Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 avril 2014 | Mise en ligne à 5h52 | Commenter Commentaires (54)

    Radio-Canada: 14 postes de journalistes en moins

    tour

    On en connaît maintenant un peu plus sur l’ampleur des compressions en information à Radio-Canada. Dans un courriel envoyé au personnel, le directeur général de l’information, Michel Cormier, a détaillé ainsi les 35 postes qui seront abolis au cours de la prochaine année: trois postes à la direction, neuf à la réalisation, 14 postes de journalistes, trois assistants à la réalisation, trois auxiliaires à l’affectation, un poste d’adjoint de bureau et deux postes en région à ICI RDI. Douze postes supplémentaires seront éliminés l’année suivante, pour une économie de 5,7 millions $ en deux ans.

    «Je ne veux surtout pas minimiser l’impact de ces compressions. Nous nous serions tous passés de cet exercice. Les choix que nous avons dû faire ont été déchirants. Il s’agit de la vie et de la carrière d’artisans dont la compétence n’est pas en cause. Nous en sommes conscients», écrit Michel Cormier.

    Au sujet des trois postes de journalistes coupés à l’émission Enquête, ils concernent Josée Thibeault, Josée Dupuis et Julie Vaillancourt, qui seront replacées ailleurs. M. Cormier souligne que les budgets de production et les bureaux à l’étranger ne subiront aucune coupure. Il reconnaît que les employés les plus touchés sont ceux qui ont le moins d’ancienneté et qu’il faudra plusieurs mois avant d’identifier ceux qui perdront leur emploi.

    Suivez-moi sur Twitter.


    • Pour les prochains 2 ans 35 +12 postes seront éliminés pour une économie de $5.7 millions. Je comprends mieux maintenant pourquoi Radio Canada refuse de publier ses salaires. Nous sommes vraiment en présence d’employés extrêmement bien payés et syndiqués en plus. La logique syndicale s’applique donc et la séniorité aura la priorité sur la compétence et les jeunes en paieront le prix en finale.
      Je peux juste imaginé les salaires des animateurs chouchou du réseau.

    • Aucune empathie de plus en ce qui me concerne parce que cette coupe est simplement plus médiatisée……….

      Le milieu journalistique et des médias ne fait que protéger leurs bons emplois…et ceux de ICI sont aux frais des contribuables !

    • Quand on regarde la masse salariale pour quelques journalistes, on se dit qu’il est grandement temps de couper. Et je couperais tous les postes de journaliste aux quatre coins du monde. Avec l’Internet, on a vraiment plus besoin de ca.

      Radio-Can dépense en fou.

    • “Nous sommes vraiment en présence d’employés extrêmement bien payés…” argumentor

      Je croyais que vous aviez fait le calcul : 5,7M sur 2 ans, 35 la première année et 35 + 12 la seconde, ce qui fait 69500$ de moyenne… C’est vous qui êtes extrêmement mal payé en fait, pour dire une telle chose.
      Je croyais qu’ils étaient mieux payés bien honnêtement.

    • Lécuyer, Lepage, Turcotte, McQuade, Beaudoin : Aucune coupe. Sotchi:Un avion rempli à craquer de 287 employés de Radio-Canada. Qu’est-ce qu’il y a de déchirant à couper là où c’est nécessaire ?

    • On peut fort bien se passer de journalistes complètement biaisés, comme étaient Pierre Duchesne et Bernard Drainville. Ils étaient loin d’être les seuls à faire passer l’activisme avant l’information.

      Je seconde kasimir35. On n’a pas nécessairement besoin de tant de correspondants à l’étranger, surtout que ceux que nous avons ne font que répéter des clichés et des banalités à longueur de reportage. On peut fort bien faire plus de coopération entre réseaux télévisés au Québec, en France, en Belgique et en Suisse et utiliser plus souvent les reportages de leurs correspondants. Il n’y aurait pas de mal non plus à mettre un bon reportage d’une excellent correspondant étranger d’un réseau britannique, australien ou américain plutôt qu’un reportage-cliché de nos correspondants de Radio-Canada, correspondants qui n’ont tellement rien à dire qu’ils terminent leur reportage par X Y, Radio-Canada à Z… comme si on ne savait pas déjà que ce journaliste était de Radio-Canada et qu’il reportait de la ville Z.

      Quand au téléjournal, il y aura des reportages de France 2, de la BBC ou de CBS, alors, oui, ce sera bon de le dire. Mais PAS quand le reportage est maison, tout de même! Nous ne sommes pas zombies au point de ne pas savoir que nous écoutons Radio-Canada quand nous écoutons leurs nouvelles.

      @jamesc: pour les coupures totales, je crois qu’il s’agit de $ 130 millions pour 657 emplois, ce qui fait $ 200 000 par emploi coupé.

    • @argumentor

      Comme l’a mentionné jamesc, vous auriez dû faire le calcul. Ce ne sont pas des emplois si chers payés. En plus, ce montant tient probablement compte des charges sociales que doit payer l’employeur qui sont autour de 22%. Donc, on parle de salaires d’environ 54 000$.

      C’est incroyable de lire les gens sur internet qui se réjouissent des coupures à RC comme si cela allait réduire leur taux de taxation. Personne ne paiera moins d’impôt ou de taxes suite à ces coupures.

      Pour reprendre l’argument des libéraux en 2012 ; Si au lieu des 29$ per capita consacrés à RC, on l’augmentait à la moyenne mondiale (environ 89 $ sans vérifier), cela ne représenterait qu’une augmentation de 16 cents par jour!!

      Personnellement, je crois que ce 0,16$ sert plus au public dans les mains de radio-canada que dans les poches de tous et chacun.

    • Pourquoi je ne suis pas triste. On peut remarquer à RC qu’il y a trop de journalistes affectés au même secteur. Ils n’apparaissent que rarement à la télé la plupart du temps pour combler des vacances. J’aimerais bien connaître le nombre de journalistes permanents vs ceux qui sont à la pige. Ce livre blanc et cette lettre ouverte ne me dit rien surtout quand on invoque que grâce à leurs enquêtes, ils ont contribué à la création de l’UPAC et plus tard, la Commission Charbonneau et que c’est en partie le rôle d’une télé public. J’en conclus, que nous avons devant nous un diffuseur d’enquêtes et non d’informations tout court. On paie pour ça? Ne me dites pas que c’est rôle d’un diffuseur public de jouer à la police.

    • J’aime beaucoup jean-René Dufort mais c’était tu necessaire d’avoir un budget pour l’envoyer faire des pitrerie à Sotchi? Mëme chose pour France Beaudoin. C’est dans ce genre de coupure quue Radi0-Can devrait s’en aller, ils économiseraient et le public ne s’enrenderais mëme pas compte.

    • jamesc, vous avez raison pour le calcul. Dans les 2 cas cependant le calcul demeure imprécis car ont ne sais pas quand ils partiront, il faudrait faire le calcul en mois épargné par tête de pipe.

      Cependant les jeunes avec le moins de séniorité paieront le prix donc une moyenne salariale de $69500 c’est quand même excellent pour des gens qui théoriquement sont au bas de l’échelle salariale.

    • 70 000$ de moyenne c’est excellent pour ce type de travail.
      Il était temps de couper…

    • Finalement vous avez tous raison !
      Ce n’est pas au réseau public de faire de l’information.

      V Télé est une Cie privée et a un très bon service d’information …… oup’s désolé …. j’oubliais qu’il n’y a aucun journalistes à V.

    • Les gens ne sont pas d’accord avec les salaires des journalistes. Mais il ne faut pas oubliés qu’ils sont les meilleurs à Radio-Canada. Articulés, intelligents, cultivés et rigoureux dans leur travail. En tant que payeur de ces salaires, je suis plutôt content de participer pour avoir de la qualité. C’est pour nous en fait. C’est dommage. Ce ne sont pas TVA ou V qui nous offriront de la qualité.

      À quand de la télé réalité à Radio-Canada?

    • À la lecture des commentaires on voit bien que plus personne ne viendra faire pleurer les contribuables et laisser planer la menace de la perte de qualité pour tenter de sauver des emplois . Encore une fois, les 14 postes de journalistes sont coupés par Radio-Canada pas par Harper. Ca aurait pu être des pousseux de crayons ou des cravatés …

      On verra dans les prochaines semaines des bénéficiaires de l`assiette au beurre tenter d`implorer de laisser intact le mandat de Radio-Canada et de nier qu on ne peut plus prétendre pouvoir payer sans regarder mais le virage est entamé …

    • Encore les mononkes réactionnaires qui commentent, qui voient les 4 piasses économisés, sans avoir le moindre soupçon du portrait global.

      Les coupures à Radio-Canada, c’est des pinottes sur l’ensemble du budget, des économies de bouts de chandelle. Mais le but visé par le gouvernement Harper est tout autre : affaiblir la culture québécoise en restreignant l’exposure médiatique des journalistes québécois.

      Ben oui ben oui, la CBC est touchée aussi. Ça fait partie du plan. La culture anglo-saxonne est partout autour de nous, un océan, elle ne s’en trouvera en rien affaiblie, alors que la culture québécoise est déjà marginalisée; ce sont les francophones qui ont tout à perdre dans ces coupes.

      Mais je sais Kasimir, je sais Sergioo, je sais Daigneau, faut sauver de l’argent, les finances publiques, pis faut ben garder de l’argent pour financer les pétrolières albertaines et les constructeurs automobiles de l’Ontario… L’arbre cache la forêt? Ben coupons la forêt, pour que l’arbre reste seul. On finira bien par l’abattre de toute façon.

    • Bien oui coupons les salaires de 70 000 $ ce sont les pauvres qui font rouler l’économie
      J’aime mieux payer un salaire de 70 000 $ que des salaires de 200 000 $ à des animateurs insignifiant pour des excellentes émissions Paquet Voleur, Pénélope qui invite les mêmes gens que l’on voit à longueur d’année, l’insipide émission de 16 heures, Infoman qui va Végas nous présenter des Aurores, etc

      C’est vrai coupons les jounalistes ca va nous rendre plus informés

    • correction

      C’est vrai coupons les journalistes ça va nous rendre plus informés

    • Peu de coupures au niveau de la gestion, c’est ce qui me frappe dans tout ça

    • gratiengroleau

      Christine St-Pierre était toujours à l’emploi de Radio-Cadenas quand elle a été élue dans la Grande Famille Libérale. Une Grande Journaliste, au sens moral élastique comme on les aime dans la Grande Famille Libérale, Mme St-Pierre. Voyez par vous-même :

      « En novembre dernier, Christine Saint-Pierre a été réintégrée dans ses fonctions, sur la colline parlementaire, à Ottawa, après avoir admis à plusieurs reprises qu’elle avait enfreint les normes et pratiques journalistiques de la société d’État. »

      http://fr.canoe.ca/divertissement/tele-medias/nouvelles/2007/06/14/4260127-jdm.html

      Vous avez des exemples équivalents pour les Drainville et Duchesne?

      Duchesne : http://www.ombudsman.cbc.radio-canada.ca/fr/revision-des-plaintes/2012/affaire-duchesne-pas-de-preuve-de-conflit-d-interets-service-de-l-information/

    • Pour ce qui est du salaire des journalistes, une toute petite recherche vous aurait rapidement permis de trouver la convention collective sur le site du Syndicat des communications (SCRC).
      Un journaliste gagne entre 51 336$ à l’embauche et pour les deux premières années et jusqu’à 67873$ après 9 ans. Ce ne sont pas des salaires extravagants quand on sait qu’on requiert au minimum un BAC et que plusieurs détiennent une maîtrise.

      Les plus rémunérés sont les responsables de la répartition des couvertures nationales (responsable des affectations) et de la préparation des bulletins-réseaux (Secrétaire de rédaction) ainsi que les correspondants à l’étranger (66 000 à 87 000$) qui sont des postes confiés habituellement à des journalistes d’expérience.

      Quand il y a une coupure, on ne calcule pas que le salaire. Il y a les avantages sociaux et cotisations aux régimes gouvernementaux qu’assume l’employeur. Puis, moins d’employés signifie moins d’ordinateurs, moins de bureaux, moins de logiciels spécialisés (montage audio et visuel) dont les droits d’acquisition et d’utilisation sont onéreux, moins de caméras, d’unités de montage, de studio à utiliser, de véhicules… etc.

      Bref, c’est un peu simpliste de limiter le calcul à une équation de base. (Montant des coupures divisé par nombre d’emplois). La perte d’expertise n’a pas de prix, ni pour Radio-Canada, ni pour la société qu’elle dessert.
      Plus la SRC va diminuer ses services et devoir se tourner vers des solutions moins coûteuses comme les talk-show (Pénélope, Cap sur l’été), ou les «rediffusions spécialement pour vous» à la radio, plus les dénigreurs de Radio-Canada se sentiront autorisés de couper davantage alors que ce sont des conséquences directes des décisions politiques. On appelle ça, une mort à petit feu.
      À lire tous ces commentaires désobligeants sur Radio-Canada, je me demande si les Conservateurs n’ont pas lancé leurs troupes à l’assaut du web pour torpiller CBC/SRC et d’autres institutions fédérales pour mieux justifier ensuite de leur serrer la ceinture et qui sait, de les faire disparaître.

    • vend01, sup_max,

      Là n’est pas le point. Il faut que les administrateurs public apprennent a gérer avec moins ou au moins l’équivalent. Ont connait tous la vieille mentalité qu’il faut dépenser a tout prix son budget sinon ont le perd, ce qui amène d’incroyable gaspillages en salaire et dépenses inutiles.

      Pourquoi au juste coupé des journalistes ? RC aurait été capable de couper dans l’administration, augmenter le ratio employés / directeur, il y a surement du gras complètement inutile dans la machine de RC donc la coupure changerait rien au niveau qualité.

    • “Les gens ne sont pas d’accord avec les salaires des journalistes. Mais il ne faut pas oubliés qu’ils sont les meilleurs à Radio-Canada. Articulés, intelligents, cultivés et rigoureux dans leur travail. En tant que payeur de ces salaires, je suis plutôt content de participer pour avoir de la qualité. C’est pour nous en fait. C’est dommage. Ce ne sont pas TVA ou V qui nous offriront de la qualité.” (vend01)

      Les journalistes sportifs sont assez faibles, merci, à ICI…Simplement des “liseux” de textes…On pourra facilement s’en passer…Et en passant, les journalistes de TVA ne sont pas aussi faibles que vous semblez l’écrire..

    • Radio-Canada confirme sans le vouloir qu`il y a une différence entre ce qu`elle voudrait être et ce qu`elle est en réalité. Le titre de ce matin sur ce sujet est : Des vedettes de Radio-Canada s’inquiètent pour la qualité de l’information.

      Ah bon ? La culture des vedettes à Radio-Canada ? On veut donc un peu faire à la TVA et non pas à la BBC ?

      Mais ca marche la propagande parce que plusieurs commentaires ici blament le gouvernement alors que c`est le patron de Radio-Canada qui choisit ce qu`il fait avec l`argent et qui il coupe.

    • Amen lemig

      J’aimerais que plus de gens comprennent cette réalité toute simple que vous dépeignez, mais qui est méconnue de la grande majorité des gens qui n’ont rien d’autre à gérer que leur heure d’arrivée et de départ du travail.

      Et si je peux me permettre, j’aimerais tellement qu’on soit plus nombreux à vouloir être fier de bien faire les choses nous-mêmes. En se fiant aux autres pour obtenir notre information, on perd aussi notre culture. Radio-Canada a ses défauts, comme tout le monde, mais ce sont les seuls à pouvoir nous offrir du journalisme de très haute qualité à la sauce québécoise. Si on crache là-dessus, c’est qu’on refuse de vouloir être excellents et ça c’est désolant.

    • Puisqu’il est question d’argent dépensé par les contribuables dans une société d’État, exigeons la divulgation immédiate des salaires et autres émoluments de ces vedettes.

    • Quel genre de peuple sommes-nous lorsqu’on considère qu’un employé bien payé pour faire un travail important mérite d’être coupé?

      Ça me fascine ce nivellement par le bas. Si quelqu’un est mieux nanti que nous, c’est nécessairement du gaspillage?

    • @lemig
      Ce sont les bonus (non divulgués) qui accroissent de beaucoup les émoluments des “vedettes”.

    • Oh…@kasimir35…. vous dites … mais qui pensez vous est responsable pour la rédaction des textes sur internet…de la recherche, de informations?

      Oh…@ludovico….bien sûr que les coupures ne touchent pas la ”gestion”… un fou d’une poche…c’est toujours plus le fun de couper les postes des autres… de faire en sorte qu’il y aura, pour la gestion, plus d’argent à l’avenir dans les budgets pour leurs augmentations salariale, leurs bonis de rendement, leurs pensions dorés, leurs comptes de dépense, leurs voyages (parce qu’à Radio-Canada…on voyage beaucoup)…alléluia !

    • Encore une fois on annonce des coupures chez les employés réguliers, le vrais artisans de Radio-Canada.

      Qu’en est-il des pigistes . Pourquoi garder des Bazzo, Perrin, Masbourian ,etc…de ce monde qui pourrait libérer la place et être remplacés par des employés réguliers de la Maison. Ils couteraient moins chers et feraient sûrement des émissions d’aussi grande qualité. On le voit l’été quand ils font du remplacement pendant les vacances de ces ‘Grandes stars’.

      Et pourquoi lorsque des gens comme Daniel Lessard ou Jean-François Lépine prennent leur retraite , on les réembauchent tout de suite comme pigiste. Laissons la place aux jeunes employés réguliers qui peuvent aussi bien commenter l’actualité .Que ces retraitée s’ils veulent poursuivre une carrière en information le fassent ailleurs qu’à Radio Canada, surtout dans un contexte de coupures budgétaires.

    • C’est incroyable de lire le paquet de niaiseries sur les salaires. Dans un cadre financier, lors de coupures, ce ne sont pas seulement des salaires qu’on coupent. Ce sont des avantages sociaux, des frais de déplacement, des achats d’équipements, des assurances et bien d’autres choses. En passant, les employés de Radio-Canada ne sont pas les mieux payés, mais il y a d’autres chaînes de télé au Québec ou les employés sont mieux payés. Personne à Radio-Canada gagne 200 000$ ou plus par année et oui il y a des bonis comme dans toutes autres compagnies, publiques ou privées.

    • On peut fort bien se passer de journalistes complètement biaisés, comme étaient Pierre Duchesne et Bernard Drainville. Ils étaient loin d’être les seuls à faire passer l’activisme avant l’information.

      Je seconde kasimir35. On n’a pas nécessairement besoin de tant de correspondants à l’étranger, surtout que ceux que nous avons ne font que répéter des clichés et des banalités à longueur de reportage. On peut fort bien faire plus de coopération entre réseaux télévisés au Québec, en France, en Belgique et en Suisse et utiliser plus souvent les reportages de leurs correspondants. Il n’y aurait pas de mal non plus à mettre un bon reportage d’une excellent correspondant étranger d’un réseau britannique, australien ou américain plutôt qu’un reportage-cliché de nos correspondants de Radio-Canada, correspondants qui n’ont tellement rien à dire qu’ils terminent leur reportage par X Y, Radio-Canada à Z… comme si on ne savait pas déjà que ce journaliste était de Radio-Canada et qu’il reportait de la ville Z.

      Quand au téléjournal, il y aura des reportages de France 2, de la BBC ou de CBS, alors, oui, ce sera bon de le dire. Mais PAS quand le reportage est maison, tout de même! Nous ne sommes pas zombies au point de ne pas savoir que nous écoutons Radio-Canada quand nous synthonisons leur poste.

    • J’ai oublié, ce ne sont pas les employés qui ont des bonis, mais seulement les cadres.

    • Qu’est ce que vous voulez faire avec vos impôts? Sur les dizaines de milliers de dollars que nous payons en impôts, on nous demande 29$ pour CBC/Radio-Canada. Je ne crois donc pas que les coupures sont une question d’argent, mais plutôt une question idéologique. Nous avons plusieurs choix :

      1- Continuez à payer notre 29$ pour conserver Radio-Canada tel qu’il est présentement
      2- Prendre le 29$ et le redistribuer sur une autre priorité (santé, transport, militaire, subventions aux diverses industries)
      3- Gardez votre 29$

      Chacun a droit à son opinion. Personnellement, je crois que Radio-Canada remplit un rôle important et qu’il me donne de l’informations et des émissions de qualité pour le montant que je paie.

    • @ noirod, “Mais ca marche la propagande parce que plusieurs commentaires ici blament le gouvernement alors que c`est le patron de Radio-Canada qui choisit ce qu`il fait avec l`argent et qui il coupe.”

      Ça fait plusieurs fois que je lis cet argument sous votre plume. Selon vous, pourquoi est-ce inéluctable qu’il y ait des compressions à Radio-Canada? Pourquoi Harper veut-il couper? Ne comprenez-vous pas que c’est une question d’idéologie? Vous ne vous posez pas cette question quand vous voyez l’insistance des conservateurs à couper à répétition dans RC, qui est depuis des décennies au coeur de la culture québécoise et du quotidien des Québécois, alors que ces mêmes conservateurs ont fait payer 70 millions (70!!!) de dollars aux contribuables pour faire de la propagande sur la guerre de 1812, dont personne n’a rien à battre?

    • Radio Canada devrait faire les coupures en région, Trois Rivières en exemple en 20 ans c’ est toujours la même formule pour le bulletin de nouvelles quand il y a la moindre nouvelle majeur ont le voit bien avant sur RDI ou sur les autres réseaux et les plateforme s de difussion les reportages sont monotones et manque de profondeur au niveau de la recherche .

    • Ce qui me dérange de plus en plus dans toute cette histoire, c’est de voir RC s’amuser à lancer des ballons comme quoi Enquête est coupée, les journalistes sont coupés, etc pour tenter d’avoir la population de son bord. Assurément, plusieurs personnes, dont moi, qui critiquent Radio-Canada le font surtout pour leurs curieuses décisions (Sotchi, rebranding, etc). C’est la télévision d’État, qu’elle agisse de la sorte. Qu’on arrête de faire des shows de chaise et cie et qu’on se concentre sur l’information.

      Avec ces coupes, on nous montre qu’ils sont également de piètres gestionnaires. Ils devraient se concerter à savoir à quoi sert Radio-Canada. La télé publique investie des sommes considérables pour tenter d’aller chercher l’auditoire du privé. Mais pourquoi ? Concentrez-vous sur l’information et laissez le divertissement à d’autres. Si c’était vraiment le cas, je suis pas mal persuadé que personne ne critiquerait qu’on donne une trentaine de dollars par personne par année à ce mandat. Mais quand on voit les dérapages comme le rebranding, y a de quoi être frustré par l’utilisation des fonds publics.

    • @voeckler 10h54

      «Ce sont les bonus (non divulgués) qui accroissent de beaucoup les émoluments des “vedettes”.»

      Ce dont il est question ici, ce sont les journalistes, pas les vedettes… Facile de faire dévier le débat quand on est à court d’arguments.
      Les “vedettes” quoi qu’on en dise, ont une valeur marchande basée sur leur notoriété et sur le fait qu’elles sont constamment sur un siège éjectable. Pierre Brassard vient d’en faire l’expérience à V. Je ne pense pas qu’elles soient moins payées sur les autres réseaux. Aucune ne travaille bénévolement.

      Nonobstant la convention collective, certains animateurs et présentateurs reçoivent des bonis pour éviter justement que d’autres employeurs viennent les marauder et pour compenser le fait qu’il leur est interdit de faire de la publicité, ce qui leur procurerait des revenus additionnels. L’industrie est ainsi faite, que voulez-vous?

      Si les conditions sont si avantageuses, comment expliquer que de nombreux journalistes de Radio-Canada soient passés chez TVA au fil des ans ? Michel Jean, Michèle Lamarche, Lina Dib, Julie Marcoux, Julie Couture, Pénélope Garon, Alexis Deschesne et j’en passe.

      Une partie de la réponse se trouve peut-être dans le fait que pour la plupart des jeunes journalistes à Radio-Canada, les portes de l’accès à une sécurité d’emploi et à un travail stable sont littéralement fermées.

    • @anti-ch_primaire

      Je ne nie pas que vous ayiez une partie de la vérité mais vous aussi devez ,même si ca vous est habituellement difficile, faire preuve de flexibilité et voir que dans cette histoire tout n est pas noir et tout n est pas blanc.

      Faudrait être naif pour ne pas voir l`egenda à peine caché de Harper comme c`est le cas de tous les partis au pouvoir. Mais Harper ayant une position forte en profite.

      Il ne faut pas non plus toutefois prétendre que de telles coupes sont impossible et nécéssairement nuisible alors qu`on sait bien que tout organisme gouvernemental n a pas les mêmes priorités de contrôles budgétaire que le reste des entreprises. Ainsi, je maintiens qu`il reste encore du gras à éliminer dans la grande tour et que l`application de ces coupures sont de strictes décisions de Radio-Canada.

      Si les dommages sur le modele québécois sont plus probables, la destinée de la culture québécoise ne reste pas exlusivement entre les mains du fédéral au contraire. On a vu toutefois au dernier scrutin provincial ce que le peuple a décidé et il faut faire avec.

    • @ mercadot,

      Je comprends votre point de vue quant au mandat de Radio-Canada et à sa gestion et à ses décisions souvent douteuses. Moi aussi je trouve ça déplacé le rebranding, je n,en revenais pas. ce sont des choses qui s’ajustent avec un peu de bonne volonté et avec l’aide de mécanismes de surveillance qui n’existent pas à l’heure actuelle. On est dans l’impro la plus totale.

      Mais le problème avec votre affirmation “La télé publique investie des sommes considérables pour tenter d’aller chercher l’auditoire du privé. Mais pourquoi ? Concentrez-vous sur l’information et laissez le divertissement à d’autres”, c’est justement que RC ne peut plus agir ainsi par manque d’argent et de financement public. Les coupes successives de Harper ont forcé RC à agir comme un réseau privé pour aller chercher de l’argent sous forme de publicité. C’est un cercle vicieux, très vicieux, digne des idéologues conservateurs, qui se sont arrangés pour que la population blâme tout le monde sauf eux… et ça marche!

    • Plusieurs s’insurgent et demandent à Radio-Canada de couper dans les salaires des animateurs-vedettes de la station (Cloutier, Legendre, L’Écuyer, Lepage) plutôt que de couper des postes de journalistes, des artisans de l’émission Enquête, etc.

      Ça démontre une certaine incompréhension de la façon dont CBC/Radio-Canada gère ses budgets.

      J’ai assisté à une conférence de Richard Stursberg, ancien président de la CBC, qui expliquait que pour l’organisation, il y avait en gros deux types d’émissions: celles qui visent à avoir un succès commercial et à faire de l’argent, et celles qui visent plutôt à remplir le mandat de diffuseur public. C’est sûr que certaines émissions peuvent entrer dans les deux catégories, alors que d’autres n’atteignent aucune des deux cibles, mais en général, c’est à peu près comme ça que ça marche.

      Toujours selon Stursberg, la première catégorie (les émissions populaires) aident à financer la deuxième. Donc l’argent que CBC fait en vendant de la pub pendant une émission populaire comme Battle of the Blades sert à financer The Fifth Estate (l’équivalent anglophone d’Enquête), une émission qui n’amène pas de profits, mais que la CBC considère importante.

      C’est aussi la même chose avec le controversé salaire du non moins controversé Don Cherry: environ 800 000$/année. Bien sûr qu’on pourrait le remplacer par un jeune journaliste sportif payé dix fois moins, sauf que les revenus publicitaires associés par la présence de Don Cherry sont assez importants pour justifier, aux yeux de la CBC, de lui verser un tel salaire. Donner 800 000$ à Cherry leur apparaît comme un bon investissement, puisque que ça rapporte plus.

      La même logique s’applique à la SRC. Prenons Patrice L’Écuyer, par exemple. Bien sûr qu’on pourrait le remplacer à l’animation de quiz pour économiser 200 000$/année en salaire (mettons), mais si la SRC estime que la popularité de L’Écuyer entraîne des revenus supplémentaires de 400 000$/année, on vient de se tirer dans le pied.

      Pour ses émissions populaires, la SRC fonctionne comme une télévision privée: on tente de maximiser les revenus. Et ce n’est pas toujours en minimisant les dépenses qu’on y arrive.

      En bout de ligne, remplacer les animateurs-vedettes par des inconnus à la barre d’émissions lucratives ne sauveraient pas nécessairement les jobs des recherchistes d’Enquête. Ça pourrait même avoir l’effet contraire en entraînant une perte de revenus publicitaires servant à financer les émissions d’information. Cela dit, je n’ai aucune idée si les estimations de la “valeur marchande” des vedettes est bonne chez Radio-Canada, sauf que c’est certain qu’ils procèdent à de telles estimations.

    • Et alors ? Il y a trop de journalistes à Radio-Canada …

    • Est-ce que la télévision a toujours sa place? Est-ce que l’information ne serait pas mieux servie aux Canadiens si le contenu était diffusé uniquement sur le Web et à la radio? On pourrait conserver l’excellence journalistique et maintenir un niveau de qualité d’information à coût moindre. Par exemple, Enquête. Pourquoi est-ce que l’on doit voir un individu caché nous dire qu’il y a de la magouille? La télé n’offre que 22 minutes par demi-heure de contenu alors que s’il l’avait écrit sur le site de R-C, il aurait pu élaborer son idée. Graphiques interactifs pour appuyer son propos, etc. Je sais qu’on n’en est pas encore là, mais un jour, il faudra se demander si la télévision est la meilleure façon d’utiliser les resources. Et je crois que la réponse est non. Une génération ou deux…

    • Même Jean-Marc Fournier, pourtant le premier à s’agenouiller devant Ottawa, est inquiet : http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201404/30/01-4762350-compressions-a-radio-canada-fournier-sinquiete-pour-les-francophones.php

    • @lemig
      Une des véritables raisons qui bloque l’entrée de jeunes journalistes/annonceurs, c’est que les plus anciens s’accrochent à leurs micros après plus de 40 de service, et quand ils quittent,mils reviennent comme contractuels. Comment voulez-vous que les jeunes puissent entrer dans la boîte si les vieux s’accrochent à leurs restes de gloriole?

    • “Même Jean-Marc Fournier, pourtant le premier à s’agenouiller devant Ottawa, est inquiet ” (anti-ch_primaire)

      Ah si Jean-Marc est inquiet, ça change toute mon analyse de la chose…………Quand même !…

    • Attention quand on parle des salaires de 70 000$, disant que ce n,est pas beaucoup. N’oubliez pas que les R-Canadiens sont syndiqués, payés pour leur temps supp., plein d’avantages, et surtout, un excellent fond de pension.

      C’est très facile avec du temps supp. pour des employés syndiqués de la fonction publique, de faire en haut de 100k par an, prendre leur retraite à 50 ans à 70% de leurs meilleures et faire la belle grosse vie sale.

      Ce que bien du monde dans le privé ne peut se permettre.

      Ceci étant dit, je valorise quand même le travail des employés de R-C et ça vaut ce que ça vaut, mais il faudrait ramener leurs bénéfices à ceux de la population normale. Ce qui fait le plus mal je trouve, ce sont les salaires faramineux des fausses vedettes de la TV, que ce soit Lepage, L’Écuyer, Cloutier, et cie. On pourrait faire travailler combien de personnes avec leurs salaires? …

    • je pense que m.harper peux couper encoree radio canada
      ex 300 millions
      la bureaucratie aucune coupure
      pourquoi devons nous donner 1 millards a cette télé séparatiste
      tva aucune subvention niet 00000

      merci babe

    • Bonjour babe, “tva aucune subvention niet 000″

      Bien sûr, TVA ne profite JAMAIS d’aucun programme de créfit d’impôts, entre autres, qui sont payés par les contribuables. Simplisme, quand tu nous tiens…

      @ mmez…,

      Encore faudrait-il connaître votre “analyse de la chose”. Si ce sont les trois lignes de votre 10 h 38, je trouve le mot “analyse” quelque peu disproportionné .

    • @ voeckler 15h49

      À part Joël Le Bigot, je vois très peu de gens s’accrocher au delà de l’âge de leur retraite et encore moins après 40 ans de service. Les quelques “vieux” journalistes (attitrés aux émissions d’affaires publiques) qui restent à l’antenne (surtout à la radio) ont été sous un régime de pige (à contrat) pendant une grande partie de leur carrière; période durant laquelle ils ne cotisaient pas au régime de retraite. Ils restent d’abord et avant tout pour l’amour du métier et sans doute pour certain, de s’assurer de bénéficier d’une rente acceptable qui sera réduite de moitié à 65 ans !

      Pour ce qui est des journalistes permanents des salles de nouvelles, ceux qui ont passé le cap de la soixantaine sont rares.
      Croyez-moi, les jeunes journalistes ne sont pas bloqués par des permanents qui s’accrochent mais par la diminution constante des postes ainsi que l’accroissement du travail temporaire, à statut précaire et sur appel.

    • anti-ch_primaire : je sais pas sérieux. Si RC se limitait à l’information, est-ce qu’ils auraient besoin d’autant de revenus ? J’en doute. C’est sûr que produire un show de radio avec 20 personnes alors que ça en prend 4-5 dans le privé, ça finit par coûter. Il y a du gras, j’ai aucun doute là-dessus.

    • mr.t : trop tôt encore pour faire du web seulement, mais ça viendra.

    • @babe12
      TVA est très bien subventionné par les crédits d’impôts fédéral et provincial. Toutes les émissions de cette chaîne le mentionne au générique de la fin. Et oui, TVA profite de vos taxes et impôts du fédéral et en plus du provincial. Sans compter les interminables pauses publicitaires, c’est nous qui payons pour ça aussi.

    • “Encore faudrait-il connaître votre “analyse de la chose”. Si ce sont les trois lignes de votre 10 h 38, je trouve le mot “analyse” quelque peu disproportionné ” (anti-ch_primaire)

      Lol….vous marquez un point mais mon analyse est personnelle et je ne suis pas du type à écrire un roman ici…même si j’aime en lire.

    • C’est l’émission Enquête qui a fait épargner des centaines de millions à la société québécoise parce que la SRC peut défendre ses journalistes face à Accurso. Ce n’est ni TVA ni V qui le ferait !!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2010
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité