Le blogue techno

Le blogue techno - Auteur
  • Jean-François Codère

    Journaliste spécialisé en technologies depuis 1999, je traite ici de Web, d’appareils mobiles, de jeux et d’autres gadgets, tantôt sous un angle «affaires», tantôt sous un angle «consommateur».
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 18 février 2014 | Mise en ligne à 14h11 | Commenter Commentaires (80)

    Y a-t-il une limite à la neutralité d’Internet?

    Sur papier, il est très difficile d’être contre le principe de la neutralité d’Internet. C’est à peu près aussi facile d’être pour que d’être contre la faim dans le monde.

    Malheureusement, dans la vraie vie, les grandes vagues de l’idéalisme ont tendance à se fracasser sur les rochers du réalisme. Et il y a justement un gros rocher qui commence à pointer.

    Le lancement vendredi par Netflix de la deuxième saison de House of Cards — je ne l’ai pas encore écoutée, ne gâchez pas la surprise — a créé un raz-de-marée et a donné l’occasion à certains journalistes ou fournisseurs de statistiques sur l’utilisation d’Internet de s’attarder au phénomène.

    Ainsi, l’entreprise ontarienne Sandvine, qui donne dans la gestion de réseaux, a publié cette étude (PDF) selon laquelle lors de la période de pointe du soir, Netflix peut accaparer à lui seul près du tiers (31,62%) de tout le trafic en aval en Amérique du Nord.

    Imaginez-vous maintenant dans les souliers d’un fournisseur de télécommunications qui doit composer avec une demande sans cesse croissante, un réseau surchargé et des millions (ou milliards) de dollars en investissements nécessaires. Avec ces statistiques en mains.

    Maintenant, essayez de le convaincre que non, il n’a pas le droit de ralentir ou de facturer différemment le trafic lié à Netflix, au nom de la neutralité d’Internet. Je ne dis pas qu’il a raison. Mais le type a de solides arguments entre les mains.

    Si j’avais à choisir une analogie, j’irais avec l’eau. Au Québec, on s’entend généralement pour que l’utilisation résidentielle de l’eau soit gratuite. Ce n’est peut-être pas la bonne stratégie, mais elle se défend et nous ne lancerons pas ce débat ici. Par contre, on s’entend aussi assez clairement pour qu’une entreprise qui prend l’eau du robinet en quantité industrielle (littéralement), l’embouteille et la revend soit obligée de la payer.

    N’est-ce pas un peu ce que fait Netflix? Cette entreprise n’est-elle pas, volontairement ou non, en train d’étirer un peu trop l’élastique?

    AJOUT: Je réalise avec certains commentaires qu’un point mérite d’être éclairci. Quand j’écris qu’un fournisseur d’accès pourrait être tenté de facturer différemment le trafic lié à Netflix, je pensais surtout à la possibilité d’envoyer la facture à Netflix, plutôt qu’au consommateur. Même si, en bout de piste, elle finira toujours par se retrouver chez le consommateur, avec ou sans détour par Netflix.


    • Non pas vraiment.
      Car ces mêmes distributeurs de signaux qui se plaignent que Netflix prend trop de bande passante, ils ne veulent que le remplacer par leur propres services.

      En bout de ligne, le consommateur se fait fourrer comme avec le cable télévision:se fait forcer a prendre se que le fournisseur VEUT qu’il ait, et non ce que le client veut.

    • voici mon raisonnement :
      1- les fournisseurs de service internet en amérique du nord font d’énormes profits
      2- Ces mêmes fournisseurs ne sont pas à la pointe en terme de réseau (voir Asie, europe : plus rapide, moins cher)
      3- Ces fournisseurs sont souvent associés, si ce n’est pas possédé, par des producteurs de revenus.

      Afin qu’internet continue d’être internet, c’est à dire la même chose accessible à tous peu importe leur fournisseur, il faut absolument conserver la neutralité. Pour le problème Netflix, quelques pistes de solutions :

      1- Améliorer les réseaux. Netflix ne sera pas le dernier fournisseur de contenu sur le web et si une série s’accapare 32% de la BP le soir, je me demande ce que ce sera quand tous les réseaux feront la meme chose (ca s’en vient)

      2- Refiler la facture à tous les usager d’internet (c’est deja comme ca, et ca semble assez profitable)

      De toute facon, d’ici 20 ans, ca n’existera plus les réseaux cablés. Tout sera sans fil. du fournisseur au consommateur, aucun support cablé.

    • Ils ont juste à vendre leur service autrement… pas promette ce que leur infrastructure ne permet pas si tous les usager utilise le résaux en meme temps.

      Ca ses comme le début du haute vitess, il y a plusieurs années… Certain fournisseurs DSL te déconectait souvent en heure de pointe car ils n’avaient pas assez d’IP public pour que tous leur clients soit connecté en même temps!

    • dans mon commentaire précédent

      lire producteur de contenu au lieu de producteur de revenu

      merci

    • Je le dis depuis longtemps: Internet devrait etre comme l’electricite et l’eau dans les pays intelligents (donc pas le Quebec). On paie un frais Mensuel qui nous donne acces au system et on paie a l’utilisation (avec des periodes de pointe s’ils veulent). Ca permet un partage des resources equitable (les frais “fixes” sont partages) mais aussi une liberte individuelle (les frais “personnels” le restent). En contreparti, il devrait etre interdit de faire du traitement de faveur (i.e throttling).

      Toute personne fan du “Illimite” n’est selon moi qu’un boulimique de l’Internet dans un buffet chinois: il s’agit d’une personne qui veut que les AUTRES paient pour SON utilisation abusive. C’est tout sauf une utilisation durable d’une resource. Mais il faut aussi comprendre d’ou vient l’habitude: les gens sont habitues a la TV par cable/satellite qui utilise les resources de maniere fixe. Par la, j’entends que l’utilisation ou non d’un poste de television n’a aucun impact sur les resources. Ces resources sont fixes puisqu’une partie de la capacite du cable est reservee en tout temps pour chaque poste. Avec l’Internet et les reseaux de donnes, l’utilisation ou la non utilisation a un impact different sur les resources.

      Toutefois, le libre marche dicte que ce n’est pas moi qui va pleurer sur le ISP ou le client. Si le ISP donne du illimite, c’est lui qui est responsable de ses erreurs. Mais si vous voulez un Internet Neutre et que votre ISP decide de faire du throttling, changez de provider. C’est AUSSI ca le libre marche: votre ISP est libre de faire ce qu’il veut, et vous etes libre de ne pas utiliser ses services. Ce que vous n’etes PAS libre de faire, c’est de faire votre enfant et de chialer. La journee ou un service ne fait plus mon bonheur, je le cancelle. Je ne demande pas au reste de la planete de se plier a mes caprices.

    • Mais cest quand meme nous qui payons le réseau avec nos forfait à 50$ par mois. si Netflix doit payer plus en bout de ligne cest nous qui vont payer plus. Je pense qu’on paye deja assez.

      Si on enleve les trucs attrayants d’internet, et c’est souvent les truc qui tirent le plus de bandwith, il y aurait à la base moin d’abonnés donc moi je vois ca plus comme un ensemble, plus le reseau devient attrayant, plus il va y avoir des abonnés avec des forfaits encore plus dispendieux(plus de bandwith). Les compagnies font deja des profits, c’est ca leur récompense.

      P.s: l’eau du robinet est pas gratuite, on paye tous des taxes pour payer l’aqueduc comme on paye des forfaits internet pour entretenir le grand réseau du net.

    • En fait, le journaliste ne parle pas de la *neutralité * au sens littérale su terme mais plutôt sur * prix neutre * de la route qu’elle sous-tend. La neutralité est la largeur de la voie laissant chacun circuler alors que le volume des poids lourds comme Netflix doit avoir un coût plus important en raison de l’usure prématuré qu’il cause.

    • Il s’agit d’une fausse analogie. Dans votre exemple avec l’eau, c’est l’entreprise qui payerait l’eau qu’elle prend et revend, alors que pour Netflix, vous parlez “de ralentir ou de facturer différemment le trafic lié à Netflix”. Ce serait donc l’utilisateur qui payerait (soit en vitesse, soit en se faisant facturer davantage par son fournisseur). L’utilisateur paye déjà pour son service Netflix, en plus de payer son fournisseur plus cher pour avoir droit à un débit suffisamment rapide et à une limite de bande-passante suffisamment élevée pour pouvoir utiliser Netflix. Le vrai débat est de savoir si Netflix devrait payer elle-même des redevances aux fournisseurs. Laissez les utilisateurs en-dehors du débat.

      François Laplante.

    • Je vous ferais remarquer que les fournisseurs internet imposent une limite d’utilisation mensuelle, au-delà de laquelle il faut débourser des sommes déraisonnables… La demande est sans cesse croissante, vous l’avez dit. Je ne vois pas ça comme un obstacle, mais plutôt comme une caractéristique de ce marché. On peut comparer au pétrole… Le prix de l’essence ne cesse de croître. Réaction, les gens achètent davantage d’hybrides, de petites voitures à consommation modeste. On adapte la technologie. Les ISP doivent augmenter leur niveau de jeu, faire les investissements appropriés. Personnellement, je suis sidéré des limites que l’on nous impose par rapport à la technologie disponible. On nous vend des téléphones intelligents disposant de connexions LTE, avec des limites de téléchargement de 1 GB. Je peux donc, dans les meilleures conditions, atteindre ma limite de téléchargement en 28 secondes… Ce n’est pas équilibré du tout. C’est comme avoir une Ferrari, mais rouler en bas de 50 pour ne pas pogner de ticket… D’autant plus que ces limites freinent l’innovation au pays. Veut-on être une nation techno ou pas, là est la question…

    • Non elle tire la technologie vers le haut et le marché va s’adapter. En plus les gens paient leur connexion, ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent.

      Il y a eu le même débat il y a des années pour le Peer to Peer, même débat au début du streaming.

      Pis en même temps c’est un investissement où tu es sur de ne pas te tromper, c’est prévisible que les réseaux de télé conventionnels vont planter et tout va se passer sur le net.

      Netfix s’ils sont si populaires c’est qu’ils donnent aux gens ce qu’ils veulent et tout est légal. En plus si le réseau est saturé y en a plusieurs qui vont décrocher et se ré-essayer plus tard, ça va s’équilibrer.

    • - «N’est-ce pas un peu ce que fait Netflix? Cette entreprise n’est-elle pas, volontairement ou non, en train d’étirer un peu trop l’élastique?»

      Non.

      L’Internet, c’est une autoroute.

      Comme nos autoroutes, si la circulation augmente, on va généralement ajouter des voies, construire une autre autoroute, bref, faire en sorte d’accomoder la circulation.

      Il ne viendrait à personne, l’idée de laisser l’autoroute telle quelle, et de choisir quels véhicules ont le droit d’y circuler et à quel prix.

      Malheureusement, aujourd’hui, comme la SEULE chose qui importe, c’est de retourner le plus d’argent possible aux actionnaires, ça prend des excuses pour ne pas investir dans de plus grosses autoroutes et garder la circulation fluide et gratuite.

      Un autre bel exemple du pognon qui est à tout, TOUT, TOUT bouffer au nom des dividendes.

      Encore quelques années de cette mentalité d’épicier, et on devra payer l’air à la quantité qu’on respire.

      Si c’est ce genre de société qu’on se prépare, ça n’en vaut pas la peine, vaut mieux débarquer.

      Parlons d’autoroutes. Admettons que les camions-citernes d’une seule et même compagnie pétrolière en venaient à accaparer à eux seuls le tiers des autoroutes du Québec et qu’il fallait songer à élargir ces autoroutes d’une voie pour contrer la congestion qui en résulte. Ne serait-on pas en droit de demander à cette compagnie pétrolière de faire sa part? Ou serait-ce à tous les contribuables de payer pour des travaux d’expansion rendus nécessaires par l’utilisation peut-être un brin abusive d’une seule entreprise.

      Je ne crois pas qu’il soit question de ne pas agrandir la bande passante disponible, plutôt de voir quelle serait la meilleure manière de partager la facture.

    • Les gens qui pensent que Netflix, c’est la plus meilleure affaire au monde… c’est bon pour plusieurs, mais il y a bien plus !!! Tant qu’il y a de l’irrégularité dans les factures liées aux technologies (genre le forfait abrutissant d’1GB par mois en LTE), les fourrenisseurs n’auront pas fini de nous faire croire que tu peux déplacer ta tv HD flambant neuve 4 fois dans la même journée… Pensez-y !

    • ” lors de la période de pointe du soir”

      Tu veux facturer au bit, et varier le prix selon l’heure du jour, parfait, pas de problème avec ça. Je vais downloader entre 1 et 5 heure du matin quand tout le monde dort. Mais viens pas te mêler de ce que je downloade ou upload. Le contenu, t’as même pas d’affaire à savoir c’est quoi. Ça m’écoeurait quand Bell “throtlait” les torrents, et ça m’écoeurerait s’ils le faisaient sur le traffic netflix aussi, même si je n’utilise presque pas ni un ni l’autre.

      Si tu fais une comparaison avec mettons hydro-Québec (pour tarifs commerciaux). Le tarif varie selon l’heure du jour et du load sur le réseau. Mais que tu te serves du kWh pour faire chauffer ton four ou bouillir de l’eau (ou chauffer ta serre hydroponique, pour comparer avec les torrents), c’est pas de leurs affaires.

      Ta comparaison avec les autoroutes est aussi éclairante: présentement, environ 10 compagnies sont responsables d’environ 90% de l’usure des routes au Québec, et on ne leur envoie pas de facture. En théorie par contre, on leur interdit de rouler “full load” au printemps par contre.

    • Netflix offre un service gratuit de cache pour les ISP à grand volume. Pour voir ce que ça a l’air, voir ce site: https://signup.netflix.com/openconnect/hardware

      Tout le monde gagne avec ce système. Netflix n’a plus qu’un serveur à fournir au lieu de 1000 abonnés. Pour l’ISP, les frais de download diminuent grandement. Et l’utilisateur reçoit ses données plus rapidement parce que ça vient d’un ISP local.

    • J’essaie de sortir des torrents, mais c’est pas facile. Je suis sur les torrents non pour sauver de l’argent, mais parce que ça me permet de choisir à la pièce les émissions que j’écoute. Je viens de m’abonner à Netflix. Il n’y a pas beaucoup de films, série ou documentaire en français, mais je vais commencer avec ça. À 8$ par mois, ça vaut vraiment la peine.

      J’ai regardé du coté de Vidéotron avec le club Illico. Ça me coûterait 45$ de plus par mois (télé de base + Illico), mais la plupart des séries et/ou films proposés ne m’intéresse pas.

      Mon problème est que je ne suis pas assez billingue pour écouter une émission en anglais.

      Alors je me rabat sur les torrent en France.

      Sinon, quelqu’un connaît un autre service genre Netflix accessible au Canada?

      Sinon, concernant le sujet, je suis partagé. De toute façon, ça ne changera rien. Si Netflix paie plus cher pour la bande passante utilisée, elle va augmenter ses prix et c’est encore le consommateur qui va payer.

    • Depuis un an que bell et videotron offre l’internet illimité.
      Je paye dix dollars de plus par mois pour l’illimité.

      Les fournisseurs internet font de bonnes affaires avec netflix non?

    • Bel analogie, l’autoroute. L’autoroute est payé par tous les citoyens (taxes) avec idéalement une part plus importante par l’utilisateur (si il y a payage et autres taxes spécifiques aux automobilistes). Les compagnie de camionnage payent aussi à travers leurs impôt et payage mais ça fait partie de leurs frais d’opération et ils chargent des prix en conséquences qui sont ainsi assumé par tous les consommateurs, même ceux qui n’ont pas de voiture.

      Ultimement c’est toujours l’individu qui paye. Que ce soit comme contribuables, utilisateur, client, actionnaire, travailleur etc.

      ‘Quel la compagnie paye!’ disent-ils. Mais la compagnie n’est qu’une fiction juridique. Elle ne va pas absorber une hausse de de ses coûts en arrêtant de fumer ou ne n’achetant pas le dernier Call of Duty. Si on hausse les frais d’une compagnie, elle va refiler la facture au consommateurs (hausse de prix), travailleurs (coupe des postes), actionnaires (on s’en fout, hein? Oui, sauf si vous avez droit à la RRQ comme tous les travailleurs, si vous avez un fond de pension, un REER, si vous payez des primes d’assurances comme tous le monde, si vous avez un compte à escompte etc.). En bout de ligne, des êtres humains payent toujours la note.

      Et à écouter Ralbol on dirait que c’est une nouvelle réalité mais les Vénitiens au 13e siècles vous auraient expliquer la même chose entre deux expéditions commerciales.

      Si vous voulez qu’on parle de redistribution de richesse plus efficace, je suis avec vous, mais il faut au moins comprendre l’effet des mesures proposé. Je me rappelle encore des carrées rouge qui proposaient une hause des taxes bancaires pour payer la gratuité scolaire sans se rendre compte que ça se traduirait par une hausse des frais bancaire assumé de façon disproportionnel par les plus pauvres…

      Dans le cas qui nous intéresse, les compagnies qui fournissent l’infratructure internet font quand même des profits malgré le fait que Netflix vient bouffer un tiers des ressources en période pointe. Conclusion logique; les gens qui n’écoutent pas Netflix subventionnent présentement ceux qui écoutent Netflix! C’est ce qu’il faut garder en tête quand on cherchera des solutions au dilemne actuel.

    • Netflix paie pour le trafic qu’il génère. Vous avez vu sa facture mensuelle de son fournisseur d’accès? Et son fournisseur d’accès est supposé contribuer à l’infrastructure en payant lui-même des frais d’accès à un autre fournisseur et ainsi de suite jusqu’en haut de l’échelle et en fonction du trafic.

      Donc, il est totalement faux de prétendre que Netflix vole quiconque et que le consommateur se fait avoir. Le consommateur paie pour le service Netflix, ce qui inclut la facture d’accès internet de Netflix et le consommateur paie son abonnement qui module selon son utilisation propre. Je ne vois vraiment pas à quelle place les fournisseurs d’accès peuvent venir se plaindre ici. Ils ont des revenus en fonction de la bande passante consommée qu’ils cessent de brailler.

    • Je n’ai rien contre un plan tarifaire qui permet au fournisseur internet d’optimiser la bande passante et de limiter les embouteillages.

      Je suis tout-à-fait contre qu’ils puissent choisir la nature du trafic, i.e. le contenu, la provenance ou le type (http, ftp, torrent…) pour y arriver.

      Sinon, on s’en va vers des fournisseurs internet qui vont s’en mettre plein les poches selon leurs affiliations corporatives, en dirigeant plus ou moins insidieusement leur client vers certains contenus plus rentables.

    • Est-ce que les utilisateurs de Netflix (j’en suis) dégradent l’expérience des autres consommateurs?

      Si non, je ne vois pas le problème.

      Si oui, je suis d’accord pour qu’ils ’subventionnent’ l’amélioration du réseau.

      ps: chez nous, ça fait un an qu’on est abonné à Netflix et on commence a chercher plus fort pour trouver des trucs à regarger. Le contenu ne s’enrichit pas très vite… Je sais qu’ils ont signé des ententes avec des fournisseurs de contenu (genre Disney) mais est-ce possible de savoir quels films/émissions vont être offertes dans les prochains mois?

    • @ JFC

      - «Admettons que les camions-citernes d’une seule et même compagnie pétrolière en venaient à accaparer à eux seuls le tiers des autoroutes…»

      Si le cas se présentait, ce serait là la meilleure preuve que l’autoroute est insuffisante aux besoins de transports !, et non pas une indication qu’il faille restreindre l’accès et imposer des tarifs.

      Les fournisseurs d’accès roulent sur l’or, et de toute façon, comme je l’ai souvent dit, toute l’infrastructure de communication d’un État, comme les autoroutes, devraient appartenir audit état. C’est au 21e siècle, un bien commun essentiel, et ce bien essentiel n’a rien à faire entre les mains cupides de profiteurs qui ne pensent qu’à continuellement siphonner les usagers pour s’enrichir et gaver leurs actionnaires.

      Ça chiale que ça coûte cher, qu’ils sont incapables d’investir, mais au final, dans le rapport annuel de la corporation, les profits augmentent à chaque année…

    • Netflix n’a qu’à mettre en place du caching pour que vos séries préférées soient téléchargées de nuit sur votre télévision… Pourquoi streamer en direct lorsque l’on sait déjà ce que l’on va regarder durant le prochain mois? C’est très inefficace comme système.

    • Les consommateurs payent leur petites lignes, Netfelix doit payer d’énormes connexions. Maintenant quelqu’un entre les deux veut faire de l’extorsion et obtenir plus parce qu’il est dans un marché oligopolistique. Ça marche pas.
      La comparaison avec l’eau ne fonctionne pas. d’abord parce que ça sera Netflix qui produit l’eau et un distributeur parmi d’autres va tenir ses abonnée en otage en ne leur bloquant le service qu’ils payent pour faire pression sur le fournisseur d’eau.

    • @ralbol,

      le réseau ne devrait certainement pas appartenir à l’Etat, ce serait encore pire. Regardez la Chine et la Corée du Nord. Franchement, le bon gouvernement décidera quels sites ses citoyens ont le droit de regarder. La meilleure façon de perdre toute neutralité c’est de confier l’infrastructure à l’Etat.

    • C’est justement l’enjeu auquel Netflix s’est attaqué il y a environ 1 an avec Open Connect. Le contenu est stocké directement chez les ISP ce que évite au volumineux contenu de transiter longuement sur internet et d’égorger le réseau. Bell a participé. Videotron non, et c’est pourquoi jusqu’à récemment Super HD n’était pas disponible chez Videotron.
      Videotron peut se plaindre, mais la réalité, c’est qu’il chercher avant tout à proposer son propre service de streaming.

    • Point, set et match pour alexnado.

    • non non et non
      les FAI font de l’argent et c’est leur raison d’etre

      est ce qu’ils donnent un remboursement ou une diminution de prix a la tite madame qui regarde son facebook 3 fois par jour et ces emails,et qui a la fin du mois a consommer un gros 1.5 g de data.

      et leurs problemes aux FAI quebecois et canadiens c;est qu’ils jouent des 2 bords de la cloture distributeur tv et fournisseur internet.

      ben qu’ils assument le consommateurs choisiras

    • Je ne comprends pas le truc “open connect” avec ISP auquel certains font référence. Quelqu’un peut m’expliquer ?

    • L’idée de facturé Netflix pour le traffic qu’il génère n’est pas bonne. Premièrement, un grand nombre de fournisseur internet sont aussi fournisseur de contenu. Et ralentir le contenu viendrait a dire saboter délibérément ses compétiteurs. Cela n’a pas de sens. Et si nous en viendrions a cela, les fournisseurs de contenus investirait dans la création de site mirroirs dans des zones ou ils sont libres.

      La solution passe par l’amélioration de la qualité des services, des infrastructures. Ca a un cout, mais le consommateur saura l’absorber. Et si les fournisseur ne veulent rien savoir la dessus, qu’ils abaissent la bande passante des clients, d’autres fournisseurs en profiteront pour prendre leur place!

    • Une chose qui me fatigue dans cette perspective de fournisseurs, c’est que leurs pubs nous vante leur réseau le plus rapide, pour écouter la télé/nos films préférés, en hd, sur internet!

      Alors si les fournisseurs nous vendez leurs services en stimulant notre envie d’écouter des films sur internet, qu’ils ne viennent pas se plaindre que le traffic généré par l’écoute de films (et téléséries) est trop dur à supporter!

    • @MTremblay
      “Mon problème est que je ne suis pas assez billingue pour écouter une émission en anglais. …
      Sinon, quelqu’un connaît un autre service genre Netflix accessible au Canada?”

      Il y a Canal Plus qui est maintenant disponible au Québec, 100% en français: http://www.lapresse.ca/arts/television/201312/06/01-4718441-canal-simplante-au-quebec-par-le-web.php

    • Si on remet en question la neutralité de l’internet il devient alors impensable de permettre aux diffuseurs de contenu d’être proriétaires des réseaux. Nous sommes déjà en situation d’oligopole. Il serait tellement facile à Rogers-Bell-Vidéotron de s’entendre pour complètement éliminer Netflix ou tout autre entité menacant leurs profits.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Mais quelle idiotie!

      Quand j’envoie une lettre en Allemagne, je ne mets pas de timbre allemand et encore moins un timbre français soit-disant parce que la lettre passe par ce troisième pays. Je ne met qu’un timbre canadien.

      Et si le pauvre petit Allemand reçoit des millions de lettres de Montréal, on ne demandera pas aux villains Montréalais de payer plus cher, ni verront-ils ces lettres retardées.

      Les 3 sociétés postales négocient entre elles. Je ne suis client que de Poste Canada. L’Allemand n’est client que de la poste allemande. Ni l’un ni l’autre sont clients de la poste française.

      Car c’est de cela qu’il s’agit ici. La poste française veut que je mette un de ses timbres sinon mon courrier sera ralenti.

    • Pour reprendre l’analogie des autoroutes:

      Le pont à péage de la 25 trouve qu’il y a trop de voitures qui l’encombrent. Il demande 10 millions à Toyota sinon les automobiles de cette marque paieront un dollar de plus. Audi pait 15 millions et ses automobiles y circulent gratuitement.

    • Netflix on commencer à streamer en ultra hd proche du 4k pour certaine émission,
      je parle surtout de house of cards.

      Sa vas prendre de la bande passante.

    • D’abord, l’eau n’est pas gratuite: nous payons tous des taxes foncières s’occupant du réseau pour ce service(autant locataires et propriétaire), et déjà la majorité des ‘grands’ utilisateurs payent une sur-taxe pour l’eau. Mais le cout pour cette resource est très minime “au gallon” (ressource renouvellable).

      Votre article est très pertinent. Au fond, il est question de ‘transport’. Qui doit payer pour entretenir les routes (internet, aérienne, ferroviaire, etc…)? Les utilisateurs ou l’ensemble de la communauté? Les couts/utilisation sont difficiles à établir: par ex.: je n’utilise par l’autoroute 20 mais il m’est utile pour recevoir des marchandises que j’acheterais.

      Dans le cas de Netflix, je ne crois pas qu’il serait utile de facturer Netflix. Cela encouragerait directement le piratage et nuirait à l’ensemble de l’industrie. La solution la plus efficace et efficiente demeure la facturation à l’utilisateur, en fonction de la donnée qu’il utilise. Un peu comme l’eau ne coute presque rien, un peu comme le téléphone qui ne coutait presque rien aussi, le couts du transport de donnée vidéo, d’ici quelques années, sera insignifiant.
      En effet: il y a une limite à ce qu’un individu peut visionner dans une journée et la technologie fait rapidement augmenter la capacité de transport de données et fera tombé rapidement son cout.
      Dans 3 ans, on ne parlera plus de cela, comme on ne parle plus maintenant du défis d’offrir un forfait ‘voix illimité au canada” par le cellulaire…

    • J’espère que ça n’arrivera JAMAIS.

      Que ce soit un document textuel datant de 1996 ou bien que je regarde en direct le streaming de 50 000 personnes qui jouent à la même partie de Pokémon Red en même temps ( http://www.twitch.tv/twitchplayspokemon/ ), 1mb ça reste 1mb. J’en fait ce que je veux.

    • @ dcsavard

      - «le réseau ne devrait certainement pas appartenir à l’Etat, ce serait encore pire. Regardez la Chine et la Corée du Nord.»

      Ne regardez surtout pas la Suède et les pays scandinaves…

      Les tarifs parmis les plus bas des pays industrialisés et des vitesses supérieures.

      Je vais prendre mes chances avec le gouvernement, étant donné ce que le privé est à nous faire de toute façon: censure, exploitation, siphonnage tarifaire, augmentation des restrictions, etc…

    • Les compagnies devraient payer les non utilisateurs qui doivent quand même vivre dans un environnement rempli de leurs micro ondes néfastes pour notre santé.

    • @carljf

      Merci. J’y jete un oeil ce soir.

    • @ralbol On peut le voir de deux façons, soit le Gouvernement s’en mêle pour offrir le service lui même à un prix compétitif, soit un grand nombre d’entreprises privés se font la lutte des prix pour vendre le service.

      Dans les deux cas le client gagne, les deux ont des inconvénients. Au Canada on a un quasimonopole de superuissances du domaine, qui fixent les prix en groupe. et puisque le CRTC a décrété qu’Internet n’était pas leur juridiction (nous offrant un véritable Far West juridique) il n’y a que les bureaux de la concurrence qui vérifient vraiment ce qui ce passe dans le domaine du Web. et puisque l’on semble malheureusement trop arriéré pour comprendre qu’Internet n’est plus un produit de luxe mais un média d’information et de télécommunications essentiel, personne ne les force à baisser leur prix, scinder leurs entreprises, créer des compétiteurs.

    • Dans toutes communications il y a un émetteur, un message et un récepteur. Nous pouvons analyser ici cette communication avec ces trois informations :

      1) l’émetteur une compagnie qui vend des outils gestions de réseaux
      2) l’analyse d’un réseau
      3) ceux qui ont besoin de gestion réseau.

      Suite à ça il y a le bruit qui est souvent causé par des parasites sur la ligne.
      1er parasite, les ISP qui veulent vendre leur produit
      3e parasite Ceux ne connaissant pas la différence entre broadcast et unicast

    • @ BagelMontrealais

      - «Au Canada on a un quasimonopole de superuissances du domaine, qui fixent les prix en groupe.»

      Ouais, on appelle ça un oligopole, et c’est ce qui prévaut au Canada et aux États-Unis.

      Au nom de la religion du «libre marché» (libre pour qui..?), on laisse faire des corporations qui s’entendent comme larrons en foire pour limiter l’infrastructure et la bande passante, pour ainsi créer une situation de pénurie et se servir de cette excuse pour réclamer le droit de tarifer toujours plus.

      Nous sommes les dindons de la farce, et nos gouvernants, grassement financés et aiguillés par ces lobbys corporatifs, ne font strictement rien pour défendre leurs citoyens.

      Révoltant !

    • @ralbol,

      non merci pour le contrôle de la bande passante et de l’accès aux sites en période électorale. Au moins avec plusieurs fournisseurs, vous pouvez changer de fournisseurs et s’ils s’avèrent tous des escrocs et que les clients sont prêts à aller ailleurs, ça donne la change à d’autres entreprises d’offrir le service.

      Mais, rien ne vous empêche de déménager en Suède si cela a un tel attrait pour vous le modèle suédois de l’internet. La Chine aussi fait la même chose, de même que la Corée du Nord. Jusqu’à récemment il y avait la Tunisie aussi, j’ignore s’ils sont toujours actifs pour gérer leur réseau national.

      Franchement une idée de fou de donner la responsabilité à l’Etat de contrôler l’accès internet en s’illusionnant que cela permettra d’économiser une poignée de dollars sur la facture mensuelle. Notre gouvernement est tellement assoiffé de revenus que vous seriez pas mal naïf de croire qu’il offrira le produit à bon prix. Sans compter l’inefficacité légendaire des fonctionnaires. Ils vont faire une commission parlementaire à chaque fois qu’il faudra changer l’adresse d’un routeur.

    • Un gigaoctet de Netflix est exactement la même chose qu’un gigaoctet de télétravail, ou qu’un gigaoctet de n’importe quoi. Faire payer un service plus qu’un autre n’a aucune justification et le fournisseur n’a aucun argument valable.

      Ce papier de Michael Geist est intéressant. La conclusion est que le coût d’un gigaoctet est d’environ 8 cents pour le fournisseur (tout compris, matériel, maintenance, frais administratif, etc). Mes 50 Go mensuels moyens coûtent donc 4$ à mon fournisseur (indirectement Vidéotron). Alors j’ai une idée. J’accepte de payer 4$ de plus par mois, cela ne changera pas grand-chose sur les 48$ que je paie déjà pour un tout petit 20/10, et en échange Vidéotron double la capacité de son réseau.

      Mon fournisseur profite du fait qu’il n’y a pas de concurrence et que le gouvernement est à sa solde pour me facturer 12 fois le prix du coût de son produit et il en veut encore plus?

      Non, vraiment, le gars du fournisseur n’a aucun argument valable. L’objectif pour Bell et Vidéotron est de nuire à Netflix (et YouTube) afin de vendre leur propre service de vidéos sur demande à des tarifs exorbitants. Bell et Vidéotron n’aime pas la concurrence et il font tout pour l’éliminer.

    • Ce n’est pas Netflix qui envoie des données pour utiliser le tier de la bande passante; ce sont les utilisateurs qui vont chercher les données comme bon leur semble.

      Bref, je paye mon forfait chez Electronix Box environ 55$ pour 30Mbps / 250 GB de download; que je décide d’utiliser mes 250 GB chez Netflix ou ailleurs à l’heure qu’il me convient ne regarde personne, parce que je paye pour une utilisation 24/7. C’est comme blâmer Wal-Mart pour le traffic sur la route. C’est pas le camion Wal-Mart qui fait le traffic, ce sont les 400 autos qui vont y aller pendant une soirée; est-ce la faute à Wal-Mart?

    • @basel “De toute facon, d’ici 20 ans, ca n’existera plus les réseaux cablés. Tout sera sans fil. du fournisseur au consommateur, aucun support cablé.”

      Hum, a l’autre bout vous ne croyez pas mais les sans-fils sont cablés. Ça revient au même.

    • @chat65,

      effectivement, faut pas savoir comment fonctionne la transmission sans fil pour croire qu’on puisse transmettre du fournisseur de contenu au consommateur sans réseau filaire. Surtout qu’il y a des percées technologique importantes qui d’ici peu permettront de multiplier par 10 la capacité de la fibre optique sans investissement majeur d’équipement: http://actu.epfl.ch/news/ten-times-more-throughput-on-optic-fibers/

    • Donc si je comprend bien on devrait faire payer plus cher NetFlix parce qu’il accapare trop de BP. Mais d’un autre côté au Québec on donne de tarifs privilégies aux compagnies qui bouffent le plus d’électricité … Suis-je le seul à pas comprendre??????

    • ” dcsavard

      19 février 2014
      17h19

      @ralbol,

      - «Au moins avec plusieurs fournisseurs, vous pouvez changer de fournisseurs et s’ils s’avèrent tous des escrocs et que les clients sont prêts à aller ailleurs, ça donne la change à d’autres entreprises d’offrir le service.»

      Et comme nous sommes en situation d’oligopole, que vous changiez de fournisseur ne donne absolument rien. Ces corporations s’entendent tacitement pour garder des prix similaires.

      Et… quelles autres entreprises..?

      - «Franchement une idée de fou de donner la responsabilité à l’Etat de contrôler l’accès internet en s’illusionnant que cela permettra d’économiser une poignée de dollars sur la facture mensuelle… etc, etc, etc.»

      Ouais, comme c’est une idée de fou de donner le contrôle de notre électricité à l’État… ce qui nous permet d’avoir les tarifs d’électricité parmi les plus bas en Amérique du Nord, pendant que nos voisins du sud qui profitent du «libre marché», les chanceux, paient des tarifs d’électricité astronomiques.

      Et… votre caricature de «l’inefficacité légendaire» des fonctionnaires, ce n’est que ça, une caricature.

      Je préfère des fonctionnaires payés à m’offrir un service qui m’appartient, à des employés de corporations payés à toujours trouver de nouveaux moyens de me siphonner chaque jour un peu plus.

      Et pour les quelques dollars économisés quand l’infrastructure appartient à l’État… en Suède, l’Internet haute-vitesse plus rapide qu’ici ne coûte qu’environ 12$ par mois, dans un pays à la population et au climat semblable bau Québec… On ne parle plus de quelques de dollars, mais de plus de 30$ par mois pour un meilleur service.

      Je vais rester avec mon «idée de fou»…

    • Je ne comprend pas le débat.

      Prenons plutôt l’analogie des voitures.

      Si je j’achète une bagnole sport qui consomme 20 litres au 100km et que je doit remplir le réservoir d’essence à la station-service plus souvent… En quoi est-ce un problème pour le manufacturier automobile ou la pétrolière ?

      Tu paies pour du bandwith, tu as le droit de l’utiliser, that’s it.

    • ”AJOUT: Je réalise avec certains commentaires qu’un point mérite d’être éclairci. Quand j’écris qu’un fournisseur d’accès pourrait être tenté de facturer différemment le trafic lié à Netflix, je pensais surtout à la possibilité d’envoyer la facture à Netflix, plutôt qu’au consommateur. Même si, en bout de piste, elle finira toujours par se retrouver chez le consommateur, avec ou sans détour par Netflix.”

      Netflix contesterait assurément et ce serait débouté en cour.

    • ralbol, le social-démocrate en vous dérive dangereusement vers une communismoïde aigu. Prenez garde: c’est contagieux et incurable.

    • Je ne vois pas l’intérêt : Si je paie pour 100 GO de bande passante par mois, c’est mon choix de les utiliser en écoutant House of Cards sur Netflix, des vidéos sur Youtube, de jouer en ligne ou bien de travailler à distance.

      C’est comme si Hydro chargeait plus pour l’électricité utilisée dans le chauffage parce que c’est l’utilisation principale.

    • @ jon8

      - «le social-démocrate en vous dérive dangereusement vers une communismoïde aigu. Prenez garde: c’est contagieux et incurable.»

      Mais oui… depuis que nous avons, sous DEUX gouvernements LIBÉRAUX, nationalisé l’électricité, le Québec s’enfonce lentement dans le communisme…

      C’est pas parce que tu nationalises des secteurs névralgiques de tes infrastructures que t’es un État communiste.

      T’est juste un État responsable.

      Et ça nous manque cruellement…

    • D’accord avec ralbol.
      C’est l’autoroute qui n’est pas assez grosse.

      Aujourd’hui on a une technologie qui coûte plus cher que ce que coûtera celle de demain.
      Et aujourd’hui la technologie revient moins cher que celle d’hier.

      Si un seul utilisateur de cyberpresse utilisait la tchnologie d’il y a vingt ans, ça serait lui le Netflix dont on parle en ce moment.

      Faut pas embarquer dans la game de ceux qui veulent traficoter la neutralité de l’internet.

      Ils savent très bien que dans dix ans le traffic de Netflix leur coûtera des pinottes et entretemps ils auront trouvé un moyen illégitime de s’en mettre davantage dans les poches.

      Aujourd’hui c’est Netflix qui prend beaucoup de place, mais sa place relative diminuera à mesure que l’expansion inexorable de l’internet suivra son cours.

      Dans un contexte futur d’autres raisons d’agrandir l’autoroute viendront s’ajouter.
      Entretemps il n’y a pas de raisons de céder à la panique simplement à cause de Netflix.

    • @ M. Codère

      (ajout)
      Pour reprendre votre exemple de l’utilisateur d’eau industriel vis à vis l’utilisateur d’eau personnelle :

      On ne s’en rend pas compte mais comparée à l’internet l’eau est une ressource finie (qui a une limite).
      Cette limite est la nappe phréatique ou le débit d’une rivière.

      Et les usines de traitement d’eau ne subissent pas la même expansion technologique que les “uisines de traitement” électroniques qui gèrent l’internet.

      L’électronique selon la loi de Moore (que vous connaissez sûrement) double de capacité et diminue son coût environ tous les deux ans.
      On ne peut pas en dire autant des usines de traitement d’eau ou des autoroutes.

    • @ralbol

      L’étatisme que vous prônez est une absurdité dans le contexte mondial de 2014.

      Observez bien le suicide social-économique de la province (et wannabe pays) dans les prochaines années, vous comprendrez (ou pas)…

    • @lesteurbipersonne,

      vous dites n’importe quoi. Ça fait quelques années que la loi de Moore n’est plus fonctionnelle. L’évolution des processeurs se fait de façon horizontale (multiple core et multiples CPU).

      L’Internet est loin d’être infini, à moins que vous ne considériez que la production l’énergie est infinie dans l’état actuelle des choses. Sauf qu’aux dernières nouvelles, la quantité de pétrole et d’uranium et de charbon étaient limitées.

      Et au même titre que les autoroutes, passer du câblage optique de Montréal à Québec ce n’est pas donné. D’où la stagnation de la capacité. Seule issue bon marché, celle dont j’ai donné le lien de référence qui permettrait de multiplier par 10 la capacité des fibres existantes en remplaçant certains équipement terminaux. Mais, ça c’est bon pour les backbones du réseau internet.

      Pour la livraison à domicile, câbler à la fibre optique coûterait une fortune et ça ne se produira pas demain. La capacité de la paire de fils de cuivre est limitée et celle du câble coaxial aussi. Il n’y a rien d’infini là-dedans et passer à autre chose est un investissement majeur quand c’est possible.

    • @ jon8

      - «L’étatisme que vous prônez est une absurdité dans le contexte mondial de 2014.»

      Est bonne !

      Pendant que PARTOUT sur la planète on assiste à l’écrasement économique du capitalisme; que TOUT, mais absolument TOUT les indicateurs, de l’automatisation galopante aux imprimantes 3D, nous montrent que ce système ne peut plus répondre aux défis du 21e siècle; que la dictature des «marchés» a pris la place de la dictature du parti des communistes; vous êts à nous dire qu’un contrôle plus serré du capitalisme sauvage et envahissant, par les États, est une absurdité !!??

      Wow, plus déconnecté que ça…

    • @dcsavard

      - «Et au même titre que les autoroutes, passer du câblage optique de Montréal à Québec ce n’est pas donné. D’où la stagnation de la capacité.»

      Bizarre… Bell étend présentement son réseau de fibre optique, maintenant disponible à Montréal et Québec, et les prix ne changent pas, la vitesse est à peu de choses près la même qu’avec le câble, et ils sont à «lobbyer» nos gouvernants pour tuer la neutralité du Net.

      Vous avez une explication..?

    • @ralbol

      C’est parce que Bell ne fait que faire passer ses infrastructures a la fibre optique, le lien entre le consommateur et le réseau lui est encore avec les mêmes vieux cables… Bell ne fait qu’améliorer sa capacité a supporter plus d’usagers, mais ca ne change rien pour le consommateur.

    • La rentabilité de Netflix ne doit pas être prise dans la poche des citoyens. C’est à Netflix de se préoccuper de sa diffusion quitte à conclure des ententes temporaires avec certains distributeurs de signal mais pas détriment de la clientèle. Les communications au Canada sont déjà chèrement payées, inutile d’en rajouter !

    • @ steadtler

      - «Bell ne fait qu’améliorer sa capacité a supporter plus d’usagers, mais ca ne change rien pour le consommateur.»

      Donc, Bell agrandit PRÉSENTEMENT l’autoroute, ce qui permettra d’accomoder Netflix et les autres… alors pourquoi tuer la neutralité du Net..?

      Hein..?

      Réponse: créer une pénurie artificielle de bande passante pour maintenir des prix élevés en braillant qu’ils n’ont pas la capacité d’accomoder tout l’monde.

      Profit maximum pour un minimum d’investissement.

      C’est pourquoi on paie en Amérique du Nord, des tarifs parmis les plus élevés au monde, pour des vitesses ordinaires et des services qui stagnent.

      Vivre le libre marché….

      …libre pour qui..?

      Toi, t’es libre de payer le même tarif partout, eux sont libres de te faire payer ce qu’ils veulent.

      Non mais, qu’est-ce qu’on est chanceux !

    • @ralbol,

      steadtler vous donne la réponse. Et pour retourner à l’analogie avec les autoroutes, on construit aussi des routes pour tenir compte de l’augmentation du trafic ou pour déservir de nouvelles destinations, ça ne se fait pas à coût nul et en général ça doit être justifié. Idem pour l’augmentation de la capacité, Bell amorti son investissement sur la durée de vie du backbone en tenant compte de l’augmentation de sa clientèle. Chaque client n’a pas forcément plus, il y a juste plus de clients.

      Peut-on aussi mentionner que ce problème même s’il est rapporté ici par un organisme canadien n’a pas pour origine le Canada, le bal était déjà démarré aux USA où les FAI se plaignaient aussi de la bande passante accaparée à certaines période de la journée. Il ne faudrait pas y voir une initiative particulière de nos FAI, ils ne font qu’emboîter le pas aux FAI américains.

    • ”Pendant que PARTOUT sur la planète on assiste à l’écrasement économique du capitalisme”

      L’écrasement économique du capitalisme… eh boy… :-/
      Je roule tellement des yeux en ce moment qu’on va ouvrir une allée de bowling dans mes paupières.

    • @ jon8

      - «L’écrasement économique du capitalisme… eh boy… :-/»

      Vous savez sûrement ce qu’est un système pyramidal, un système de Ponzi.

      Le système financier mondial c’est exactement ça: les nouveaux investisseurs qui arrivent sur le marché, paient pour ceux qui y sont déjà en générant de la «croissance».

      Comme tout système pyramidal, on atteint inévitablement un jour ou l’autre, un seuil de saturation où il est impossible d’obtenir assez de nouveaux investisseurs pour que les «anciens» puissent faire plus d’argent qu’ils n’en ont investi.

      C’est à l’atteinte de ce point de saturation auquel nous assistons présentement.

      Les histoires de dettes des pays, ce n’est que de la poudre aux yeux pour ne pas admettre que le système en est à atteindre son point de saturation, et qu’il ne fonctionnera plus.

      Si vous suivez un peu l’actualité, vous verrez que globalement, la croissance des économies mondiales est en régression, même celle de la Chine, et que la majorité des pays industrialisés ont une croissance économique anémique.

      Ce n’est pas un épisode passager, mais une tendance lourde à long terme, et ce n’est pas quelques années de croissance semblant s’améliorer qui changera cette décroissance à long terme.

      Selon le MIT, le point de saturation du système financier mondial sera atteint vers les années 2030. C’est à ça que tranquillement, nous assistons.

      Si naïvement vous croyez que les scores récents du Dow Jones sont une indication que tout va bien, je vous rappelle que pendant les 9 années précédant le crash de 1929, le Dow Jones avait décuplé…

      Zavez peut-être une allée de bowling sous les paupières, mais les abats se font rare…

    • @ dcsavard

      C’est vous qui dites nimporte quoi.

      Ce n’est pas le nombre de fibres optiques qui détermine la capacité de transfer de données mais la façon dont la fibre optique est utilisée.

      On vient justement de multiplier par dix la capacité des fibres optiques simplement en améliorant les transmetteurs :

      http://www.eetimes.com/document.asp?doc_id=1320316

      Et ce en utilisant toujours les mêmes réseaux existants.

      Quant à la loi de Moore, la recherche quitte présentement les deux dimensions traditionelles pour rajouter la troisiéme dimension aux chips du futur.
      Ce qui amènera la capacité et la vitesse de traitement à un autre ordre de grandeur (x10)

      Déjà en 2007 Intel expérimentait un chip 3d avec une largeur de bande de 1 térabyte par seconde :

      https://en.wikipedia.org/wiki/Teraflops_Research_Chip

      Il y a aussi les ordinateurs Quantiques qui viendront beaucoup plus tard multiplier encore davantage la capacité des ordinateurs :

      https://en.wikipedia.org/wiki/Quantum_computer#Potential

      Alors non, vous faites erreur, la Loi de Moore n’est pas morte.
      Loin de là.
      Elle prend seulement son élan avant d’entamer une nouvelle trajectoire.

    • @ dcsavard

      Avec l’ordinateur quantique, la puissance de calcul devient infinie.

      La puissance de calcul théorique d’un ordinateur quantique double à chaque fois qu’on lui adjoint un qubit.
      Avec dix qubits, on a 1024 états superposables, et avec n qubits, 2^n.

      Donc avec seulement 300 qubits (2^300) , on peut utiliser autant de chiffres binaires en même temps pour faire un calcul qu’il y d’atomes dans l’univers observable.

      Le Prix Nobel de Physique 2012 a été décerné à deux chercheurs pour leurs travaux sur le maintien et l’observation des qubits :

      http://www.nbcnews.com/id/49339942/ns/technology_and_science-science/t/nobel-physics-prize-highlights-weird-world-quantum-optics/#.UH3hD2biH5k

    • @ralbol

      Bon, d’accord, jouons le jeu, c’est lundi…

      Pourriez-vous, monsieur, s’il vous plaît, nous indiquer le mode d’emploi pour sauver le monde d’une destruction certaine ?

    • @dcsavard : Poser de la fibre optique aujourd’hui coûte moins cher que poser des fils de cuivre il y a 50 ans. Relier les gens à de la fibre optique ne coûte pas « une fortune », en tout cas pas pour les fournisseurs.

      Regardez la France. Ce n’est certainement pas le chef de file dans le domaine, mais il y a quand même déjà environ 3 millions de logements où le service par fibre optique est disponible. Orange (France Télécom) est l’opérateur le plus populaire et a déjà 350 000 abonnées à la fibre optique sur 2,2 millions de logements où ils offrent le service FTTH. Pour mettre les choses en perspective, deux ans auparavant c’était 866 000 logements. Cela veut dire 667 000 logements par année. Et ça c’est avec des abonnements Internet qui coûtent bien moins cher que ce que nous nous payons (pour 50$ par mois, vous avez le téléphone, la télé avec 160 chaînes et Internet 200 mégabits).

      Toutes les excuses de Bell et de Vidéotron ne sont rien d’autre que de la bullshit.

    • Entre gros fournisseurs, la bande passante ne coûte pas cher, car ils ont le levier de la base de données de clients et c’est ce qui les intéresse. Je suis persuadé que Vidéotron fait des échanges de bande passante avec Bell, Cogent et autres fournisseurs majeurs et qu’à la fin de l’année, le coût final est minime. Il faut toutefois qu’ils mettent à jour leurs réseaux.

      Prenons l’exemple des poteaux d’Hydro-Québec qui sont loués à Bell pour $1 et vice-versa. (Remarquez que le prix a peut-être changé depuis, mais certainement dans cette fourchette).

      Oui, c’est vrai que passer de la fibre optique coûte cher, mais ils exagèrent souvent dans les prix. L’an passé, j’ai demandé à Cogeco s’ils pouvaient me fournir une connexion par fibre optique directement chez moi. Je suis à peu près sûr que ce n’est pas Cogeco qui me la fournira, mais Bell par l’intermédiaire de Cogeco, car c’est Bell qui possède le réseau local de fibre optique (près de chez moi). Et je sais aussi, de par les techiniciens réseaux de Bell et de Cogeco, que la fibre optique est rendue dans la cabanon de Bell à un demi kilomètre de chez moi. Coût de l’installation: $41,000, dont $28,000 à mes frais. Et un coût de connexion d’environ $1000 par mois, à part la bande passante. J’ai donc abandonné cette option.

      En tout cas, c’est typique des prix de Bell (ou de Vidéotron, ou autres fournisseurs). Lorsque je travaillais pour un fournisseur d’accès Internet, tout ce qu’on prenait avec Bell était hors de prix. Un seul fil bleu qui nous amenait 24 lignes digitale (T1) nous coûtait très cher, non seulement pour l’installation, mais arrivait avec une facture mensuelle exorbitante. Montant qu’il fallait donc refiler au consommateur.

      Remarquez que vous trouverez probablement des prix semblables chez Vidéotron ou autres fournisseurs. Tant qu’à y être, pourquoi ne pas s’ajuster sur les prix de la compétition?

      Et quand on installe la fibre optique localement (comme dans les municipalités, par exemple), on s’assure de mettre les équipements les plus dispendieux et de mettre un tuyau capable de contenir probablement 200 fibres optique ou plus, quand on n’en a besoin que d’une… Cela parait beaucoup mieux pour justifier la facture. Je crois au fait de prévoir pour le futur, mais les hôtels de ville dans le Nord n’ont pas besoin d’autant de possibilité de connexion.

      Pour le Nord, il serait peut-être d’abord plus avantageux de remplacer les fils de cuivre de Bell installés dans les poteaux qui datent des années 60 (le fil et le poteau…).

      Mais tant qu’on est capable de pomper du DSL de plus ou moins bonne qualité dans ces fils et que le client ne chiâle pas trop, alors on continue de faire des bénéfices…

      Par contre, je dois admettre que Cogeco fait du très bon travail dans les Laurentides. Pour ceux qui peuvent s’y connecter…

      Pour la neutralité d’internet, je ne vois aucun problème de bande passante qui ne peut se régler. Ils ont simplement à faire comme Cogeco et à améliorer leur réseau. La fibre optique coûte de moins en moins cher: seul le coût d’installation est dispendieux. Tant qu’à le faire, faites-le comme il faut. La fibre optique est très suffisante pour plusieurs planètes comme la Terre. Il s’agit seulement de l’installer une fois pour toutes. Et c’est beaucoup plus stable et moins dangereux que les ondes du Wifi… Ce n’est pas une transmission Wifi qui cause problème, mais l’ensemble cumulé des ondes dans des spectres spécifiques.

    • @ jon8

      - «Pourriez-vous, monsieur, s’il vous plaît, nous indiquer le mode d’emploi pour sauver le monde d’une destruction certaine ?»

      Arrêter de jouer à l’autruche, ce serait déjà un bon début.

      Ensuite faire travailler nos «bolles» en économie pour qu’ils développent de toute urgence un système économique et financier qui réunirait les meilleurs éléments du capitalisme, du communisme et du socialisme, avec peut-être, en plus, quelques trouvailles et innovations.

      L’ère où on glorifie et admire les requins est révolue. Cette espèce composée de gens cupides, avares, égoïstes, n’est que la représentation dépassée des entrepreneurs issus du 19e siècle.

      Il faut maintenant laisser les requins pour les dauphins.

      Fini la cupidité et l’égoïsme. Place à l’intelligence et au bien commun.

      On va de toute façon devoir faire cette transition. On la fera intelligemment et en douceur, ou elle se fera malgré nous dans le chaos et la douleur.

      Ce sera le même genre de boulversement qu’on a vu lors du passage du Moyen-Âge à la Renaissance. Espérons que nous éviterons 1000 ans de noirceur…

    • @lesteurbipersonne,

      petit comique va! Relisez ce blogue et vous verrez que j’ai mentionné cette histoire de multiplier par 10 la capacité. Ce n’est pas encore commercialement disponible, c’est un développement récent de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Mais, sachez qu’il y a aussi des limites dans les contorsions dans le traitement du signal pour exploiter un médium. Il y a une limite physique au médium.

      Pour ce qui est de l’ordinateur quantique, nous sommes dans le domaine de l’hypothétique encore. Oui, en théorie les capacités peuvent être formidables, mais encore faudrait-il que vous sachiez que les algorithmes quantiques n’ont rien à voir avec les algorithmes classiques qui roulent sur votre ordinateur. L’ordinateur quantique n’est pas un ordinateur tout usage le jour où il existera véritablement (ne me parles pas de D-Wave, ils n’ont rien prouvé encore). Il n’existe qu’une poignée d’algorithmes qui peuvent être exécutés sur un ordinateur quantique. Ensuite, les problèmes technologiques sont d’un tout autre ordre et les chances de voir un ordinateur quantique sur votre bureau d’ici 15 ans sont nulles.

      La puissance de calcul d’un ordinateur quantique ne devient pas infinie non plus. Là, désolé mais je ne pense pas que vous soyez équipé pour suivre la suite des détails pourquoi les problèmes de décohérence quantique posent une limite. Si la puissance est théoriquement exponentielle, les problèmes sont exponentiels aussi pour mettre en place une technologie de ce type. Ce n’est pas pour rien que les seuls ordinateurs quantiques connus à ce jour n’ont que deux ou trois qubits.

      Tiens, je vous suggère ce cours sur l’informatique quantique, on se reparlera après: https://www.edx.org/course/uc-berkeleyx/uc-berkeleyx-cs-191x-quantum-mechanics-1033

      Parce qu’ici encore, vous dites n’importe quoi.

      @89170,

      qu’est-ce qui vous empêche de démarrer une entreprise pour desservir la clientèle montréalaise avec de la fibre optique si c’est aussi simple et payant que ça? Je suis certain que demain matin vous auriez plein de clients. Il doit y avoir quelque chose qui vous échappe quelque part.

    • @ dcsavard

      Vous êtes d’une incroyable mauvaise foi.
      On parle des développements futurs de l’internet et vous répondez quasiment que tout progrès est impossible parce que rien de ce qui est à l’étude technologiquement n’est fonctionnel actuellement.

      C’est BIEN ÉVIDENT que ça ne fonctionne pas commercialement en ce moment puisque c’est à l’étude.

      Ce qui est tout aussi ÉVIDENT c’est que quand le transistor était à l’étude dans les années 40 l’ordinateur à transistor ne fonctionnait pas commercialement non plus.
      Même s’il était prévu.

      Si on suivait votre logique on cesserait toute recherche.

      Ensuite vous m’envoyez suivre un cours sur la mécanique quantique parce que j’OSE mentionner la recherche sur le sujet, les possibilités et les prix Nobels suite aux découvertes qui ont été faites.
      Avec articles et références sous forme d’hyperliens.

      Alors et vous, si on vous parle de la NASA et du programme Apollo avez vous besoin d’aller sur la Lune pour avoir la permission d’en discuter ?

      En avez vous suivi un cours sur le génie informatique vous ?
      Avant d’imposer votre vision immobiliste, conservatrice et non documentée ?

      Tiens, voici un beau cours de génie informatique pour vous :
      http://www.polymtl.ca/etudes/bc/cheminement/informatique.php

      Vous reviendrez nous faire la morale quand vous aurez votre diplôme.

    • @ralbol

      C’est ça votre mode d’emploi ?

      :-)

    • @ jon8

      - «C’est ça votre mode d’emploi ?»

      Non.

      On attend que tout s’effouèrre, et on verra.

      C’est plus facile à comprendre comme ça ?

    • @lesteurbipersonne,

      lassant cette discussion avec vous. Je n’ai pas dit que tout progrès était impossible, j’ai dit, contrairement à vous, que ça avait un prix élevé. Vous, vous croyez que tout est gratuit et qu’on peut augmenter la performance de la fibre optique à l’infini. Ce sont vos mots, c’est vous qui parlez d’infini depuis le début. Vous rêvez en couleur avec l’ordinateur quantique dont vous ne savez pas grand chose, sinon le pitch marketing standard. Il y a beaucoup de si en de peut-être en cours de route avant d’arriver à un résultat si jamais ça s’avère possible. Non, pour vous c’est déjà réglé, c’est possible et ça sera une puissance infinie et ça ne coûtera rien, etc.

      Du pur délire.

    • @lesteurbipersonne,

      en passant, je suis pas mal plus qualifié que vous pour parler de ce dont je parle. Vous devriez faire une petite recherche sur le prof qui donne le cours d’informatique quantique que je vous ai référé. Loin d’un deux de pique, le cours est de l’Université de Californie à Berkeley et le gars est une référence dans son domaine.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité