Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 16 février 2012 | Mise en ligne à 15h03 | Commenter Commentaires (88)

    Krista, oh, Krista!

    kristakrista2

    Tiens, tiens, voilà Krista Erickson qui en remet une couche alors qu’on l’avait presque oubliée. Maintenant que le Conseil canadien des normes de la radiotélévision a jugé qu’elle n’avait pas dépassé les bornes en ridiculisant la danseuse Margie Gillis en ondes, la speakerine de SUN TV News repart en guerre contre les subventions à la culture, sa marotte.

    Après s’être récemment scandalisée de scènes de fesses dans la série française Hard, présentée sur Tou.tv, la spécialiste des arguments fallacieux et démagogues s’en prend cette fois au film Monsieur Lazhar, qu’elle juge beaucoup trop subventionné. En nomination dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars, l’oeuvre de Philippe Falardeau n’aurait donc pas dû recevoir autant d’argent des contribuables mais plutôt s’autofinancer avec le privé.

    Décidément, Krista Erickson ne comprend rien à rien, et aurait intérêt à s’informer avant de dire n’importe quoi sur le financement de la culture. Sans subventions et malgré ses immenses qualités, Monsieur Lazhar ne se serait jamais rendu aux Oscars.

    Est-ce si important qu’on injecte des sommes d’argent pour que le cinéma québécois rayonne à l’étranger? Absolument. La culture n’est-elle pas un bien accessoire? Ne devrait-on pas plutôt mettre cet argent dans la santé ou l’éducation? Non, Madame. La culture n’est pas accessoire, elle est essentielle, vitale. Sans culture, nous ne sommes rien. Et la danse, le théâtre, le cinéma, la littérature, les arts visuels ne survivraient jamais sans aide gouvernementale. Si le Québec veut avoir autre chose à voir que Les Boys et à écouter que du Ginette Reno et du Céline Dion, il doit y mettre l’argent. C’est comme ça que ça marche, et je ne comprends pas qu’il faille encore en 2012 expliquer une chose aussi élémentaire.

    Maintenant, si Mme Erickson aime ça, elle, ne voir que des blockbusters au cinéma, acheter ses peintures au Marché du Store, revoir The Phantom of the Opera pour la 12e fois et prendre son bain en écoutant du Michael Bublé, c’est son affaire…


    • Ah, c’est bien la même. Décidémment, cette fille ne comprend rien à la culture, ni à l’histoire, ni rien à rien. Heureusement, je n’écoute jamais ce poste.

    • et si cette belle tête blonde vide nous parlait du financement des produits TVA Films qui sont produits par financement public…

    • “Non, Madame. La culture n’est pas accessoire, elle est essentielle, vitale. Sans culture, nous ne sommes rien. Et la danse, le théâtre, le cinéma, la littérature, les arts visuels ne survivraient jamais sans aide gouvernementale.”

      Faux, Monsieur, je vous invite à revisiter votre histoire. La culture a toujours existé depuis la nuit des temps. La culture, c’est le peuple qui la fait. Ce n’est pas l’argent. On ne donne pas 10 dollars à un artiste puis on lui dit: fais-nous de la culture. Vous ne comprenez pas ce qu’est la culture.

      La culture n’a pas toujours été subventionnée et elle a toujours survécu. Qu’un film québécois aille aux Oscars ou pas, ça ne change rien à la culture. Les artistes existeront toujours. Certains personnes font de la peinture pour le plaisir, ce n’est pas tout le monde qui est payé pour jouer de la guitare, chanter.

      Aussi, la culture change. Vouloir la garder comme elle est en la subventionnant, c’est empêcher de la faire évoluer vers les nouvelles tendances. Il y a tout un petit lobby qui s’est créé au fil du temps qui gobe les subventions et les attribue à ses ti namis et c’est pour ça qu’on voit toujours les mêmes acteurs dans les films, les séries tv. La culture est de plus en plus ouverte sur le monde, grâce aux médias, réseaux sociaux.

      « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

      Quand on finance “la culture”, on lui dicte un chemin, une voie. Et dès lors, ce n’est plus de la culture, car ce n’est plus représentatif. C’est une approche top down. Alors que la culture, c’est bottom up.

      Financer la culture c’est “Star Académie”.

    • Elle, son film préféré, ca doit être Twilight.

    • Au moins, il parait que les cotes d’écoute de Sun News Network sont horribles. C’est tout de même une consolation.

    • “Sans culture, nous ne sommes rien”

      Faut pas charrier quand même. On peux réussir à vivre sans culture.. parlez-en aux anglophones de ce pays qui empruntent celle du pays voisin.

    • @arnolde

      Wow, je dois admettre que votre argumentaire est plutôt bien ficelé. J’ai tendance à être d’accord avec vous. Quoique je ne suis pas prêt à dire qu’on devrait cesser complètement de financer la culture.

      J’ajouterai que ça me désole qu’on résume la culture québécoise à la télévision, au cinéma, à la musique et au théâtre. La culture, c’est bien plus vaste, ça inclut la culture scientifique, entrepreneuriale, architecturale, alimentaire, etc.

      Je ferai d’ailleurs un parallèle entre le cinéma et la restauration… De plus en plus de restaurateurs québécois sont connus et reconnus dans le monde, ça devient une carte de visite pour le Québec et Montréal particulièrement… Je serais curieux de comparer le niveau de subventions dont jouissent les cinéastes avec ceux dont jouissent les entrepreneurs en restauration.

    • @ arnolde: M. Therrien ne s’est pas trompé dans son affirmation. Les artistes qui ne gagnent que leur vie à faire leur art, et qui n’en font pas un simple side-line dépendent beaucoup de ces subventions. Pensez par exemple aux danseurs de ballet, aux chanteurs d’opéra, à l’argent qui leur permet de financer leurs tournées pour nous représenter sur la scène locale et internationale.

      Star Académie est d’un tout autre ressort, toutes les autres scènes ne bénéficient pas de gros canons pour les promouvoir comme tout un empire (Québécor) le fait pour une seule émission !

    • «Krista Erickson ne comprend rien à rien, et aurait intérêt à s’informer avant de dire n’importe quoi sur le financement de la culture.»

      «La culture n’est pas accessoire, elle est essentielle, vitale. Sans culture, nous ne sommes rien.»

      C’est votre opinion, qui n’est pas appuyé sur aucun raisonnement scientifique, elle a la sienne, qui n’est pas plus appuyé sur un quelconque raisonnement scientifique, mais qu’elle présente sans trop s’énerver, alors je ne vois pas le problème. Vous dites qu’elle ne comprend rien, mais elle pourrait vous répondre la même chose et on ne serait pas plus avancés. Vous ne partagez clairement pas les mêmes valeurs, mais objectivement parlant, vous n’avez pas plus raison qu’elle…

      En passant, je suis entièrement d’accord à ce que la culture soit subventionnée, mais je suis aussi conscient que ce n’est pas justifié par aucun raisonnement objectif. Pas vous, semble-t-il.

    • Il y a tout de meme un point a considéré dans les subventions… pourquoi demandé de l’argent et en meme temps donner des profits aux actionnaires !!! On dilapide l’Argent des bons payeur de taxe sans leurs demandé leurs opinion. Si on avait seulement quelques émissions produites annuellement, ils se paierait tout seul. le probleme c’est qu’on fait beaucoup de cochonerie et apres on doit payer pour tout le monde. Si une subvention est refuser, plein de petits amis journalistes et autres artiste vont se permettre de critiquer dans les medias.

      On met la barre ou ?

    • @arnolde
      « Faux, Monsieur, je vous invite à revisiter votre histoire. (…) La culture n’a pas toujours été subventionnée et elle a toujours survécu. »

      C’est plutôt vous qui devez revoir votre histoire. La culture a toujours eu besoin de mécènes, qu’ils soit privés ou étatiques.

    • Oups…

      C’est plutôt vous qui devez revoir votre histoire. La culture a toujours eu besoin de mécènes, qu’ils soient privés ou étatiques.

    • @potomax

      C’est juste insultant quand les partis pris nous mettent un scénario de l’apocalypse sur le nez disant que si on enlève le cash, n’a pu de culture!

      Par ailleurs on subventionne une industrie (référer au billet de Marissal) dont les salaires sont 16% plus élevés que la moyenne à temps plein, 40% plus élevé que le temps partiel. Le bon peuple qui gagne le salaire moyen paie pour les salaires élevés des artistes. Si on subventionne, au moins qu’ils régulent les salaires pour correspondre à la moyenne du bon peuple, svp.

      Même si on comprimait les subventions, je reste assuré que le génie québécois trouverait des façons de sortir des bijoux de films quand même. Une idée, ça n’a pas de prix. Un bon film, ça n’a pas besoin d’un gros budget.

    • C’est plate pour les blondes. Elle ne fait que renforcer le stéréotype…

    • My god! Vous les journalistes, vous parlez au nom d’une minorité de gens du milieu artistique comme si c’était un concensus.

      La culture, c’est le monde, pas l’argent qu’on met pour faire connaitre un film ou des séries télé.

      Sans argent dans la culture et sans financement public dans radio-canada, est-ce qu’on perdrait :

      - Le sport? non
      - La poutine? non
      - Le PQ dans ses crises existentielles? non
      - Nos entreprises? non
      - Les partys de famille à Noel et au jour de l’an? non
      - Le sexe avant et après le mariage? non
      - nos familles? non
      - notre environnement? non
      - nos téléromans de matante? oui
      - Star académie? oui
      - Tous les shows de Véronique Cloutier? oui

      Personne ne serait donc mort…..
      Arrêtez avec votre psycho-drame!!!!
      et arrêtons d’enrichir les richissimes du monde de la télé avec de l’argent public!!!

    • …@arnolde,16 février 2012,15h20: « . La culture a toujours existé depuis la nuit des temps. (…) La culture n’a pas toujours été subventionnée et elle a toujours survécu.»
      ++++++++++

      Puis vous inviter à suivre votre propre conseil? «Monsieur, je vous invite à revisiter votre histoire.»

      Je vous laisse ici l’origine du mot «mécène« dont je suppose que vous connaissez la signification. Je ne vais donc pas vous faire l’injure de la répéter. Vous verrez que ça fait «un sacré bout« que la culture bénéficie d’argent et de soutien.

      «Caius Cilnius Mæcenas, dont le nom francisé est Mécène (v. 70 av. J.-C. – 8 av. J.-C.), est un homme politique romain et un proche de l’empereur Auguste, célèbre pour avoir consacré sa fortune et son influence à promouvoir les arts et les lettres. Virgile, Properce et Horace lui rendirent en hommage ce qu’ils avaient reçu en bienfaits. Il fit ses études en Grèce et vécut à Rome dans la deuxième moitié du Ier siècle avant l’ère chrétienne.»

      CQFD.

      Quant aux deux «génies» qui se sont fait aller le clapet, je préfère ne rien dire, je serais grossier
      et cela n’est pas un comportement que je privilégie.

    • Monsieur Lazhar… ah oui, le film que personne n’a vu mais que tout le monde encense.

    • @arnolde
      Et Beethoven travaillait pour qui? Et Mozart, et Bach?

      Avant de dire des niaiserie on se renseigne.

    • M. Therrien,

      La dame comprend très bien. Ellle est payée pour faire scandale, il faut bien trouver des sujets qui scandaliseront la droite canadienne et mousseront, sans doute, les intérêts de son patron.

    • @arnolde

      Expliquez-nous si votre raisonnement simpliste et libertarien est valable pour les subventions/crédit d’impots pour le démarage d’entreprise par exemple?

      Parce que sinon c’est donner une direction à notre économie! Ce qui serait abominable…

      Donner des subventions pour l’art c’est pas pour qu’il “existe” c’est pour en faire un de qualité (et non des publicités maquillées!), qui attire et qui est compétitif au niveau mondial.

      Comme la subvention à l’entreprise d’emboutaillage XYZ c’est pas pour inventer l’eau… c’est pour être compétitif au niveau de l’embouteillage.

    • @arnolde : L’apogée de la culture coincide souvent avec des subventions. On peut penser à l’Italie de la Renaissance par exemple où les mécènes subventionnait différents artistes.

      Je pense qu’il est erroné de penser que le fait de subventionner la culture fasse en sorte qu’on la canalise, qu’on lui enlève toute substance. Ça arrive oui, mais une bonne subvention n’aura pas ces prérogative de contrôle.

    • @arnolde

      Avec un raisonnement pareil, on serait probablement encore dans des cavernes à peindre des animaux sur le roc, ou mieux, Transformers 3 gagnerait l’Oscar du meilleur film, puisque selon votre logique tout doit ètre jugé à l’aune du marché…

    • @sergioo

      …. n’importe quoi….

      Tu l’as pas vu? Lâche ton écran d’ordi, pis sors un peu…

    • Coudonc, c’est-tu moi ou on est rendu dans un monde complètement réducteur, jugeant toute question à partir de 1+1=2? “on a pu d’argent, on a pu d’argent!, on coup toute!”

      Quelques années passent….

      “oups… on a pu rien! pis on a pas plus d’argent qu’avant!”

    • On croirait voir un message des fanatiques ultra-religieux, eux c’est “Sans Dieu nous ne sommes rien” et maintenant on a “Sans culture, nous ne sommes rien”, certaines personnes devraient définitivement suivre des cours de sciences 101

    • Tous les diffuseurs télé ou presque sont en parti subventionné directement ou indirectement par les sous du public.

      La publicité diffusée durant les émissions finance ces émissions. Cette publicité est payée par les gens qui achètent les services et produits publicisés. La seule différence, ce n’est pas écris sur la facture. On ne sait pas combien on a payé.

    • arnolde

      16 février 2012
      15h20

      ¨On ne donne pas 10 dollars à un artiste puis on lui dit: fais-nous de la culture. Vous ne comprenez pas ce qu’est la culture.¨

      Le mécénat existe depuis la nuit des temps, ça suffit la désinformation.

    • Chose certaine, c’est que la vérité se situe entre l’opinion de Madame et celle de Mr Therrien.

      Mais comme les intervenants sont incapables de nuances, et bien insultez vous.

      J.Perron

    • @vous

      Vous avez une vision très simpliste de ce qu’est la culture.

      Définition de la culture: Ensemble des aspects intellectuels, artistiques et des idéologies d’une civilisation ou d’un groupe particulier.

      ”Donner des subventions pour l’art c’est pas pour qu’il “existe” c’est pour en faire un de qualité (et non des publicités maquillées!), qui attire et qui est compétitif au niveau mondial.”

      Ça sert à quoi d’avoir de l’art qui attire et compétitif mondialement? Ne voyez vous pas que vous tendez justement vers les Transformers avec cette assertation?

      Par ailleurs, rien n’empêche quiconque de donner aux artistes qu’il apprécie, ou à des fonds destinés aux artistes, si vous trouvez cela si important.

      Ce que du monde comme moi déplore, c’est que notre argent est pris sans notre consentement, pour faire vivre des téléromans de m**** comme L’Auberge du Chien noir. Certes il y a des bons coups. Mais le gouvernement est inefficace dans ses choix. Trop de mauvais coups.

      Dire que l’art n’existerait pas sans subvention c’est faux. Ce qui fait ressortir l’art, justement ce sont les contraintes.

      Le Québec, c’est une petite population, un petit marché, faut faire avec. On verse des millions à une élite artistique qui ne laisse tomber que des miettes aux plus démunis. On verse des millions pour faire ”des grosses productions” qui vont dans les galas pour après se frotter les mamelons et se dire qu’on est fier d’être québécois. Perso j’en ai rien à foutre de subventionner une troupe de ballet pour qu’elle aille faire une représentation en Hongrie, faire bénéficier les hongrois. J’en ai rien à foutre de subventionner des films comme Incendies qui sont calqués sur des livres.

      Ce qu’on demande c’est avoir le choix. La liberté d’avoir le choix.

    • Une idée, de même… Et si on permettait aux citoyens de décider ce qu’ils veulent subventionner, côté culture, au lieu de laisser à des fonctionnaires le loisir de le faire? Un genre de vote populaire, en somme. Je suis certaine que ça aiderait à diversifier l’offre culturelle, à aider le public à s’intéresser à celle-ci et à faire connaître de jeunes talents émergents qui ont de la misère à faire leur place sur le marché dans les conditions présentes.

    • Je suis heureux de constater que les anglos ont un pendant féminin.
      La Richard Martineau des propos fallacieux.

    • Les guerriers et les guerrières qui sévissent sur les ondes doivent être pris avec un grain de sel. La belle Kathia gagne sa vie. Comme le gros Arthur le faisait à Québec. Les grandes gueules ont besoin de quelques tirades à répéter à satiété. Elle a choisi la culture plutôt que les B.S. Elle finira candidate du parti Conservateur, Bien lui en fasse.

    • Il aurait fallu écrire Krista au lieu de Kathia. Mais, on s’en fout.

    • Très heureux de votre intervention monsieur Therrien. La culture est le reflet de ce que nous sommes. La laisser aux vicissitudes d’intérêts privés marquera sa fin. Et la nôtre par la même occasions.

      Étonnant de constater que l’on retrouve des adeptes du suicide au Québec. Qu’ils nous pardonnent de ne pas vouloir mourir avec eux.

    • @vous

      Vous me parlez de mécènes qui utilisent leur fortune pour soutenir des artistes, alors que moi je parle de subventions du public. Vous ne faites que confirmer ce que je disais. Je suis pour que le monde dépense son argent comme il le veut, pas que le gouv. nous vole pour payer la baraque à Véronique Cloutier.

    • Star Académie, la définition de la culture…? On lâche pas…

      Les contraintes de marché sans mécénat tue l’art, le vrai. Pas celui qui ne cherche qu’à “fitter” dans le moule, à entrer dans sa petite case. Comme le disait si justement jeanfrancoiscouture, les mécènes ont toujours existé. Si le gouvernement se fait mécène, c’est justement pour éviter que les artistes soient uniquement à la merci du bon vouloir d’une élite.

      Et c’est certainement pas les subventions aux artistes qui vont ruiner le Québec… À tous ceux qui sortent l’argument de type “ils sont tellement trop gâtés ces artissssss”, vous cognez sur ceux qui gagnent moins que vous, alors que ceux qui font la passe au-dessus de vous rigolent, et s’en mettent plein les poches. Mais c’est tellement facile de rediriger la colère des gens avec les bons outils, comme SunTV par exemple!

    • Il se produit environ une quarantaine de films au Québec (ce qui serait le double de la France proportionnellement parlant). Le problème ne réside pas à financer les quelques films qui sont excellents et qui font l’unanimité.

      Le problème réside dans le financement de ceux dont la qualité (et la valeur cinématographique) est TRES discutable et qui reçoivent quand même de 3 à 8 millions.

    • @Arnolde : tout à fait d’accord.
      @bomarco : exactement.
      M. Thérrien, vous dites ” je ne comprends pas qu’il faille encore en 2012 expliquer une chose aussi élémentaire” : sans doute parce que votre “explication” repose sur des fondements fragiles.
      Vous dites qu’il faut subventioner si on veut voir autres choses que les Boys : sans subvention vous n’auriez pas à endurer les Boys, car il n’y en aurait pas…

    • Le mécène prend l’argent de sa poche, il peut faire ce qu’il veut avec, le gouvernement lui prend l’argent des contribuables. La majorité des Québécois ne fréquentent pas les musées, ni les salles de théatre, ne vont pas au concert de l’OSM, ne lisent pas beaucoup non plus; mais il se donne le droit au nom de la culture de subventionner tel artiste écrivain, tel théatre expérimental etc, souvent par pure partisanerie…z’avez pas voter du bon bord bonnes gens ? Oubliez ca votre subvention pour l’érection d’une salle de spectacle par exemple. Avant 1960, y’avait pas de ministère de la Culture au Québec, pourtant y’avait des livres qui s’écrivaient, Le survenant, Bonheur d’occasion, Maria Chapdelaine, des artistes Alys Robi, Olivier Guimond, des managers comme Jean Grimaldi, la culture serait mieux servit si le gouvernement s’enlèverait de la.

    • Je me demande si les peintures rupestres étaient subventionnées?

    • Cette dame a raison. On a dépensé des centaines de millions en culture depuis qqs années avec aucun résultat. La culture subventionnée c’est pour les snobinards. Et d’ailleurs, qui s’intéresse à la culture québécoise à l’étranger ???? Personne. Notre culture n’est pas plus exportable que la culture finlandaise. Que ceux qui s’extasient devant Gillis paient pour la voir. Dois-je rappeler que nous sommes en faillite au Québec ? Évidemment, les artistes n’aiment pas qu’on leur rappelle leur dépendance à l’État. Incroyable le nombre d’assistés accréchés aux mamelles de l’État au Québec: agriculteurs, artistes, fonctionnaires, assistés sociaux… On peut bien être la province la plus pauvre du Canada.

    • @taila – 16 février 2012 – 15h52
      En effet, belle, blonde et clairement: dumb!

    • @adpi – 16 février 2012 – 16h27
      On va enlever de nos vies tout ce qui est culturel et vous nous dirai comment vous trouvez la vie ? Etant moi-même un amateur de culture, je la considère comme quelque chose d’absolument essentielle.

    • @arnolde

      Ben oui!! C’est sur le Roi de France, de Prusse ou les Médicis à Florence n’ont JAMAIS utilisé les dénier publique…

      Svp lisez un petit peu sur l’histoire de l’art.

      L’État et la religion sous une forme ou une autre ont de tout temps été les principaux mécènes de l’art sous toute ces formes.

    • En plus de son cerveau de fausse blonde…..(c’est une farce…)
      Étant une ancienne vraie blonde, j’ai le droit de rire des blondes.

      Est-ce que cette dame aurait une déviation de la colonne……?

      La douleur pourrait peut-être expliquer ses inepties.
      Louise April(Laloue)

    • Au Québec, le budget pour la culture représente à peine 1% du budget total du gouvernement. Une goûte d’eau. On pourrais dire à la dame de se trouver un autre sujet plus substantiel pour décharger son indignation.

    • Malheureusement, il n’y a qu’une seule personne sur la planete qui écoute Sun News…
      Cette personne étant notre Ministre de la Culture et du Patrimaine et qu’il se serve de ce déchet de Québécor comme d’une source fiable d’information, c’est désolant…
      Sun Media, ce n’est pas eux qui mettent une pitoune en Bikini dans la section sport de leur média papier????

    • @arnolde

      Si ton argument ne se résume qu’à un argument de choix personnel et économique, alors, laisse moi te rétorquer avec : G20.

      Avec ce seul G20, on a payé collectivement 1 MILLIARD de $ pour accomoder des dirgeants qui vont se rencontrer pour décider de quelle manière il vont nous pomper notre fric et se payer notre tete.

      1 milliard mon ami, ÇA ça devrait te concerner, te scandaliser et user de ton temps sur les blogues, ta salive et ton énergie.

      Pas ce qu’ont donne collectivement aux artistes et artisans de la télé, du cinéma, du théatre et de la danse.

      Pas qu’il n’y a pas de débat à faire sur le sujet. Mais si ça t’intéresse l’industrie de la culture, tu peux aller lire l’article de Marissal :

      http://blogues.cyberpresse.ca/marissal/2012/02/16/et-loscar-de-la-betise-va-a/

      Sinon, j’ai un autre scoop pour toi. Un autre truc auquel tu devrais te scandaliser et déployer tes talents d’indignation sur les blogues :

      http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/293750/panneaux-neufs-une-manne-de-700-millions-pour-le-prive

      Eh oui. Tu as bien lu. 700 millions. Quasiment 1 milliard. Pourquoi? Parce qu’on veut remplacer les panneaux pour les vieux. Bin quin!

      À ce prix là, on devrait à la place leurs acheter des lunettes.

    • Calmez vous M. Therrien. Regardez la chaîne et la fille qui ont fait ce reportage. Elle va continuer ce type de reportage mais elle ne fera jamais de reportage sur les subventions à l’Église catholique. C’est son rôle.

    • Etes-vous en train de me dire que sans subvention la culture Québécoise disparaitrait???

      Donc si je comprend bien notre culture est tellement faible que nous devons la tenir artificiellement en vie… Avec l’argent des autres bien sur!!!

      Au Québec toute les raisons sont bonnes pour se tourner vers le gouvernement pour quémander de l’argent. Le pire est de voir notre gouvernement irresponsable sans le sous se tourner vers les marchés mondiaux EMPRUNTER encore et encore et continuer de nous endetter au nom de la société québécoise.

      En passant, votre chef d’oeuvre québécois Monsieur Lazhar a couté 3,6 millions a produire et a rapporté 2,2 millions et on parle ici d’une merveille cinématographique… Une chance!!!

      Quand tu n’as pas les moyens de tes ambitions et que tu ne le sais pas, la seule chose qui peut te faire allumer c’est quand le huissier vient cogner a ta porte… Ca s’en vient les amis!!!

    • arnolde

      “Le bon peuple qui gagne le salaire moyen paie pour les salaires élevés des artistes”

      Pardon???? Nous pouvons voir que tu ne connsais absolument RIEN a ce secteur. Pour un artiste qui reussit, il y a en 99 qui vivotent avec 2 jobs a temps partiel. Le salaire élevé des artistes? Non, serieusement, est-ce que tu reflechis au-dela de tes prejuges pour ecrire des non-sens aussi grossier?

    • @mlektra

      C’est le rôle du gouvernement de fournir une infrastructure pour le peuple.

      Avec les subventions aux artistes, on maintient artificiellement en vie une industrie qui sans ça, ferait vivre moins de monde. Ils travailleraient ailleurs. Dans un monde de conccurence, les plus forts survivent. Les meilleures productions artistiques, les meilleurs artistes, survivraient encore soyez en certains.

      Ma génération est de plus en plus ouverte sur le monde, on veut voyager, voir d’autres cultures. La culture québécoise n’est pas plus spéciale que celle des autres. Pourquoi tenter de la maintenir en vie artificiellement, en donnant des subventions aux mêmes producteurs année après année pour nous produire des Virginie, Destinées, Auberge du chien noir, ou des films comme sur le Commandant Piché, où les ti names se paient des salaires faramineurx? est-ce que c’est ça votre définition de la culture? Véronique Cloutier, qui se fait payer son salaire presque entièrement par Radio-Canada depuis tant d’années (si on ne tient pas compte de la radio), avez-vous vu sa baraque? C’est ça qu’on subventionne entre autre! Surtout ça! Pas les petits artistes pauvres qui veulent danser “parce que c’est leur rêve”. Moi mon rêve c’était de jouer au hockey, et que veux tu j’avais pas assez de talent, est-ce que le gouvernement me paye pour que j’aille jouer devant 10 personnes à l’aréna “parce que l’activité physique c’est vital?”.

      Je suis pas plus d’accord qu’on subventionne cette industrie qu’un amphithéâtre à Québec en passant.

    • @bilomi

      “Pardon???? Nous pouvons voir que tu ne connsais absolument RIEN a ce secteur. Pour un artiste qui reussit, il y a en 99 qui vivotent avec 2 jobs a temps partiel. Le salaire élevé des artistes? Non, serieusement, est-ce que tu reflechis au-dela de tes prejuges pour ecrire des non-sens aussi grossier?”

      Ça nous ramène à ceci. Au lieu de se dire : “je suis un artiste, que le gouvernement me paye!”, pourquoi ne pas se trouver une job. Ce n’est pas un acquis quand on nait de faire ce qu’on veut et d’exiger d’être subventionné et payé par du monde qui travaille et qui font pas nécessairement ce qu’ils veulent dans la vie.

      La question n’est pas si les artistes méritent d’être subventionnés ou pas, mais est-ce qu’on peut faire d’autres choses, plus utiles avec cet argent, et la réponse est certainement oui.

      Pourquoi une mère monoparentale qui travaille comme secrétaire devrait payer des impôts pour faire fonctionner des séries télé à Radio-Canada, quand, elle, doit travailler à un petit salaire et faire vivre ses enfants?

      Pourquoi le gouvernement ne me donne pas de l’argent pour jouer dans ma ligue de garage la fin de semaine? Pourtant, moi je me déclare joueur de hockey! Si personne veut payer pour me voir, pas grave, le gouvernement va me subventionner, je dois bien vivre après tout!

    • @unpirate

      “En passant, votre chef d’oeuvre québécois Monsieur Lazhar a couté 3,6 millions a produire et a rapporté 2,2 millions et on parle ici d’une merveille cinématographique…”

      C’est bien connu que la valeur d’un film se mesure uniquement par les recettes engrangées. Toujours aussi simpliste.

    • L’État finance les entreprises pour différentes raisons, dont celle de créer des emplois. C’est la même chose pour les entreprises culturelles. ëtre contre le financement de la culture c’est être contre le financement aux entreprises tout court. On s’entend que ce que l’on voit en culture n’est pas toujours très bon, mais il faut considérer cela comme un secteur d’activité en soit. Cela crée des emplois directs et indirects.

    • Sun News a été mise au monde l’an dernier dans le seul but de servir de courroie de transmission à l’idéologie conservatrice (et, tant qu’à faire, générer des profits aussi). Presque toutes les unes du Journal de Montréal cherchent à prouver l’ineptie des services publics, à démontrer le “gaspillage éhonté” de fonds publics. Sans surprise, les deux entreprises appartiennent à Quebecor. Certes, toute cette propagande est d’une colossale bouffonnerie mais un fait demeure : en répétant un mensonge assez souvent, il finit par être perçu du public comme une vérité (lire plusieurs des commentaires sur ce blogue). Pénible de raisonner avec les idéologues: on n’a qu’à voir les ennuis d’Obama depuis trois ans…

    • @nflblitz

      Drôle que votre premier contre-exemple soit le sport alors que partout en Amérique du Nord on voit les franchises sportives “quêter” de l’argent des fonds publics pour de nouvelles infrastructures sportives, en commençant par le nouvel amphithéâtre de la Ville de Québec ou la rénovation du stade à Winnipeg!

      Comme quoi vaudrait mieux prendre le temps de réfléchir avant d’écrire.

      Je vous laisse méditer là-dessus…

    • Earth without art would be “Eh”

    • Mon pauvre Arnolde, malheureusement, vos niaiseries sont vraiment tombées dans un environnement de gens qui savent vraiment de quoi on parle ici. Les rois, les Papes, les nobles et tous les autres mécènes ont toujours financé la culture…pour votre plus grand malheur. Vous devriez correspondre avec la belle Krista et échanger des opinions.

    • @apocalypse – 06h39
      Vous êtes un amateur de culture, mais êtes-vous seulement un amateur de culture, car supposément à part la culture nous ne sommes rien, c’est ça l’affirmation dogmatique ici, affirmation digne des sectes les plus extrêmistes

    • @mlektra

      Ce n’est pas parce que le gouvernement gaspille de l’argent à d’autres endroits qu’on ne peut pas débattre de la pertinence de subventionner la culture. Personnellement, je trouve que c’est important, mais une personne a le droit de penser autrement sans se faire répondre qu’elle «ne comprend rien à rien» et recevoir «l’oscar de la bêtise»…

    • M. Therrien, ce sont des textes de ce calibre que j’aimerais vous voir écrire plus souvent. C’est direct, documenté, cinglant, continuez! Jacques Blouin BeauBrun.ca

    • @arnolde
      Il vous faudra refaire vos devoirs et revoir les essentiels de l’hisoire. En effet, de tout temps l’art a été “subventionné” particulièrement à la Renaissance. Les plus grandes toiles et les oeuvres les plus connues ont été l’objet d’un mécénat où un riche notable finançait la production par le maître (dont les élèves en complétaient habituellement plus de la moitié) qui en ajoutait simplement sa signature au bas de l’oeuvre fraichment réalisée. Sculpture, peinture, céramique, tous ces mode d’expressins ont été régulièrement l’objet d’une intervention financière importante. Je vous donnerai un petit court d’histoire de l’art s’il vous plaisait ! et les détails fascinants de cette époque.

    • Arnolde, tu es le meilleur argument du pourquoi il faut subventionner la culture: quand comme toi on ne connaît rien à la culture, on ne peut qu’avoir un rapport primaire aux choses.

    • Les libertariens sont une horde de crétins qui se pensent intelligents parce qu’ils participent d’un mouvement dont le nom finit par -isme. Si l’on se fiait à eux, il faudrait gazer les personnes âgées ou les handicapés sous prétexte qu’ils ne sont pas assez productifs. Quoique quand j’y pense, gazer ne serait pas leur solution : il faudrait plutôt en faire de la viande pour alimenter le marché des hamburgers. Je ne comprends pas que des gens intelligents s’obstinent avec des arnolde, américanophile et autres adeptes d’Éric Duhaime qui étalent leur petitesse crasse et leur manque de civisme et de culture à longueur de journées. S’ils avaient existé à l’époque élisabéthaine, ils auraient crucifié Shakespeare et Marlowe avec les même épithètes de “B.S. de luxe subventionnés”.

    • Pour faire écho à certains commentaires ci-dessus:

      L’État a un rôle à jouer, mais est-ce celui de financer la création d’art (dans le sens large)? Le problème, c’est qu’on donne tellement d’importance aux subventions aux artistes qu’on en oublie le but. À quoi cela sert-il de financer des films canadiens si personne ne veut les diffuser à la télévision quand leur période au grand écran est terminée? Radio-Canada ne donne même plus de place au cinéma dans sa grille-horaire, qu’il soit canadien ou étranger. La CBC, elle, préfère grandement les films américains pour les cotes d’écoute. Qu’on s’attarde un peu à la diffusion culturelle si on veut justifier les subventions à la création culturelle. Qu’on impose des quotas aux exploitants de cinéma pour les films canadiens, et qu’on maintienne une place réservée au cinéma d’ici dans les grilles-horaires de la télévision publique; les droits de télédiffusion pourraient même être inclus parmi les conditions de l’octroi d’une subvention. Mais d’abord, il va falloir s’attaquer au populisme déconcertant de Radio-Canada.

      Pour ce qui est du mécénat, il faudrait pour cela avoir des élites qui en vaillent la peine. Hormis le gouvernement, qui reste-t-il? Des dirigeants de chaînes de ‘tites pharmacies, de ‘tites rôtisseries pis de magasins de meubles? Le Québec Inc. — ce qu’il en reste — est tellement parvenu, vulgaire, mesquin, nombriliste et petit-bourgeois qu’il tenterait de corrompre tout art qu’il financerait; mais bien entendu, très peu d’entre eux s’embarqueraient dans le mécénat s’il n’y avait pas quelque argent à en tirer. Reste le grand capitalisme, ceux qui aiment se faire voir en train de financer l’art. Or, ils sont aussi frileux et n’ont que faire de la nouvelle culture — du Molière ou le Lac des Cygnes, parfaitement d’accord. Un dramaturge inconnu? Pas trop sûr. Le cinéma? N’y pensez même pas.

      Dans l’état présent des choses, il ne reste que le gouvernement; mais peut-être serait-il plus sage de se tourner vers le téléfilm et d’oublier le cinéma, si les millions engloutis dans le film moyen ne seront projetés que dans trois salles à travers le pays.

    • “@mlektra

      C’est le rôle du gouvernement de fournir une infrastructure pour le peuple.

      Avec les subventions aux artistes, on maintient artificiellement en vie une industrie qui sans ça, ferait vivre moins de monde. Ils travailleraient ailleurs. Dans un monde de conccurence, les plus forts survivent.”arnolde

      ===

      Le démagogique argument du Darwinisme mal compris.

      Les plus “fort” souvent s’écrasent, pensez aux dinosaures.

      Pensez aussi aux fortiches spéculateurs de Wall Street en 2008. MDR

      Jean Émard

    • Dans son mépris évident de la culture dite populaire, ce petit chroniqueur illustre très bien le sentiment de supériorité dont une certaine gauche bien pensante aime bien se draper, sans avoir à en assumer les coûts. Il ridiculise les préfé…rences artistiques de la majorité silencieuse, qui en plus de payer, par ses impôts , pour que M.Therrien puisse consommer sa culture supérieure, doit subir sa condescendence.

      Monsieur Therrien, si vous préférez la danse contemporaine de Margie Gillis, ayez la décence de VOUS la payez vous-même et n’acceptez surtout pas que des incultes fans de Star Académie assument les frais de produits dont ils n’ont pas l’intelligence nécessaire à la compréhension.

      Pour vous citer, avec une légère modification: “Si Richard Therrien veut avoir autre chose à voir que Les Boys et à écouter que du Ginette Reno et du Céline Dion, il doit y mettre l’argent. C’est comme ça que ça marche, et je ne comprends pas qu’il faille encore en 2012 expliquer une chose aussi élémentaire.

    • Quand vous dites: “Sans culture, nous ne sommes rien”, le nous signifie les chroniqueurs artistiques? Dans mon cas, je me porte très bien avec un minimum de culture québécoise.

      Vincent Brodeur

    • @unpirate

      Tant qu’à y être, arrêtons de subventionner les p’tits vieux pour leur médicaments. Ça nous coûte une fortune par année, et les vieux ça rapporte rien en retour.

      Et à tous les autres détracteurs, vous êtes pitoyables. On ne mesure pas la culture à l’argent, mais au racines qu’elle creuse et qui permettent à un peuple de survivre.

    • Le festival de jazz, la majorité du monde aime pas ca le jazz, mais on subventionne ca parce que y’a un million de personnes qui va prendre une marche sur le site…et pourtant, L’air du temps, club de jazz dans le Vieux a fermer, la station de radio Couleurs jazz est déficitaire depuis ses débuts, les gens aiment ca le jazz a MTL ? Chargez un prix pour rentrer sur le site du festival, z’allez voir a quel point les Québécois aiment ca le jazz.

      L’école nationale de l’humour, c’est une joke ca (sans jeu de mots ) Comme si etre drole ca s’apprend. Yvon Deschamps, Daniel Lemire, ca jamais passer par un école pour etre drole. Tu l’as ou tu l’as pas, pas besoin de subventionner un école fantoche pour ca.

    • “Ma génération est de plus en plus ouverte sur le monde, on veut voyager, voir d’autres cultures. La culture québécoise n’est pas plus spéciale que celle des autres. Pourquoi tenter de la maintenir en vie artificiellement,”

      ===

      Wow tout le monde à genoux, nous assistons à la première génération de l’histoire qui veut voyager. MDR

      Tu abordes la culture comme, on aborde l’industrie du fast-food. Une culture c’est l’expression d’un peuple pas les intérêts d’une corporation.

      Personne ne dit que les Québécois ont une cluture supérieure aux autres. Ils veulent juste la défendre comme les autres.

      Le plus drôle c’est que tu penses que la cuilture mondiale n’a pas profité de l’aide de gouvernements/mécènes/patrons au cours de l’histoire. Ce que tu fais c’est la démonstration la culture n’est pas partagée également dans ce nas monde. :)

      Jean Émard

    • Oups.

      cluture = culture
      nas monde = bas monde
      démonstration la culture = démonstration que la culture

    • Il y en a pour qui ”meilleur” veut dire plus rentable ,plus de cash?!!?!
      La majeure partie des bonnes choses artistiques ne sont justement pas payantes.
      Les films états-uniens par exemple qui coûte des millions sont stupides et juste remplis d’effets spéciaux ridicules.
      C’est pareil pour la musique plus c’est gros plus c’est con.
      Gilles Ménard

    • J’adore cette fille qui est le parfait exemple que Quebecor peut engager n’importe quelle nunuche écervelée et en faire une tête d’affiche qui sait faire parler d’elle en soulevant des polémiques insignifiantes. Ça donne beaucoup d’espoir aux porteuses de valises du Banquier.

      @arnolde. Ta génération est de plus en plus ouverte sur le monde, elle veut voyager et voir d’autres cultures. Parfait. Mais que voudrais-tu que la télé québécoise t’offre alors ? Du “Bollywood” ? Des films ou des séries suédoises sous-titrées ? Des jeux questionnaires Taïwanais ? Donne-moi un exemple pour que je comprenne ! Qu’est-ce que TA génération veut voir à la télé, puisque l’offre actuelle ne semble pas vous convenir ? C’est bien beau de critiquer, mais faut aussi apporter une ou des solutions. Alors, que proposes-tu afin d’ouvrir l’esprit aux Québécois ? Lybian News ? Al Jazeera ? TF1 ou la BBC gratuit ?

      Ah oui, je sais : une télé pour les frustrés qui rêvaient de jouer au hockey, mais qui n’avaient pas assez de talent… Ça pourrait éventuellement t’enlever une couche de frustration.

      Et, by the way, lâche un peu Véronique Cloutier. Ta fixation sur elle est devenu franchement pathétique…

    • Voilà un bel exemple de dérapage à l’antenne qui se traduit en dérapage sur un blogue.

    • Prenons la télévision québécoise, Les enfants de la télé, concept francais créer en France , mais adapter ici, aucune créativité québécoise la-dedans, on a juste acheter les droits, Star académie meme chose, Loft story, meme affaire, la classe de 5eme aussi, The price is right a vous de jouer pareil et nos taxes servent a ca sous prétexte de culture québécoise ?

    • Les plus incultes qui donnent des leçons de culture.

      Krista et arnolde même combat. MDR

      Jean Émard

    • @ arnolde qui dit: “Par ailleurs on subventionne une industrie (référer au billet de Marissal) dont les salaires sont 16% plus élevés que la moyenne à temps plein, 40% plus élevé que le temps partiel. Le bon peuple qui gagne le salaire moyen paie pour les salaires élevés des artistes. Si on subventionne, au moins qu’ils régulent les salaires pour correspondre à la moyenne du bon peuple, svp.”

      J’achète et poussons votre “logique” jusqu’au bout en ramenant les salaires des patrons au même niveau, pas à du 270 fois le salaire moyen; on verrait les prix et l’inflation dégonfler, ça serait pas long. Et ne me sortez pas l’argument du type qui a risqué son argent pour mériter pareil traitement; Quebecor n’a toujours pas remboursé son prêt à la Caisse de dépôt pour l’achat de Videotron, qui remonte à 10 ans. PKP fait du millage sur MON argent aussi, et j’aime pas.

      Pour les subventions aux artistes, repassez donc quand vous aurez fait vos devoirs svp…

    • On devrait subventionner la bêtise ça rapporterais plus !

      Les fresques de Lascaux n’ont pas eu de subvention. Elle témoigne une présence. Ce que veut dire vivre ? Nous sommes passés des grottes à des salles de cinéma. Le film Monsieur Lazhar témoigne encore la même chose. Ce que veut dire vivre. Il le dit dans sa contemporanéité en Français

      Est-ce qu’on aurait la même discussion si le film se nommait Mister Lazhar.Et quel le film se passe à la proximité du centre ville de Toronto ? Et qu’ils reçoivent plusieurs nominations au Oscars ?

      Si j’émets cette hypothèse que SunTV fait du Québec Bashing parce que c’est payant médiatiquement. C’est connu au Canada anglais que le Québec vit de subvention et de péréquation. ? C’est même partagé par plusieurs au Québec ! Pour vous dire que c’est vrai.

      La madame de SunTV fera jamais l’exercice de voir que le monde cinématographique et télévisuel est subventionné au complet. Elle se permettra de partagé l’opinion que l’État subventionne trop. Que l’État est trop présent. Elle ne dira pas que SunTV appartient à Quebecor aidé par tous les paliers gouvernementaux et financé par notre Caisse de dépôt du Québec.

      Le message est trop de subvention. C’est sur toutes les tribunes de Quebecor TV, journaux, Web, ainsi- soit-il martèle…Je vous laisse. J’ai Shopping TVa qui commence …

    • “Dans mon cas, je me porte très bien avec un minimum de culture québécoise. ” vinibrod

      ===

      Et votre culture elle vous a été transmise par qui ? Par une multinationale ? Walmart ?

      J’ai bien l’impression que votre culture est minimale. Point.

      Jean Émard

    • Quand j’ai reçu ma télé, SUN TV et Fox ont été parmi les premières chaînes que j’ai flushées.

    • Et voilà, le seul argument des “pro-subventions” c’est encore de rabaisser les autres, en disant qu’ils n’ont pas de culture. Par ailleurs, j’aimerais bien savoir comment vous faites pour déterminer ça, si ce n’est que par purs préjugés.

      J’ai 28 ans donc j’espère que vous avez plus de connaissances et il est normal que vous soyiez plus attachés à “votre culture”. Mais “votre” culture n’est pas la nôtre, les jeunes. Et non plus celle des plus jeunes que moi. Le monde évolue, pour le mieux.

      L’argument n’est pas culturel, il est économique. Bien que l’art ait été financé jadis par la bourgeoisie ou l’aristocratie ; ça ne veut pas dire qu’il doit être financé par le peuple, de nos jours.

      @ramses

      Si votre seule opinion n’était pas que d’être condescendant… vous auriez quelque chose à dire.

    • @arnolde

      Donc vous êtes contre le financement publique, contre le financement par la bourgeoisie et contre le financement par l’aristocratie…

      Je vous conseil de sortir un peu, juste d’aller au spectacle gratuit de Montréal en Lumière ou du Festival de Jazz.

      Tiens, allez vois le film Mr Lazarre, je crois que vous devriez vous appropier votre culture. Ceci vous aidera à assimiler certain concept.

      Amusez vous bien!

    • @jolicoeurdepierre

      La CDPQ a prêté de l’argent à Québécor pour acheter une entreprise québécoise rentable, Vidéotron.

      Vous comparez ça au financement public de films québécois tels “Angle Mort”, qui a bénéficié d’un budget de $3.7M, et qui a récolté un “super” 305 955$!!!!

      Pour ceux qui parlaient du rayonnement de la culture québécoire, quel bel exemple de culture québécoise, cet Angle Mort, dont une grande partie des dialogues sont en espagnol, tourné è Cuba!!!

      Bel exemple de culture québécoise, j’te dis que!

    • @nike

      Je suis contre la subvention du public, ou pour une réduction de la subvention du public. Je suis pour le libre choix. Présentement je paie ma part d’impôts et le gouvernement décide comment le distribuer. Si plusieurs personnes sont pour le financement du cinéma, etc, qu’ils fassent des dons, comme aux pauvres. Pourquoi je serais contre le financement par la bourgeoisie et contre le financement par l’aristocratie… ? de quoi vous parlez? s’il y a du monde avec du fric qu’ils l’utilisent comme bon leur semble.

      Subventionner l’art, c’est un beau principe.

      Voici des chiffres, de films québécois qui ont “rayonné” au niveau international, mettant la “culture québécoise” sous son jour meilleur:

      Angle Mort (quel beau film représentant de la culture québécoise, tourné à Cuba, avec beaucoup de dialogue en espagnol!) : subventionné à 1.1M par TF et 1.3M par SODEC : recettes 306k$
      Cabotins: subv. 1.6M par TF et 1.3M SODEC : recettes 286k$
      Filière 13: subv. 1.8M TF et 1.4M SODEC : recettes 1.8M
      L’appât: 1.6M TF et 1.6M SODEC: recettes 1.4M
      Le poil de la bête (quel beau film représentant la culture québécoise): 1.4M TF et 1.3M SODEC: recettes 70k$!!
      La peur de l’eau: 1.6M TF et 1.5M SODEC: ça vient de sortir, mais on s’entend tu pour dire que ça va pas péter des scores?

      Voulez-vous d’autres exemples de super produits de nos impôts qui font “foule” rayonner la culture québécoise à travers le monde?

      Les “Lazhar” ou “Incendies”, ne sont pas la règle. Ils sont l’exception. Un film comme Angle mort ou Appât ou Les Dangereux, non seulement c’est loin de représenter la culture québécoise, mais ça la ridiculise, et on paie pour ça. Grassement.

      Les subventions profitent surtout à la bourgeoisie artistique québécoise, sorte de petite mafia qui vit à l’extérieur du monde normal tels des poissons dans un bocal gobant la bouffe qu,on leur jette et s’engrossant en produisant des films 75% du temps pourris et que personne ne veut voir.

      C’est simplement ridicule de payer pour un service que personne n’utilise.

    • Je me permets de répondre à Monsieur Arnolde.

      Vous dites « la culture a toujours existé depuis la nuit des temps ». En effet, si vous considérez les peintures des grottes de Lascaux comme de la culture précoce, on peut dire qu’elle existe depuis la nuit des temps et que les hommes de Cro-Magnon, eux, n’étaient pas payés pour peindre. Je vous accorde ce point.

      Cependant, j’aimerais simplement attirer votre attention sur l’époque où les arts se sont développés de façon la plus marquée, soit vers la fin du moyen âge et à la renaissance (si on parle de nos sociétés occidentales). Les artistes ne pouvaient survivre sans leurs mécènes. Que l’on pense à des exemples aussi diversifiés que Molière, Michel-ange, Lulli, Verdi, Botticelli… Tous avaient des mécènes qui commandaient et payaient leurs œuvres. Voulez-vous devenir mécène Monsieur Arnolde, et payer pour qu’un artiste vive pendant les 10 prochaines années? Je vous jure que de faire vivre un seul artiste pendant un an, c’est pas mal plus cher que la petite cote « artistique » comprise dans vos impôts.

      « Ce n’est pas l’argent qui fait la culture », non. Mais le peuple qui fait la culture, de quoi est-il sensé vivre? Selon votre théorie, un plombier, un avocat, un fonctionnaire, un médecin, un chauffeur de taxi, devraient tous rentrer chez eux le soir et faire une toile, composer une pièce de musique, mettre en scène un show de théâtre avec des comédiens qui ont aussi un autre métier dans la « vraie vie ». Selon votre raisonnement, un artiste n’a pas de métier, étant donné qu’on ne devrait surtout pas salir l’art avec un salaire qui lui est lié!

      Ou peut-être pensez-vous qu’un artiste devrait vivre des profits de son art… HA! Sachez, par exemple, que lorsqu’un film de 2 millions est subventionné et qu’il va en salle, le box-office qu’il fait est ainsi réparti : le distributeur du film et l’exploitant de salle se prennent une première cote sur les revenus (d’habitude de l’ordre de 60 à 80%). Cette cote demeure jusqu’à ce que l’investissement du distributeur soit remboursé. Le 20 à 40% restant va aux autres investisseurs soit le GOUVERNEMENT. Oui, oui car ce que vous appelez subvention est en fait une AVANCE REMBOURSABLE de la part du gouvernement. Lorsque l’investissement au distributeur est remboursé, que le gouvernement est remboursé, le producteur peut enfin toucher une part des profits.
      De l’histoire du cinéma québécois, seulement DEUX films ont rapporté des profits aux producteurs. DEUX!

      Vous vous demandez aussi pourquoi un film coûte si cher à faire. Je vous suggère de lire le générique du prochain film que vous regarderez. Un film prend en moyenne 2 mois à faire (en tournage et en postproduction, je ne parle pas ici de préproduction!). Comptez le nombre de personnes nécessaires à la création du film. Calculez un salaire de 2 mois. Vous aurez le début d’un commencement de réponse Monsieur Arnolde.

      Les « ti-zamis » reçoivent des subventions. Ah oui? Je ne savais pas que Harper avait tant de ti-zamis artistes…

      Vous craignez que le financement public de la culture lui dicte une voie. Vous prônez donc un système à l’Américaine où de grands studios financent la culture. C’est vrai que un producteur de studio américain, il appuie le film d’auteur à fond…

    • À lire ce blogue, il faut en conclure que le seul cinéma qui mérite de vivre, c’est le Blockbuster d’Hollywood, qui carbure aux coups de feu et aux effets spéciaux. Le reste du cinéma, celui qui fait du bien, qui lève le voile sur des réalités méconnues ou oubliées, celui qui nous fait réfléchir n’a pas le droit de vivre! Car sans aide, il n’existe pas.
      La scène musicale du Québec connaît présentement une ébullition extraordinaire, mais seuls les prétendants à Star Académie auraient le droit de vie parce qu’encadrés par une grosse machine médiatique…
      Avec cette mentalité, la seule culture qui restera, ce sont ces films pour abrutis, la musique strictement commerciale… et les peintures du Dollorama.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité