Le blogue techno

Le blogue techno - Auteur
  • Jean-François Codère

    Journaliste spécialisé en technologies depuis 1999, je traite ici de Web, d’appareils mobiles, de jeux et d’autres gadgets, tantôt sous un angle «affaires», tantôt sous un angle «consommateur».
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 19 août 2013 | Mise en ligne à 18h14 | Commenter Commentaires (26)

    Bell, Telus, Rogers et la marche olympique

    Dans un monde idéal, il y aurait des enchères pour de nouvelles fréquences sans fil tous les ans. C’est vraiment intéressant de constater les débats qu’elles ont suscités en 2008 et qu’elles suscitent encore une fois cette année, en particulier depuis que l’ombre de Verizon a commencé à se faire sentir au-dessus de la tête des trois géants canadiens.

    Dans ce débat, l’opinion publique penche indiscutablement en faveur de règles qui favoriseraient la venue d’un nouveau concurrent puissant comme Verizon. Le gouvernement conservateur l’a bien senti, d’ailleurs, et fait la sourde oreille aux doléances de Bell, Telus et Rogers.

    Même Vidéotron, qui pourrait être la plus grande perdante de la venue de Verizon au Québec, embarque dans le débat à reculons, probablement consciente qu’elle risque de s’y aliéner quelques consommateurs.

    Pourtant, comme dans tout débat, il n’y a pas que du blanc et du noir. Au cours des derniers jours, je me suis beaucoup attardé à étayer les prétentions des deux parties, notamment avec des chiffres. On peut leur faire dire ce qu’on veut, c’est bien connu, mais ils sont néanmoins plutôt instructifs, en général.

    • D’abord, les consommateurs canadiens aiment bien, sans trop de recherche, dire que « c’est bien moins cher aux États-Unis ». Ce n’est pas tellement vrai.

    De façon générale, les forfaits pour téléphones intelligents des géants américains Verizon et AT&T ressemblent beaucoup à ceux des trois entreprises canadiennes. Les comparaisons ne sont jamais parfaites, mais comme le veut l’expression, on est dans le même ballpark.

    Ceci dit, il y a des exceptions. Une lectrice m’a soumis les forfaits d’un opérateur moins connu, MetroPCS, qui semblent particulièrement intéressants. Le plus économique offre la voix, les textos et les données illimitées pour 40$, avec comme petite attrape que seuls les 500 premiers Mo sont en vitesse 4G, les autres passant au 3G. Bien petite attrape à laquelle je suis sûr que nombre de Canadiens seraient prêts à consentir.

    D’un autre côté, un collègue recherchiste pour une station de radio a obtenu la semaine dernière de Virgin un forfait à 54$ incluant appels et textos illimités, avec 1 Go de données. Ce n’est pas parfait, mais c’est plutôt bien.

    Bref, où qu’on soit, il y a généralement moyen de magasiner, surtout si on peut se permettre d’être patient et d’attendre les forfaits promotionnels.

    • On dit aussi que c’est beaucoup moins cher en Europe et là, pas de doute, c’est facilement démontrable.

    Mais il y a un « côté sombre » dont on entend moins parler : la qualité du service.

    Je vous suggère fortement la lecture de ce rapport présenté en mai dernier en Europe (PDF).

    Pour un Nord-Américain habitué d’entendre que l’Europe est le paradis du mobile, il y a des phrases qui semblent surréelles. La toute première du rapport, tiens : « Il y a un vaste consensus à l’effet que le marché du mobile européen sous-performe en comparaison d’autres économies avancées, notamment les États-Unis. »

    Pardon?

    Comme quoi peu importe où l’on se trouve, le gazon est toujours plus vert chez le voisin d’outre-Atlantique.

    Certes, les Européens paient nettement moins cher que les Américains, note le rapport (38$ US contre 69$), mais ces derniers utilisent environ cinq fois plus de minutes (901 contre 170) et presque deux fois plus de données (810 Mo contre 415 Mo).

    Le rapport prévoit aussi que, d’ici 2017, la vitesse de connexion nord-américaine moyenne sera deux fois plus élevée qu’en Europe. Le taux de pénétration des connexions rapides LTE est grosso modo 25 fois plus élevé aux États-Unis qu’en Europe.

    Bref, les Américains — et par extension les Canadiens — paient plus cher, mais profitent de meilleurs réseaux. C’est d’ailleurs l’argument que font valoir les géants d’ici (en passant très rapidement sur le bout où on paie plus cher).

    • Quiconque s’intéresse à ce débat devrait prendre la peine de lire un communiqué annonçant les résultats financiers d’un des géants canadiens ou d’écouter une conférence téléphonique de leurs dirigeants avec les analystes financiers. Elles sont généralement disponibles sur leurs sites Web respectifs.

    Il est plutôt incroyable de constater à quel point ces dirigeants sont littéralement capables de dire une chose et l’autre du jour au lendemain. Je dis « littéralement », parce que c’est exactement ce qui s’est produit il y a quelques jours à La Presse. Une journée, le PDG de Bell, George Cope, était dans nos bureaux pour dépeindre la menace Verizon. Le lendemain, il était au téléphone avec des analystes de Toronto, en train d’expliquer que son entreprise venait d’enregistrer sa meilleure marge bénéficiaire sur les services sans fil depuis quatre ans.

    Cette marge, les trois grands ont tout intérêt à ce que vous ne la connaissiez pas. Elle tourne autour de 45%. Ils vous diront qu’ils investissent des milliards chaque année dans l’amélioration de leur réseau et vous pourrez leur répondre que même après comptabilisation de ces investissements, il leur reste une marge supérieure à 20%.

    On regarde ces chiffres et, spontanément, on y voit la preuve qu’il y a entente entre les fournisseurs, qu’il n’y a forcément pas de concurrence puisqu’ils auraient amplement de marge de manœuvre pour réduire leurs prix et être encore très profitables.

    C’est plus compliqué que cela. Il y a bel et bien de la concurrence entre les trois fournisseurs. L’ennui, c’est qu’on se livre concurrence d’abord pour obtenir les faveurs des marchés financiers, pas celles des consommateurs.

    Je m’explique.

    Comme c’est l’habitude, la rémunération des hauts dirigeants des entreprises de télécommunication canadiennes dépend énormément du cours de l’action de l’entreprise. Certes, l’opinion du consommateur leur est importante, mais uniquement dans la mesure où elle se reflète dans le cours de l’action de leur entreprise.

    Autrement dit, entre (1) offrir des tarifs très peu chers qui séduiraient des millions de nouveaux clients, mais feraient chuter les profits et le cours de l’action ou (2) garder les prix élevés pour faire monter l’action, leur choix est simple.

    Dans la réalité, on devine qu’ils doivent jouer sur les deux tableaux : séduire les consommateurs tout en maintenant leur marge de profit. C’est là que se joue la « concurrence ». On ne lutte pas pour obtenir des clients à tout prix, mais on lutte férocement pour obtenir des clients avec la meilleure marge possible.

    Pour faire une analogie, c’est un peu comme la marche olympique, celle où les athlètes ont une drôle de démarche. On ne peut pas accuser ces athlètes de ne pas compétitionner parce qu’ils marchent plutôt que de courir. Ils donnent tout ce qu’ils ont à l’intérieur d’une certaine limite, celle qui les force à garder au moins un pied au sol en tout temps.

    C’est la même chose avec Bell, Telus et Rogers. Ils se livrent une vive concurrence, mais dans les limites de leur « sport », qui leur impose de maintenir leurs marges de profit très élevées.

    J’y reviens, mais écoutez une conférence avec les analystes financiers, ou lisez un de leur rapport, s’il vous tombe entre les mains. L’essentiel de leur analyse se base sur le revenu moyen par utilisateur (ARPU en anglais). Ils détestent voir cette mesure chuter, même si elle signifie une hausse du nombre de clients. Quand ça arrive, le cours de l’action s’en ressent. Le salaire du PDG aussi. Votre facture mensuelle aussi.

    Quand Pierre Karl Péladeau écrit dans Le Devoir que « les opérateurs historiques ne semblent vouloir être redevables qu’à leurs actionnaires », c’est ce qu’il veut dire, même s’ils ne faut pas oublier que c’est aussi son propre objectif.

    Il n’y a personne qui agit « mal » dans l’histoire. Lier la rémunération des dirigeants à la performance de leur entreprise est pas mal le meilleur moyen que l’on a trouvé de limiter les abus. Et c’est tout à fait normal, en conséquence, qu’ils pensent d’abord aux actionnaires.

    Il y a seulement un défaut quelque part dans la mécanique qui fait qu’au bout du compte, on a trois opérateurs qui refusent de faire baisser leur marge de près de 45%.


    • Pour ma part, avec Fido: 54$ (27$ pour 6 mois) pour appels/textos-MMS/inters illimités plus boîte vocale visuelle iPhone et 3 GO de data LTE

    • Excellent texte, merci.

    • ce publi-reportage a ete paye par la coalition des 3 crosseurs , faudrais surtout pas comparer avec mieux n’est-ce pas ? , c’est drole mais quand je met une sim de hong-kong dans mon cell , je paye 3 fois moins cher la minute de voix et j’ai du data illimite pour a peut pres la moitie de ce que je paye 5Gb au Canada , ca c’est sans parler des telephones debloques hors contrat a 20% du prix canadien , ce que j’aimerais voir c’est des contract pas de telephone pseudo subventiones

    • C’est le premier papier que je lis depuis l’apparition de ces pubs. La première fois que j’ai entendu ces pubs la mâchoire m’a tombée. Je crois sincèrement qu’il y a collusion dans les prix.

      Je me suis acheté un Galaxy S4 cet été, 69$/mois, appels illimités au Canada et 3 Go de données. Je traverse la frontière, je reçois un texto m’informant que les appels sont maintenant 75 c/minute ET 10 $/Mo. Ququn qui porte pas attention et se dit que c’est de la pub, qui fait son check in à l’hôtel et qui décide de regarder une game de hockey pensez pas qu’il va “freaker” au moment de payer ? Faites moi pas à croire qu’ils sont proches du “cost”.

      Autre réflexion. Ça fait 2 mois que j’ai mon nouveau forfait. Là depuis 1 semaine on annonce 6 Go de données. Moi mes 4,5 et 6 ième Go me coûtent 10-20-30 $. Qu’est-ce qui vient de se passer depuis 1 semaine ? Les prix viennent subitement de chuter ? Je pense plutôt que les dernières années ils se sont assis ensemble et se sont demandé quel est le montant maximal qu’il est possible de soutirer à leur bassin de clients potentiels.

      Je crois qu’on se faisait arnaquer et qu’avec cette nouvelle cie qui arrive on tente de “ferrer” le client pour qu’ils changent de tél et signent un nouveau contrat.

      Autre chose,j ‘habite en région et ici la fibre arrive. Ça été financé par le fédéral, peux pas dire si c’est à 100 %, mais ça été largement financé.

      Est-ce qu’ils nous prennent pour des idiots en espérant nous rallier à leur cause ? C’est choquant.

    • Excellent article, merci.

      Nous sommes bon pour chialer contre ces géants du sans fil… mais nous sommes pas vraiment mieux en les encouragenant. Nous avons tous un telephone intelligent avec des forfait de 60$+, moi le premier. Continuons de chialer…. et payons notre facture à la fin du mois.

    • @nickoleterrible : Je suis d’accord avec toi que le frais de roaming ont juste pas de sens !!

    • M. Codère: excellent billet! Donc une marge de 45%, on a bien raison de se plaindre de notre facture qui est salée pas à peu près. Je me rappelle aussi une année où je travaillais pour Télus et nous avait dit que le président avait fait quelque chose comme 15 millions de dollars en rénumération: je comprends maintenant pourquoi! L’indécence n’a aucune limite!

    • Mon Dieu! Je n’ai pas encore de téléphone intelligent et je fais figure de dinosaure avec ma ligne fixe. Mais comme je saigne presque du nez chaque fois que je fais le plein d’essence, je crois que étant donné que c’est encore de possible de vivre sans, je vais encore passer mon tour. Mon temps achève mais je refuse encore de me mettre le doigt dans ce fol engrenage de dépenses…

    • En bout de ligne, si je veux gagner cette marche olympique, il faudrait que je sois des deux côtés de la clotûre en même temps: à la fois client ET actionnaire!

      P.S. pour ceux qui traversent les frontières: faites débarrer (desimlocker comme disent les français) votre téléphone et achetez des cartes à puces locales. Pas de frais d’itinérance ni autres attrapes. Plus économique encore, réglez votre téléphone pour qu’il n’utilise que le wifi pour les données…

    • Est-ce que les Nord-Américains ont besoin à ce point d’avoir un meilleur réseau ou souhaite-t-on tout simplement, du côté de l’industrie, créer une habitude de consommation excessive de bande passante (vidéo/radio)?

      Au passage, le Samsung Galaxy S4 ne comporte plus de radio FM comme ses prédécesseurs l’offraient pourtant. On demande dorénavant aux utilisateurs de passer par leur réseau sans fil pour écouter la radio. Qui gagne dans une telle modification?

      Finalement, je ne comprend toujours pas pourquoi les géants des télécommunications offrent des dividendes comparables à ceux offerts par les banques. À chaque année, ce sont des milliards qui passent des poches des consommateurs pour aller dans celles des actionnaires. N’est-ce pas un signe que la situation n’est pas catastrophique, et est même loin de l’être, pour nos Bell, Telus et Rogers?

    • adelardgendron, avec un forfait fde données, vous pourriez parcourir le monde à partir de votre smart phone et ne plus avoir à mettre d’essence pour passer payer votre facture au bureau le plus proche de Bell…

    • Metropcs, c’est aux USA? Rien d’équivalent ici…

    • C’est pas justement ça de la collusion, que les trois se donnent “une marge” à l’intérieur laquelle compétitionner pour plaire aux actionnaires des trois compagnies avant l’intérêt du consommateur ?

      S’ils n’ont pas besoin de compétitionner pour obtenir vraiment plus de clients mais simplement garder des grosses marges, c’est seulement parce que dans le marché actuel les clients ont pas le choix d’aller toujours vers des entreprises qui sont à peu près semblables. Amène de la concurrence qui va décider d’aller chercher les clients en sacrifiant la marge, et soudainement les autres ne pourront plus se contenter de faire peu d’efforts pour les clients et simplement se contenter de maintenir une bonne marge.

    • Pour revenir à la métaphore sportive.

      Le système actuel permet justement aux trois grands joueurs de définir eux-mêmes les règles de leur sport pour les avantager. C’est comme si on avait affaire à un marathon avec une grosse bourse à la fin, et que les trois participants, pour éviter d’avoir à faire trop d’effort et de sacrifices, s’étaient entendu pour le faire en marchant au lieu de courir et que de toute façon ils allaient se partager la bourse finale de manière à peu près égale.

      Ils ont choisis des règles qui sont avantageuses pour les trois, mais ça fonctionne seulement parce qu’il n’y a pas d’autres concurrents inscrit qui sont prêt à courir et créer de la compétition et forcer les autres à faire des efforts.

    • 50$ pour illimite donnees et texte qu Japon….. Equivalent a la LTE.
      Limites de minutes mais personne ne s appelle.
      Le Quebec se fait fou**er

    • La meilleure analyse que j’ai lue sur le sujet. Très bon résumé. J’ai un ami qui travaille en marketing chez Telus et qui m’a effectivement mentionné que la qualité et la couverture du réseau Nord-américain était supérieur à celui du réseau européen. De mon côté je lui disais m’en balancer car j’utilise presque exclusivement mon téléphone intelligent pour téléphoner et surfer un peu sur le net. Donc, en tant qu’utilisateur modéré c’est moi qui finance les utilisateurs friands d’internet, de téléchargements et de réseaux sociaux. À quand le juste équilibre?

    • Excellent article . Bien documenté. Tellement meilleur que celui de la batterie !
      Écoutez …
      Arrêtez de brailler !
      Achetez une cochonnerie de téléphone à 100$ , une carte bonne pour un an à 100$ (que vous renouvellerez au bout de 4, 6 ou 8 mois peu importe…) et arrêtez d’engraisser l’oligopole…
      Franchement.
      Avec un Ipod, Ipad, Iscrap, Icochonnerie, Ipoutch ou PS vita vous pouvez faire du wifi au centre d’achat (tout le monde est toujours rendu là , c’est la nouvelle église!)

      il est étonnant de voir tout le monde brailler parce qu’ils se font soit disant fou**er, mais personne n’agit.
      Personne n’exerce son droit d’ «opting out» …?

    • Après 5 ans comme client Rogers:

      Appels + txt illimités CAN + Aff + Msg vocal etc + 3 Go pour 45$/mois. 51.74$ tx incl.

      À voir les forfaits actuels, ça va prendre un bout avant que je change. Par contre, la venue d’un Verizon pourrait être bien à mon avis. Les nouveaux spectres sont trop limités, aucun joueur ne peut arriver pour faire concurence aux trois gros actuels. Videotron principalement de fidélité (ceux qui ont déjà TV + Internet + téléphone)…

    • Hilarant ces forfaits. Pour un pauvre petit TÉLÉPHONE. J’achète un Samsung C414 pour 35$ (quand en promo). Puis paye Virgin 100$ pour 1000 minutes pour un an. Avant la fin, je renouvelle et transfère mes minutes inutilisées!
      Ça coûte pas très cher.

    • Rogers a beau faire de bons prix, si tu vas en Gaspésie, tu peux laisser ton cellulaire à la maison car le IPhone devient un simple ”kodak”. Aucun signal.

    • @eltigre:

      Moi si je vais en Gaspésie, c’est en vacances et c’est un + que mon cellulaire fonctionne pas! :P

      @rexterras: les C414 étaient souvent à 20$, j’en ai acheté plusieurs pour mon travail.

    • Depuis un an, je me suis procuré une borne wifi mobile avec quoi je peux connecter “DATA” tous mes appareils mobiles + portables et j’ai un de mes téléphones qui est en pré-payé. Pour ceux qui utilisent plus le data que la voix , c’est très avantageux. Je paie environ 25$ par mois pour la borne (je n’abuse pas en téléchargeant films, etc) et pour la voix, j’ai une carte pré payée de 100$ bonne pour un an (pas 30 jours). Voilà une solution qui fonctionne vraiment bien selon mes besoins. Enfin, ce n’est pas moi qui se fait AVOIR. Bienvenue Vérizon !

    • Excellent blogue J-F, de loin l’article le plus complet disponible sur la question en ce moment.

    • Pour ma part, il y a déjà moyen de trouver le forfait dont on a besoin malgré les prix élevés. Pour certains, il s’agit du 1000 minutes à 100$ par année, pour d’autres, il s’agit de forfaits illimitées puisque 1000 minutes, ça couvre seulement les interurbains Canada/États-Unis durant un mois.

      Bref, il y a déjà une variété de forfaits sur le marché.

      Là où je vois Verizon faire une différence, c’est en itinérance. Présentement, les frais sont exorbitants. S’ils offrent des forfaits au même tarif que je retrouve présentement (je ne m’attend pas à une diminution drastique des prix, l’écart s’est comblé depuis quelques années avec les États-Unis), mais que les frais en itinérance vers les États-Unis sont presque nuls, je vois plus d’une entreprise qui le bateau de Robelus!

    • Un avertissement versus la compagnie Telus, il n’y a pas pire escrocs que cette compagnie la… ma copine avait un contrat de 3 ans avec eux, une fois son contrat terminé elle les a avisés qu’elle ne renouvellerait pas le contrat et bien ils lui ont envoyé une facture de 159$ pour non renouvellement de contrat. Évidemment elle n’a pas payé ca car c’est de l’escroquerie mais combien de gens doivent se faire avoir ….

    • Telus n’a jamais facturé un montant pour non renouvellement de contrat, il devait rester un montant non payer sur l’appareil… prenez le temps de vérifier les modalités avant!

      Pour ce qui est de l’article, ENFIN, une personne a pris le temps de faire des vrais recherche… et dire la vérité!! sa fait du bien de voir cela! Pour les autres, prenez le temps de bien faire vos recherche sur le net, vous allez réalisé que meme en europe, le prix se ressemble…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2013
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives