Richard Therrien

Richard Therrien - Auteur
  • Richard Therrien

    Chroniqueur télé du journal Le Soleil depuis 2001, Richard Therrien carbure littéralement à son petit écran.

  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 octobre 2011 | Mise en ligne à 22h51 | Commenter Commentaires (40)

    Louis-José Houde: une vraie machine à blagues

    louisjoseadisq
    Louis-José Houde et Fred St-Gelais au Gala de l’ADISQ
    Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

    Louis-José Houde était littéralement en feu hier soir (dimanche). Sur la scène de ce 33e Gala de l’ADISQ, l’humoriste était chez lui. Là pour la sixième année consécutive, il pourrait paraître blasé, mais non, au contraire, il sait tirer profit de son expérience.

    Et on l’a vu dès son monologue d’ouverture, absolument irréprochable. Après sa montée de lait de l’an dernier sur la revente des billets de spectacles, qui a mené à la création d’une nouvelle loi, l’animateur a eu l’idée de chialer contre d’autres sujets comme les rimes, les refrains et le trop grand nombre de façons d’écrire le prénom Carolanne. Drôle du premier et dernier mot.

    Il allait continuer avec une hilarante imitation du chanteur intense «qui porte trop de foulards». «Je protège mes cordes vocales, je bois du thé, je prépare un album plus mature. Moi j’aime pas les galas!» Tout dans la gestuelle et dans la voix. Même réussite quand il se moquera plus tard des souliers des filles, qu’elles portent avec gloire et douleur, et relançant son célèbre «Champagne, showbiz!»

    Disant croiser Philippe Fehmiu partout, Louis-José a salué l’élégance presque exagérée de l’animateur. «À côté de lui, tu te sens comme Chabot dans La guerre des tuques. Au show de Prince, il était mieux habillé que Prince!» Et il a gentiment taquiné Brigitte Boisjoli, bombe d’énergie. «On dirait une fille de 13 ans dans son cours de ballet jazz!»

    Ce fut d’ailleurs dans l’ensemble un excellent gala. Difficile de ne pas partager l’enthousiasme de Marie-Mai, l’interprète féminine de l’année. Charmant de voir sa mère hocher de la tête en entendant sa fille se souvenir à voix haute de son enfance, de son déficit d’attention. Après tant d’années, Éric Lapointe jouit toujours de la faveur populaire et reste surpris. «Chu su’l cul», a-t-il dit d’entrée au jeu.

    Personne ne reprochera à l’ADISQ d’avoir rendu hommage deux fois à Gilles Vigneault – l’artiste avait en effet reçu le Prix Témoignage lors du même gala en 1985. Pour ce qu’on a appelé un «coup de chapeau», une pléiade d’artistes, dont Charlebois, Forestier, Fred Pellerin et Catherine Major, ont uni leurs voix pour lui chanter Les gens de mon pays. Une chance qu’il y avait un télésouffleur, parce que certains d’entre eux, pourtant des pros, en oubliaient les paroles. Devant une audience captive, et à un débit «qui n’est pas celui de Louis-José», Vigneault a remercié son public d’avoir enduré «son timbre détimbré», et a salué Jean Bissonnette, qui l’a découvert à l’époque. Un hommage mérité bien sûr, ouvert par Fred Pellerin, la voix tordue par l’émotion. «Chante encore, j’te promets qu’on va répondre en chœur.»

    Autre moment d’émotion quand Ginette Reno s’est mise à pleurer en saluant son chef d’orchestre durant 45 ans, Léon Bernier, mort tout récemment. Le pétard mouillé de la soirée: la présence de trois membres d’Arcade Fire, qui n’avaient rien préparé pour remercier. Quelques mots anodins en français, et puis, rien. On ne félicitera quand même pas Arcade Fire, un groupe d’ici en partie, de parler français…

    Les Cowboys fringants, qui avaient demandé à leurs fans de ne pas voter pour eux, ont quand même gagné et n’ont pas fait de scandale. André Gagnon a joué pour son ami Claude Léveillé, décédé durant la dernière année, avec Isabelle Boulay dans un numéro émouvant.

    Façon très simple mais efficace de présenter les artistes en nomination pour la découverte de l’année, que Louis-José a encouragés en nommant quelques stars qui n’avaient pas gagné dans cette catégorie: Jean Leloup, Isabelle Boulay et Daniel Bélanger.

    Tout au long de la soirée, l’animateur nous a diverti avec des tweets drôles et originaux. Des exemples: «À la maison, j’ai la même robe que Marie-Mai», «Si on s’assoit sur Marc Hervieux, il émet un son», «Si vous êtes en nomination et vous êtes assis au milieu de la 22e rangée, c’est pas ce soir que ça se passe!» et «Le gala doit absolument se terminer avant 22h15, heure du dodo pour William Deslauriers.»

    Non, vraiment, pas grand-chose à redire sur ce gala dont on n’attendait aucune surprise, et ceux qui souhaitaient des scandales n’en ont pas eu. En fin de gala, Vincent Vallières avait la chanson rêvée pour saluer sa moitié, On va s’aimer encore, «au travers des doutes, des travers de la route…»

    Pour tous les résultats, lire mon collègue Olivier Parent dans Le Soleil et sur www.cyberpresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles.


    • Louis-José Houde: une vraie machine à blagues…plates, très plates

    • Vraiment?! ”littéralement en feu”.

      http://fr.thefreedictionary.com/litt%C3%A9ralement

      http://fr.thefreedictionary.com/en+feu

      Je ne crois pas, non…

    • Bravo Fred! Wow!

    • Un gala comme bien des galas, avec des bouts sympas, drôles, émouvants, plates. Avec des blagues qui tombent pile et d’autres qui tombent à plat.

      Mais encore les !”/$%?&* de «Tweets»!!! Vous aussi, ça vous pâme? Misère! Le seul que j’ai trouvé à peu près drôle, c’est celui qui disait aux désespérés de gagner de se rapeler trois lettres: NPD. Vrai que pour ma part, je trouve ce médium plutôt insignifiant.

      Entéka, chose certaine, s’agissant de Twitter et Facebook, voilà deux compagnies privées qui ont trouvé le moyen de se faire donner de la publicité gratuite partout, partout.

    • J’ai surtout réalisé que nous avions un drapeau sans mât.

    • D’accord avec vous! Tout à fait! Monsieur Therrien! Que ce style d’humour et d’humoriste fait du bien! Un Gala comme j’aime tout à fait!

    • J’ai regardé le monologue d’ouverture en riant un peu. C’était assez bon pour me donner envie de regarder un peu plus. Puis Marie-Mai a gagnée le trophé d’auteur-compositeur-interprète devant Bernard Adamus, Daniel Bélanger, Pierre Lapointe et Karkwa.

      Right.

      J’ai changé de poste.

    • Bashing de R.C. et de la culture québécoise dans 5..4..3..

      (On paye ça avec nos taxes etc…)

      Jean Émard

    • “Louis-José Houde: une vraie machine à blagues…plates, très plates” jibay

      ===

      Commentaire plate, très plate.

      Jean Émard

    • Ben là, ça aurait chialé encore plus si aucun membre d’Arcade Fire ne s’était pointé!

      Des membres sont là, ils parlent en français… On les félicite peut-être pas, mais on leur reproche rien non plus, s’il vous plaît.

      Des plans pour qu’ils ne reviennent plus jamais à l’ADISQ… qui était déjà très en retard dans son invitation, genre 7 ans.

      Ah oui, c’est vrai, faut s’inscrire à l’ADISQ pour être reconnu par l’ADISQ…

    • Belle soirée en général, mais quel discours pathétique de Monique Giroux qui demande aux Québécois d’acheter des albums par pitié et compassion. Quand on achète un disque c’est parce que c’est bon.

    • Bonjour M. Therrien,

      Je partage, dans l’ensemble, votre analyse concernant le Gala de l’ADISQ. J’ai d’ailleurs été très heureux de voir Vincent Vallières remporter son premier Félix. Une statuette fort bien méritée! Le seul bémol de la soirée va aux Cowboys Fringants. Non mais! Après tous les appels du groupe au public afin qu’il ne vote pas pour eux, ils auraient pu refuser le Félix…. D’autant plus que leur allocution était franchement erratique et digne d’un texte de cégépien. J’ai déjà aimé beaucoup les Cowboys Fringants. Or, je crois qu’ils commencent à être un peu “has been”.

    • Pourquoi les cowboys s’étaient inscrits de toute façon? le groupe de l’année devient de plus en plus ridicule chaque année, couronnant des groupes qui n’ont rien fait depuis 2 ans, comme mes aïeux qui ont gagné l’an passé si je ne me trompe pas. Karkwa a eu une année d’enfer, on entend “météore” d’alpha rococo à la radio 3 fois par jour… Et moi, les artistes qui se remontent en rabaissant les autres (Avril Lavigne) euh, ça fait ado qui veut provoquer… n’importe quoi. et je suis d’accord avec richlega, on peux-tu arrêter de chialer contre arcade fire, c’en est gênant… Ils étaient présents, ils ont remercié en français, pis on est pas encore contents…

    • La body fittait bien dans la robe et la robe fittait bien sur Marie Mai.

      Un vieux Mon Oncle qui a toujours l’oeil.

    • @HADDOCK9. Marie-Mai a gagné le spectacle de l’année. Faut pas se mélanger.

    • @sergioo >>> Tellement daccord avec vous. Quand les enfants passeront à nos portes pour récolter leur bonbons, nous devrons leur répondre, désolé, je n’ai plus de bonbons, j’ai acheté un CD à la place !

    • @ramses2.1

      avez-vous un blogue par hasard?

    • @apbl Elle a gagnée spectacle auteur-compositeur-interprète.

      C’est un tout.

      Et elle n’a pas d’affaire là.

    • À lire la majorité des cabotinages sur ce blog, je persiste à croire que le Quebec Bashing est le sport favori de bien de Québécois.

      À mon avis, c’était un Super Gala, avec plus de forces que de faiblesses.

      Ces sentiments douteux émanant des Québécois blasés explique un sondage de TVA ce weekend:

      - Quand Legault dit qu’il aura un Parti, 40% des gens veulent voter pour lui…
      - Quand on questionne ces Québécois sur le remplacement de Pauline par Duceppe, alors ces 40% se retrouvent au PQ avec Duceppe et Legault en prend pour son rhume en baissant à 30%.

      Ah ces Québécois chialeux et gâtés comme ça se peut pas…. !!

    • @ Jibay: Je doute sincèrement que vous soyiez capable de faire mieux, alors gardez vos critiques gratuites pour vous SVP !

    • Moi aussi j’étais “su’l cul” en voyant Éric Lapointe qui semble pas mal “scrap”! Je ne dis pas que HIER il était “scrap”, mais que le résultat des toutes ces années d’abus semblent l’avoir “scrappé”!

    • D’accord avec haddock9…J’en étais bouche bée hier soir, que Marie-Mai ait gagné comme auteur-compositeur-interprète devant Bernard Adamus, Daniel Bélanger, Pierre Lapointe et Karkwa, c’est honteux et même indécent…

      Marie-Mai, c’est du fast-food musical, je m’excuse, alors que Daniel Bélanger et les autres, de la haute gastronomie…Marie-Mai, considéreée comme une auteur-compositeur-interprète au même rang que Daniel Bélanger, y a quelque chose qui tourne pas rond!

    • Ou etait Simple Plan? … ils ont sans doutes compris qu’ils n’ont rien a foutre la…

    • Richard, comme dans votre tweet d’hier (décevant écris plusieurs fois…..), je crois que vous exagérez beaucoup pour Arcade Fire !

    • Gale dans l’ensemble très intéressant et drôle.
      MAIS:
      Marie-Mai: trophée d’auteur-compositeur-interprète: Les juges (?) dormaient au gaz? ou bedon ben gelés?
      Marc Dupré: Une chance que la famille est derrière lui
      William Deslauriers: Quand Louis-José Houde parlait de rimeur, il parlait certainement de lui. Faut lire les textes de ses chansons. Bonne musique mais textes mauvais.

    • Un beau Gala! Bravo, Louis-José Houde!
      Vibrant hommage rendu à Gilles Vigneault.
      Fred Pellerin : authentique, émouvant et digne dans sa présentation de Gilles Vigneault et tout au cours de l’hommage. Bravo aussi pour le trophée remporté pour son spectacle à Saint-Élie-de-Caxton dans une salle de spectacle créée pour en permettre la présentation!
      On n’est pas d’accord pour tous les trophées attribués, mais comme pour la vie en général, on se concentre sur ce qu’on trouve de positif dans le Gala et on s’en réjouit.
      Merci et à la prochaine, Louis-José Houde!

    • Beaucoup de paroles, mais des blagues vraiment drôles pas beaucoup.

    • @jibay Votre commen (taire) conviendrait bien au niveau de ceux de La Clique du Plateau .

    • Un peu déçu, puisqu’il n’y avait pas de TLMEP, je m’attendais à un compte-rendu d’OD :(

    • @imoi
      C’est vrai qu’on n’a pas eu de TLME B (bave), et a OD, depuis que miss
      mongol fier s’est envolee avec son singe charmant, ca manque de rebondissements…

    • J’aime pas ça voir un homme pleurer pour rien. Il n’y a pas de mort. Vigneault a l’air de bien se porter. Pourquoi donc ce trémolo pleurnichard en guise d’hommage ? À ses funérailles va-il se rouler par terre en écumant ?

    • Vrai pour les Cowboys qui auraient plus refuser leur prix.

      Toutefois, leurs remerciements sont allés à 2 fans en particuliers qui les ont plus que suivi… quand ça fait plus de 100 shows que tu vois d’eux, c’est que tu t’es donné la peine en maudit de te déplacer… Connaissant ces 2 personnes, j’ai trouvé ça bien de leur part de le faire… c’était entièrement mérité. La blague d’Avril Lavigne, c’est du mauvais Karl.

    • Vraiment dommage que La Presse est mis un “spin” sur l’histoire d’Arcade Fire et l’ADISQ. C’est l’ADISQ qui n’a jamais eu intérêt d’inviter ce groupe (et Simple Plan en passant) car ils n’étaient pas assez “français”.
      Emilie Côté aurait dû faire un peu de recherche ou poser les bonnes questions au lieu d’écrire,
      “faisant taire les mauvaises langues voulant que l’ADISQ soit le seul gala que le groupe boude..”

    • En général, c’était bon excepté pour Éric Lapointe. J’espère qu’il était “Au bout”. J’ai de la difficulté à croire que les Québécois puissent porter aux nues ce prince de la diphtongaison, ce champion de la bouche molle, ce power balladeux passant pour un rocker. Chu su’l cul.

    • mlektra 31 octobre 2011 10h00

      ===

      Non mais je suis souvent sur le forum des sceptiques du Québec.

      Jean Émard

    • M. Therrien, chapeau pour vos comptes-rendus toujours pertinents.

      Jean Émard

    • J’ai bien aimé la prestation de Louis-José, par contre je suis allergique à l’insignifiance de Marie-Mai alors la voir toute la veillée j’ai trouvé ça plutôt difficile (mais bon si ça rend certaines personnes heureuses).
      En revanche ce qui m’a le plus déçu, c’est l’absence par laquelle brillait Malajube… je ne connait pas trop les rouages de l’Adisq mais il me semble que c’est un des excellents groupes Québécois à rouler sa bosse en ce moment… j’aurais aimé les voir gagner de quoi dimanche soir.

    • J’aime bien José-Louis Houde parce qu’il est un gars super sympathique, mais le problème est que je ne comprends pas ce qu’il dit lorsqu’il est devant un écran pour le public en faisant son monologue.. En fait, durant toute la soirée du gala, je n’ai absolument rien compris les gags de José. Il parle trop vite et il mange ses mots. Ca devient exténuant de l’écouter. Ce n’est pas normal que le monde des artistes puisse l’accepter. Si ce serait une femme comme José-Louis, elle serait bannie du monde des artistes.
      J’ai perdu le plaisir d’écouter le gala de l’ADISQ depuis que Louis-José Houde est animateur, parce que je ne le comprend pas.

    • Bonjour !

      Félicitations Louis-Joeé Houde et à
      Gilles Vigneault ,Fred Pellerin ainsi qu’à plusieurs autres talents du Québec surtout à Vincent Vallières .Quel talent ce chanteur !
      M.Therrien J’ai une question qui me turlupinne à chaque fois que je vois Marie-Mai .
      Est-ce qu’elle souffre du tétanos comme Céline Dion ? Losqu’elles chantent ces deux-là .elles ont tellement la position arc-boutée c’est vraiment pénible à voir !
      Merci de me lire .Vous êtes toujours bien pertinent !

      C.Poitras

    • Est-ce que Fred Pellerin n’aurait pas pu emprunter une chemise et un veston à son père, ou à son frère, ou à son voisin, ou en louer un, ne serait-ce que pour rendre un hommage à notre plus grand poète chansonnier québécois lors d’un gala télédiffusé ??? Est-ce que le respect existe encore?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité