fédéral. Si leur rémunération dépasse 5000 $, chaque dollar qu’ils touchent est déduit de leur pension. «M. Duceppe fait présentement des vérifications et la direction de RDI lui laisse tout le temps nécessaire pour le faire», nous a indiqué Marc Pichette, directeur aux relations publiques et promotion télévision, qui plaide que l’institution avait parfaitement le droit de l’embaucher. Selon nos informations, un membre du Club des ex gagne au minimum 75 000 $ par année, pour 90 minutes d’antenne, quatre jours par semaine. C’est bien au-delà des 5000 $ autorisés.

M. Duceppe a représenté Laurier-Saint-Marie à la Chambre des communes pendant 21 ans et il a été chef du Bloc québécois. En vertu de ses longs états de service, il a droit à une pension de 140 000 $ du gouvernement fédéral. Comment se fait-il qu’il n’ait pas prévu qu’il aurait à rendre des comptes? Celui-ci n’a pas souhaité commenter, mais il serait plutôt étonnant de le voir renoncer à son salaire. Le cas s’applique-t-il à l’ancien conservateur Benoît Bouchard, qui a participé régulièrement au Club des ex? Non, a répondu l’ancien ministre conservateur, car contrairement aux autres «ex», il n’avait pas un lien d’emploi formel avec la société d’État. Il participait à l’émission sur une base ponctuelle. «Je n’étais pas un employé de la société d’État parce que je n’avais pas un contrat à temps plein avec eux», a indiqué M. Bouchard lorsque joint mercredi. Radio-Canada affirme pour sa part que la question avait déjà été soulevée à l’interne concernant M. Bouchard, sans qu’il y ait interférence.

Qu’en est-il de Liza Frulla, qui multiplie les collaborations à la télé depuis plusieurs années? L’ancienne députée libérale n’a pas siégé assez longtemps à Ottawa pour bénéficier d’une pension, de sorte qu’elle peut travailler où elle veut et à n’importe quel salaire. Il faut avoir passé six ans sur deux élections pour bénéficier de cette pension. Mme Frulla y a passé quatre ans et demi. Dans le cas de Jean Lapierre, il a bien oeuvré au micro de CBC momentanément, avant de passer rapidement au privé. Quant aux Jean-Pierre Charbonneau, Christos Sirros et Yolande James, ils ne sont pas soumis aux mêmes règles, puisqu’ils ont été élus au provincial, qui n’a pas ces exigences.

En 2011, Gilles Duceppe avait dû renoncer à des collaborations à l’émission de radio Médium large, parce que le code de déontologie de Radio-Canada impose un purgatoire de deux ans aux transfuges de la politique.

Avec la collaboration de Martin Croteau, La Presse

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (61)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 mai 2014 | Mise en ligne à 12h38 | Commenter Commentaires (26)

Les Grandes Gueules en série animée

gueules

Après François Pérusse (La série du peuple, Le JourNul, Pérusse cité), Serge Chapleau (Et Dieu créa… Laflaque) et le duo Lévesque-Turcotte (Vie de quartier), au tour des Grandes Gueules de transposer leur univers en série d’animation. Dès septembre 2015, José Gaudet, Mario Tessier et leur complice Richard Turcotte s’installeront pour 26 semaines à Télétoon.

Leur série animée s’inspirera des meilleurs sketchs de leurs 19 années à la radio, mais ils nous promettent aussi du nouveau matériel. Leur émission quotidienne a tenu l’antenne de CKMF (devenue NRJ) de 1992 à 2007, et depuis 2010.

Dans les dernières années, les deux acolytes ont entrepris des projets chacun de leur côté; José Gaudet a animé Légendes de la route à Historia et coanime Ça finit bien la semaine avec Julie Bélanger à TVA, alors que Mario Tessier a animé les deux derniers Galas Artis en plus de piloter On connaît la chanson à TVA.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 mai 2014 | Mise en ligne à 9h37 | Commenter Commentaires (12)

Guy Gendron, patron du Téléjournal

ggendron

Vous ne verrez plus le journaliste Guy Gendron à l’antenne : Radio-Canada vient de le nommer rédacteur en chef du Téléjournal de 22h. Par cette nomination, effective depuis hier, le diffuseur souhaite accélérer la transformation du bulletin quotidien de Céline Galipeau en émission d’information, s’éloignant du bulletin de nouvelles traditionnel. M. Gendron s’occupera également de l’émission L’heure du monde à la radio. Le journaliste, qui nous avait donné une excellente série sur Brian Mulroney l’année dernière, anime encore tout l’été Tout le monde en parlait le mardi à 19h30.

Par ailleurs, Radio-Canada a annoncé la suppression de trois postes de cadres, et plusieurs mutations parmi les patrons des nouvelles. On parle également d’une transformation du Téléjournal Grand Montréal de 18h, qui devra «refléter davantage les grands enjeux qui définissent Montréal comme métropole» et se montrer plus présent «dans les différentes communautés qui composent le grand Montréal», a fait savoir le directeur général de l’information, Michel Cormier, dans une note envoyée au personnel hier. «La réorganisation que j’annonce aujourd’hui vise à nous rendre plus agiles et à parachever la transformation multiplateforme du service de l’information.»

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives