Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 28 décembre 2011 | Mise en ligne à 11h27 | Commenter Commentaires (86)

    Ruth Ellen chez Monsieur Michel

    La députée du NPD Ruth Ellen Brosseau est assurément l’une des personnalités les plus «marquantes» de 2011, pas nécessairement pour les bonnes raisons.

    Elle sera à la spéciale de fin de d’année de Tout le monde en parle, mais la voici en entrevue à CTRB TV votre canal 9 de Berthierville, à l’émission Ça vous regarde!

    L’animateur Michel Pufahl, le Monsieur Showbiz de la politique, l’appelle Ruth Brousseau et parle du décès de M. Clinton avant de se reprendre et de dire Layton…

    Merci à Guillaume!


    • C’est parce qu’il était obligatoirement obligé!
      Et c’est vrai qu’ils ont des belles “femmes”.

    • Le coach du Canadien devrait engager son prof de français, il a fait une très bonne job.

    • pendant que crie à la traitrise des dirigeants du CH pour avoir installer un unilingue anglophone à la barre de l’équipe nous le peuple élisons une unilingue anglophone qui vient d Ottawa et qui ne s est jamais pointé dans le comté durant les élections , cherchez l’erreur

    • Quelle intro remarquablement efficace et originale!
      Est-ce que c’est des élèves de l’école secondaire qui l’ont fait?

    • Unilingue anglophone, hein? Ma foi, elle s’exprime avec un français très convenable pour quelqu’un qui était le 2 mai dernier une supposée anglophone pure et dure. Tsssss….

      Ce que je retiens de toute cette saga, c’est que l’on parle d’une jeune femme monoparentale qui essaie de faire ce qu’elle peut au mieux de ses capacités. Et c’est correct ainsi.

      Dans le climat actuel, là où les citoyens sont très las de la classe politique, je suis prêt à accorder une chance à cette jeune femme. Je ne crois pas que l’arène politique soit nécessairement sa place, mais il faut donner une chance aux gens.

      En tout cas, son parcours recambolesque est plus intéressant à suivre que les allégations de corruption au PLQ, les chicanes interminables au PQ ou les épisodes de “pitchage” de souliers du Docteur Khadir.

    • Rencontre entre deux personnes pathétiques (pour différentes raisons…).

    • …@RT: Y’a pas à dire, vous avez des «sources». Et de qu’essé que «Le Soleil» vient faire sur le territoire du «Nouvelliste»? Des plans pour partir une chicane de famille!

      Bon, plus sérieusement. Pas une sacrée question sur les motivations politiques de Madame Brosseau. Que diable est-elle venue faire dans cette galère, à des années lumière de sa région natale et de sa langue maternelle? Sur son statut de «poteau» dans une élection perdue d’avance mais qu’à la surprise générale, y compris la sienne, elle a remportée. Rien sur son expérience antérieure non plus. Et il n’aurait pas été nécessaire d’être méchant. On peut poser les «bonnes questions» sans démolir l’interlocuteur.

      Entéka, merci du tuyau. Sans oublier ce lien avec «Monsieur Showbiz»!!

    • Les Quebecois sont mal foutu d avoir le NPD pour les defendrent a Ottawa,plusieurs dossiers ont ete tres bien defendu par le Bloc,aucune comparaison,et ils etaient defendu dans notre langue ,non je mennuie du Bloc,ca c est sur et je ne crois pas etre le seul…..mais il faut s en remettre et passe maintenant au prochaine election tres provincial……Libere nous des Liberaux……des opportunistes de la Qaq,ADQ………de la succursalle du NPD au Quebec,QS,qui jouent sournoisement avec notre intelligence………appui le NPD aux elections federal,mais se dit souverainiste au tres provincial aie!faut le faire,le PQ est et demeure le seul parti a mon avis qui peut nous faire avence comme NATION………sinon bye bye et on finira tous comme Ellen………

    • Elle a gagné des notes avec l’amélioration de son français..un bon pas de fait et un bel exemple

      à donner.Pour le reste le temps nous le dira !!!

    • Son apprentissage rapide du français démontre tout de même un certain intérêt pour les gens qu’elle est censée représenter. Cela n’excuse en rien le contexte rocambolesque dans lequel elle s’est retrouvée dans cette position. Le public en général a développé un cynisme de plus en plus mordant envers la classe politique, et cette histoire n’a rien arrangé, au contraire.

    • @test_2004,

      tout à fait d’accord avec vous. une leçon pour bien des gens !

    • Élire des poteaux a des avantages. Nous avons une diversité de personnes, de tous âges et de toutes professions qui nous représentent au Parlement. (Bien sûr, ce serait mieux si nous n’avions pas donné le pouvoir à une dictature.)

    • @ Piedog
      Bravo! tout est dit dans votre texte, quand je pense qu’on essaie de nous rentrer dans la gorge que nous somme raciste, xénophobes, fermer sur nous-mêmes, parfois même d’exister. Tellement facile de nous culpabiliser.

    • Je ne savais pas que dans Berthier-Maskinongé, on avait du fromage au lait de femme….

      C’est vrai que pour une anglophone, les produits du «tiroir», c’est pas toujours «commode».

    • Mademoiselle Ruth en vaut bien d’autres.

      De plus, elle a un port de reine.

      J’ai dit!

    • Chaque parti politique présente des poteaux aux élections.

      L’ADQ dans Westmount
      Le PQ dans Ville Mont-Royal
      Le PLQ en Beauce
      QS aussi en Beauce ou tout autre comté rural.

    • @tesl_204 Si Ruth Ellen Broseau est monoparentale, c’est donc qu’elle n’a eu qu’un seul parent, soit sa mère ou son père. Si elle-même élève seule un ou des enfants, c’est une mère seule, pas une mère monoparentale. Mais son enfant, lui est monoparental. Ou qu’il est issu d’une famille monoparentale.

    • Mademoiselle Brosseau démontre un réel intérêt envers sa nouvelle profession et me semble très bien partie dans ce sens, laissons lui la chance.

      Bien sûr elle n’a pas un grand bagage politique derrière elle, mais attendez dans 10-15, voire 20 ans… avec la décroissance démographique que nous vivons au Québec, nous n’aurons pas toujours le choix entre M.Politique A qui a 55ans et Mme Politique B qui a 62ans et M.Politique C de 42 ans, mais qui fait de la pseudo-politique de cégepien-attardé…

      Il faut bien commencer quelque part et ce qui honore le plus Mme Brosseau, c’est son désir d’être rapidement capable de bien communiquer en français et de s’impliquer dans les affaires de son comté. Laissons-lui sa chance, elle a bel et bien été élue démocratiquement non ? Dans le pire des sénarios pour elle, aux prochaines élections, les gens éliront de nouveau un M.Politique D sans saveur, dépassé et déconnecté des années 2000… Oui plus crédible au lendemain d’une élection qu,une jeune mère mono-parentale sans expérience, mais plus efficace ? plus engagé ? plus objectif pour le bien de son comté ? permettez-moi d’en douter…

      Continuez sur la bonne voie Mme Brosseau !

      P.S. Pour ce qui est de l’entrevue, ce n’était pas une entrevue d’un personnage politique au canal de Radio-Canada, mais plutôt une entrevue d’une ”télé-communautaire” pour mieux faire connaitre leur députée…

    • Et elle est belle en plus !

    • Tres belle meme
      Excellent

    • SVP. Pouvez vous lui accorder encore du temps? Elle est partis de zéro en mai. En décembre elle est capable de tenir une discussion en français. En plus d’avoir à apprivoiser toute la structure et les engrenages de la colline parlementaire. Je lui dit bravo. Elle démontre de très bonnes aptitudes. Qui nous dit que dans 3 ans elle ne seras pas une députée reconnus et aimé dans son comté?

      @pierrekiroule
      Vous êtes de mauvaise foi. Elle dit bien «Fromage du lait de la ferme»

    • Je voudrais apporter une petite précision. Mme Brosseau avait appris le français dans son enfance, c’est juste qu’elle l’avait perdu au fil des ans à force de ne pas le pratiquer. Donc en commençant à suivre des cours de français, elle ne partait pas tout à fait de 0…

    • Et l’entrevue date de Septembre. On pourra voir ses progrès en français à Tout-le-monde-en-parle le 31 décembre.

    • Comment ça que tous les médias proclamaient qu’elle était unilingue anglaise? Si c’était le cas lors de son élection, elle a fait des progrès remarquables! elle doit être une femme brillante et dédié, et comme disait rega: “Et elle est belle en plus!”

    • Les québécois sont mal foutus d,avoir des souverainistes comme journalistetudis qui peinent à écrire deux mots sans fautes. Malheureusement, il n’est pas le seul de cet acabit. C’est triste… et un peu beaucoup inquiétant.

    • Les Québecois jappent contre une coach de hockey unilingue anglophone mais ne jappent pas pour une députée élue dans une comté majoritairement francophone. Nous avons les priorités à la bonne place au Québec!

    • C’est tivident qu’une monoparentale qui ferait une campagne èlectorale uniquement en français, disons à …..Toronto, serait accueillie à bras ouvert par le ROC. MDR

      Jean Émard

    • “Mademoiselle Brosseau démontre un réel intérêt envers sa nouvelle profession…” rascat

      ===

      Un réel “intérêt”, comme tous les autres incompétents poteaux du NPD qui se sont trouvé une job à laquelle ils ne croyaient même pas. :)

      Jean Émard

    • C’est totalement nul comme entrevue !
      Même pas digne de la plus basse politique municipale !
      Un interviewer sans talent, empoté, qui fait une entrevue “ploguée”, avec une députée indigne des fonctions qu’elle occupe.
      Qui a dit que la populace avait les politiciens qu’elle mérite ???
      M. Notredame

    • Est ben cute ! Elle parle un français acceptable pour une unilingue anglophone ! Mais cela ne vaut aucunement les milliers de dollards qu’elle touchera pour faire la belle a tivi ? N’importe qui peut dire des banalités du genre !

      Ce n’est pas une Miss Météo que les gens auront besoin pour les prochaines années dans ce compté mais une personne ayant quelques connaissances de bases en politique .

      Tant qu’ a l’animateur ???? Je comprend maintenant pourquoi les gens de cette région ont votés pour une jeune femme sans expérience et qu’ils ne connaissaient même pas !

    • Michel Pufahl aurait pu se forcer et ne pas tutoyer la députée.

      Ruth Ellen Brosseau pourrait fort bien travailler la la Caisse de dépôts ou à la Banque Nationale.

      Son français est très acceptable et va toujours aller en s’améliirant car en plus de suivre des cours, elle représente une circonscription presque exclusivement francophone.

      Je ne vois pas comment on peut faire le parallèle avec l’entraîneur du Canadien.

      Il a été choisi par Molson.

      Quant à la députée Brosseau, elle a été élue par la population de Berthier-Maskinongé qui avait le choix entre plusieurs candidats.

      @nefertitii

      Quand vous dites que le PLQ présente des poteaux en Beauce, vous ne semblez pas au courant que le député de Beauce-Sud est le ministre Robert Dutil, un libéral et que dans Beauce-Nord, bien que le député soit l’adéquiste Janvier Grondin, le candidat qui s’est classé second est le représentant du PLQ.

      P.S. Appeler une mère «Mademoiselle», çà jure beaucoup, sauf pour Marie, mère de Jésus.

    • Le 2 septembre cela. Malgré les lacunes de l’animateur, on peut trouver que c’est de la meilleure télé au final que ce que l’on retrouve comme couverture politique ailleurs. Évidemment, ici, cela s’adresse aux gens de la région et à ce moment là.

      Ces deux vidéos sont faciles à retrouver sur la page Youtube de Ruth Ellen Brosseau.

      Celui du temps des fêtes :

      http://www.youtube.com/watch?v=jnQYf1OMKkQ

    • Elle s’exprime bien en français et si elle travaille dur elle continuera de l’améliorer. C’est rafraîchissant d’avoir des députés jeunes, impliqués et dynamiques dans le milieu politique.

    • @rascat >>>>>Mademoiselle Brosseau démontre un réel intérêt envers sa nouvelle profession et me semble très bien partie dans ce sens, laissons lui la chance.>>>>

      Donnez moi un salaire de plus de 150,000$ par année, sans parler des avantages$ et le compte de dépense qui viens avec, et je vais être très très très très très intéressé par cette job moi aussi, surtout si vous me laissez une chance.. MDR!!!

    • @ kloupe

      Si vous écoutez bien, elle dit :« On a de belles femmes et j’adore le fromage. »

      Si on peut plus rigoler maintenant !

      Pour ce qui est de ses efforts, que certains disent méritoires, je trouve que c’est la moindre des choses quand on représente une circonscription à 99% francophone.

      Pour ma part, j’aimerais savoir si Mlle Brosseau, toute jeune, belle et motivée qu’elle soit, défendrait les intérêts du Québec — ou, comme son parti, ceux du ROC — dans une situation où ces intérêts seraient en conflit (je pense, par exemple, à l’appui donné par le NDP à la subvention fédérale à Terre-Neuve pour son projet d’exportation d’électricité).

    • Bien que je n’ai pas voté pour le NPD, cette dame m’impressionne. Beaucoup plus que la député du NPD francophone qui a été élue dans ma circonscription.

      Voici le lien pour la deuxième parie.

      http://www.youtube.com/watch?v=Bxo-u_005P4

    • @pierrekiroule,28 décembre 2011,20h31.«@ kloupe Si vous écoutez bien, elle dit :« On a de belles femmes et j’adore le fromage. »
      ++++++

      J’ai bien écouté et j’ai compris belles «fermes» des «fermes» où on produit le «fromage qu’elle aime beaucoup». Des «belles femmes»!!?? Dans le contexte, qu’est-ce que des «belles femmes» peuvent bien avoir à faire avec du fromage? Come on!

    • JDIW

      Alors vas-y aux prochaines élections.. Tu seras sûrement élus..

    • @ JDIW: Député est un travail très demandant. Vous ne faites pas du 9 à 5 bien tranquille du bureau. Oubliez la conciliation travail-vie personnelle. Le 150 000$ (dont la moitié sera amputé via les impôts) ne vous rendront pas forcément plus heureux. Si vous n’aimez pas travailler pour les citoyens, vous lâcherez vite croyez moi.

    • @JDIW Facile votre MDR.
      Toute personne en politique, comme Mme Brosseau, était néophyte au début. Pourquoi pas elle?
      Comme crosbyshow l’a écrit, presentez-vous si vous pensez faire mieux.

    • Les membres de la secte du PQ sont bien découragés de voir ce qui leur arrive.

    • Regarder ce triste spectacle entre deux prix Nobel de la politique est plus lamentable que de passer 5 heures au Casino. Quelle perte de temps !!! Et dire qu’on va augmenter le nombre de députés fédéraux prochainement !!! D’autres Brosseau sont indispensables au Canada.

    • @ JDIW

      C’est sûr que ca aide un peu la ”motivation” ;)

      —————–

      @ ramses 2.1

      Qu’en savez vous s’ils ne croyaient même pas en leur chance ? Si c’était vrai, pourquoi se sont-ils présentés tout de même ?

    • Brosseau: C’est francophone, ça. Mlle Ruth B. n’a que délaissé et oublié son français et elle le redécouvre simplement. Son accent parlé le prouve d’ailleurs.

      Étant franco-ontarien moi-même, j’ai vécu la même chose en venant vivre au Québec il y a plusieurs années. J’ai du réapprendre mon français. Ce n’était pas partir à zéro. Je suis tout simplement revenu à mes origines, et je pense avoir un français plus que convenable maintenant.

      C’était juste une précision, comme l’écrivais Jules30@ 15h55 ci- haut. Et je ne suis pas un adepte du NDP, en passant. Merci.

    • @ JDWI,

      Il a été prouvé, et tout le monde peut le constater en milieu de travail, que le salaire n’a aucun effet sur le professionnalisme, l’effort consenti, le perfectionnisme et et l’attitude au travail.

      En gros, quelqu’un qui en fait le minimum à 12 $ l’heure en fera le minimum à 30 $ l’heure.

    • @jeanfrancoiscouture

      Chose certaine, elle n’a pas dit « ferme ».

      Je sais bien qu’elle voulait dire « ferme » et qu’elle s’est empêtrée entre le terme français et sa prononciation en anglais (à moins que les gens chez qui elle a appris le «français» ne prononcent une « farme »), ce qui a donné un mot à mi-chemin entre «farme» et «femme».

      Je répète : c’était pour rigoler.

      Si vous êtes incapable de saisir une « joke », vous dont par ailleurs les interventions sont toujours parmi les plus intelligentes que je lis sur Cyberpresse, eh ben ! la fin du monde est sûrement pour 2012…. (dois-je ajouter un « :-) » ici ?)

    • Beaucoup de commentaires injustes envers cette jeune députée dont la famille (mes voisins) est de gauche la rive québécoise de la Capitale nationale.

      Des poteaux le Bloc en a fait élire une grande quantité. J’ai eu le privilège d’en côtoyer certains. Plusieurs avaient un niveau de français inférieur à celui de cette député “anglophone”, même s’ils étaient unilingues “francophones”.

      Les québécois ne se sont pas débarrassés du Bloc pour rien. Il faut louer la sagesse populaire.

    • @ pierrekiroule (commentaire « 28 décembre 2011 20h31 ») :

      Le fédéral n’a pas accordé de subvention à Terre-Neuve pour son projet de développement hydro-électrique du Bas-Churchill.

      Le fédéral a en fait accordé une garantie de prêt, ce qui est différent. Vous pouvez consulter divers articles à ce sujet, y compris les deux suivants :

      a) « Ottawa offre une garantie de prêt pour le projet du bas Churchill », Radio-Canada, lien :
      http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2011/08/19/002-protocole-entente-bas-churchill-tnl.shtml

      b) «Bas Churchill: garantie de prêt fédérale confirmée », La Presse Canadienne, article publié sur LesAffaires.com, lien :
      http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/energie/bas-churchill-garantie-de-pret-federale-confirmee/533973

      Je vous ferai aussi remarquer que dans les 40 dernières années, le Québec a aussi beaucoup profité économiquement du système fédéral : transferts fiscaux, retombées provenant du fait que la capitale fédérale se trouve à la frontière Québec-Ontario (emplois, etc.), retombées de la présence importantes d’institutions fédérales à Montréal (Radio-Canada, Office national du film, Via Rail, Téléfilm Canada, etc), installations importantes du Conseil national de recherche du Canada dans la région de Montréal, décision d’installer l’Agence spatiale du Canada à Saint-Hubert, décision de donner le contrat d’entretien des CF-18 à une firme du Québec (même si le résultat du processus d’appel de propositions favorisait une entreprise du Manitoba), décision d’installer le QG de la Réserve navale du Canada à Québec, décision de garder une importante base d’avions de chasse (Bagotville) au Québec alors que la base de Chatham au Nouveau-Brunswick aurait pu être choisie, etc. etc. etc.

      Il serait peut-être temps que vous fassiez preuve d’un peu plus d’analyse critique face à la propagande nationaliste québécoise à laquelle vous êtes exposé…

    • Est-ce une parodie de Marc Labrèche?

    • Monsieur Therrien,

      Avez-vous lu l’article du Globe and Mail sur les coûts de la commémoration du 75e anniversaire de Radio-Canada ?

      Voci les détails :

      « CBC’s 75th-birthday celebrations cost at least $6.6-million », article rédigé par Daniel Leblanc, publié dans le Globe and Mail le 28 décembre 2011, lien :

      http://www.theglobeandmail.com/news/politics/cbcs-75th-birthday-celebrations-cost-at-least-66-million/article2285593/

      L’article a attiré plus de 1 200 commentaires d’auditeurs jusqu’ici (24 heures après la parution de l’article), ce qui représente — d’après mon expérience — une réaction plutôt forte.

      Je ne crois pas qu’il y ait rien eu de publié sur ce sujet dans les médias du Québec.

      Pourtant, ce sujet devrait mériter un minimum d’attention au Québec, étant donnée que Radio-Canada risque de subir des coupes budgétaires importantes dans les prochaines années…

    • La Presse a fait une enquête sur le sujet, publiée hier matin. La voici:
      http://www.cyberpresse.ca/arts/medias/201112/27/01-4481278-75e-anniversaire-de-radio-canada-une-fete-a-65-millions.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS3

    • À ceux qui s’offusquent de la qualité du français parlé par Mme Ruth Ellen Brosseau et par certains autres députés du NPD, je vous invite à lire deux billets récents du blogueur nationaliste Louis Préfontaine, qui portent sur un des préposés à la sécurité qu’a embauchés le Mouvement Montréal français (dirigé par Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal), afin d’encadrer les manifestations du MMF qui portent sur la question linguistique au Québec.

      Dans le second de ces billets, vous pourrez visionner une vidéo Facebook dans laquelle ce gardien de sécurité nous donne une démonstration éloquente de la qualité et de la finesse de son français parlé.

      Voici les détails de ces deux billets :

      a) Billet « Quand le Mouvement Montréal français récompense l’intimidation », blogue LouisPrefontaine.com, 6 décembre 2011, lien :

      http://louisprefontaine.com/2011/12/06/le-mouvement-montreal-francais-insulte-les-independantistes

      b) Billet « Carl Contant doit partir », blogue LouisPrefontaine.com, 11 novembre 2011, lien :

      http://louisprefontaine.com/2011/11/11/carl-contant-doit-partir

      [Remarque : c'est à partir de ce second billet que vous pouvez visionner la vidéo]

      En conclusion, compte tenu de ce qu’on peut entendre dans cette vidéo mettant en vedette un proche collaborateur du Mouvement Montréal français, je ne crois pas que Mme Ruth Ellen Brosseau ait à rougir de la qualité de son français…

      Bonne journée à tous et à toutes…

    • @ ducalme

      Vous avez sûrement raison au sujet des poteaux en Beauce. Je connais mal mon Québec.

      Le sens de mon intervention est que tous les partis politiques placent des candidats poteaux en plusieurs circonscriptions du Québec. Par exemple, il y a des représentants du parti communiste à peu près partout ou encore, dans Montréal on voit des affiches de l’ADQ dans tous les comtés. Ce sont des candidats poteaux pour assurer une plus grande visibilité au parti et pour augmenter son pourcentage global, question de $.

      J’ai dit.

    • @ Monsieur Richard Therrien :

      Merci pour votre « 29 décembre 2011 10h50 ».

      J’ajouterais que pour ceux et celles qui ont une bonne compréhension de l’anglais écrit, la lecture des commentaires des lecteurs du Globe & Mail est fort instructive, car elle permet de comparer les points de vue des «anti-CBC-Radio-Canada » avec les points de vue des «pro-CBC-Radio-Canada ».

      Et Dieu sait que dans le reste du Canada (le fameux ROC), il y a un fort courant d’opinion opposé ou indifférent à CBC-Radio-Canada.

      Il est aussi important de rappeler que la bataille de l’accès à l’information concernant Radio-Canada (à laquelle la SRC a résisté et résiste toujours) est surtout dirigée par Pierre Karl Péladeau et l’empire Quebecor (y compris Sun Media)…

      Même si je crois que M. Péladeau et Quebecor cherchent à affaiblir la SRC ou tout au moins à renforcer leur avantage compétitif face à la SRC, j’espère que le public va ultimement avoir davantage accès à l’information interne de la SRC, en particulier afin de pouvoir obtenir une meilleure idée de la gestion financière de l’entreprise, de déterminer si le favoritisme et les «relations incestueuses» entre décideurs internes et intervenants externes y sont monnaie courante (ce que soupçonnent plusieurs critiques), de savoir si les services d’information de Radio-Canada et de la CBC ont une «ligne éditoriale» secrète ou tacite, de mieux connaître la manière dont les primes de cadres sont accordées, la manière dont les contrats sont alloués, etc., etc.

      C’est peut-être un sujet sur lequel vous devriez envisager de produire un article ou une série d’articles, à moins bien sûr qu’il existe à ce sujet une sorte «d’omerta» (!!!) au sein des journalistes spécialisés du Québec…

    • À la personne qui se cache derrière le pseudo : journalistetudis, vous avez un message si contradictoire qu’il en est presque illisible. Au minimum ayez un peu plus de fièreté ou à tout le moins un peu plus de respect pour ce que vous sembler défendre.

      Contradictions Vous essayez de faire passer un message nationaliste avec une emphase sur la défense de notre langue (le français) mais pour ce faire :
      1- Vous utilisez pour faire passer votre message un clavier anglophone où les accents sont absents.
      2-Vous ne vous souciez guerre de votre français (j’ai répertorié plus de 30 fautes de grammaire, de conjugaison et de ponctuation sur les 117 mots de votre texte ce, sans tenir compte des accents et des fautes de frappes)

      Voici une liste non exhaustive de vos fautes :
      Sont mal foutu; Défendrent; Ottawa,plusieurs); Bloc,aucune; comparaison,et; langue ,non ; mennuie; Bloc,ca; c est; s en; passe; au prochaine élection; Qaq; succursalle; Québec,QS,qui; fédéral,mais; aie!faut; faire,le; avence;

      Vous dites que les partis politiques jouent sournoisement avec notre intelligence. La mienne je ne crois pas mais la vôtre, étant donné votre niveau de français je crois bien que oui.

      Vous dites de plus, Les Québécois sont mal foutus d’avoir le NPD pour les défendre à Ottawa, Je crois sincèrement que nous serions encore plus mal foutus si c’était vous qui aviez à défendre notre langue à Ottawa.

      Finalement, continuez comme cela et vous finirez bien pire que Mme Brosseau comme défenseur de la Nation québécoise et de sa langue.

      Pour ceux qui seraient intéressés à lire votre texte mais qui comme moi ont abandonné en cours de lecture, voici votre texte sous une forme plus lisible et avec moins de fautes.

      Les Québécois sont mal foutus d’avoir le NPD pour les défendre à Ottawa. Plusieurs dossiers ont été très bien défendus par le Bloc, aucune comparaison possible, et ils étaient défendus dans notre langue. Non, je m’ennuie du Bloc ça c’est sur et je ne crois pas être le seul, mais il faut s’en remettre et passer maintenant aux prochaines élections très provinciale. Libère nous des Libéraux, des opportunistes de la CAQ, ADQ, de la succursale du NPD au Québec et de QS qui jouent sournoisement avec notre intelligence. Le québécois appuie le NPD aux élections fédérales, mais se dit souverainiste au provincial. Aie! Faut le faire, le PQ est et demeure le seul parti à mon avis qui peut nous faire avancer comme NATION. Sinon bye, bye et on finira tous comme Ellen…

      Nul besoin de me remercier.

      Gilbert Duquette
      Témiscouata-sur-le-Lac

    • @pierrekiroule,29 décembre 2011,09h55.

      Un certain atavisme auditif ainsi mon passé de prof de français langue seconde et aussi d’étudiant de quelques autres langues m’a donné une oreille passablement entrainée à saisir les sons même les plus ténus et à les reproduire. Mon oreille me dit qu’il y a bel et bien dans ce mot de Mme Brosseau une ébauche à peine esquissée, mais néanmoins perceptible d’un «r».

      Mais nous n’allons pas nous chicaner pour un fantôme de «r» n’est-ce pas?

      Bien sûr qu’il y avait un élément blagueur dans votre intervention et un peu aussi dans la mienne. Je me suis aussi retenu pour ne pas commenter davantage la performance du «Pierre Nadeau de Berthier». Après tout, nous sommes en période des Fêtes et moi aussi, j’ai déjà fait de la communication en bénévole, dans des studios plutôt rudimentaires, alors je sympathise et je modère mes critiques.

      Et merci pour le compliment que vous m’avez adressé. J’essaie toujours de respecter les gens à qui je m’adresse par blogue interposé. Entre autres, j’évite les injures, les jugements de valeur et les qualificatifs méprisants. C’est un principe que j’aimerais voir appliqué par davantage d’intervenants ici et là. Et dire que les responsables des blogues «modèrent» les pires interventions. Ça doit prendre de la patience.
      Au plaisir.

      JFC

    • @ cotenord_7

      «Je vous ferai aussi remarquer que dans les 40 dernières années, le Québec a aussi beaucoup profité économiquement du système fédéral. »

      _____________________________________

      Il fallait bien donner quelques miettes aux Québécois pour ne pas trop les pousser vers l’indépendance. Mais parlons plutôt des milliards que le fédéral a investis dans l’industrie automobile ontarienne, dans le pétrole albertain, dans un pont pour l’Île-du-Prince-Édouard (une «province» de 130 000 habitants), des années qu’il a fallu pour obtenir un dédommagement pour l’harmonisation des taxes (et des intérêts perdus pendant tout ce temps), pendant qu’on versait immédiatement, sans rechigner, des milliards à d’autres provinces. Des exemples qui contredisent les vôtres, il y en a des centaines.

      Pour vous paraphraser, je dirais : «Il serait peut-être temps que vous fassiez preuve d’un peu plus d’analyse critique face à la propagande fédéraliste à laquelle vous êtes exposé…»

    • @Raymonddr,malheureusement je suis d accord avec vous quant a ma difficulte d ecrire sans faire de fautes,je fais un effort croyez-moi,mais quant au contenue cher dependantiste ca ne m empecheras pas d ecrire mon opinion sur ce blogue ………on peu avoir une 2 annee et avoir une opinion quand meme……….est-ce que c est interdit d emmetre son opinion parce qu on fait des fautes………..mon oeil……..ca pis change de sujet ca se resemble drolement…………..

    • @cotenord_7

      Vous faites honneur aux divers blogues auxquels vous participez.

      Vos interventions sont particulièrement bien documentées.

      Ce que j’aime chez-vous, c’est le refus du nombrilisme québécois et votre acharnement à découvrir ce qui anime les communautés acadiennes et francophones de l’Amérique, particulièrement les Canadiens-français de partout au Canada et les franco-américains.

      Je suis un souverainiste patient et vieillissant, d’autant plus que j’ai accepté l’idée sous Maurice Duplessis, Jean Lesage et Daniel Johnson père.

      Les pires ennemis de la souveraineté, ce sont les tricotés serrés du PQ qui m’horripilent.

      Quand je vois un chef (une cheffe ?) comme Pauline Marois incapable de parler la langue de l’autre après plus de 30 ans de vie publique, je ne peux que m’émerveiller de voir Ruth Ellen Brosseau, élue le 2 mai dernier dans la circonscription voisine de la mienne, avoir réussi à récupérer son français après toutes ces années passées dans des milieux massivement anglophones.

      C’est Pauline Marois qui devrait la féliciter et tirer humblement les conséquences de son cloisonnement au seul Québec francophone.

    • @ pierrekiroule (commentaire « 29 décembre 2011 12h18 ») :

      Vous avez écrit : « Il fallait bien donner quelques miettes aux Québécois… ».

      Continuez à vous bercer de vos illusions si vous le désirez…

      Alors que la menace séparatiste incitait des entreprises du secteur privé à s’installer ailleurs au Canada et des centaines de milliers de Québécois à déménager en permanence vers d’autres cieux (SOLDE NET de plus de 650 000 Québécois partis vivre dans d’autres provinces et territoires de 1962 à 2010 [*]), ce sont des investissements publics (en bonne partie assurés par le fédéral) qui ont perrmis au Québec de maintenir et moderniser une partie de son infrastructure industrielle.

      Et pour l’ampleur des transferts fiscaux, vous n’avez par exemple qu’à comparer les tableaux des recettes et dépenses de l’administration fédérale de 1981 à 2007, qu’a compilés Statistique Canada pour le Québec et l’Alberta :

      • Québec : http://www.statcan.gc.ca/pub/13-018-x/2009002/t/tab0724-fra.htm

      • Alberta: http://www.statcan.gc.ca/pub/13-018-x/2009002/t/tab0748-fra.htm

      En faisant la somme de la ligne « Épargne » du 1er tableau, on peut faire le constat suivant : de 1981 à 2007, le Québec (citoyens, entreprises et gouvernement provincial) a reçu 203 644 milliards de $ de plus du système fédéral que le Québec (citoyens, entreprises et gouvernement provincial) y a contribué.

      Pour la même période (1981 à 2007), l’Alberta (citoyens, entreprises et gouvernement provincial) a contribué 125 701 milliards de $ de plus au système fédéral que l’Alberta (citoyens, entreprises et gouvernement provincial) en a reçu…

      Ceci est peu diffusé au Québec, mais le fait est que le Québec profite aussi énormément de la manne pétrolière et gazière de l’Ouest canadien, du point de vue du commerce interprovincial.

      Ainsi, selon un tableau de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui est facilement consultable en ligne, en 2008, le Québec a vendu à l’Alberta pour plus de 3 943,3 millions (3,9 milliards) de $ en biens et plus de 3 217,5 millions (3,2 milliards) de $ en services.

      Voici le lien pour la version PDF de ce tableau :

      http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap8.pdf

      Alors, vous pouvez continuer à vous bercer de vos illusions aussi longtemps que vous voulez, cela n’empêchera pas la majorité de la population québécoise de continuer à s’affranchir du discours de victimisation à laquelle nous ont habituée les idéologues sécessionnistes québécois depuis plus de 40 ans…

      Bonne fin de journée…

      **********

      [*] Complément d’information sur la question du solde migratoire interprovincial du Québec :

      Voici le lien qui vous mènera au tableau « Migrations internationales et interprovinciales, Québec, 1961-2010 » compilé par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) :

      http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/migrt_poplt_imigr/601.htm

      Si vous faites la somme de la colonne « Solde » pour les migrations interprovinciales, vous allez arrive à uN SOLDE NET de plus de 650 000 migrants partis vivre vers d’autres provinces et territoires du Canada, entre 1962 et 2010. Cette somme n’inclut PAS les départs vers les États-Unis…

      Les années caractérisées par un grand nombre de départs sont généralement celles où le Parti québécois était au pouvoir, et celles qui ont été marquées par le terrorisme du FLQ (fin des années 1960 et année 1970) et les nombreux désordres civils et grèves du début des années 1970 (sous le 1er gouvernement de Robert Bourassa), années où était fort présente la menace séparatiste…

    • cotenord_7

      29 décembre 2011
      10h32

      Vous avez raison en tout point. Il est grand temps que des mises au point soient faites. Et pour en rajouter: Noter que concernant la basse churchill de Terre-Neuve:

      1) Cette basse Churchill c’est des peanuts (800 MWatts) à coté de la haute churchill (5500 Mwatts) dont le Québec profite à 96%.

      2) Cela fait 50 ans que le Québec empêche Terre-Neuve de développer sa basse Churchill…Grand temps que ça débloque…Vous trouvez pas?

      3) L’électricité produite sera principalement vendue à la Nouvelle-Écosse pour que celle-ci puisse fermer ses centrales au charbon polluantes…Il n’en restera pas pour vendre aux Américains!

      4) Le Québec peut profiter des mêmes avantages pour d’autres projets de transport d’électricité!

      @pierrekiroule

      29 décembre 2011
      12h18

      Vous en avez contre le pont de la confédération reliant la Nouvelle-Écosse à l’Ile du Prince Edward? Prenez note que le fédéral a aussi investi pour une autoroute reliant Québec au Saguenay (140 000 de population) ie un projet de 1.2 Milliards de $.

      P.S: Le fédéral avait l’obligation d’investir dans l’industrie automobile car les Américains le faisaient eux!

    • @ cote-nord,

      Vous postez et repostez toujours la même propagande, qui doit figurer en bonne place dans votre source de copié/collé.

      Cette propagande est une astuce comptable, comme toute la propagande fédérale sur les fameux 8 milliards de péréquation, argument qui traînasse plus ou moins en permanence au coin des lèvres des fédéralistes.

      Je vous invite à lire ces deux articles de Claude Picher, qui n’a pourtant jamais été un porte-étendard du séparatisme et un porte-fleuron de la charge à fond de train contre les arguments fédéralistes. :
      http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201106/14/01-4408942-la-province-de-queteux-un-mythe.php

      http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201106/21/01-4411169-le-mythe-des-queteux-suite.php

    • @ voixducentre et pager

      Merci à vous deux pour vos généreux commentaires.

      voixducentre, votre commentaire me fait particulièrement chaud au coeur, étant donné que vous vous dites souverainiste.

      Bien que cela ne paraisse probablement pas dans mes commentaires, qui ont souvent un caractère polémique, je peux comprendre l’argumentaire de certains souverainistes, ou tout au moins d’une partie de ceux qui ont opté pour l’option indépendantiste dans les années 1960.

      Compte tenu des progrès que nous avons réalisés depuis cette époque (et je crois que nous en avons encore beaucoup plus à faire…), je suis fermement convaincu que cette option est dépassée et que les Québécois francophones doivent revenir au désir résolu d’avoir une véritable influence et un véritable pouvoir au Parlement fédéral (ce qui n’est pas le cas depuis plus de deux décennies), et reconstruire patiemment une solidarité avec les francophones et anglophones du reste du Canada et, dans la mesure où cela est possible, avec nos «cousins» des États-Unis (même si la très grande majorité d’entre eux sont aujourd’hui anglicisés).

      Contrairement à beaucoup de Québécois francophones d’aujourd’hui, à qui une idéologie négative et destructrice a inculqué la honte de l’identité canadienne-française, je n’ai aucune hésitation à m’affirmer Canadien français (en partie de descendance acadienne) et à assumer les points forts comme les points faibles de l’histoire de mes ancêtres.

      Je suis profondément inquiet de l’émergence (ou de la réapparition) au sein de notre société de sous-groupes nationalistes-sécessionistes qui m’apparaissent sectaires, xénophobes, empreints du nationalisme français maurrassien qui a grandement entaché la nationalisme canadien-français d’autrefois, et dont les propos sous-tendent une grande tentation de recourir à la violence contre les Autres (les Autres étant les étrangers, les «Anglais» et les «traîtres» qui pensent différemment…). Vous pouvez facilement déduire à quels groupes je fais allusion…

      Je suis aussi déçu de la grande complaisance dont une bonne partie de la classe médiatique québécoise fait preuve face au nationalisme et au sécessionisme québécois, depuis au moins les années 1960.

      Je suis en faveur d’une une certaine «solidarité ethnoculturelle», car celle-ci est nécessaire, compte tenu de notre statut de peuple minoritaire en Amérique du Nord. Toutefois, je crois que cette solidarité ethnoculturelle doit avoir un caractère éthique, et ne pas servir de prétexte au copinage, aux relations incestueuses et à la compromission, comme c’est hélas trop souvent le cas au sein de ce qui devrait être notre élite intellectuelle et culturelle…

      Voilà, sans être trop exhaustif, quelques-uns des principes et des valeurs qui m’inspirent.

      Je vous remercie encore une fois pour vos généreux commentaires…

    • @ Pager,

      Basse-Churchill, Haute-Churchill et le territoire entier ont été volés au Québec et offerts à Terre-Neuve en 1927 par le Conseil privé de… Londres. Il n’est donc pas suffisant que le Québec “en profite”, et j’espère qu’un des premiers gestes d’un Québec souverain consistera à récupérer ses terres devant un tribunal international.

    • @ anti-ch_primaire (commentaire « 29 décembre 2011 14h25 ») :

      Les deux articles de Claude Picher sur cette question, et surtout les titres qu’il a donnés à ces articles, sont démagogiques, raccoleurs et trompeurs.

      Si vous relisez les deux articles en question avec un esprit critique, vous finirez peut-être par constater que M. Picher ne nie pas que le trésor public québécois dépend des transferts fédéraux (même si Picher tente de relativiser le tout en nous comparant avec les petites provinces atlantiqques ou les territoires du Grand Nord, ou encore en réduisant le tout à la fameuse comparaison per capita (par personne) où le Québec (province de 8 millions d’habitants) a l’air beaucoup moins pire que la petite province de l’Île-du-Prince-Édouard (moins de 150 000 habitants). Cette analyse est typique du sophisme généralisé dans lequel la très grande majorité des journalistes québécois sombrent, lorsqu’il est question de critiquer notre valeureuse « tribu » sans peur ni reproche. Dans d’autres pays, des journalistes se feraient « foutre à la porte » (excusez l’expression peut-être un peu trop populaire et directe) pour moins que cela, mais pas dans notre beau Québec où « tout le monde est beau et gentil », surtout si le « tout le monde en question sympathise avec la cause nationaliste…

      Monsieur Martin Coiteux, économiste et professeur à HEC Montréal, a consacré plusieurs de ses billets à une critique articulée des articles de Claude Picher, de même (si je me souviens bien) d’articles semblables rédigés par Jean-François Lisée (officiellement un journaliste professionnel payé par Rogers-L’Actualité, mais dans les faits un des grands idéologues et gourous du mouvement sécessionniste québécois) et aux idées farfelues du chef d’Option nationale (ON), M. Jean-Martin Aussant.

      Je vous fourni l’adresse URL du blogue de Martin Coiteux :

      http://martincoiteux.blogspot.com/

      Monsieur Coiteux est inspiré, connaît bien l’Europe et l’Amérique latine, et a un bagage de diplômes plus imposant que le mien…

      Je vous encourage donc à visiter son site sans délai et vous souhaite d’y faire de bonnes lectures, qui vous permettront peut-être de sortir des sentiers battus où vous vous trouvez…

    • @ anti-ch_primaire (commentaire « 29 décembre 2011 14h58 ») :

      Votre commentaire n’est qu’un ramassis de lieux communs et de faussetés qui ne servent qu’à endoctriner les petits séparatistes en puissance, à partir du berceau,…

      Je vous défie de nous donner des sources crédibles et fiables, de préférence consultables en ligne, qui appuient sans l’ombre d’un doute les affirmations que vous avez faites.

      Je dois m’absenter quelque temps mais consulterai ce blogue en soirée, afin de vérifier sur quelles sources vous vous appuyez…

    • “@cotenord_7

      Vous faites honneur aux divers blogues auxquels vous participez.

      Vos interventions sont particulièrement bien documentées.” voixducentre

      ===

      BS. La prose ce cotenord, c’est un ramasssis de clichés anti-Québec que vous trouverez facilement sur le net.

      “Je suis un souverainiste patient et vieillissant, …

      Les pires ennemis de la souveraineté, ce sont les tricotés serrés du PQ qui m’horripilent.’ voixducentre

      ===

      Que dire de ceux qui se prétendent souverainistes tout en léchant le c*l de ceux qui vomissent sur le Québec ?

      Jean Émard

    • Pathétique de lire cotenord qui se dit de descendance acadienne et qui s’oppose à la souveraineté du Québec sans même réaliser que le français agonise chez nos amis Acadiens. Leur taux d’assimilation à la langue anglaise est catastrophique.

      Et il propose la même issue pour le peuple Québécois.

      La survie et l’épanouissement du peuple Québécois ne passe pas par le fédéralisme mais par l’indépendance. Le statu quo proposé par nos fédéraliste de salon ne peut assurer la survie du fait français en Amérique du Nord, le statu quo proposé par nos fédéralistes ça signifie de crever culturellement et linguistiquement.

      Jean Émard

    • @ voixducentre :

      En complément à un de mes commentaires précédents, comme vous semblez être intéressé par ce qui se passe chez les Franco-américains, je vous invite à lire un commentaire que j’ai affiché sur le blogue de M. Gilbert Lavoie, et qui concerne un article récent du Burlington Free Press de Burlington (Vermont), sur les traditions de Noël chez les Franco-américains du Vermont.

      Le lien pour ce billet du blogue de Gilbert Lavoie est :

      http://blogues.cyberpresse.ca/gilbertlavoie/2011/12/22/joyeux-noel-a-tous-a-lan-prochain/

      Voyez mes commentaires « 23 décembre 2011 21h55 » et « 24 décembre 2011
      07h54 », et suivez les liens que j’y ai inscrits.

      Pour vous qui semblez avoir un peu de vécu (et je dis cela en tout respect!), un aspect en particulier de l’article du Burlington Free Press devrait vous intéresser. Selon les « anciens » qui ont été interviewés, il semble que les traditions de Noël des Franco-américains du Vermont ont été beaucoup chambardées lors de la Deuxième Guerre mondiale, alors que les jeunes hommes devaient effectuer leur service militaire. Il faut savoir qu’il y a eu alors un grand brassage de population aux États-Unis, les jeunes conscrits devant quitter leur région d’origine pour plusieurs années et n’y revenant pas nécessairement après la guerre (en supposant qu’ils avaient survécu au conflit…).

      Quelques lecteurs ont inscrits jusqu’ici des commentaires concernant cet article du Burlington Free Press, et ils sont aussi fort intéressants à lire.

      Par ailleurs, l’article accessible grâce au lien suivant montre qu’ailleurs en Nouvelle-Angleterre, nos cousins franco-américains font aussi des efforts pour commémorer leurs traditions séculaires :

      http://www.sunjournal.com/news/encore/2011/12/03/down-east-singers-will-present-noel-francais/1123445

      (détails : « Down East Singers will present ‘Noel Francais’ », article du Sun Journal de Lewiston (Maine), en date du 3 décembre 2011)

      Je vous souhaite une bonne fin de journée, ainsi qu’un bon temps des Fêtes !

    • @ cotenord_7

      Je suis estomaqué, renversé, bouleversé d’apprendre que le Canada a versé 203 644 milliards de dollars au Québec entre 1981 et 2007, soit plus que le budget canadien des quelque cent quarante années de Confédération. Faut le faire !!!!!

      Je conviens que, dans votre enthousiasme de fédéraliste convaincu, vous avez tapé ce chiffre astronomique sans vous rendre compte qu’il aurait fallu, à tout le moins, écrire 203 milliards 644 millions, ce qui est déjà « hénaurme », comme dirait l’autre.

      Quant aux centaines de milliards que le fédéral nous a volés AVANT 1981, c’est un mystère que vos savantes recherches permettront, j’en suis sûr, d’élucider !

      Pour ce qui est du rapport entre le solde migratoire négatif du Québec, causé, dites-vous, par les séparatistes, et les « investissements publics (en bonne partie assurés par le fédéral [c’est vous qui le dites]) qui ont permis au Québec de maintenir et moderniser une partie de son infrastructure industrielle », permettez-moi de rester perplexe.

      Si vos « supporters » se plaisent à déclarer que «vos interventions sont particulièrement bien documentées », je trouve plutôt que, sous une montagne de chiffres, certes réels mais bien souvent sans rapport, vous glissez fréquemment des énormités grossières.

      Par ailleurs, une question me turlupine : si les Canadiens Anglais, reconnus pour leur pragmatisme économique, jettent les hauts cris à la moindre subvention versée au Québec, comment expliquez-vous qu’ils ne nous ont pas déjà mis dehors de leur Confédération si vraiment ils nous ont «donné» 230 milliards de dollars depuis 1981 ?

      Je crois plutôt, ne vous en déplaise, que notre présence au sein du Canada est rentable pour eux (et même beaucoup).

      Mais, les choses étant ce qu’elles sont et la fin de l’année approchant, je prends comme résolution pour 2012 de tout faire pour ne plus souffrir de « victimisation ». Je vous saurai donc gré de m’indiquer le CEF (Centre d’Endoctrinement Fédéraliste) le plus près de Montréal pour que j’y fasse une cure de désintoxication.

      Bonne année à vous !

    • @anti-ch_primaire

      29 décembre 2011
      14h58

      Totalement faux ce que vous écrivez:

      1) C’est Terre-Neuve qui a colonisé le Labrador (Par ses villages de pêcheurs)

      2) Le Labrador (avec les frontières actuelles) a été cédé à Terre-Neuve par l’Angleterre lors du traité de 1763. Vous savez ce traité qui cédait tout le Canada à l’Angleterre.

      3) Le Québec n’en a cependant jamais reconnu les frontières …C’est le conseil privé de Londres , qui en avait la juridiction qui les a finalement fixées en 1927!

      4) Pensez vous sincèrement que si le Québec se sépare, Terre-Neuve (qui ferait alors encore partie du Canada) acceptera de céder ce territoire au Québec. C’est même le contraire qui va se produire, advenant une séparation, le Québec perdra du territoire dont, entre autre, le “West Island” de Montréal. Peut-être même le nouveau Québec (Qui appartient aux Inuits).

      Alors lorsque vous dites que le Québec s’est fait volé…Allez refaire vos devoirs!

    • http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201106/21/01-4411169-le-mythe-des-queteux-suite.php

    • @anti-ch_primaire

      29 décembre 2011
      14h25

      Les calculs de Piché n’ont aucun sens. La manière qu’il calcule par habitant, n’a aucun bon sens. Si on prend l’exemple de l’Ile du Prince Edward, le fédéral fournit 4364$ par habitant pour une population de 130 000 personnes (selon les données de Piché). La population du Québec est de 8 000 000 de personnes. S’il fallait que le Québec reçoive la même proportion que l’Ile du Prince Edward, chaque habitant du Québec devrait recevoir 268 553$ pour un total pour toute la province de 2148 milliards de $ …Ce calcul démontre bien que les calculs de Piché sont absurbes et totalement dénudés de sens!

      En fait, ce qu’il faut retenir, c’est que le Québec a reçu 12 milliards de plus que ce qu’il a donné en impôt au fédéral (données de 2008) et cela fait 28 ans que ça dure!

    • @ ramses2.1 (commentaire « 29 décembre 2011 16h14 ») :

      Ta Daaam! Roulement de tambour….

      Et voici que le savant internaute polémiste ramses2.1 intervient dans ce débat, en insultant un souverainiste vieillissant en l’accusant de lécher le cul d’un autre internaute, mais en n’ayant pas le courage d’épeler le mot « cul » de la façon dont il est écrit dans le dictionnaire…

      Pour ramses2.1 le matamore, inspiré sans doute par la fine analyse politique que prodiguait feu le cinéaste Pierre Falardeau lorsqu’il était invité à des émissions d’affaires publiques, quiconque ose énoncer des propos un peu critiques concernant la « tribu québécoise » doit être accusé de « vomir sur le Québec ».

      Mais aujourd’hui, ramses2.1 ne nous a pas fait profiter d’une de ses nombreuses « perles de sagesse», ces brillantes lapalissades qu’il sème çà et là sur les blogues de Cyberpresse, généralement après s’être déclaré « MDR » (« mort de rire ») et en citant habituellement hors contexte un bref passage du texte d’autres internautes, afin de tenter de torpiller les interventions de ceux qui ne partagent pas son idéologie vaguement nationalo-gauchiste.

      Au fait, ramses2.1, avez-vous fini par communiquer avec Madame Josée Boileau, rédactrice en chef du quotidien Le Devoir, en février 2011, après que vous vous soyez déclaré « MDR » parce que j’avais écrit que Jean-Robert Sansfaçon faisait partie de l’équipe éditoriale du Devoir, et que je vous aie par la suite présenté un texte de Mme Boileau indiquant que c’était le cas ???

      Je viens de consulter le billet pertinent [*] du blogue de Vincent Marissal et il semble que, plus de onze mois après votre crise de « MDR » aigüe, vous ne m’ayez pas encore répondu…

      **********

      [*] Lien pour le billet «Exit les conditions gagnantes, place aux querelles lassantes! » de Vincent Marissal, 31 janvier 2011 :
      http://blogues.cyberpresse.ca/marissal/2011/01/31/exit-les-conditions-gagnantes-place-aux-querelles-lassantes/

    • @ pierrekiroule(commentaire « 29 décembre 2011 19h27 ») :

      Le tableau de Statistiques Canada que j’ai cité a pour titre « Recettes et dépenses de l’administration fédérale, Québec » (ou « Alberta » dans le cas de cette province).

      Il reflète en fait plus que seulement les transferts fiscaux par province, mais il donne une bonne idée du flux financier qui va du fédéral vers une province (cas habituel du Québec depuis au moins le début des années 1980, ainsi que d’un certain nombre de provinces dites « pauvres »), ou du flux financier qui va d’une province vers le fédéral (cas habituel de l’Alberta depuis au moins le début des années 1980).

      Dans ce tableau, les recettes totales du fédéral sont la somme des éléments suivants : 1) Impôts directs en provenance des particuliers ; 2) Impôts directs en provenance des sociétés et entreprises publiques ; 3) Impôts directs en provenance des non-résidents (retenues fiscales) ; 4) Cotisations aux régimes d’assurance sociale ; 5) Impôts sur production et importations ; 6) Autres transferts courants en provenance des particuliers ; 7) Revenus de placements ; 8)Transferts courants en provenance des administrations provinciales.

      Et dans ce même tableau, le total des dépenses courantes du fédéral est la somme des éléments suivants : 1) Dépenses courantes nettes en biens et services ; 2) Transferts courants aux particuliers ; 3) Transferts courants aux entreprises ; 4) Transferts courants aux administrations provinciales ; 5) Transferts courants aux administrations locales ; et 6) Intérêts sur la dette publique.

      La ligne « Épargne » est la différence «Recettes totales » moins « Total des dépenses courantes totales ».

      Si le montant de la ligne « Épargne » est positif, c’est que le fédéral retire plus d’argent d’une province que ce qu’il lui verse. C’est le cas général avec l’Alberta depuis au moins le début des années 1980.

      Si le montant de la ligne « Épargne » est négatif, c’est que le fédéral verse plus d’argent à une province que ce qu’il en retire. C’est le cas général avec le Québec depuis au moins le début des années 1980.

      Si c’est strictement la question des transferts fiscaux qui vous intéresse, vous devriez visiter le site «Transferts fédéraux aux provinces et aux territoires » du ministère des Finances du Canada. Le lien est :

      http://www.fin.gc.ca/access/fedprov-fra.asp

      Vous y apprendrez qu’il y a Il y a quatre grands programmes de transferts fiscaux : 1) le Transfert canadien en matière de santé (TCS) ; 2) le Transfert canadien en matière de programmes sociaux (TCPS) ; 3) la péréquation ; et 4) la formule de financement des territoires (FFT).

      Évidemment, le Québec et les autres provinces ne reçoivent pas de fonds du quatrième type de transfert (FFT).

      Si vous désirez voir quels ont été les transferts fiscaux faits au Québec et aux autres provinces entre l’exercice financier 2005-2006 et l’exercice financier 2011-2012, vous pouvez consulter une série de tableaux via le site que je viens de mentionner.

      Le lien pour accéder à ces tableaux est le suivant :

      http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-fra.asp#Quebec

      En suivant ce lien, vous allez aboutir sur le tableau qui concerne le Québec, mais il s’agit simplement de dérouler vers le haut ou vers le bas pour voir les données qui concernent les autres provinces.

      La discussion de cette question au Québec porte surtout sur la fameuse péréquation. Le calcul de la péréquation est basé sur une formule complexe et la plupart des gens y perdent leur latin.

      Depuis le milieu des années 2000, ce calcul est basé sur une formule qui tient compte des 10 provinces plutôt que sur l’ancienne formule, qui ne tenait compte que de 5 provinces.

      Le dernier tableau auquel j’ai fait référence donne les montants de péréquation dont le Québec bénéficie depuis l’exercice financier 2005-2006. Il donne aussi la répartition par habitant de l’ENSEMBLE du soutien financier fédéral depuis cet exercice financier.
      Pour l’exercice financier actuel (2011-2012), le transfert de péréquation dont bénéficie le Québec est de 7 391 millions de dollars (ou 7,391 milliards de dollars).

      Pour l’exercice financier actuel (2011-2012), la répartition par habitant de l’ENSEMBLE du soutien financier fédéral pour le Québec est de 2 170 $ par habitant.

      La principale question litigieuse relativement à la péréquation au Québec est : quelle est la proportion des paiements de péréquation faits au Québec qui sont payés par les Québécois et quelle est la proportion des paiements de péréquation faits au Québec qui sont payés par les «autres Canadiens» ?

      Sur cette question, je vous réfère à un texte qu’a écrit M. Robert Lacroix, professeur émérite à l’Université de Montréal, Fellow du Cirano (Centre interuniversitaire de recherche, de liaison et de transfert des savoirs en analyse des organisations) et membre du Groupe d’experts sur la péréquation.

      Bien que ce document ne soit pas daté, je crois qu’il a été rédigé en 2006, après le dépôt du Rapport du Groupe d’experts sur la péréquation mis en place en mars 2005. Je vous encourage à lire l’ensemble de ce court document, car il donne une idée de certains facteurs dont tiennent probablement compte les fonctionnaires québécois afin de «maximiser» les transferts de péréquation faits au Québec…

      Voici le lien qui permet de visualiser ce document en format PDF :

      http://www.cirano.qc.ca/fin/texte_perequation_lacroix.pdf

      Sur la question de qui paie pour les transferts de péréquation faits au Québec, et dans quel pourcentage, je vous réfère à un paragraphe qu’a écrit Monsieur Lacroix dans ce document :

      « Il est important de souligner que le programme de péréquation est un programme de redistribution de la richesse canadienne pour atténuer les écarts de capacité fiscale entre les provinces. Ce programme est financé à partir de l’ensemble des taxes payées par l’ensemble des Canadiens au gouvernement fédéral. Donc les Québécois, qui ne contribuent que pour 20% du total des taxes fédérales, ne paient que 20% du coût du programme de péréquation. En somme, pour les 7,2 milliards de $ éventuellement reçus en péréquation, les Québécois n’auront payé que 2,5 milliards de $, le reste étant payé par les autres canadiens. »

      J’espère que ce long commentaire vous aura permis d’en apprendre plus sur cette question complexe.

      Je vous souhaite une bonne journée et une Bonne Année 2012…

    • À la fin de mon intervention de 19h27, il faut, bien entendu, lire « cure de désinformation » au lieu de « cure de désintoxication ».

    • @pager,29 décembre 2011,20h19:

      Vous simplifiez dangereusement la question du Labrador. Le traité de 1763 cédait «the coasts of Labrador». À l’époque, les «côtes», une étroite bande de terre le long des rives, servait aux pêcheurs pour monter les barques, apprêter le poisson et autres activités connexes à la pêche.

      Vous pensez vraiment que Terre-Neuve, avec ses quelques centaines d’habitants, avait ce qu’il fallait pour policer un territoire trois fois plus grand que son île? Et de route façon, à l’époque, toute la colonisation se faisait sur une étroite bande de terre le long des rives des cours d’eau. C’était le cas le long du Saint-Laurent, de l’Outaouais, dans la Baie-des-Chaleurs, dans la Baie de Fundy, autour des Grands lacs, etc.

      Ce n’est que beaucoup plus tard que la C.P. de Londres, en plein conflit d’intérêts, à la demande du Dominion of Canada, à défini ce que pouvait bien vouloir dire la fameuse expression «the coasts of Labrador». Le C.P. a pris, pour la majeure partie du territoire, la «ligne de partage des eaux», favorisant ainsi sa colonie de Terre-Neuve qui n’est devenue «canadienne» qu’à la fin des années 40. Si ces messieurs à perruque poudrée avaient tenu compte du contexte de 1763, «the coasts» auraient gardé le sens qu’elles avaient à l’époque: Une étroite bande de plage et d’amorce de forêt pour y venir déposer et réparer les bateaux et apprêter le poisson.

      Bien entendu, 160 ans plus tard, avec la Révolution industrielle, on avait pris conscience de la valeur de ces terres, alors on a fait le nécessaire et prenant au Dominion pour donner à la colonie, privant par la suite le Québec car l’entrée de T-N. dans la Confédération a complètement transformé la situation.

    • En relisant les commentaires de ce blogue, on se rend compte qu’il y a autant de ‘’Pères Équations’’ que de Pères Noël…et qu’on s’éloigne du sujet premier.
      Bravo à la députée NPDiste qui a fait les efforts pour faire simplement le boulot pour lequel elle a été élu.
      Et pour 2012 : que disparaissent, du moins en partie, ce pessimisme, ce cynisme et cet individualisme malsains qui n’aident en rien notre marche vers un monde meilleur et plus juste… je sais, je rêve, mais on ne sait jamais !

    • @anti-ch_primaire

      29 décembre 2011
      14h25

      Par contre, si l’Ile du Prince Edward (IPE) recevait pour chaque habitant, la même proportion que le Québec reçoit, soit 1945$/habitant pour 8 000 000 de population (selon la justice de M. Piché) chaque habitant de l’IPE recevrait… 31.60$ (*).

      Facile de constater que les calculs de Monsieur Piché ne tiennent pas la route!

      (*): 31.60$ = (1945$*130 000/8 000 000)

    • @ pierrekiroule, “si les Canadiens Anglais, reconnus pour leur pragmatisme économique, jettent les hauts cris à la moindre subvention versée au Québec, comment expliquez-vous qu’ils ne nous ont pas déjà mis dehors de leur Confédération si vraiment ils nous ont «donné» 230 milliards de dollars depuis 1981 ?”

      J’ai souvent posé cette question, jamais obtenu de réponse, et comme vous pouvez le constater, cotenord ne vous en a pas donné non plus, trop occupé à nous enterrer sous ses interminables logorrhées.

      La vérité, c’est que le Québec pourrait aisément se passer du fédéral, qui a beaucoup à perdre d’une hypothétique scission du Québec, et que le “meilleur” des arguments des vénérables fédéralistes réside dans une supposée magnanimité d’Ottawa, ce qui, nous en conviendrons, est une farce tellement grotesque que personne ne rit.

    • @jfcouture 20h19

      Commentaire des plus éclairants.

      Comme ça fait du bien d’avoir de l’information juste !

    • @cotenord_7

      Vous mettez beaucoup d’énergie pour trouver des statistiques qui soutiennent vos dires, et c’est tout à votre honneur. Mais j’espère que vous êtes conscient que très peu de gens prennent le temps d’explorer les sites et les tableaux que vous mentionnez.

      De plus, il faut aussi posséder un minimum de connaissances comptables pour en faire l’interprétation. On peut faire dire ce que l’on veut aux statistiques, ce n’est pas nouveau. Les exemples ne manquent pas.

      Troisièmement, j’espère que vous êtes aussi conscient qu’une personne qui pense exactement le contraire de ce que vous affirmez peut aussi facilement trouver des sources ”crédibles” pour appuyer sa position. Il n’existe pas de sources totalement sûres et impartiales. Pourquoi ? Parce que derrière tout ramassis de montagnes de données, il y a de la politique. Et qui dit politique, dit partisannerie.

      Rappelez-vous les fameuses chicanes à l’époque des ‘’Comptes économiques du Québec’’. Québec disait bleu et Ottawa disait rouge, tout cela à partir des mêmes sources d’informations de Statistique Canada.

      Bonne année 2012… et mort à l’individualisme !

    • @ gaucho_marx (commentaire « 31 décembre 2011 11h37 ») :

      Vous soulevez un excellent point.

      Il n’est pas facile pour le citoyen ordinaire de comprendre ces tableaux et concepts complexes.

      En fait, je suis à peu près sûr qu’une bonne partie des polticiens que nous envoyons à Québec et à Ottawa ne réussissent pas à s’y retrouver non plus.

      Et comme en plus la politique partisane s’en mêle, il n’est vraiment pas facile pour l’électeur d’éclaircir le tout et de comprendre quels sont les vrais enjeux.

      Je vous souhaite à vous aussi une Bonne Année 2012, de même qu’à votre famille.

    • @jeanfrancoiscouture

      30 décembre 2011
      09h27

      Voici la carte du Canada de 1783. La portion en bleu, c’est le Québec.

      http://www.canadiana.ca/citm/imagepopups/ca-1873_f.html

      Noter les trois remarques
      suivantes:

      1) Les frontières du Labrador sont celles d’aujourd’hui! (Telles qu’on peut le voir sur la carte)

      2) Tous les territoires du Nouveau Québec (Nunavic aujourd’hui) et de la baie James ne font pas partie du Québec…Ces territoires furent cédés au Québec par la suite.

      3) Par contre, une petite partie de l’Ontario faisait partie du Québec.

      Je pense que finalement, le Québec a gagné au change!

    • @ anti-ch_primaire, 30 décembre, 12h34

      Cette « supposée magnanimité » (comme vous le dites si bien) dont fait preuve Ottawa envers le Québec est en fait le seul argument qui reste aux fédéralistes pour faire valoir leur option.

      Il fut un temps où ils nous alléchaient (moi y compris) avec le « fédéralisme renouvelé », que l’intransigeance du ROC les a obligés à jeter aux oubliettes.

      Depuis lors, ils ne font que marteler cette prétendue dépendance du Québec à l’endroit du Canada.

      Ce que je trouve triste, c’est de voir des Québécois francophones s’acharner ainsi à rapetisser leurs propres concitoyens en essayant de les assimiler à des quêteux.

      Et ces mêmes fédéralistes se plaisent à affirmer qu’une majorité de Québécois rejettent l’indépendance. Ils ont raison, mais ils oublient un fait essentiel : une majorité tout aussi importante de Québécois souhaitent toujours un renouvellement du fédéralisme qui se traduirait par le rapatriement de pouvoirs au Québec – donc, un renforcement du Québec au sein d’une vraie confédération.

      En fait, la population québécoise se divise en trois segments : 25% d’indépendantistes purs et durs, 25% de fédéralistes du statu quo (c.-à-d. 15% d’anglophones et d’allophones et 10% de francophones, soit la base du PLQ dans les sondages) et 50% de francophones plus ou moins nationalistes qui voudraient demeurer au Canada, mais dans des conditions de quasi-indépendance.

      Comme le ROC n’acceptera jamais ce changement, cette moitié de la population québécoise, au lieu d’assumer pleinement son destin, est prête aujourd’hui à monnayer son acceptation du statu quo.

      Un plat de lentilles, certes ! Mais les beaux principes n’ont plus cours. Nous vivons sous le règne de l’argent et de la cupidité. Pourquoi les Québécois seraient-ils différents des autres humains ?

      Songez un peu. Dans un sondage récent mené en Écosse, on a demandé aux gens s’ils appuieraient l’indépendance si celle-ci leur apportait 800 euros (1 100 $) de plus par année : 60% voteraient pour l’indépendance. On leur a ensuite posé la même question, mais en supposant que l’indépendance leur enlèverait 800 euros par année : le pourcentage d’approbation est tombé à 25%.

      Money talks ! And money is in Ottawa !

      L’« amour du Canada » que certains nous vantent tant n’est donc qu’une vulgaire question d’argent.

      Si les fédéralistes étaient honnêtes (et que la magnanimité fédérale était un fait avéré), ils nous diraient que le ROC accepte d’acheter les Québécois pour les raisons suivantes :

      1- Le Québec représente un marché important de consommateurs pour les produits canadiens;

      2- Le Québec est un territoire immensément riche en ressources de toutes sortes;

      3- En laissant l’immigration noyer petit à petit la population francophone (laquelle deviendra une grosse Acadie, puis une Louisiane, puis une terre anglophone), le ROC récupérera aussi bien le marché que le territoire, et les Québécois s’intégreront bien docilement aux autres sujets de Sa Majesté la Reine du Canada.

      C’est dommage, surtout pour un nombre important de fédéralistes québécois sincères, qui ont toujours cru que le Québec pouvait trouver sa place au sein du Canada (mirage et utopie maintes fois démontrée), mais qui en sont réduits à vouloir la disparition de leur peuple pour faire triompher leur option.

      Dommage aussi pour le peuple québécois lui-même, qui troque son droit à l’auto-détermination pour un plat de lentilles.

    • Petite erreur dans mon intervention précédente « @anti-ch_primaire, 30 décembre 12h34 » :

      dans le sondage auprès des Écossais, on parlait de 800 $ (et non de 800 euros). En outre, les pourcentages ne sont pas 60%-25%, mais 66%-20%. Ce qui ne change pas grand-chose à l’idée générale, mais vaut mieux être précis…

      Pour ce qui est de la source, la voici : http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/benoitaubin/archives/2011/12/20111206-084400.html

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité