Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 12 septembre 2013 | Mise en ligne à 20h19 | Commenter Commentaires (16)

    Mulroney en quatre actes

    mulroney

    À peu près rien ne s’était fait sur Brian Mulroney à la télé. Et il y en avait long à raconter sur cet homme qui a pris le pouvoir il y a 29 ans à Ottawa, et qui y restera neuf ans. Un roman-fleuve aux multiples rebondissements, que le journaliste Guy Gendron a entrepris de raconter dans une captivante série documentaire de quatre épisodes, diffusée dès vendredi soir à 21h, sur ICI Radio-Canada Télé.

    La série va loin. Il est question des problèmes d’alcool de Mulroney avant l’ultimatum que son épouse et son entourage lui ont imposé en 1980. Il affirme n’avoir jamais bu une goutte depuis. On raconte des passages peu glorieux des différentes campagnes de Mulroney, dont sa première pour la chefferie du Parti Progressiste-Conservateur, drapée dans le luxe et qui manquait sérieusement de modestie. Pour la suivante, il troquera le jet privé pour une Chevette. C’est tout ou rien.

    Il faut dire que Mulroney a rêvé très tôt de devenir premier ministre et qu’il s’en savait capable. Le revoir appuyer Joe Clark, alors qu’on savait très bien qu’il ne souhaitait que prendre sa place, nous ramène à l’essence même des stratégies politiques. Bien sûr, il sera question de la «trahison» de Lucien Bouchard et de la fin de leur amitié, mais ce sera sans Bouchard, qui a refusé de témoigner dans le documentaire, tout comme Joe Clark d’ailleurs.

    Quelques révélations surprenantes. Notamment cette opération séduction où Mulroney a offert un poste de sénateur à Jacques Parizeau, un épisode dont parlent tous les deux pour la première fois. Ou encore cette mauvaise idée de paqueter une salle de partisans avec 40 sans-abris de la Old Brewery Mission à Montréal.

    Plusieurs s’entendent pour dire que Mulroney était davantage progressiste que conservateur, et une chose saute aux yeux en revisitant son parcours, l’absence de parenté entre les «tories» de l’époque et le parti au pouvoir de Stephen Harper.

    Plus de détails dans Le Soleil vendredi.

    Rejoignez-moi sur Twitter.


    • Ca pourrait être une serie interressante mais je me demande si le timing est bon pour mettre cela à l`affiche. Malgré le fait que cette série tient je supposes sur le fait qu`il y a 30 ans que Mulroney accedait au pouvoir, j`aurais attendu . N` en a t on pas ras le pon-pon de ces corrompus,voleurs et malhonnetes politiciens de tout acabit ? Quoi ?On veut ajouter l`alcoolisme ? Chic alors ca change tout !

    • Mulroney a ”pogné”, ça oui. Deux fois élu majoritaire. C’était tout un vendeur, du charisme. Un vrai vendeur de char…

    • Je suis né en 1968 et ai connu; Pierre elliot Trudeau, Joe Clark, John turner, kim Campbell, Jean Chretien, Paul Martin, Stephen Harper et le Plus Marquant, le Meilleur, le plus inspirant fût SANS CONTESTE Brian Mulroney

    • …Et ce malgré tout ses défauts

    • Il y a eu plusieurs étapes dans la vie politique de Brian Mulroney.

      Celles qu’il a prises pour conquérir le leadership du PPC nesont pas les plus recommandables, ni celles de son second mandat.

      Mais de 1984 à 1988, il a tout fait pour satisfaire aux demandes d’une majorité de Québécois.

      L’Echec de Meech l’a littéralement démoli.

      Mais il avait sur son chemin Pierre Trudeau et Clyde Wells.

      Quand je lis qu’il a offert le sénat à Jacques Parizeau, cela démontre que cet homme savait être généreux et ouvert; un vrai Québécois anglophone comme on les aime.

      Mulroney est un progressiste; rien à voir avec Stephen Harper.

    • Mulroney et Martin les deux meilleurs PM des 40 dernieres annees.

      Mais la jalousie de certains media (tousse tousse *cbc*) les a depeint comme des mechants qui etaient la pour s’enrichir…. a 260 000$ par annee comme PM (environ jai pas le chiffre exacte)

      Les gars faisaient 5-10-15 fois plus avant au privee et vont en politique pour profiter du systeme….beau calcul pareil ! Si ils etaient si des mechants riches ils seraient rester au privee a collecter un gros salaire non ?

      Sans BM et PM le pays ressemblerait a quoi ??? Et surtout j’admire cest deux hommes parce qu’ils ont ose, ils ont agi, et ils ont pas ‘colle’ ils sont parti quand leurs temps etaient fait

    • j’espère qu’on oubliera pas l’épisode des enveloppes brunes lors du fameux contrat Airbus et le joli magot qu’il a reçu à l’annonce de son son retrait de la vie politique…

    • La différence entre les tories de l’époque est ceux d’aujourd’hui, c’est que leur centre de gravité s’est déplacé vers l’ouest.

    • Rien sur les enveloppes brunes du filou allemand?

    • @ducalme

      La question a fait débat à l’époque, mais il semble bien que Brian Mulroney, malgré un nom à consonnance anglophone, est bel et bien francophone et se considère comme tel. Son entourage aimait d’ailleurs rappeler que cela était évident lorsqu’il se mettait en colère…

    • @tiplon
      @nousnoune
      Il en est question dans le deuxième épisode: http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/television-et-radio/201309/12/01-4688887-mulroney-plus-progressiste-que-conservateur.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_hotTopics_sujets-a-la-une-soleil_1667938_section_POS5

    • Je ne pensais pas l’écouter mais ça semble quand même intéressant à vous lire. J’étais à la fin de l’adolescence quand Mulroney est devenu premier ministre et je m’en souviens très bien. Un des rares PM du Canada qui se souciait du Québec. En effet, il était plus progressiste que conservateur et c’est sûrement pour ça qu’il a été PM quand même longtemps.

    • Quand je vois la troupe Réformiste-régressive que nous avons au pouvoir depuis 2006, je m’ennuie de ces Tories plus ouverts, plus nuancés. Dire que le PC a été tassé pour faire place à ces Pétro-Réformistes. Misère.

    • @somson

      Je comprends mal que le fils de deux Irlandais puisse devenir un Canadien-français.

      Évidemment, il a été élevé à Baie-Comeau en immersion francophone totale.

      Il a étudié à l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse et fait son droit en français à l’Université Laval.

      C’est un très bel exemple d’intégration parfaite.

      À un point tel que les Québécois francophones le perçoivent comme un francophone et que les Canadiens-anglais le voient comme un des leurs.

      Habile politicien, monsieur Mulroney a très bien exploité cette ambivalence.

      Thomas Mulcair est passablement dans la même situation.

      Sa mère est une Canadienne-française, Jeanne Hurtubise.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Brian_Mulroney

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Mulcair

    • @ducalme

      Non Mulcair n’est pas dans la même situation.
      Mulcair est français (lire citoyen français). Mulcair lui a toujours été uniquement canadien

    • On a appris que Diefenbaker consultait le très jeune Mulroney avant de nommer un juge au Québec! C’est-y un scoop ca M. Therrien?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité