Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 9 février 2014 | Mise en ligne à 23h17 | Commenter Commentaires (37)

    L’étoile à Béa Johnson

    beajohnson

    Je n’en serais jamais capable: contenir mes ordures d’une année dans un minuscule bocal. Mais Béa Johnson et sa famille y parviennent. Je croyais avoir affaire à une folle grano, je dois avouer qu’elle a eu toute mon admiration lors de son passage à Tout le monde en parle dimanche soir.

    Française d’origine et auteure du livre Zéro déchet, Béa Johnson et son mari américain ont choisi en 2005 de quitter leur banlieue pour la ville et de se départir de 80% de leurs effets personnels pour adopter la simplicité volontaire. Avec leurs deux enfants, ils ont décidé de relever le défi de ne produire qu’un kilo de déchets par année.

    Pas d’objets neufs, seulement d’occasion, en guise de cadeaux de Noël. Béa Johnson fabrique ses propres cosmétiques, notamment avec de la poudre de cacao, et se brosse les dents avec du bicarbonate de soude. Le papier de toilette est le seul article à usage unique dont sa famille n’a pu se départir. C’est la première invitée de Tout le monde en parle à ne pas avoir conservé la carte du fou du roi. «Vous êtes plus folle que je pensais!» lui a répondu Dany Turcotte.

    Si tout le monde suivait son exemple, selon Gérald Fillion, notre monde tomberait en sérieuse récession. Mais l’animateur de RDI économie est néanmoins d’avis que nous aurions intérêt à adopter certaines de ses pratiques devant l’immense défi écologique auquel nous sommes confrontés. Béa Johnson considère qu’il faut arrêter de mettre ça sur le dos des entreprises et des gouvernements, mais de prendre les choses en main. «Si on achète du vrac, on vote pour le vrac. Acheter, c’est voter», dit-elle.

    L’émission de dimanche, qui a été l’une des moins intéressantes de la saison, avait commencé avec Pierre Magloire, un enseignant dont le frère, Alain Magloire, a été abattu lundi dernier par la police à Montréal. Il a tenu à préciser que son frère «n’était pas un itinérant», qu’il «n’était pas une personne agressive qui voulait du mal aux gens», mais qu’il vivait avec des problèmes de santé mentale et de drogues, et qu’il tentait de s’en sortir.

    M. Magloire considère qu’il n’y a pas suffisamment de ressources pour les gens comme son frère. «Pourquoi on traite mieux les animaux que les personnes qui ont des problèmes de santé mentale?» demande-t-il. Partisan de l’usage du taser, il n’en veut pas aux policiers qui l’ont tué, mais considère qu’ils ne sont pas formés adéquatement pour traiter ce type de problèmes.

    J’aime bien Mélanie Maynard, mais son entrevue n’allait nulle part. On lui a parlé du Défi santé 5/30, dont elle est la porte-parole, de sa pièce de théâtre au Rideau-Vert, de son rôle dans 30 vies, avant de jouer avec elle au Tic Tac Show, dont elle est le centre chaque soir sur V. Perte de temps.

    J’ai été surpris d’apprendre que Gérald Fillion n’administrait pas lui-même son argent, mais qu’il le confiait à un conseiller financier. Avant d’être le spécialiste qu’on connaît aujourd’hui, il n’était pas du tout intéressé à l’économie, mais un patron, qui trouvait qu’il avait la tête de l’emploi, a décidé un jour de lui confier ce dossier.

    Le coauteur du livre Vos questions sur l’économie nous a entre autres révélé qu’un Québécois sur deux gagne moins de 30 000$ par année. Quand Guy A. lui a demandé s’il nous conseillait d’acheter des REER du Fonds FTQ, il n’a pas voulu se prononcer, disant simplement qu’il n’en avait jamais acheté.

    Il comprend Postes Canada de vouloir transformer ses opérations: «on peut pas éternellement se complaire dans un modèle économique qui s’essouffle», dit-il. Et si Hubert Lacroix, le pdg de CBC/Radio-Canada, venait à abolir son poste? «Coupe-moi Hubert», a-t-il blagué.

    «Y’a pas de culture sans subvention, et la culture est un moteur économique», a-t-il ajouté à propos de ce sujet qui fait débat, et dont il allait justement être question ensuite avec l’homme d’affaires Vincent Guzzo. Propriétaire de 10 complexes de cinéma, M. Guzzo appelle les cinéastes québécois à créer des films «que le monde veut voir» et d’«arrêter d’essayer d’éduquer». Selon lui, le cinéma existe pour «distraire, divertir, faire pleurer».

    Il en a assez des films déprimants et n’a pas envie de voir un «camionneur qui veut se suicider» (en référence au film de Rafaël Ouellet, Camion). Mépris envers les cinéastes, a demandé Gérald Fillion? «Le mépris est de l’autre bord», a répondu Guzzo, qui considère que les cinéastes craignent de «vendre leur âme» en créant des films qui connaissent du succès. «Le fait qu’on rayonne à l’international, ça donne quoi au Québécois moyen?» a-t-il demandé.

    La carte du fou du roi: «Au fond, la philosophie Guzzo, c’est simple: plus les films sont vides, plus vos poches sont pleines.»

    Pour une rare fois, un élu conservateur, Chris Alexander, a mis les pieds sur le plateau de Tout le monde en parle. Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a défendu sa réforme de la loi sur la citoyenneté, qui vise à réduire les délais des demandes d’immigration et à faire venir ici des travailleurs compétents dans différents domaines.

    Guy A. s’est demandé pourquoi le ministre n’intervenait pas personnellement pour régler le cas d’Ivonne Hernandez, une Mexicaine menacée d’expulsion après avoir fui un conjoint violent, et qui a été privée de son enfant. «On essaie d’être charitable et généreux dans les cas qui le méritent», a répondu le ministre, qui dit oeuvrer pour protéger les femmes victimes de violence.

    Chris Alexander a défendu bec et ongle la position de son chef Stephen Harper d’assimiler toute critique d’Israël à de l’antisémitisme et de refuser de condamner l’établissement de nouvelles colonies israéliennes en territoire occupé. «On ne peut pas être nuancé là où le terrorisme joue un rôle. En Israël, on a le seul cas au monde d’un pays démocratique [qui a] réussi, avec une économique forte, dont l’existence n’est pas acceptée par à peu près une vingtaine d’autres pays. [...] Israël est la seule démocratie vraiment valable de la région», a-t-il tranché.

    «On appuie les efforts de John Kerry [secrétaire d'État des États-Unis] de négocier quelque chose, mais est-ce que les Palestiniens auront les mains libres pour négocier eux-mêmes?» a-t-il poursuivi, ajoutant que «l’Iran est un pays qui parraine le terrorisme à grande échelle».

    Suivez-moi sur Twitter.


    • J’admire la philosophie pronée par Béa Johnson et je suis la première à favoriser le recyclage. Toutefois, je me questionne: au lieu de publier un livre, pourquoi n’a-t-elle pas tout simplement rédigé un blogue sur internet avec tous ses trucs et recettes de consommation responsable??? Oui, le papier se recycle, me direz-vous, mais bon, quand on en est à refuser la minuscule carte du Fou du Roi, on ne peut du même élan encourager les gens à se procurer une brique entière de papier, n’est-ce pas??? Surtout au prix où sont les livres nouvellement parus, ici, au Québec… (à moins de pouvoir les acheter en grande surface, mais bon, ça, notre gouvernement veut nous en empêcher éventuellement…).

      Ceci dit, à mon point de vue, une des premières mesures à prendre pour éviter la surconsommation, ce serait sans doute que nos manufacturiers et fabricants s’assurent de nous vendre des appareils divers (électroménagers petits et grands par exemple) qui durent et qu’on peut réparer en cas de bris, au lieu de nous offrir des articles de moins en moins durables et pour lesquels aucune pièce de rechange n’est disponible!!!! Ce serait déjà un pas dans la bonne direction, tant pour l’économie des familles que pour l’environnement!

    • Le ministre Alexander méritait vraiment d’être connu, il est brillant et capable d’avoir des arguments solides. M.Harper pourrait prendre sa retraite de la politique ça ferait du bien à son parti.

      Vincent Guzzo est à la tête de 150 salles de cinéma, mettons qu’il connaît ça la mise en marché du cinéma sinon lui et sa famille seraient encore avec un petit cinéma de quartier dans Rosemont. Ses complexes à 18 salles ça permet de projeter une grande variété de films, si il dit que personne veut voir un film sur un camionneur qui veut se suicider il a absolument raison, il doit l’avoir mis à l’affiche pour 100 spectateurs dans toute une fin de semaine. C’est pas à coup de va ch… de M.Dolan que le 7e arts au Québec va mieux se porter. D’ailleurs Dolan s’est fait remettre à sa place pas à peu près avec ses insinuations sur l’argent de ses films. Le réalisateur risque rien il a son cachet mais l’exploitant de salles lui si il y a personne, il fait un déficit. Combien de fois les James Bond et autres auront permis de présenter des films à perte dans les petites salles chez Guzzo?

    • … Pour une rare fois, un élu conservateur, Chris Alexander, a mis les pieds sur le plateau de Tout le monde en parle.
      Et pour une rare fois, on a vu un conservateur qui avait de l’allure.

    • Pour moi, la découverte de la soirée a été Chris Alexander, député de Ajax-Pickering et ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration.

      Sur la question palestino-israélienne, je ne suis pas sur la même longueur d’ondes que lui.

      Mais ce qui m’intéresse, c’est l’après Harper.

      Stephen Harper livrera son dernier combat manifestement en 2015 puis l’heure de la relève sonnera.

      Chris Alexander est un jeune homme (né en 1968), mais qui possède une impressionnante feuille de route.

      Fraichement élu en 2011, il sera à surveiller.

      Lire: http://en.wikipedia.org/wiki/Chris_Alexander_(politician)

    • L’émission de dimanche, qui a été l’une des moins intéressantes de la saison….Dommage Monsieur Thérrien la toute première émission de 2014 était excellente mais vous étier en vacances. Moi celle de ce soir je l’ai trouvé quand meme bien, sauf comme vous dites l’entrevue de Mélanie Maynard a qui a été un peu vide dans le contenu.

    • Mon étoile à Gérald. Si les gens faisaient seulement 10% de Béa, ça irait bien mieux! Elle fait plus que sa part, on s’entend!

      Le problème n’est pas là! Fait-elle le suivi de ses déchets? Avant l’écologie, c’est l’économie, on s’entend là-dessus, hein?

      À quoi bon trier les déchets compostables, récupérables et autres quand on sait, ou on s’en doute, que ça se retrouve, tout mêlé ensemble, au site d’enfouissement.

      Pas pour être méchant, mais au-delà de la “simplicité volontaire” et de l’écrire dans des livres, il faut être responsable et admettre que les autres c’est nous-autres, finalement!”

    • Un homme d’affaires,un économiste et un politicien qui discutent calmement,sans s’entre-déchirer….Meme si on est pas toujours d’accord avec les propos,ca nous change drolement de nos hysteriques de la guénille !

    • Le problème n’est pas que les films québécois soient sombre et déprimant, c’est plutôt qu’en grande majorité ils sont tout simplement plate…

      Des navets sans nom ont été porté en triomphe par la critique pour cause d’art. Le chauvinisme est une chose très difficile à expliquer.

      Le problème n’est donc pas le fait que le Québec soit déprimant, c’est que la déprime n’est pas bien mise en scène.

      Je n’ose même pas parler des comédies… on a 1000 humoristes pour un habitant, mais on est pas capable de faire de film drôle… Pourquoi ?

      Est-ce que le système de financement public tue le génie comique ?

      Ne devrait pas récompenser le génie de l’audace et de financer des films dignes de ce que HBO à permis à la télévision américaine ?

      Notre cinéma et notre télévision est aseptisé. À qui la faute ?

      Une petite piste : les décideurs de Téléfilms Canada et de la Sodec !

    • Euh vraiment pas . Il y a un petit quelque chose d obsessif avec la démarche de madame Johnson qui bien qu`admirable est un peu contre réalité. Il y a moyen de faire mieux avec la gestion de nos déchets faut l`avouer mais de là à en faire une religion…

      Mon étoile à moi va a monsieur Magloire qui est venu dire exactement ce qu`il fallait malgré le deuil de son frere qu`il doit assumer. Il faut cesser de chercher un coupable et trouver des moyens de mieux agir et mieux réagir quand on est confrontés à la réalité de la maladie mentale. On apprendra rien et on ne changera rien en pointant du doigt et en accusant.

      Quand j`aurai trouvé les mots exacts pour qualifier cet infect personnage que constitue monsieur Guzzo je pourrai peut-être voir si son cheval de bataille à raison d`être .Pour l instant, son attaque irrespectueuse n`a qu`un objectif mercantile et en ce sens ,il est un des responsables du problème.

      Monsieur Filion est bien sympa mais son domaine tient de l`astrologie ou de la météorologie et ses réponses restent floues alors son livre n`annonce rien de tres concret.

    • noirod,
      Quelle est votre solution pour présenter les films dit d’auteur, des salles de spectacles subventionné ?
      M Guzzo disait simplement qu’il n’y a pas assez de spectateurs pour ce genre de film pour faire vivre une salle de cinéma. . Allez sur Google voir le site de filmsquebec.com. Vous allez être surpris du peux d’intérêt pour certain films pourtant primés et encensés par les critiques.

    • Regarder des personnalités comme Mélanie Maynard être payée par mes impôts pour aller rien dire, je dégueule…c’est pourquoi j’ai préféré l’hommage aux Beatles présenté sur CBS hier soir.

    • Bravo à Chris Alexander. J’ai été impressionné par ses réponses calmes, claires, malgré les questions bizarres d’énergumènes radio-canadiens comme Guy A. et Gérald Fillion. Harper n’a jamais assimiler toute critique d’Israël à de l’antisémitisme. Il a dit que toute critique à sens unique d’Israël (”single out Israel”) peut être assimilée à de l’antisémitisme. Et le bout du bout: Fillion qui trouve “mystérieux” que le Canada s’allie à la seule démocratie du Moyen-Orient et s’étonne que le Canada ne fasse pas preuve de modération face au terrorisme!

      Bravo à Chris Alexander pour comprendre qu’un village juif en Judée ou en Samarie, ce n’est pas une “colonie” et encore moins une “colonie illégale”, mais simplement un village ou un établissement dans un territoire disputé dont il est clair qu’une partie va appartenir à Israel un jour.

    • Je ne sais à qui j’aurais donné l’étoile.
      Mais je reconnais que deux invités m’ont fait les écouter.
      Vincent GUZZO a raison sur beaucoup de points:
      -est-ce que les prix internationaux rapportent au québécois moyen qui les subventionne?
      - Pourquoi les réalisateurs, producteurs… ont-ils quasi honte de produire des films grand-public, des films populaires. On dirait que la plupart des films sont produits pour la famille immédiate du réalisateur. Et encore, pas certain que la mère de certains réalisateurs y aille.
      Chris ALEXANDER; un ministre articulé, un français impeccable. Même si je ne suis pas entièrement d’accord avec son approche par rapport à Israël, je dois admettre que la qualité de son argumentation m’impressionne.
      Un ministre qui dépasse son chef

    • Pas encore vu Guzzo… Mais je l’ai entendu dans une entrevue précédente sur Radio X Montréal avec Éric Duhaime…

      Puis là dans celle-ci il déblatère sur le film Camion ? On voit les chiffres celui-là il l’a peut-être présenté dans certaines de ses salles mais pas longtemps. Peu importe, moi je n’y suis pas allé mais c’est vrai qu’il y aurait aucune chance que je m’y rende pour ce genre de film dans un gros complexe.

      Les films qui ont eu en bas de 5000 spectateurs, c’est clair, ils ont pas été présentés dans les complexes, voyons donc. Mais a-t-on les moyens d’en tourner plus d’une dizaine dans une année ? Une douzaine en 2013 ?

      Cela va prendre combien d’années avant que le public les absorbe ? 75 ans ? Pour les générations futures ?

      Guzzo ne veut pas d’un cinéma d’éducation et on dirait un cinéma sans grande valeur culturelle. Mais si le cinéma n’a aucune valeur culturelle, à quoi bon le subventionner ?

      Hot Dog devrait être un exemple d’un film qui fait honte aux Québécois. Pour ma part, j’ai un peu honte de toute la série ”Les Boys” et depuis le début.

    • L’étoile à Guzzo à mon avis, qui a eu le courage de se présenter à ce qui s’annoncait être un dîner de cons et qui a démoli un par un les arguments de bobo pro-subventions et antiaméricains.

    • Bien non on y va pas… Il y a plus que des gros complexes cinématographiques outre les cinémas de répertoires de Montréal…

      C’est aussi cela qui tue un peu la diversité.

      Pour la part de marché du cinéma québécois… Je trouve qu’on charrie trop, ces années là ont pu être des exceptions plutôt que la règle.

      Un bon film québécois auparavant ou français était présenté dans un nombre restreint de salles mais restait longtemps. C’était un succès pour la salle ou le cinéma disons du complexe Desjardins mais cela permettait pas d’obtenir des gros scores augmentant énormément la part de marché du cinéma québécois.

      Mais ceux qui voulaient voir le film dans le Grand Montréal, l’avaient vus. Et les autres, bien on le voyait à la télévision.

      On s’en portait pas plus mal. Un bon film , il faut en être fier, diz ans, quinze ans, 25, 30 ou 40 ans plus tard. Cela il faut les subventionner.

      On a pas à subventionner du pur divertissement quoiqu’un peu car cela permet d’amuser la population d’ici avec des artisans d’ici…

      Vu qu’il n’y a pratiquement plus de petites salles ou que le fit n’est plus là… La production devrait être pour la télévision et pour l’éducation cinéphile ?

      On croyait Guzzo, un peu plus éduqué côté cinéma… Mais non… Alors, il est la preuve que le cinéma d’auteur n’est pas assez distribué disons.

      ” J’ai pas envie de voir ça ! ” Mais peut-être que tes enfants, petits-enfants ou neveux dans une quinzaine d’années eux oui.

    • “c’est pourquoi j’ai préféré l’hommage aux Beatles présenté sur CBS hier soir.” (rsimeone)

      Excellent choix. Émission d’une grande qualité…Musiciens incroyables…

    • M. Guzzo a tout à fait raison, ce n’est pas parce que un film est Québécois que nous sommes obligé de le trouver absolument fantastique! Petite opinion personnelle, je ne suis plus capable d’endurer les commentaires plates et insipides de Danny Turcotte; toujours essayer de planter qql qui n’est pas d’accord avec lui, commentaires pour promouvoir un activité gai quelconque, Pu capable!!!!

    • Béa Johnson nous propose vraiment une manière de vivre à suivre au XX1e siècle comme l’a d’ailleurs souligné Gérald Filion, la planète ne peut plus suffire à une consommation et une croissance exponentielle et il faudra bien en venir à faire un ménage des objets inutiles qui encombrent nos vies et à une simplicité volontaire plus ou moins radicale si on veut laisser un monde vivable à nos petits enfants.
      Quand à Dany Turcotte qui a eu l’impolitesse de la traiter de folle, c’est pas fort.

      Guzzo quand à lui pose une question utile à laquelle le monde du cinéma doit trouver la solution pour produire du cinéma populaire de qualité tout en gardant la possibilité de faire ces grands films salués partout par la critique qui font la renommé de notre cinéma.

      Quand au ministre Alexander sa prestation était correcte jusqu’à ce qu’il se transforme en ministres des affaires étrangères israélien. Le gouvernement canadien par sa prise de position sans nuance dans ce dossier étonne la communauté internationale, tout comme sa position de cancre le fait en environnement.
      Ces conservateurs sont des idéologues bornés incapables de réflexion qui détruisent l’image bâti par le Canada depuis des générations.

    • Chris Alexander a bien fait de rappeler que pendant les funérailles de Sharon, Gaza lançait des roquettes vers la procession. Pourtant c’est Sharon qui a expulsé tous les habitants juifs de Gaza et en a fait une zone “judenrein”, à la grande satisfaction des Palestiniens de Gaza, qui ont du mal à tolérer les minorités.

      Avis à Guy A.: ces roquettes n’étaient pas dirigées vers des “colonies israéliennes”, mais sur Israel lui-même.

      Le vent a tourné depuis le 11 sept. 2001. Depuis cette date fatidique, les Québécois comprennent un peu mieux ce qu’est le terrorisme. Les naïfs pseudo humanitaires comme Guy A. et Fillion ont beaucoup plus de difficultés à paraitre convainquant face à un public de mieux en mieux informé et de moins en moins prêts à se faire prendre pour des valises.

    • L’étoile va à Guzzo, son message est clair et seul les aveugles ou la clique du cinéma québécois ne veulent pas le comprendre et préfère plutôt insulter le messager (technique Twitter). Il faut un profond changement dans la culture cinématographique québécoise, du financement à la production en passant par la réalisation et à la distribution.

    • Mon étoile va à Vincent Guzzo. Divertissant, articulé et plein de bon sens.

    • Un TLMEP pas si inintéressant j’ai trouvé.

      Le frère d’Alain Magloire: entrevue très courte (à peine 15 minutes) mais son frère a bien démontré la faiblesse du système de santé pour le support aux personnes prises avec un trouble mental. La preuve, sa famille a tenté en vain d’avoir une hospitalisation pour Alain Magloire, sans sucès.

      Petite remarque: pourquoi est-ce si important pour Guy A. Lepage qu’un invité doit justifier la couleur de sa peau? Tout comme son accent anglophone (Eugénie Bouchard).

      Mélanie Maynard: Carrément insignifiant. J’ai zappé en milieu d’entrevue. Mais elle aura quand même empoché son cachet pour l’entrevue…

      Guzzo: Un homme qui s’exprime avec aplomb, avec de bons arguments, et qui dit ce que bien des gens pensent tout bas. C’est un homme d’affaires, il est normal qu’il râle quand on subventionne des films que des gens n’ont pas envie de voir.

      Béa Johnson: C’est vrai qu’elle est une écolo un peu extrême, cela dit elle a raison au sujet de notre surconsommation de produits. Je n’ai pas pour but de faire comme elle, mais je vais aussi essayer de refuser des choses qui ne font qu’empiéter mon environnement…comme les cartes d’affaires!

    • Moi j’ai jamais compris pourquoi on révère des films aussi inintéressants au Québec. Comme si on est pas capable de faire un film grand public de qualité…

      ça EXISTE.

      Certes il existe de nombreux films pourris dans notre monde, grand public et sans valeur culturelle autre que de vendre des produits dérivés (Transformers, un excellent exemple.), Mais parfois l’impact culturel d’un film ”grand public” est tellement grand qu’il dépasse complètement l’aspect marketing pour devenir une icône culturelle, locale ou bien Internationale.

      la Trilogie originale Star Wars, Indiana Jones 1-3, Lord of the Rings, Kill Bill The Whole Bloody Affair, Rocky…

      Les britanniques ont DOCTOR WHO à la télé qui fait la même chose.

      Lorsqu’un produit culturel de qualité obtient un statut de succès commercial, il ne fait pas ”qu’avoir une valeur culturelle”, il crée sa propre valeur culturelle, il se démarque et devient la culture d’un lieu, d’une époque…
      Et lorsque tu réussi à en faire un Business mercantile EN PLUS, j’appelle ça être à son affaire.

      J’ai jamais vu un film Québécois qui me donne envie d’acheter une figurine des personnages…

      J’ai vu un seul produit culturel canadien qui me donne incroyablement envie d’acheter un T-shirt ou une figurine, et ce n’est même pas un film: Mass Effect Trilogy sur Xbox 360/PC (Edmonton, Alberta).
      (d’ailleurs j’attend toujours le film de Mass Effect… surtout que le 4ème jeu est développé à Montréal…)

    • Mon étoile va à M. Guzzo qui s’est fort bien tiré d’affaires avec d’excellents arguments.

      Beaucoup mieux que les insultes gratuites de Xavier Dolan à son endroit.

    • Béa Johnson, Gérald Fillion, Pierre Magloire et Vincent Guzzo, je les ai trouvés intéressants. Beaucoup, même.

      Turcotte a été impoli avec Guzzo comme lui seul sait être impoli envers ceux qu’il n’aime pas. Je lui rappelle que Guzzo était un INVITÉ. La carte donnée était elle aussi d’une grande stupidité gnan-gnan.

      P.S. Je suis cinéphile. Les films iraniens comme Une séparation (en farsi avec sous-titres français), le film La Grande Belleza (en italien avec sous-titres) tout comme des films québécois genre Le démantèlement et Québékoisie, je cours après!

      En passant, ces 4 films sont ou ont été à l’affiche du cinéma Guzzo près de chez moi.

    • “Les britanniques ont DOCTOR WHO à la télé qui fait la même chose.”

      BUZZ! Mauvais exemple…

      C’est la BBC qui produit *Doctor Who*!

      Autrement dit… la chaîne de télévision d’ÉTAT britannique

      Difficile de trouver plus subventionnée que ça.

      By the way… Les seuls films *grand public* que le grand public veut voir de nos jours sont des productions américaines qui coûtent des centaines de millions à produire et qui bénéficient de budgets publicitaires souvent dix fois supérieurs aux coûts de production d’un film québécois.

      Une fois partie, aussi bien fermer boutique
      et laisser toute la place aux produits américains.

      Eux ils l’ont l’affaire!!

    • “J’ai vu un seul produit culturel canadien qui me donne incroyablement envie d’acheter un T-shirt ou une figurine, et ce n’est même pas un film: Mass Effect Trilogy sur Xbox 360/PC (Edmonton, Alberta).”

      Et la spécificité culturelle canadienne de ce jeu est…?

      Ça se joue dans le No Man’s Land écologique des sables bitumineux??

    • 12 étoiles sur 10 à Monsieur Guzzo

    • L’étoile à M. Guzzo. Pathétique et presque qu’offensant de voir un entrepreneur à succès faire face à des gens qui n’étaient là que pour essayer de le faire mal paraître. Ce qui n’est pas arrive par contre.

      Alors que cet entrepreneur ne cessait de répéter de mettre les consommateurs à l’avant et de les écouter, comme toute bonne business, les pseudo-artistes présents et ultra-subventionnés, n’avaient que des commentaires méprisants, vident et insipides à son égard et ne tentaient que de déformer ces propos, en plus de bien s’assurer de remettre à l’écran un «va ch…» …

      Tout ça, à notre télévision d’état !

      Pathétique !

    • Guzizo, pas mal plus de classe que Dolan………Mais je donnerai la première étoile au Ministre Alexander, comme quelqu’un l’a dit avant: Il dépasse son chef au moins d’une tête.

    • Mon étoile à Vincent Guzzo. Il allait dans un diner de cons et il est allé pareil.

      J’ai trouvé Dany Turcotte totalement détestable dans ses réactions, ça sentait la mauvaise foi à plein nez. Est-ce que Dany Turcotte est un ami de Xavier Dolan monsieur Therrien ? Sinon, je ne vois pas pourquoi il lui lançait tant de haine au visage.

    • La carte du fou du roi démontre combien la gauche méprise son peuple … “Plus les films sont poches, plus Guzzo fait de l’argent”, donc en d’autres mots, la populasse est poche et aime les films poches! Pis ça se prend pour du monde brillant à TLMEP!

      Parlant du fou du roi, qui a toujours quelque chose à dire à propos de l’homosexualité … sauf lors de la question Israélo-Palestinienne … et quand c’est le temps de comparer comment Tel-Aviv traite les homosexuels vs la Palestine!!

      Des fois, faut fermer les yeux sur sa cause, pour défendre son autre cause, hein mon Dany? ;-)

    • M. Chris Alexander était vraiment convaincant et bien au fait de la situation en Israël. Les “questionneux” avaient l’air de vrais ti-counes ignorants.

    • On a effectivement vu la différence entre un homme d’affaire établi et de simple petits animateurs de télé, mal préparés du surcroît.

      Des meetings comme ça, M Guzzo, doit s’en faire 2 avant le petit déjeuner, répondant avec tac et gros bon sens, ne s’en tenant qu’à l’essentiel. Et non en vendetta personnelle.

      N’oublions pas que nous avons fort probablement vu que le ‘moins pire’ pour TMEP lors de cet entrevue (si l’en fût une) en raison du montage final.

    • Quel mépris de la part de Guy A. Lepage envers le cinéma populaire, alors que lui même a participé a l’Empire Bo$$é et l’Appâté, deux des pires navets de l’histoire de l’humanité. En plus, on a payé pour ça.

    • moi aussi mon étoile va à M. Guzzo.

      Dès que nous voyons une bande annonce de film d’ici, c’est écrit dans le ciel qu’il ne pognera pas. j’encourage quand meme le cinéma d’ici mais à petite dose.

      Et Xavier Dolan profite du cinéma américain en doublant pleins d’acteur. Il devrait etre moins arrogant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité