Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 27 septembre 2012 | Mise en ligne à 15h40 | Commenter Commentaires (19)

    Larmes de joie à Un air de famille

    airdefamille
    Patrice L’Écuyer, René Simard, Jean-François Breau, Johanne Blouin et Bruno Pelletier à Un air de famille
    Photo Radio-Canada

    Je m’attendais à ce qu’on nous remâche Une chance qu’on s’a, ou encore Si Dieu existe de Claude Dubois. Mais on nous a plutôt chanté l’énergique Je veux de Zaz et la solide Promenade sur Mars d’Offenbach. Déjà, ça partait bien.

    Un air de famille, la nouveauté pour laquelle Radio-Canada a créé énormément d’attentes, sort un peu des conventions, sans pour autant donner dans la marge. La première, diffusée ce soir (jeudi) à 20h à Radio-Canada, est une grosse boule d’émotions tout ce qu’il y a de plus vraies.

    Le pire, c’est que l’émission animée par Patrice L’Écuyer a failli être annulée, faute d’inscriptions. Quand la production a entrepris de recruter des familles qui aiment chanter dans tout le pays, personne ne daignait se manifester. Mais la télé publique a mis à contribution toutes ses stations régionales afin d’intéresser le monde à l’aventure. Résultat: 27 familles de partout au Canada se succéderont à l’émission à raison de trois par semaine. À la fin de chaque émission, le public votera pour sa préférée, gratuitement sur Internet ou par téléphone, à 50 cents l’appel.

    Une fois qu’on a vu les variétés de Star Académie, tout ce qui vient après semble une coche en-dessous. Ce qui sauvera Un air de famille, c’est sa sincérité, sa dose d’émotions, et l’entrain de ces familles belles à voir aller.

    Avant de se produire dans un studio 42 rempli au maximum, elles pourront compter sur l’expertise de trois «coachs», Bruno Pelletier, Johanne Blouin et Jean-François Breau, qui les accompagnent jusqu’à leur prestation et font partie intégrante de l’émission. René Simard, qu’on ne voit pas à l’écran, se charge de la mise en scène.

    La production compte aussi sur deux anciens maîtres d’œuvre de Star Académie, le producteur exécutif Jean-François Boulianne et le producteur au contenu Jean-Pier Gravel, aussi ex-animateur de Salut bonjour week-end à TVA. Johanne Blouin a aussi été prof de chant à l’Académie de Julie Snyder.

    Là s’arrêtent les comparaisons, puisque les participants d’Un air de famille n’y vont pas dans l’espoir de faire carrière, mais bien pour le simple plaisir de chanter à la télévision. La production remet 1000$ à la famille gagnante de la semaine, qui revient pour ouvrir l’émission suivante avec un autre numéro. Les deux autres familles repartent avec 500$, et un grand prix sera remis à la famille élue lors de la 13e et dernière émission, qui sera présentée en direct.

    Les «coachs», qui se prononcent après chaque prestation, restent toujours gentils. On n’est pas à Star Académie, personne n’est là pour devenir vedette de la chanson. J’ai peur que les commentaires élogieux des «coachs» – notez qu’on ne les appelle pas des juges – deviennent redondants.

    La production n’a pas voulu insister sur les drames vécus dans chaque famille, mais on apprendra quand même qu’une mère de famille n’a plus jamais chanté après la mort de son frère, et que sa fille l’a convaincue de revenir à la musique pour Un air de famille. Pas le temps de s’attacher vraiment, même si les familles gagnantes reviendront en demi-finale.

    J’ai été étonné par les premières familles, qui chantent juste, ce qui n’est pas donné à tout le monde, croyez-moi. Les Bilodeau-Garant, de Saint-Lazare-de-Bellechasse, éblouissent dans leur interprétation de Zaz, tout comme les Côté, de Saint-Nicolas, qui reprennent à quatre Offenbach avec beaucoup de conviction. Les Gendron, qui ont jadis enregistré une cassette de Noël, avaient choisi Aimons-nous d’Yvon Deschamps, moins entraînante, et dont le début fut plus laborieux. Le choix des chansons va compter pour beaucoup.

    Dans 80% des cas, ce sont les familles elles-mêmes qui choisissent les chansons qu’elles interpréteront à l’écran. «Dans certains cas, nous ne sommes pas parvenus à obtenir les droits», explique Jean-François Boulianne.

    Même si la production n’«accotera» jamais les variétés de Star Académie, et que la chanson-thème ne casse rien, la première émission se termine avec un montage de toutes les familles participantes, qui m’a jeté par terre, et qui en fera sûrement pleurer plusieurs. Ceux qui le voudront pourront télécharger les chansons des familles sur iTunes. Un air de famille ne l’aura pas facile: TVA lui oppose ce soir On connaît la chanson, qui commence une demi-heure plus tôt, à 19h30.


    • Si jamais l’émission ne fonctionne pas, ce ne sera pas parce que Radio-Canada n’a pas essayé.

      L’émission m’est pas encore commencée et je ne peux plus en entendre parler!

    • Moi ce sont les commentaires des juges qui me font peur! ca risque d’être téteux pas à peu près juste à regardé les promos de l’émission on voit déjà de quoi ca va avoir l’air…..

    • Fameux! Enfin! Du nouveau. Non. Ça n’a rien à voir avec Star Ac.
      Tout le Québec va se remettre à chanter en famille, puis après, on verra, on sait jamais.
      La chanson de Zas! “Je veux!” 5 étoiles.
      Vous étiez tous beaux, sains, propres, ce fait vraiment du bien de voir des belles familles. On ne nous en montre jamais. Pas à Tv en tout cas, pas souvent. Merci Radio-Canada. Pour une fois que je suis contente que nos taxes nous font du bien à l’âme. J’ai dit.

    • En espérant que sa devienne pas un autre show de mouchoir.Je vous parie qu´il y aura une orgie de chanson de Dion, de Ferland, de Dubois et de Reno.

      Bravo pour la Promenade sur Mars!

    • Je ne suis pas trop impressioné par cette émission. D’accord que les familles chantent bien mais c’est redondant à la longue !

    • Comme vous le dites, le choix des chansons sera déterminant. Hier soir, la toune d’Offenbach, pourtant plus facile à exécuter, a rallié la foule … et les coaches !!!

    • Star d’un soir… version 2012. Beurk

    • Avez-vous remarqué que les artistes n’ont plus de linge? C’est frappant. Même les politiciens ne portent plus la cravate. On veut tellement s’habiller comme le bon peuple qu’on a fini par enlever toute la magie de la télé.

      Ramenez-nous le music-hall de Maman Thyssere….

    • Ça sent la complaisance au superlatif ! Faut voir Patrice L’Écuyer qui feint l’excitation et en met beaucoup trop , c’est ridicule !Première émission et déjà les juges ne trouvent plus de mots pour décrire ce qui n’est ni plus ni moins que le microcosme d’une chorale amateur jouant dans les sous-sol n’importe ou au Québec … Ouf … quétaine comme ça se peut pas !

    • Trop de temps est consacré à la préparation et à tout ce qui précède les numéros proprement dits. Trop de commentaires aussi.
      J’ai sans doute manqué de grands moments d’émotion mais, je l’avoue, j’ai lâché l’émission avant la fin.

    • J’ai regardé la première, je ne serai probablement pas accro. Même si le but n’est pas le même et que le tout est sous le signe de réunion familiale ou autre, je crois qu’il y en a trop même si je ne regarde pas les autres émissions du genre.

    • C’est rien de neuf. On a vu cette formule à maintes reprises. La seule différence avec Star d’un soir, c’est que le public vote. Deuxième problême, ca passe en même temps que On connait la chanson, un show qui remporte un immense succès. Devinez qui va gagner dans les cotes d’écoute?

      On aurait du programmer ce show le samedi soir à 20h au lieu de nous présenter des maudites reprises des vieux shows des humoristes même pas drôles. Les samedis soir de Radio Canada sont tellement plates depuis quelques années qu’on a peine à croire que leur budget est de un milliard de dollars pour nous faire de la bonne TV. ET ne me parlez pas des récentes coupures, ca fait des années que c’est plate à la SRC le samedi soir.

    • Le cotes d’ecoute risquent de devenir anorexiques, ils devront
      rebaptirer l’emission: “Un air de famine.”

    • Je suis d’accord avec Shabada Patrice Lécuyer comme animateur ca sonne faux d’abord il n’est pas chanteur et à se que je sache il n’a jamais parlé que dans sa famille le chant était important au point de s’émouvoir comme il le fait, René Simard aurait été beaucoup plus mieux car lui au moins ont sait que son univers personnel et famillial tourne autour de la chanson même Claudette Dion aurait été plus crédible que Lécuyer pour les même raisons. Celà dit il est évident que les familles sont pas là pour se faire planter car c’est une compétion amicale et les prix c’est secondaire, c’est pour ça que je me demande pourquoi il y’a des juges qui de toute façon n’ont rien à voir avec le choix des gagnants, ils devraient se contenter d’entrainer leur protégé et passé outre les commentaire.

    • Non, je n’aime pas du tout et PATRICE LÉCUYER n’est vraiment pas à sa place, il ne cadre pas du tout dans ce genre d’émission. CHANGEZ D’ANIMATEUR peut-être!!!!

    • Ca sera surement mieux que “Je connais la chanson” avec ses longueurs pour faire monter l’anticipation. Ca fait juste monter l’ennui.
      Cette émission semble plus dynamique mais on ne la regardera pas plus.

      @nousnoune
      Il faut trouver l’équilibre entre les paillettes et le “casual”.

    • Vraiment déçu j’ai changé de poste et j’ai regardé” On connait la chanson” qui était SUPER BON. Pourquoi en écrire si long pour si peu! Auriez-vous un penchant pour la SRC?

    • Franchement!
      Suis-je la seule à vraiment avoir aimé “Un air de famille”?
      Non. Je ne crois pas ca.

    • Non tu n est pas la seule .Moi j ai bien aimer voir ces familles nous démontrer leurs savoir faire .J aime bien Patrice aussi

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité