Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 20 août 2012 | Mise en ligne à 22h35 | Commenter Commentaires (33)

    Face à face ou combat ultime?

    faceaface
    Jean Charest, Pierre Bruneau et Pauline Marois
    Photo TVA

    La formule promettait beaucoup: permettre aux chefs susceptibles de devenir premier ministre de s’affronter en face à face, à la façon de la télévision française. Mais au premier rendez-vous hier soir, l’échange s’est vite transformé en combat ultime, et pas au profit d’un dialogue éloquent. Après quelques minutes, je me suis demandé où on s’en allait avec tout ça.

    Pierre Bruneau, qui animait la soirée, a ramené les mêmes thèmes qu’au débat de dimanche: économie, gouvernance, politiques sociales et question nationale et identité. Dès les premières minutes, Jean Charest est sorti de ses gonds pour attaquer son adversaire avec acrimonie. Il donnait alors le ton à ce face à face souvent plus cacophonique qu’un débat à quatre.

    L’empoignade a eu lieu dès qu’il a été question des allégations de corruption au Parti libéral. Comme s’il avait été au défunt quiz Ultimatum, Jean Charest a utilisé son miroir à plusieurs reprises, rappelant à son adversaire qu’elle n’était pas au-dessus de tout soupçon. La réponse de Pauline Marois a sans doute été la plus marquante du débat: «C’est pas vous qui allez me donner des leçons d’intégrité. C’est indécent.»

    Lors des deux prochains face à face, Pierre Bruneau devra s’imposer davantage au centre de ce brouhaha. «Je ne suis pas sûr que c’est ce que les gens veulent entendre», a-t-il dit tout de même à Jean Charest, qui énumérait des chiffres. Il a aussi réclamé une réponse plus claire à Mme Marois au sujet du référendum, avant que celle-ci utilise son ricochet.

    Au bout du compte, la formule aura servi Marois, qui a su garder son calme la plupart du temps. À ce titre, la chef du PQ n’avait pas grand mérite; les montées de lait de son adversaire ont fait le travail à sa place. Les Québécois n’aiment pas beaucoup ces scènes d’agressivité – rappelons-nous l’élimination du premier Star Académie -, et TVA voudra certainement faire les ajustements qui s’imposent.

    Ce soir à 21h, François Legault affrontera Jean Charest, alors que demain, Pauline Marois sera opposée à François Legault.


    • Je ne sais vraiment pas à quoi ca sert ces débats là. Particulierement à une époque ou le Québec est déja assez divisé comme ca.
      Ca donne quoi d autre que de frustrer le monde. Une partie de bitchage ,d`accusations et de jambettes me semble que c`est de cette politique qu`on ne voulait plus.

      Bruneau était vraiment dépassé et il n a pas fait le boulot.
      Pas plus d ailleurs que celles d hier. Me semble qu`un débat existe s il y a un modérateur qui modere non? On a juste assisté à un triste spectacle d`un Charest enragé et hautain .Il n a toujours pas répondu à aucune questiion. Désolé mais dans la formule actuelle ou l atmosphere actuelle on peut pas dire que l`électeur est bien informé.

    • ” Il a aussi réclamé une réponse plus claire à Mme Marois au sujet du référendum, avant que celle-ci utilise son ricochet.”

      Je vois pas en quoi la réponse de Marois n’a pas satisfait Pierre Bruneau. Elle fera un référendum si elle pense le gagner. C’est clair et net comme réponse.

    • Jean Charest n’aime pas être contesté. Il devient agressif et il coupe continuellement la parole aux autres. Nous en avons eu la preuve évidente ce soir.

      Cet homme est fatigué, usé par 9 ans de pouvoir. Il ressort de vieilles histoires du temps de Lucien Bouchard et ce n’est jamais de sa faute si les choses ne tournent pas comme prévu. Pour le bien de tous, nous devons le mettre dehors le 4 septembre.

    • Je n’ai pas l’impression que cet exercice aura été un combat, mais disons un bon face à face entre deux belligérants expérimentés. Nous n’avons vraiment rien appris de nouveau et il faudra attendre les autres face à face pour finaliser ce véritable puzzle.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Après avoir lu ce compte-rendu et celui sur le débat d’hier, peut-on vous demander ce que vous mettez dans vos céréales le matin pour évaluer si favorablement les piètres performance de Pauline Marois, M. Therrien? Je commence à voir un bout de jupon péquiste qui dépasse, ah les journalistes… ;)

    • Moi j’ai bien aimé la formule. Les chefs avaient l’air plus naturels. Par moments, j’avais l’impression qu’ils se parlaient vraiment dans le blanc des yeux.

      J’aimerais voir Harper dans un débat comme ça, lui qui fixait la caméra quand ses adversaires lui posaient des questions lors du débat des chef aux fédérales de 2011…

      Ça ne remplace pas l’autre débat plus traditionnel, mais ça le complémente.

    • Pierre Bruneau ne l’a pas du tout, on s’ennuie presque de Céline Galipeau…

    • Par moments j’ai cru qu’on était retourné au TVA du temps de Télé-métropole et Télé 4. Format statique, manque de ressources, modérateur (Bruneau) complètement absent, décor poche et minuscule, vraiment TVA c’est pas fort! On s’aurait cru 20 ans en arrière.

    • D’accord avec le commentaire de imoi (23h14) M. Therrien a un net penchant pour Mme Marois. Il devrait aller lire les propos suite au blogue de M. Lavoie. On dirait qu’il n’a pas regardé le même face à face. Mme Marois est experte dans les accusations gratuites, les allégations de toute sorte.

    • La forme du débat permet de voir clairement la personnalité de chacun et l’auditeur peut établir les liens avec ses besoins pour mieux faire son choix. J’avoue que Sophie aurait été excellente pour diriger ce genre de débat au Lieu de Bruneau. L’absence de modération a eu comme résultat, des débordements et la cacophonie qui n’étaient pas nécessaires. Le face à face a par contre été ultime car les idées de chaque partie sont claires pour moi maintenant dans les enjeux traités durant ce débat. On a aussi ou surtout pu voir le nouveau paradigme du genre (homme/femme) en oeuvre (l’égalité entre l’homme et la femme et des différences physiques lesquelles sont de temps à autre sollicités au cours des siècles) . Dans le monde actuel, la gestion féminine semble sollicitée (Alberta, Colombie Britannique, Allemagne, Sierra Léonne, Territoire du Nord..). Ce face à face était ultime car il a permis une représentation de ce paradigme du genre ce soir.

    • Ce que je retiens du face-à-face :

      1) Jean Charest est sorti de ses gonds à plusieurs reprises. À l’écouter parler, on avait l’impression que les gens qui descendent dans les rues sont des violents faisant partie de la sous-classe de la société. Même si je n’approuvais pas les manifestations à profusion, j’ai trouvé cela franchement méprisant. Ça commence à paniquer chez les Libéraux.

      2) Pauline Marois sait très bien qu’elle est en tête. Elle joue une “game safe” en ce moment. Elle a gardé son calme ce soir, ce qui l’a bien servie. Par contre, elle a encore une fois démontré qu’elle est entre l’arbre et l’écorce sur plusieurs sujets, dont le déclenchement d’un référendum. Bref, à force de vouloir trop plaire, elle risque de déplaire à tous. Mais je lui donne tout de même l’avantage ce soir.

      3) Pierre Bruneau n’est pas assez intervenu. Je dois dire que je me suis lassé + rapidement du face-à-face de ce soir que du débat de Radio-Canada. Par ailleurs, à écouter les employés de TVA après l’émission, on a l’impression qu’ils ont ré-inventer la roue ce soir. De l’auto-fellation pure et simple.
      Pierre Bruno n’est pas assez intervenu

    • Même si je suis plutôt d’accord avec les griefs émis par M. Therrien à propos de cette foire d’empoigne indigne d’une société civilisé, il n’en demeure pas moins que la soirée a été fort instructive.

      On a entre autres appris à quel point Jean Charest est au bout du rouleau. Agressif jusqu’à l’inélégance, sourd au dialogue et allergique à toute forme de critique, cet homme n’est visiblement plus capable de prendre la moindre distance avec ses émotions. Imaginez quand des membres de son cabinet s’opposent à ses vues… C’est parfaitement malsain et il est particulièrement inquiétant de savoir que le Québec a pu être dirigé par un homme aussi peu serein et aussi peu en contrôle de ses humeurs.

    • M. Therrien, je suis en tous points d’accord avec vous.

      Le débat de Radio-Canada dimanche était de beaucoup supérieur. Lorsqu’un débat face-à-face a lieu sans minutage, le modérateur doit être rigide et sévère, pas comme le mou à Bruneau ce soir qui a laissé parler Charest au moins 10 minutes de plus que Marois sur 60 minutes. M. Bruneau aurait dû dire aussi à Charest de se calmer, de cesser de crier et de prendre son gaz égal.

      Je comprends pas aussi pourquoi TVA n’a pas prévu placer une caméra derrière le modérateur car on ne voyait Mme Marois que de profil la plupart du temps.

      L.Boivin,
      Longueuil

    • Un peu plus et Pierre Bruneau s’écriait : «Molesse, molesse, molesse»!

    • J’ai noté plusieurs accrocs à l’éthique de l’argumentation ce soir. Ce ne fut pas une surprise car Jean Charest était présent, mais madame Marois s’est, elle aussi, laissée aller quelques fois. Le cas de Jean Charest est tout de même exemplaire :

      1. Usage de statistiques sélectionnées. Lorsque qu’un scientifique tente de découvrir la vérité ou d’établir une règle permettant de prévoir les effets d’une action sur quelque chose, Il analyse parfois des statistiques. Ces statistiques doivent porter sur un échantillonnage valide et d’une importance suffisante et la façon de les récolter doit garantir la justesse des informations collectées. De plus le scientifique tient compte de toutes les données disponibles et lorsque certaines sont absentes il en fait mention. Jean Charest n’a fait usage que de statistiques favorisant ses thèses.

      2. Répétition cyclique. À force de répéter continuellement une association d’idée, « rue, violence, référendum, irresponsabilité » on fini par créer un effet pavlovien. Cette technique, Jean Charest l’utilise aussi pour François Legault lorsqu’il le traite de pas fiable
      .
      3. Illusion logique : Cette technique consiste à proposer un faux mécanisme logique et de s’en servir pour faire croire que son adversaire essai de nous en passer une : « Il faut des preuve pour faire une enquête». C’est faut, il faut une enquête pour trouver des preuves. Les preuves permettent de tirer une conclusion.

      Je ne suis pas spécialiste, les noms des techniques ou erreurs argumentative je les ai inventé (l’invention de mots ou de définition est aussi une technique argumentative douteuse (le mot boycott ca vous dit quelque chose?)). Mais je décris néanmoins les entrechats classiques de l’art de notre Jean Charest à nous.

    • Malgré la cacophonie, ce débat fut très intéressant et révélateur. Je ne crois pas que ce fut à

      l’avantage de M. Charest en essayant de rappeler un ou deux cas de ‘corruption’ durant que

      le Parti Québécois était au pouvoir. Un ou deux cas n’excuseront pas les nombreux et beaucoup

      plus importants qui nous serons dévoilés par la Commission Charbonneau. On peut

      comprendre maintenant pourquoi M. Charest s’est empressé de déclencher des élections

      avant le début de cette commission, tout comme avant le scandale de la Caisse de Dépôt

      en 2008.

      La population du Québec s’en rappellera le 4 septembre prochain et dirigera ce parti vers

      la déroute totale tout comme ce fut le cas pour le PLC.

      Aurons-nous enfin notre pays et seulement un palier de gouvernement à surveiller?

    • @ imoi

      Bien d`accord avec vous autant sur la performance de Pauline Marois que sur celle de Pierre Bruneau . J`appelle pu ça un jupon qui dépasse , je dirais même qu`il n` y a plus rien qui cache le jupon pantoute .

    • [Pierre Bruneau devra s’imposer davantage au centre de ce brouhaha. ]

      Il en est incapable.
      Bruneau est toujours manipulé par son ou ses invités.

      Moi aussi ,je me sentais comme retourner dans le bon vieux temps.
      Louise April(Laloue)

    • “Les Québécois n’aiment pas beaucoup ces scènes d’agressivité…”. Ah bon? Vous êtes sûr de ça? Allez lire les commentaires sur le blogue de votre collègue Gilbert Lavoie et on en reparlera.

    • Je crois que Jean Charest a démontré qu’il est la meilleure personne pour diriger le Québec. Mme Marois n’a pas la personnalité qu’exige le poste de Premier Ministre du Québec. Elle a le salissage trop facile, sans aucune gêne quand à la réputation de l’autre. Je crois que m. Bruneau a fait une erreure quand il a dit qu’on met l’auto sur la prêt de la maison…

      M. Bruneau, quand le gouvernement remplace un viaduc au Québec, il vaux 200,000$ et la dette est de 200,000, le résultat est nul nous avons une infrastructure qui équivaux à la dette engendré. Attention les journalistes a vos biais et vos préjugés. Je vous demande d’avoir un peu d’objectivité et ne pas succomber dans la frénésie que certains parlementaires tombe sans gêne et sans se préocuper du salissage des réputations comme Mme Marois a fait depuis une dizaine d’années au parlements et dont certains journalistes ont alimenté. Un peu d’obtectivité svp.

    • Pitoyable performance de Pierre Bruno… À plusieurs reprises, il aurait dû arrêter Charest, qui parlait trop longtemps et interrompait constamment madame Marois… Bruno ne l’a fait que deux petites fois. On dirait qu’il n’était même pas à son bureau lors des échanges.

      On dirait aussi que la tactique de Charest était de laisser le moins de temps possible à madame Marois pour s’exprimer. Et pas besoin d’être péquiste pour s’apercevoir qu’elle a fait une meilleure performance. Elle a gardé son calme, contrairement au chef libéral qui tapait sur les nerfs à force de tant parler et sur un ton si désagréable. Avec en prime sa multitude de fautes de français qui écorche les oreilles.

      Ce que je remarque aussi, c’est que certains, comme le journaliste Bovet et Lisa Frulla Hébert, ont dit qu’ils avaient trouvé madame Marois un peu agressive lors du premier débat. Elle était, je crois, simplement combative. Peut-être est-ce parce qu’elle est une femme? Mais en tout cas, ce matin, alors que Charest a été dix fois plus agressif que Marois, ce sont des termes comme combatif qui reviennent le plus souvent, et non pas agressif.

    • Ça fait peut-être de la bonne TV, ce genre de combat-spectacle, mais c’est de la très ‘mauvaise’ politique. Après 15 minutes, je n’en pouvais plus de cette chicane, des attaques improductives et du dialogue de sourd entre Jean Charest et Pauline Marois… et j’ai perdu tout intérêt. C’était tellement pénible que, ce soir, si dans les 5 premières minutes du ”débat” (qui n’en est pas un jusqu’ici) entre Legault et Charest, la rencontre prend la même tournure… ben je change de poste. En passant, Pierre Bruneau a perdu complètement le contrôle dès le départ… mais je conviens que faire l’arbitre avec un vieux couple qui ressasse 40 ans de disputes incessantes, c’est peine perdue.

      André Félix Delisle

    • Maddog Charest a eu le comportement de la bête. Bruneau aurait eu davantage besoin d’un sifflet pour le rappeler à l’ordre. Le Québec mérite mieux que cela.

    • Exercice inutile que ce débat: qu’avons-nous appris de nouveau sur les candidats ou leur programme ? Ce ne fut qu’un autre affrontement avec les mêmes thèmes que la veille et les mêmes arguments… que nous connaissions déjà d’ailleurs…

    • Tout à fait d’accord avec vous M. Therrien. Et le modérateur M. Bruneau ne modérait rien du tout. Il faudrait qu’il soit plus ferme. De toute façon je n’aime pas ce ton d’agressivité où chacun répète ad nauseam la même cassette. Un moment donné je craignais qu’un des 2 quitte le plateau ou fasse un ACV.

    • En passant, la vieille rengaine d’une ‘catastrophe’ épouvantable s’il devait y avoir un référendum… ça ne ”pogne” plus et Charest devrait changer de cassette. Il y en a eu DEUX référendums, jusqu’ici, et la terre n’a jamais arrêté de tourner.
      Charest devient ridicule avec ça et il est ”passé date” avec son épouvantail qui ne fait même plus peur à personne !

    • Un peu plus, ça devenait un interrogatoire à la cour par un avocat de la défense :
      “Est-il faux de croire que vous n’avez pas dit que vous ne ferez pas le référendum ?”
      “…”
      “Répondez à la question” (question la plus souvent posée et la moisn souvent répondue !!!)

      @imoi
      Mr Therrien doit très objectif. Il a l’habitude de regarder des émissions plates pour en faire la critique. Il a surtout souligné la différence d’agressivité. Et elle était évidente.

    • Jean Charest a vraiment été agressif et impoli durant ce débat. Un peu plus et on aurait cru qu’il aurait sauté par dessus la table pour agresser Pauline Marois. Il a donné le ton dès le début du débat et Pauline Marois n’avait d’autres choix que de se défendre. Elle a vraiment gardé le contrôle durant tout le débat et a gardé son calme contrairement à Jean Charest.

    • Couverture digne d’un combat ultime…
      L’aiguilleur de TVA était en feu!!! Dans changements de plans à toutes les 4 secondes… Ca en était étourdissant!!!
      Mes suggestions pour ce soir:
      - Ajout d’une caméra aérienne pour faire des plongés sur l’arène
      - Ajout de quelques caméras à l’épaule pour ajouter du rythme, de la vie
      Et tant qu’à y être pourquoi ne pas ajouter quelques plans pris avec l’hélico de TVA???

    • Monsieur Bruneau n’a pas vraiment fait sa job et quand il a tenté d’intervenir, il s’est mëlé du débat (”c’est comme payer son auto avec son hypothèque”) alors que la neutralité est de mise.
      Pas fort.

    • Charest avait l’air du gars qui en a raz-le-bol de se faire traiter de voleur …par une illustre incompétente?

    • @zabou39
      “pourquoi ne pas ajouter quelques plans pris avec l’hélico de TVA???”
      Et on flashe nos lumières pour signaler notre désaccord avec ce qui se dit.

      Oups. On a Twitter maintenant pour faire ça.

    • Dès le début Marois a touché le bras de Bruneau et celui-ci était knockout !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité