Le blogue techno

Archive, août 2013

Jeudi 29 août 2013 | Mise en ligne à 14h20 | Commenter Commentaires (18)

À propos de NHL 14

nhl14-mtl

La démo a commencé à circuler et, déjà, les amateurs de hockey virtuel se lèchent les babines. NHL 14 promet.

Le producteur de la série, Sean Ramjagsingh, était de passage à Montréal hier pour inviter les journalistes à disputer quelques matchs et parler des nouveautés. C’était la deuxième fois que j’avais l’occasion de jouer à NHL 14, après l’E3 en juin dernier.

Faisons d’abord le tour des principales nouveautés.

L’une de celles qui retiennent le plus l’attention touche les bagarres. « Les joueurs avaient l’impression que ce volet était plutôt statique depuis l’édition 2010 », explique M. Ramjagsingh. Fini, donc, les combats à la première personne, qui ressemblaient un peu à un mini-jeu et nous isolaient de l’ensemble du jeu.

Les nouvelles batailles se déroulent avec une vue de côté qui n’est pas sans rappeler celle des jeux de boxe. Les créateurs de NHL 14 ont d’ailleurs récupéré certains éléments de la franchise Fight Night, notamment le fait qu’on déclenche les coups de poing avec le levier de droite. En haut pour un direct, de bas en haut pour un uppercut.

Cette vue permet aussi de rester imbibé de l’action du match. Les 10 autres joueurs sur la patinoire sont encore visibles et actifs.

EA a aussi modifié ce qui mène aux combats. On a, en quelque sorte, incorporé le fameux livre des règles non écrites. Si vous appliquez une sévère mise en échec à un joueur étoile, attendez-vous à ce qu’un adversaire vienne vous chercher noise.

Comme ils sont encore moins utiles que dans la vraie vie, je ne suis pas un grand amateur des combats dans un jeu de hockey, mais il faut reconnaître que l’amélioration est notable et que ceux qui aiment cette dimension vont être servis.

Pour améliorer NHL 13, les créateurs ont aussi pigé dans le coffre à outils de leurs collègues de la série FIFA, elle aussi conçue à Vancouver. Ils y ont trouvé un excellent système de reproduction des contacts basé sur les vraies lois de la physique, qu’ils ont appliqué aux mises en échec. Celles-ci sont vraiment impressionnantes de réalisme. J’aurais tendance à dire que la solidité du porteur de la rondelle est un peu faible, mais la réaction des deux corps qui entrent en collision est tout à fait réaliste.

Notez qu’il n’est d’ailleurs plus nécessaire d’utiliser le levier de droite pour appliquer des mises en échec. Il suffit d’entrer en contact avec l’adversaire.

De la même façon, on a aussi énormément facilité l’utilisation de feintes un peu plus sophistiquées. Les gâchettes de gauche servent de déclencheurs qui, lorsqu’utilisés conjointement avec le levier de gauche, déclenchent une feinte choisie par l’intelligence artificielle en fonction du contexte. Cette sélection de feintes m’a paru plutôt efficace pendant l’essai.

La deuxième gâchette de gauche agit de la même façon, mais déclenche des feintes tournoyantes.

« C’est sûr, écoute, je pense que… »

Le mode « Be a Pro » a quant à lui été légèrement amélioré par l’ajout d’éléments hors glace. Il porte d’ailleurs maintenant le nom de « Live the life ».

Essentiellement, la différence consiste en une sorte de jeu-questionnaire. On vous décrit une situation, vous choisissez la réponse qui vous semble la plus appropriée et l’effet se ressent sur le niveau d’affection de vos coéquipiers, des dirigeants de l’équipe ou même de votre famille. Je doute qu’on en reparle l’an prochain.

En ligne, on a inclus un nouveau mode constitué de saisons de 10 matchs. Ayez une bonne fiche et vous serez promu à la division supérieure. Une mauvaise et on vous redescend au niveau inférieur. Il devrait y avoir une dizaine de divisions et on devine qu’il y aura un prestige évident à pouvoir se vanter d’être dans la première. Bonne chance!

Mode 94

Finalement, difficile de passer sous silence le nouveau mode NHL 94. Ce n’est pas la première fois qu’EA fait un clin d’œil à cette édition, la première à inclure les tirs sur réception, largement considérée comme un classique.

Cette fois, on n’a pas simplement reproduit le classique, on l’a plutôt combiné avec l’édition 2014. La musique, la glace bleue, le jeu rapide, le bouton « Turbo » et les larges virages sont au rendez-vous.

On joue toutefois avec les éditions actuelles des équipes. Les anciens joueurs de la LNH ne sont pas regroupés et il aurait fallu qu’EA obtienne l’accord de chacun d’eux individuellement pour les inclure dans le jeu.

On a aussi conservé le même moteur graphique et physique que l’édition régulière. Le fait que les joueurs patinent plus vite a néanmoins un impact évident sur la violence des mises en échec, calculées selon la physique. Je n’ai pas vraiment réussi à tester, mais on dit aussi que les bonnes vieilles méthodes pour marquer à NHL 94 fonctionnent encore très bien, plus par accident que par design, notamment à cause de la rapidité accrue des joueurs.

Dernier truc : question de droits oblige, les Jeux olympiques de Sotchi ne font pas partie de NHL 14. On contournera toutefois le problème en rendant disponibles les formations des équipes nationales quand ils seront dévoilés. Il sera alors possible de les utiliser dans un tournoi et sur une glace de dimension olympique, si ça vous dit.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 août 2013 | Mise en ligne à 12h08 | Commenter Commentaires (11)

Les Canadiens ne sont pas tous contre Big Brother

En marge des révélations d’Edward Snowden concernant la NSA et les programmes d’espionnage électronique américains, l’Association canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI) a commandé un sondage dont les résultats tirent un peu dans tous les sens, mais étonnent.

Premièrement, ce ne sont pas tous les Canadiens qui jugent « totalement inacceptable » que leur gouvernement surveille toutes les communications électroniques. En fait, la population canadienne est presque également divisée entre ceux qui refusent complètement cette idée (49%) et ceux qui estiment qu’elle est acceptable « dans certaines circonstances » (47%). Les 4% restant sont totalement favorables à une telle surveillance.

Quand les sondeurs d’Ipsos-Reid ont ajouté une mention du terrorisme à leur question, les résultats ont subitement été gonflés. Ils étaient alors 77% à être d’accord avec la surveillance, complètement ou dans certaines circonstances.

D’autres questions génèrent des résultats intéressants. Il semble ainsi rester environ 18% d’internautes qui croient toujours que leurs activités en ligne sont confidentielles.

Il y a aussi environ 23% des internautes canadiens qui croient que le gouvernement lit leurs courriels.

Le résumé des résultats du sondage (PDF) contient une foule d’autres renseignements du genre, pour ceux que ça intéresserait.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Vendredi 23 août 2013 | Mise en ligne à 15h05 | Commenter Commentaires (18)

Marchera, marchera pas, la montre intelligente?

Les montres intelligentes Pebble

Les montres intelligentes Pebble

Il semble de plus en plus certain que Samsung dévoilera sa « montre intelligente » Galaxy Gear dans un peu plus d’une semaine, le 4 septembre. Pourtant, l’emballement semble mitigé. Y a-t-il vraiment un marché pour ce genre d’appareils?

L’agence Bloomberg a annoncé vendredi dernier que Samsung allait procéder le 4 septembre, ce qui nous a inspiré cette nouvelle et un petit recensement des différents projets de montres intelligentes déjà en cours.

Cette semaine, LG a de nouveau confirmé ses intentions de faire partie de la course.

Pour plusieurs analystes, la montre intelligente est le prochain grand vecteur de croissance de l’industrie électronique. Il faut dire que maintenant que les ventes de téléphones intelligents commencent à plafonner et que celles des tablettes ne croîtront pas non plus indéfiniment, alors on cherche l’espoir où on peut le trouver.

Personnellement, j’ai des doutes sur le succès des montres intelligentes. Le concept a déjà été tenté à plus d’une occasion, sans trop de succès. Qu’est-ce que les nouveaux modèles apporteront comme argument supplémentaire pour nous convaincre?

Il n’y aucun doute que la Galaxy Gear et l’appareil comparable qu’Apple dévoilera inévitablement elle aussi un jour ou l’autre se vendront beaucoup mieux que ce qu’on a vu jusqu’à présent, ne serait-ce que parce qu’elles bénéficieront d’investissements marketing beaucoup plus importants.

Le fort taux de pénétration des téléphones intelligents, partenaire presque essentiel à ces appareils, devrait aussi les aider.

N’empêche, il n’est pas encore évident de voir quelle sera la « killer app » de ces accessoires. Recevoir ses alertes, courriels et messages texte sur sa montre, c’est attirant à première vue, ça donne le goût, mais il n’est pas évident que cet attrait se maintienne dans le temps, une fois le buzz initial passé.

Sans oublier qu’il y a environ 50% de la population, les femmes, pour qui un tel accessoire n’a à peu près pas d’intérêt, compte tenu de la taille d’écran nécessaire pour assurer un minimum de fonctionnalité.

Bref, pas certain que les montres intelligentes soient si attendues qu’on le croit, en dehors de la faune geek.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2013
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives