Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 19 février 2012 | Mise en ligne à 23h36 | Commenter Commentaires (25)

    L’étoile du match à Blandine Prévost

    bprevost
    Blandine Prévost
    Photo Radio-Canada

    Le lendemain de sa visite sur le plateau de Tout le monde en parle jeudi, Blandine Prévost ne se souvenait déjà plus de rien. Et pourtant, on l’a vue s’exprimer clairement, avec l’optimisme dans la voix. Atteinte d’Alzheimer, qu’on croit à tort une maladie qui ne touche que les personnes âgées, cette Française de 38 ans sait qu’elle ne verra jamais ses petits-enfants, mais a choisi de passer le temps qui lui reste à aider les personnes atteintes comme elle.

    Comme le personnage d’Isabelle dans La galère, Blandine Prévost a commencé à perdre ses mots et à oublier certaines choses avant d’apprendre qu’elle était atteinte de cette terrible maladie. Aujourd’hui, elle suit une rééducation deux fois par semaine et souhaite rester près de ses trois enfants. Son projet le plus cher: ouvrir en France un centre de ressources comme il en existe un en Mauricie, Carpe Diem, qui permet aux personnes atteintes d’Alzheimer de continuer leur vie le plus normalement possible et de ne pas être considérées comme des personnes malades. «Si on arrive à l’exporter en France, eh bien, je peux vous dire que ma vie, elle sera belle.»

    Avec son mari à ses côtés durant l’entrevue, Blandine Prévost a avoué que «l’avenir s’est vachement assombri» lorsque la maladie lui est tombée dessus. «J’ai des difficultés mais il me reste encore plein de possibilités. (…) Je reste une personne qui a envie de vivre, qui est heureuse de sa vie», a-t-elle dit. Un message d’espoir qui ne peut laisser indifférent.

    En plus de cette entrevue très touchante, l’émission de Guy A. Lepage a pris un regain d’intérêt hier, avec des invités qui avaient beaucoup à dire. Notamment Georges-Hébert Germain, qui a boxé par médias interposés contre Jean-François Lisée depuis une semaine. L’auteur d’une nouvelle biographie de Robert Bourassa ne tarit pas d’éloges pour son sujet, jugeant même qu’il a réussi son pari politique, contrairement à René Lévesque, qui lui, a échoué.

    Germain, qui dit avoir voté OUI aux deux référendums et pour le Parti québécois presque toute sa vie, affirme qu’il voterait autrement depuis qu’il a rédigé cette bio. Revenant sur la fameuse affirmation de Robert Bourassa après l’échec de l’accord du lac Meech, il a rappelé que la souveraineté a obtenu l’appui de 67% des Québécois dans les sondages à ce moment-là, et que s’il l’avait voulu, Bourassa aurait pu passer à l’histoire.

    «Je trouve ça un peu salaud de la part de Lisée», dit-il au sujet de la décision du journaliste et écrivain de rééditer ses deux bios de Bourassa, en plus de pourfendre la sienne avant même de l’avoir lue. Georges-Hébert Germain reconnaît néanmoins que sa bio contient cinq erreurs factuelles, dont quatre ont été révélées dans Le Devoir la semaine dernière. Il se dit quand même en désaccord avec les interprétations de Jean-François Lisée sur la vie de Bourassa. «Moralement, je trouve ça désolant.»

    Désolantes aussi, les envolées radiophoniques d’André Arthur, qui aimait évoquer la supposée homosexualité de Bourassa. Georges-Hébert Germain n’a jamais cru à ces ragots.

    Accueilli sur le thème de son émission à TVA, l’animateur du jeu On connaît la chanson, Mario Tessier, va y penser deux fois lorsqu’on le sollicitera à nouveau pour une entrevue dans La Semaine. Pour illustrer son côté épicurien, le magazine l’a montré en train de beurrer ses toasts!

    En France, Isabelle Boulay ne doit pas parler de country, mais plutôt de folk pour qualifier son plus récent album, sur lequel figure notamment un duo avec Dolly Parton. «En France, le country, c’est comme une caricature», explique-t-elle.

    Revenant sur la mort tragique de Whitney Houston, la chanteuse s’interroge beaucoup sur l’entourage des stars déchues, qui ne fait rien, comme pour Amy Winehouse, pathétique lors de ses dernières apparitions. «Qui est à côté d’elle pour la laisser monter sur la scène?» demande-t-elle.

    Un peu comme Céline Dion, elle déplore les vies insensées que mènent ces grands talents. «Y’a un moment où la trajectoire dévie, et il n’y a rien de récupérable.»

    Venus parler du rayonnement international du film Monsieur Lazhar – à voir absolument -, le cinéaste Philippe Falardeau et la dramaturge et comédienne Évelyne de la Chenelière semblaient planer, à raison. «Il se passe quelque chose à Montréal (…) pour la taille du peuple qu’on est», croit Philippe Falardeau, qui a l’impression d’avoir tout le monde derrière lui pour se rendre aux Oscars. «Si le politique pouvait suivre, on serait en business!»

    À ce sujet, il n’a pas été question de la ridicule intervention de Krista Erickson la semaine dernière à SUN TV News, sur le financement public du film. C’est mieux comme ça, après tout, pourquoi lui donner le rayonnement qu’elle n’a pas de toute façon?

    Philippe Falardeau a admis avoir éprouvé un véritable deuil en prenant la décision de tasser le comédien Denis Gravereaux, qui jouait Bachir Lazhar sur scène, pour le remplacer par Mohamed Fellag, un acteur et humoriste très connu en Algérie. Au grand écran, il fallait que l’origine du personnage apparaisse d’emblée aux spectateurs.

    Falardeau se réjouit que les enseignants aient apprécié son film plutôt que de le voir comme un affront à leur travail.

    Il était temps que je connaisse le bédéiste Guy Delisle, dont on m’a tellement parlé, et qui parcourt la planète pour pondre ses b.d., traduites dans une douzaine de langues. Sa dernière, Chroniques de Jérusalem, montre notamment ces murs omniprésents, qui entourent les maisons et séparent les villages.

    Guy Delisle ne se dit pas militant, mais n’a pas le choix de qualifier son oeuvre de subjective. «C’est le journal d’un gars ordinaire dans une situation extraordinaire.» À propos des colonies, il dit: «C’est une erreur pour les Israéliens, et pour les Palestiniens, une aberration de voir leur territoire grugé au quotidien.»

    Dans un tout autre registre, le champion du monde de poker en 2010, Jonathan Duhamel, a admis avoir eu peur de mourir quand deux individus l’ont violemment battu à son domicile et lui ont dérobé 115 000$, une montre Rolex et son bracelet de champion du monde.

    Il qualifie de «personne assez spéciale» son ex-petite amie qui aurait orchestré ce complot. «Des fois, tu penses connaître quelqu’un mais tu ne connais pas vraiment la personne», dit-il.

    À ce sujet, la carte du fou du roi était particulièrement à propos: «Sors tes trèfles à quatre feuilles pour une nouvelle amie de coeur, tu mérites mieux qu’une deux de pique!»

    Il ignore l’identité de la personne qui a déposé son argent dans une boîte aux lettres, mais il aimerait bien le savoir. Bien qu’il poursuive sa carrière avec succès, Duhamel sait qu’il évolue dans un monde où gravitent des gens louches. Mais après son agression, il est revenu plus fort. «J’avais la rage de gagner et les yeux de Maurice Richard.»

    Et enfin, la question qui brûlait toutes les lèvres: pourquoi gardait-il tout cet argent dans un coffre-fort chez lui? Sa réponse, plutôt évasive: parce qu’il voyage beaucoup et qu’il doit avoir de l’argent liquide pour payer ses tournois. Quoi qu’il en soit, il affirme avoir payé ses impôts après avoir remporté le jackpot.

    Sur ces mots, mon compte-rendu de Tout le monde en parle fera relâche pour les deux prochaines semaines, puisque je serai en congé. Je vous dis: à très bientôt!


    • Bonjour, travaillant en Asie, vos commentaires sur TLMP sont très appréciés et vont me manquer pour les 2 prochaines semaines. Bonnes vacances (chanceux, va!), Steven Gagné

    • Georges- Hébert Germain fait bien le travail de piédestal pour lequel on le paie mais on aimerait plus d’honnêteté intellectuelle de sa part et moins de grosses erreurs factuelles dans sa biographie de Bourassa .
      De plus la Baie James n’a pas été financée par des visites de Robert Bourassa chez les Desmarais comme il le laisse entendre lors de cette entrevue.

      Elle est plutôt l’oeuvre d’Hydro-Québec le plus formidable outil de développement économique que le Québec ait connu , qui s’est financée sur les marchés pour réaliser ce barrage dont les retombées économiques profitent directement à l’ensemble des Québécois.
      Hydro-Québec elle-même est l’oeuvre de la nationalisation de l’électricité menée par René Lévesque à l’époque au gouvernement de Jean Lesage .
      On a beau vouloir réécrire l’histoire mais donnons à César ce qui appartient à César et à Lévesque ce qui appartient à Lévesque.

    • excellente émission, l’étoile irait aussi à Guy A pour son entrevue avec Mme Prévost.

    • LES murs M. Therrien??? Jusqu’à preuve du contraire, il n’y en a qu’un. Un mur honteux et disgracieux, bien trop long et bien trop haut. Mais qu’un seul. Les Israeliens qui ont décidé de reproduire la bêtise de nul autre que… les Allemands! Allez donc savoir…

    • Est-ce que c’est moi où les entrevues de Tout le monde en parle sont de plus en plus complaisante?
      Une entrevue avec Mario Tessier qui n’avait rien à dire (nous aurions pu nous en passer, est-ce que c’est lui qui à été tiré au sort pour être l’humoriste invité de la semaine?), la même chose pour Isabelle Boulay qui aurait dû prendre quelques jours de repos avant de se présenter…
      Pour l’entrevue avec Georges Hebert Germain, on n’aborde pas les sujets délicats, on ouvre la porte à une “gué-guerre” contre Jean François Lisé (qui n’interessera pas grand monde)…
      Ensuite, nous avons notre entrevue avec la victime de la semaine… Oups… Les victimes de la semaine… Il y en avait 2, Johnatan Duhamel et… un instant que je me souvienne… la victime d’Alzeimer… Une entrevue touchante et une entrevue plutôt anecdotique…
      Ensuite, les deux personnes qui avaient des choses à dire, Guy Belisle, où nous avons eu droit à une entrevue d’un vide… d’un vide… Qui en est presque gênant…
      Et, l’entrevue avec Falardeau… Tant de sujets qui auraient pu être abordés et qui ont été évités… Je ne parle pas de la sortie de Krista, mais bel et bien du financement du cinéma qui est gravement malade… De la diffusion des films québécois qui est quasi inexistante en dehors du Quartier Latin à Montréal…
      Une émission ratée…

    • @j.c.virgil

      20 février 2012
      04h52

      Pour vous, Georges-Hébert Germain ne peut pas avoir une quelconque valeur…Il n’est pas séparatiste!

      N’oubliez pas que René Lévesque était libéral à l’époque (1962) …Époque où les mots “Souveraineté, Séparation et Indépendance” n’existaient encore même pas au Québec.

    • @mellow-d

      20 février 2012
      09h11

      Le mur d’Israël, c’est pour empêcher les terroristes d’entrer en Israël et de tuer des citoyens

      Le mur de la Pologne érigé par les Allemands en 1940-1944 c’était pour empêcher les Juifs de sortir de leur ghetto où on les affamaient!

      Petite nuance…Vous trouvez pas?

    • “Est-ce que c’est moi où les entrevues de Tout le monde en parle sont de plus en plus complaisante?” zabou39

      ===

      Sûrement vous parce qu’à chaque semaine vous venez chialer contre cette /mission. Cette émission est légère et n’encourage pas la confrontation, si on aime pas ce style on regarde Krista à Sun News. MDR

      Jean Émard

    • @pager

      Je faisais référence au mur de Berlin.

      Le mur d’Israel, comme vous l’appelez (moi je trouve que c’est plus le mur de Cijordanie, mais bon, même combat), a le même but que votre mur de Pologne (??? Vous faites sûrement référence à la délimitation du ghetto de Varsovie), donc priver les Palestiniens de sortir de leur territoire, de les affamer afin de les affaiblir et mieux les écraser.

      Peu importe quel mur, où il est situé ou dans quelles circonstances, ça revient au même partout. C’est de la haine pure et dure et c’est inacceptable.

    • Du père fondateur, Adélard Godbout, à Robert Bourassa, en passant par le ministre libéral des Richesses naturelles, René Lévesque, Hydro-Québec est essentiellement une réalisation des administrations présidées par le P.L.Q qui se sont succèdées au Québec depuis la fin des années quarante. On peut même affirmer que les aménagements hydro-électrique de la Baie-James qui portent le nom de Robert Bourassa, constituent la toute première réalisation du Plan Nord de Jean Charest.

    • @pager
      Tout de suite les gros mots ! Je n’ai jamais mis en doute la valeur de G.H.Germain comme écrivain. Il est selon moi un bon écrivain.
      Cependant dans cette biographie de Bourassa qui n’en est pas une selon ses dires mêmes, il a fait un travail bâclé et peu crédible qui tient beaucoup plus d’une commande de la fiducie qui l’a embauché que d’un travail d’écrivain qui recherche la vérité sur la vie de l’homme qu’il dépeint.

    • @robinson
      On peut dire que vous étirez l’élastique pas à peu près en associant la baie James de Bourassa au Plan Nord de Charest !
      On avait bien compris cependant que la publication de cette biographie payée par la fiducie de Bourassa qui sort en pré-campagne électorale visait à faire le rapprochement entre celui-ci et Jean Charest et son Plan Nord. La ficelle est quand même assez grosse!

      Il y a cependant une grosse différence entre l’électricité produite par le barrage de la Baie James qui profite à l’ensemble des Québécois et un Plan Nord où les richesses naturelles extraites profiteront essentiellement à l’industrie minière avec les faibles redevances actuelles calculées sur le profit brut des entreprises.

    • @mellow-d

      20 février 2012
      10h43

      Vous cherchez à réexpliquer ce que j’ai clairement énoncé.

      En conclusion, pour vous les deux murs sont identiques ie servent les mêmes buts. Pourtant il y a une différence fondamentale entre le mur de Pologne (en fait à Varsovie) et le mur érigé pour protéger Israël! Cela me fait pleinement réaliser toute la partisannerie des anti-Israel du Québec!

    • @j.c.virgil

      20 février 2012
      12h04

      Vous avez écrit:

      “Il y a cependant une grosse différence entre l’électricité produite par le barrage de la Baie James qui profite à l’ensemble des Québécois et un Plan Nord où les richesses naturelles extraites profiteront essentiellement à l’industrie minière avec les faibles redevances actuelles calculées sur le profit brut des entreprises.”

      Je ne sais pas quel age vous avez, mais les arguments que vous utilisez pour diaboliser le plan nord, ce sont grosso-modo les mêmes qui étaient utilisés à l’époque par des groupes qui s’opposaient au développement de la baie James!

      En passant: Les redevances que le gouvernement du Québec demande aux minières sont en plein dans les moyennes Canadienne…Évidemment, si je vous parle de compétitivité, vous ne comprendrez pas!

    • Duhamel semble ignorer l’existence des chèques certifiés pour justifier de garder autant de liquide chez lui…

    • La question au sujet du cash a la maison etait impertinente a mon avis. Franchement. Si le gars veut garder du cash chez lui, c’est son droit. Il aurait du demander a Guy A. s’il passait toujours au guichet automatique avant une p’tite partie de poker entre chums…

    • On a des bonnes conditions de travail à votre journal. Vous avez combien de semaines de vacances par année coup donc? Vous êtes souvent en vacances: 1 mois par ci, 2 semaines par là. Des conditions de travail dignes d’un fonctionnaire.

    • @pager
      Je comprends bien des choses, mais probablement pas de la même manière que vous… Tiens je vous propose un article de Yvon Allaire professeur de stratégie à l’UQUAM qui nous dit :

      “Le régime actuel de redevances laisse une trop grande part des profits aux minières, lésant ainsi les propriétaires de la ressource, les citoyens du Québec.”

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/341348/redevances-minieres-au-quebec-pour-un-partage-equitable-de-la-richesse

    • @anne-france
      J’aimerais avoir les conditions dont vous me parlez, je n’ai pas pris une seule journée de congé depuis juillet 2011, j’ai même travaillé le soir du 31 décembre.

    • @ Anne-France
      En quoi les conditions de travail de Monsieur Therrien vous regarde??

    • @anne-france – Vous comptez les vacances des autres, de travers en plus? Différents emplois, différentes vacances.
      En journalisme, les gens ne sont pas attachés par un boulet à leur bureau, ne sont pas obligés de pondre quotidiennement dans un blogue, ni d’écrire un article à chaque jour. Parfois, ils doivent être “sur le terrain”.
      Vous devez aussi en avoir contre les enseignant(e)s avec leurs “trois mois de vacances”? Loin d’être trois mois, et les cours, ça se prépare, la fin des classes ne veut pas dire qu’on s’en va tout de suite chez soi.

    • Dany Turcotte m’a bien fait rire quand il a dit que René Levesque avait fait avancer la société québécoise. Sait-il seulement que c’est un ministre de la Justice fédéral, du nom de Pierre-Elliot Trudeau qui a décriminalisé l’avortement et l’homosexualité? Les libéraux fédéraux et autres politiciens fédéralistes font aussi bouger les choses. Qui a légalisé le mariage entre personnes du même sexe?

    • Bonjour,
      Déçue de voir que l’on fait un héros avec un jeune qui joue à des jeux de hasard. Je suis la mère d’un jeune de 23 ans qui joue sur les mêmes tables que J.D. Ça fait des années que je me bats avec ce choix de vie. Je suis convaincue que la vie n’est pas faite pour perdre son temps et argent à des jeux de hasard. Depuis 10 jours, mon fils est dans une hôpital psychiatrique. Son père et moi avons dû lui enlever ses droits pour le forcer à aller chercher de l’aide et se faire soigner. Il a complètement craqué. Aux noms de tous les parents, familles et amis de ces personnes qui comme mon fils a perdu leur équilibre physique et mental. Je supplie les journalistes et les émissions très populaires de stopper cette hémorragie, et d’arrêter de faire du poker un jeu très attrayant…J’aimerais que l’on invite les psychiatres et familles qui ont à garder courage et espoir face à la guérison de leur proche. Il serait très souhaitable en contre partie d’inviter les intervenants du Centre Dollard-Cormier. Fondé en 1997, le Centre Dollard-Cormier est un établissement public de réadaptation ayant pour mission d’améliorer l’état de santé, le bien-être, la qualité de vie et l’intégration sociale des personnes souffrant d’alcoolisme, de toxicomanie ou de jeu pathologique. Il dessert la population de l’ensemble de l’île de Montréal et intervient tant auprès des personnes elles-mêmes que de leur entourage. Au fil des années, le développement des services a permis de répondre aux besoins de tous les groupes d’âge, de l’enfance aux personnes de 55 ans et plus. Affilié à l’Université de Montréal et partenaire de l’Université de Sherbrooke, le Centre accorde par ailleurs une grande importance à la recherche et au développement des connaissances dans ces champs d’expertise.

      P.S. Mon fils était un premier de classe, très doué, il s’est perdu dans le monde du jeu.

    • Cette entrevue avec Blandine Prévost m’a vraiment touchée. Je l’ai regardé, avec des larmes sur les joues, en compagnie de mon chum et de ma fille. Cette maladie me guette aussi. L’Alzheimer précoce, cette forme héréditaire, terrible et méconnue de la maladie. J’ai vu mon père perdre ses facultés, sa dignité, ses souvenirs dès l’âge de 45 ans. Et auparavant, nous avons vu sa mère. Aujourd’hui, j’ai 32 ans et 50% de probabilité de développer moi aussi l’Alzheimer autour de 45 ans.

      Merci à Blandine et son mari de parler de ce qui coûte à dire, de ce qui fait peur, de ce qui désole. Merci de démystifier, de faire connaitre, de sensibiliser. Et personnellement, je tiens surtout à remercier Blandine de partager sa sérénité face à son avenir…. sérénité que moi je peine à trouver lorsque je m’arrête à y penser et que l’angoisse me prend.

      Bonne route à vous deux, continuez de faire du beau autour d’une situation cruellement triste.

    • “Dany Turcotte m’a bien fait rire quand il a dit que René Levesque avait fait avancer la société québécoise. Sait-il seulement que c’est un ministre de la Justice fédéral, du nom de Pierre-Elliot Trudeau qui a décriminalisé l’avortement et l’homosexualité? ” lineni

      ====

      Et maintenant c’est vous qui nous faites rire avec votre sophisme.

      Depuis quand un PM du Québec peut-il agir dans les compétences fédérales ?

      Et René Lévesque a grandement fait avancer le Québec, bien sûr.

      Jean Émard

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité