Le blogue techno

Archive, juin 2014

Samedi 28 juin 2014 | Mise en ligne à 6h34 | Commenter Commentaires (33)

Surface Pro 3 : tablette ou ordinateur? Le test.

La publicité de Microsoft la décrit comme étant « la tablette qui peut remplacer l’ordinateur ». Je dirais plutôt l’inverse : l’ordinateur qui peut remplacer une tablette.

Les abonnés de La Presse+ peuvent aller consulter notre chronique vidéo qui, en ce samedi, parle de la Surface Pro 3. Pour les autres, la vidéo sera en ligne dans quelques jours. Mais il y a beaucoup à dire sur la Surface Pro 3, plus qu’on peut en dire dans une vidéo d’environ deux minutes.

Alors : tablette, ordinateur ou parfait hybride?

Voilà plus d’une dizaine d’années, depuis les défunts Tablet PC, que Microsoft cherche à mettre le doigt sur le parfait hybride. À mon avis, la Surface Pro 3 est le premier effort valable en ce sens. Pas parfait, mais valable.

Pourquoi pas parfait? Précisons d’abord que j’ai peine à imaginer comment on pourra en arriver à la perfection à ce chapitre un jour. Inévitablement, le concept même d’hybride sous-entend des compromis de part et d’autre du juste milieu que l’on cible.

Dans le cas qui nous occupe, les compromis sont à mon avis plus lourds du côté tablette. Disons-le simplement, la Surface Pro 3 est une mauvaise tablette : elle est grosse, relativement lourde et sa batterie n’est pas aussi durable que ses rivales. Son couvercle-clavier, qu’il faut trimballer si l’on veut véritablement parler d’un modèle hybride, devient un encombrement quand on veut se servir de l’appareil en tant que tablette.

Surtout, Windows 8.1 n’est pas aussi bien adapté à cette catégorie qu’iOS ou Android. Plus versatile, certes, mais plus complexe, ce qui n’est pas une bonne chose pour une tablette. Et moins d’applis conçues spécialement pour un usage tactile. Chapeau quand même pour la possibilité d’utiliser un stylet et pour la qualité de celui-ci.

Un bon ordinateur

C’est beaucoup mieux du côté ordinateur et c’est d’ailleurs en bonne partie grâce aux améliorations apportées depuis la version précédente.

D’abord l’écran, passé de 10,6 pouces à 12 pouces, est de taille raisonnable et de bonne qualité.

Mais c’est surtout l’ergonomie qui a progressé, grâce à un support arrière qui n’est plus limité à un seul angle, mais peut maintenant être incliné à notre guise. Le couvercle-clavier vendu séparément (on y reviendra) a aussi été amélioré. Il peut se replier à la base pour tenir en angle, lui aussi, ce qui facilite son utilisation. Son pavé tactile a été agrandi et il « clique » maintenant comme un vrai.

Avec tout cela, on peut maintenant songer à utiliser la Surface sur ses genoux ou pendant de longues périodes de façon relativement confortable. Je dis bien « relativement ».

Microsoft elle-même compare la Surface Pro 3 à la fois à l’iPad Air et au Macbook Air d’Apple.

Si c’est une tablette que vous cherchez, l’iPad Air (ou un produit Samsung) s’impose largement, pour les raisons citées plus haut, sans oublier le prix.

L’appareil soutient mieux la comparaison avec le Macbook Air.

Du côté Surface, on peut se procurer une version dotée d’un processeur i5 à 1,6 GHz, un 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage pour 1180$ (1050$ + 130$ pour le clavier).

Apple peut quant à elle vous offrir un MacBook Air avec les mêmes capacités de mémoire, un processeur identique, mais un peu plus lent (1,4 GHz) et un écran un brin plus grand (13 pouces), mais d’un peu moins bonne qualité pour 1099$. Une meilleure batterie aussi.

Comme la Surface peut aussi être employée comme tablette et que son écran est tactile, les dollars supplémentaires sont justifiés.

Équipée de son clavier, la Surface Pro 3 est un peu plus mince que la partie la plus large du MacBook Air.

Équipée de son clavier, la Surface Pro 3 est un peu plus mince que la partie la plus large du MacBook Air.

Que cherchez-vous?

La question à savoir si la Surface Pro 3 est un bon achat à recommander n’est vraiment pas simple.

Si vous avez déjà un ordinateur portable et cherchez une tablette, la réponse est simple : non. Vous allez la payer trop cher, il y a de bien meilleures tablettes et vous allez probablement préférer de toute façon utiliser votre ancien appareil dans les moments où un ordinateur sera nécessaire.

L’inverse est aussi vrai. Si vous avez une tablette et cherchez un ordinateur Windows, vous pouvez probablement trouver moins cher et un peu plus ergonomique que la Surface Pro 3. Et vous allez définitivement préférer continuer d’utiliser votre tablette actuelle, peu importe le modèle.

Il reste donc les gens qui cherchent à s’équiper des deux appareils. Pour eux, les prix élevés des modèles Surface deviennent moins rébarbatifs, ce qui enlève un gros frein. Mais il restera toujours à voir si vous pouvez vivre avec les compromis, surtout du côté tablette.

Il y a une certaine catégorie de personnes pour qui la Surface Pro 3 est un très bon choix. Mais c’est un créneau, relativement étroit à mon avis.

Lire les commentaires (33)  |  Commenter cet article






Mercredi 25 juin 2014 | Mise en ligne à 17h56 | Commenter Commentaires (20)

Une nouvelle vague de montres intelligentes

Google tenait aujourd’hui son importante conférence Google I/O, dans laquelle, un peu comme Apple au WWDC au début du mois, elle présentait son plan de match des prochains moins, principalement à l’attention des développeurs d’applications.

On y a entre autres aperçu les premières esquisses de la prochaine version d’Android, pour l’instant connue sous l’appellation « L ». On en a aussi appris sur l’intention de Google d’emmener Android dans l’auto, les téléviseurs et l’électronique vestimentaire.

Justement, la conférence a donné lieu à une série d’annonces de montres intelligentes. Deux d’entre elles ont en fait été mises en vente aujourd’hui même sur le Play Store, pour l’occasion : la G Watch de LG et la Gear Live, de Samsung.

L’appareil de LG coûte 249$ et sera livré à compter du 2 juillet. Celui de Samsung, le seul produit véritablement nouveau du lot, coûte pour sa part 219$ et sera livré une semaine plus tard. Les deux montres utilisent une nouvelle mouture d’Android, nommée Android Wear, qui comme son nom l’indique est surtout conçue pour les appareils d’électronique vestimentaire.

Voilà qui est intéressant de la part de Samsung. Rappelons que ses plus récentes montres intelligentes utilisaient plutôt son propre système d’exploitation, Tizen. D’un autre côté, Samsung est la championne pour multiplier les modèles et les solutions. À preuve, elle a présentement pas moins de quatre gammes de tablettes, chacune disponible en au moins deux tailles, sur le marché.

Ce que j’en retiens pour le moment, c’est qu’aucun des modèles dont il a été question cet après-midi ne révolutionne le genre et ne crée ce sentiment de besoin qui pourrait en faire un succès auprès du grand public.

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Lundi 23 juin 2014 | Mise en ligne à 12h05 | Commenter Commentaires (9)

Ubisoft et Warner à l’abri des coupes

Il aura fallu y mettre près de trois semaines, mais le ministère des Finances a finalement admis vendredi qu’Ubisoft et Warner Bros. ne seront pas affectés par les coupures de 20% annoncées pour l’ensemble des crédits d’impôt provinciaux lors du dernier budget.

La raison en est que ces entreprises, au moment d’obtenir de gouvernements précédents de l’aide pour des projets d’investissement, ont aussi eu la prévoyance d’inclure un contrat garantissant le maintien des taux actuels pour quelques années. On ne peut que féliciter leurs avocats.

L’ennui, c’est que tout d’un coup, l’idée de réduire le crédit d’impôt à la production de titres multimédias apparaît bien inutile. Ubisoft en accapare environ 50% à elle seule, Warner peut-être un 10% additionnel. À vue de nez, voilà 60% des économies envisagées qui sont devenues impossibles, tout en créant une inégalité flagrante entre ces deux entreprises et les autres studios québécois.

Pour ces raisons, la commission d’examen de la fiscalité québécoise, qui tiendra ces travaux cet automne et doit rendre son rapport en décembre, semble déjà prédestinée à rétablir ce crédit d’impôt à son niveau d’avant le 4 juin.

La question maintenant: combien d’autres ententes existe-t-il et qui pourraient miner les efforts de compression d’autres crédits d’impôt?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2014
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives