Richard Therrien

Archive, septembre 2013

Lundi 30 septembre 2013 | Mise en ligne à 17h44 | Commenter Commentaires (15)

En mode Salvail: la promo

Voici la première promo très rigolote du nouveau talk-show d’Éric Salvail, en ondes dès le lundi 28 octobre à 22h, sur V.

En mode Salvail sera tourné devant public du lundi au jeudi dans un format de 45 minutes. Deux soirs en direct, deux soirs en différé, avec un orchestre en studio.

Rejoignez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






Lundi 30 septembre 2013 | Mise en ligne à 15h57 | Commenter Commentaires (6)

Guy A. et On connaît la chanson presque égaux

coreyharttlmep

On peut parler de match nul entre Tout le monde en parle et On connaît la chanson, que TVA a réinstallée le dimanche soir hier. L’émission de Guy A. Lepage, qui recevait un Corey Hart (sur la photo) plus cinglant qu’à l’habitude, a rallié 1 370 000 téléspectateurs à Radio-Canada, contre 1 350 000 pour celle de Mario Tessier à TVA.

On reproche souvent à Tout le monde en parle d’avoir évacué le mordant de ses premières années, mais le débat de dimanche soir entre Djemila Benhabib et Dalila Awada sur la Charte des valeurs québécoises n’en manquait certainement pas.

Plus tôt, Le banquier, qui célébrait les 35 ans de Broue, a intéressé 1 797 000 adeptes. Vendredi, la première de Ça finit bien la semaine a rallié 547 000 curieux à TVA, contre 216 000 pour la série documentaire Brian Mulroney à R.-C. et 155 000 pour Deux hommes en or à Télé-Québec. Vu par 738 000 téléspectateurs, Le choc des générations de Gregory Charles bat facilement Ça va chauffer, qui en a 493 000.

L’idée de morceler Occupation double en deux parties mercredi et jeudi et de la remplacer par On connaît la chanson le dimanche était-elle judicieuse? Je ne serais pas étonné de voir TVA, qui n’aime pas être deuxième, procéder à des changements de cases horaires dans les prochaines semaines. Battu par Unité 9 le mardi à 20h, battu par Les enfants de la télé le mercredi à 20h, par Les pêcheurs le mercredi à 21h, par Le choc des générations le vendredi à 20h et hier soir, de peu par Tout le monde en parle

Rejoignez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Dimanche 29 septembre 2013 | Mise en ligne à 23h13 | Commenter Commentaires (151)

L’étoile à Djemila Benhabib et Dalila Awada

benhabib

Pas capables de débattre au Québec? Djemila Benhabib et Dalila Awada, qui ont des opinions diamétralement opposées sur la Charte des valeurs québécoises, ont croisé le fer avec pertinence et intelligence dimanche soir à Tout le monde en parle. Un segment très fort de l’émission, où le ton a monté, oui, mais pourquoi pas?

Le débat aura surtout porté sur le port du voile, «un symbole sexiste qu’on impose seulement aux femmes» et «taché de sang» selon Djemila Benhabib, qui a grandi en Algérie. Partisane de la Charte, l’auteure a été applaudie par le public à plusieurs reprises, elle qui a connu la répression dans son pays. «Ces symboles ostentatoires divisent la société en fonction d’appartenances ethnique et religieuse qui enveniment les choses», croit-elle.

Mais Dalila Awada a capté l’attention par sa pertinence et son ton posé. Pour l’étudiante en sociologie qui a choisi de porter le voile à 13 ans, c’est plutôt ce débat autour de la Charte qui ne fait qu’envenimer les rapports paisibles qu’entretiennent les Québécois à l’égard des communautés culturelles. Dalila Awada dit avoir connu une enfance heureuse et n’avoir jamais été forcée de porter le voile. Dans sa famille, plusieurs femmes ne le portent pas, «et ça ne pose aucun problème», dit-elle. «En tant que femme musulmane québécoise, j’ai pas à porter le poids de tout ce qui se passe partout dans le monde», réplique-t-elle à Mme Benhabib.

Les autres invités se sont mêlés à la discussion, dont le chef Giovanni Apollo, lui-même immigrant italien, qui insiste sur l’importance pour les immigrants de s’adapter aux coutumes du pays qui les accueille. «Dans la seconde où je ne serai plus heureux ici, je retournerai ailleurs», a-t-il dit, applaudi par le public.

Djemila Benhabib, qui s’inquiète de voir des fillettes porter le voile dès l’âge de huit ans, a rappelé le cas des filles de la famille Shafia, tuées pour des raisons religieuses. «Faut sortir de votre moi, de votre je pour penser à la société», a-t-elle lancé à Dalila Awada.

L’une des très bonnes éditions de Tout le monde en parle avait commencé avec Michel Rivard, lui-même ambivalent sur la question de la Charte. Après s’y être objecté vertement sur sa page Facebook, il a retiré son commentaire, qu’il regrette. Il considère qu’il est allé trop loin, qu’il aurait dû s’informer davantage, et retirerait même sa signature du Manifeste pour un Québec inclusif.

Par ailleurs, il considère que Vincent Vallières ne devrait pas s’excuser à propos de sa chanson qui a blessé la population de Fermont. «Y’a des gens qui devraient prendre le temps d’écouter les textes des chansons comme il faut», a-t-il dit, citant le cas de Bruce Springsteen, dont la chanson Born in the USA a été récupérée par les Républicains.

La carte du fou du roi: «Rassure-toi Michel, quand Matricule 728 a dit “Ostie de carrés rouge, de mangeux d’marde, de gratteux de guitares!”, elle ne parlait pas juste de toi.»

Très sympathique entrevue avec le couple Reem Kherici et Stéphane Rousseau, venus parler du film Paris à tout prix. La réalisatrice a choisi son amoureux parce qu’elle avait «envie d’un homme métrosexuel» pour son film. Il a été question de leur rencontre, de l’accent québécois, de la chatte de Reem Kherici (et de ses double-sens), de même que des dessins de Rousseau, qui ont plu à Philippe Starck.

Vraiment intéressante cette rencontre avec la militante des droits de la personne Nazanin Afshin-Jam, qui a recueilli 350 000 signatures pour venir en aide à Nazanin Fatehi, une femme kurde emprisonnée et torturée pour s’être défendue contre trois hommes qui voulaient la violer alors qu’elle n’avait que 17 ans. Elle souhaite aujourd’hui lui permettre de refaire sa vie en lui assurant une éducation.

Mme Afshin-Jam ne pensait jamais épouser un jour un ministre conservateur, Peter MacKay. Mais elle affirme que ce gouvernement n’est pas celui que plusieurs croient, et révèle que «Stephen Harper aime les bébés, les chatons». Ancienne Miss Canada, elle se dit en faveur de l’interdiction des concours de mini-Miss, et s’est montrée opposée à la Charte des valeurs québécoises, accusée par Djemila Benhabib d’«angélisme douteux».

Mon autre coup de coeur de la soirée: Corey Hart, très en forme, et qui avait la répartie facile dimanche. L’interprète de Sunglasses at Night, qui donnera son premier spectacle en 12 ans, affirme n’avoir «jamais sombré dans l’enfer de l’alcool et de la drogue». Celui a qui a «fait le Forum» à trois reprises a raconté être passé à côté du rôle principal de Retour vers le futur, qui a propulsé Michael J. Fox au rang de star. Dans ses meilleures années, il recevait jusqu’à 15 000 lettres de fans par semaine.

Corey Hart, qu’on connaît plutôt discret, s’est même montré bitch à plusieurs moments. Quand Djemila Benhabib lui lance «Faut pas nous bullshiter!», il répond aussitôt «J’suis pas dans le Parti québécois…» Puis quand Dany Turcotte dit s’être fait «boucher» par Corey Hart, il lui envoie: «C’est pas tellement dur!»

Et que devient son épouse, Julie Masse? On a su peu de choses, à part qu’elle sera présente à son retour sur scène au Centre Bell en mai prochain.

Malaise de la soirée quand Giovanni Apollo a raconté sa première rencontre avec des Québécois à Las Vegas, et dont il ne saisissait pas l’accent. Il s’agissait que Guy Cloutier et Jean Pilote, qu’il avait pris pour des Belges. Sachez qu’Apollo n’aime pas le lait de soya: «Je le donnerais à mon chat, ça sert à rien!»

Rejoignez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (151)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives