Le blogue techno

Archive, février 2014

Mardi 25 février 2014 | Mise en ligne à 14h14 | Commenter Commentaires (27)

C’est le temps de mettre à jour votre Mac

Quatre jours après la publication d’une inquiétante faille de sécurité touchant tous ses produits, Apple vient finalement de rendre disponible une mise à jour pour le système d’exploitation OS X. Une mise à jour pour iOS avait été mise en ligne dimanche. Installez les deux immédiatement, si ce n’est pas déjà fait.

Je ne connais pas tous les détails du bogue, simplement qu’il touchait le protocole SSL, essentiel à l’établissement de connexions sécurisées, par exemple avec le site Internet de votre banque. On dit que quiconque se trouvait sur le même réseau sans fil que vous, dans un café par exemple, était en mesure de s’interposer discrètement entre vous et votre banque pour intercepter vos renseignements.

Une chose m’a frappée il y a quelques minutes en consultant la description des nouveautés incluses dans la nouvelle mise à jour pour OS X (10.9.2) : il n’est nulle part question de ce bogue, principale raison de télécharger la mise à jour!

Comme déni, c’est assez puissant.

Lire les commentaires (27)  |  Commenter cet article






Mardi 18 février 2014 | Mise en ligne à 14h11 | Commenter Commentaires (80)

Y a-t-il une limite à la neutralité d’Internet?

Sur papier, il est très difficile d’être contre le principe de la neutralité d’Internet. C’est à peu près aussi facile d’être pour que d’être contre la faim dans le monde.

Malheureusement, dans la vraie vie, les grandes vagues de l’idéalisme ont tendance à se fracasser sur les rochers du réalisme. Et il y a justement un gros rocher qui commence à pointer.

Le lancement vendredi par Netflix de la deuxième saison de House of Cards — je ne l’ai pas encore écoutée, ne gâchez pas la surprise — a créé un raz-de-marée et a donné l’occasion à certains journalistes ou fournisseurs de statistiques sur l’utilisation d’Internet de s’attarder au phénomène.

Ainsi, l’entreprise ontarienne Sandvine, qui donne dans la gestion de réseaux, a publié cette étude (PDF) selon laquelle lors de la période de pointe du soir, Netflix peut accaparer à lui seul près du tiers (31,62%) de tout le trafic en aval en Amérique du Nord.

Imaginez-vous maintenant dans les souliers d’un fournisseur de télécommunications qui doit composer avec une demande sans cesse croissante, un réseau surchargé et des millions (ou milliards) de dollars en investissements nécessaires. Avec ces statistiques en mains.

Maintenant, essayez de le convaincre que non, il n’a pas le droit de ralentir ou de facturer différemment le trafic lié à Netflix, au nom de la neutralité d’Internet. Je ne dis pas qu’il a raison. Mais le type a de solides arguments entre les mains.

Si j’avais à choisir une analogie, j’irais avec l’eau. Au Québec, on s’entend généralement pour que l’utilisation résidentielle de l’eau soit gratuite. Ce n’est peut-être pas la bonne stratégie, mais elle se défend et nous ne lancerons pas ce débat ici. Par contre, on s’entend aussi assez clairement pour qu’une entreprise qui prend l’eau du robinet en quantité industrielle (littéralement), l’embouteille et la revend soit obligée de la payer.

N’est-ce pas un peu ce que fait Netflix? Cette entreprise n’est-elle pas, volontairement ou non, en train d’étirer un peu trop l’élastique?

AJOUT: Je réalise avec certains commentaires qu’un point mérite d’être éclairci. Quand j’écris qu’un fournisseur d’accès pourrait être tenté de facturer différemment le trafic lié à Netflix, je pensais surtout à la possibilité d’envoyer la facture à Netflix, plutôt qu’au consommateur. Même si, en bout de piste, elle finira toujours par se retrouver chez le consommateur, avec ou sans détour par Netflix.

Lire les commentaires (80)  |  Commenter cet article






Vendredi 14 février 2014 | Mise en ligne à 10h50 | Commenter Commentaires (41)

Apple, Microsoft et l’importance du mobile

L’analyste Benedict Evans a jeté un pavé dans la mare avant-hier en publiant sur son blogue une analyse démontrant qu’il se vend maintenant autant, sinon plus, d’ «ordinateurs » Apple que de PC dans le monde.

Si le mot « ordinateur » est entre guillemets, ce n’est pas anodin. C’est que l’analyste prend en compte tous les appareils vendus par Apple, dont les iPhone, iPad et iPod Touch, et non seulement les ordinateurs Mac proprement dits.

Évidemment, elle prête ainsi le flanc à la critique. On ne s’est d’ailleurs pas gêné pour le faire dans les commentaires sous son billet. N’empêche que la base n’est pas mauvaise et réflète une tendance facilement observable tout autour de nous: oui, les appareils mobiles remplacent de plus en plus les ordinateurs. C’est vrai à la maison comme au bureau. La diminution constante des ventes d’ordinateurs en témoigne.

En ajoutant les ventes d’appareils Windows Phone du côté des PC, on en arrive à peu près à égalité. Pour les «vieux de la vieille» qui se souviennent de l’époque où les appareils frappés de la Pomme étaient une rareté, c’est un peu bouleversant.

Mais ce qui l’est encore plus, ce sont ces données, aussi publiées mercredi, selon lesquelles les appareils iOS représentent maintenant 54% des activations en entreprise, contre 26% pour Android et à peine 1% pour Windows Phone.

Une chatte y perdrait ses petits.

Lire les commentaires (41)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2014
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  
  • Archives